Il y a six écoles de français par immersion à la Nouvelle-Orléans
Chronique

Publié le 22/04/22 13:19 -- mis à jour le 22/04/22 17:13
Robert Desmarais Sullivan, un révolutionnaire du français en Louisiane :
Réalisation : French Morning

Alors que le Conseil constitutionnel en France a mis hors la loi l’enseignement par immersion, l’Alliance française, qui promeut la langue française à travers le monde, soutient des douzaines d’écoles utilisant l’immersion comme méthode d’enseignement, en particulier en Louisiane.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous !

Avant la guerre de sécession, la Louisiane était un état francophone, mais après l’anglais a été imposé par un général nordiste nommé gouverneur. En 1915, le français a été officiellement interdit en Louisiane dans les écoles publiques . Parler français à l’école était puni.

Le français a été réintroduit dans les écoles en Louisiane en 1969. Pierre Desmarais-Sullivan, qui a été élevé en français à la maison, est devenu le grand défenseur des francophones en Louisiane. Il a créé la première école en immersion à la Nouvelle-Orléans en 1980. Aujourd’hui il y a 6 ecoles bilingues à la Nouvelle Orleans qui pratiquent toutes l’enseignement par immersion.

Pierre Desmarais-Sullivan a vécu les humiliations et les persécutions, qui, à la même époque, étaient infligées aux petits Bretons par l’éducation nationale française. Il raconte qu’ils devaient s’agenouiller sur des grains de maïs si surpris à parler le français. Plus tard à l’université, comme d’autres, il s’est fait passer pour juif pour expliquer son accent et ses différences et éviter les moqueries que subissaient les Cajuns.

Il est à noter le rôle de la musique Cajun en Louisiane. Sa popularité incontestable aux États-Unis est devenue un moteur de la reconnaissance de cette culture et finalement de cette langue française. Un peu comme la musique bretonne aide la langue bretonne.

Le scandale, il faut le répéter, se situe dans cette contradiction : l’enseignement par immersion a été déclaré inconstitutionnel en France pour les langues régionales mais est utilisé par les écoles internationales, soutenues financièrement par l’Alliance Française, qui enseignent le français dans des pays où cette langue est minoritaire.

Philippe Argouarch

Voir aussi :

2  0  
mailbox
imprimer
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 5 commentaires
Yannig Coraud
2022-04-22 18:59:34
Venant de lire le livre de Tugdual Kalvez Comment peut on ne pas être français on y trouve la réponse ...
Cette french Banana republic non seulement ne respecte pas les nationalités autres que la sienne dans l'hexagone mais en plus met tout en oeuvre pour les faire disparaitre ...
Le long combat mené par nombre d'entre nous aurait pu aurait dû nous faire disparaître ...
Un peu comme il est dit dans ce livre brillant, mon père Julian Coraud me disait souvent de garder espoir . Né en 1927 il se souvenait de périodes beaucoup plus noires dans les tentatives d'éradication de la Bretagne de sa culture de son existence même ...
On me rétorquera que la les langues de Bretagne sont en grande difficultés . Ayant été à Diwan je le sais .
Ayant voyagé dans 90 Pays dans le Monde et indiquant toujours ma Nationalité Bretonne, on nous demande la nationalité et non pas la citoyenneté, j'ai toujours eu un accueil pleine d'empathie par rapport à la France donneuse de leçons sur les LIBERTES ... Peu de gens sont dupes du double langage des républicains de finance Français ...
Merci à Philippe Argouach pour ces articles et pour l'ABP
(1) 
Anne Merrien
2022-04-23 12:43:44
J'espère qu'on n'y enseignera pas seulement la langue standardisée, mais aussi tout ce qui fait le sel du français tel qu'il est pratiqué là-bas.
(1) 
Muichka
2022-04-23 21:54:13
@Anne
hélas non, c'est pas du français qu'ils promeuvent, j'en suis convaincu, c'est de la novlangue (vocabulaire macronien-ou-consorts).
Par ailleurs, merci Monsieur Argouarc"h, mais les attaquer là-dessus est vain, car ils vous répondront que le FRANCAIS est la langue des lumières, de la nation (?) des Droits de l'Homme, l'enseigner serait du domaine du Salut public, dont dans la Louisiane, qui en fut le phare. Ne dut-ce pas pareil dans les colonies ?
Tandis que le breton, beuh, c'est un patois de ploucs de quelques-uns arrièrés qui s'amusent à ralentir le bel élan national ? "
Plutôt que son enseignement en immersion, immergeons plutôt ce patois"
(1) 
KLG
2022-04-26 09:49:45
On y apprend le cajun ou le français ?
(0) 
Brennos
2022-05-03 15:16:44
J'y ai travaillé pendant deux ans : on y enseigne essentiellement le français standard. Bon nombre de profs viennent d'Europe et ne s'intéressent pas du tout à la culture francophone locale. Et le/les cadien(s) sont souvent très différents du français, étant à mis chemin entre français et poitevin, avec une couleur locale. Mais aujourd'hui tout ce qui est "sauvé", c'est un français parisien avec un accent, souvent essentiellement anglais. C'est tout.
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 6 multiplié par 2 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.