Ici Quimper ! Les Bretons parlent aux Français : Quelques réflexions autour de la manifestation des bonnets rouges
Chronique de Xavier Guilhou

Publié le 5/11/13 19:01 -- mis à jour le 00/00/00 00:00
:
31927_2.jpg
Cette place est chargée de symbole puisque c’est à Quimper que le Général de Gaulle a prononcé son premier discours d’homme d’’Etat le 22 juillet 1945 et sur cette place qu’il a prononcé aussi son tout dernier discours en tant que chef d’Etat le 2 février 1969 sur la régionalisation et la réforme du Sénat (a réécouter pour son étonnante actualité…). C'est aussi ce jour-là qu’il confirme le fameux Plan routier breton qui est à l’origine de la contestation sur l’Ecotaxe. C’est aussi là qu’il a déclamé ces vers en breton extrait des poèmes écrits un siècle auparavant par son grand oncle le celtisant Charles de Gaulle ; « Va c’horf zo dalch’het, med daved hoc’h nij va spered, vel al labous, a denn askel, nij da gaout he vreudeur a bel. » « Mon corps est retenu mais mon esprit vole vers vous, comme l’oiseau à tire d’aile vole vers ses frères qui sont au loin. ».

En ce 2 novembre 2013, fête des morts, la place de la Résistance de Quimper, lieu très symbolique, était méconnaissable avec ses abords couverts de milliers de pots de chrysanthèmes, ces centaines de drapeaux bretons flottants au vent et ces 30 000 manifestants avec leurs bonnets rouges.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

Rappelons que la ville de Quimper ne compte que 64 000 habitants... et que son maire, Bernard Poignant est, ne l'oublions pas, le conseiller personnel de François Hollande... L'objectif de ces bonnets rouges venus de partout : alerter l'opinion et les politiques sur le niveau de colère mais aussi de désespérance qui monte en Bretagne suite au "tsunami économique" qui détruit depuis plusieurs mois des milliers d'emplois dans tous les secteurs d'activités.

Les sonneurs étaient là et on aurait pu se croire au festival de Cornouaille (1), mais le ton n'était pas du tout à la fête. Tout le monde a été surpris par le niveau de mobilisation tant du côté des organisateurs que du côté des pouvoirs publics. Il y avait bien entendu les figures emblématiques de la pêche, du monde agricole ou du monde ouvrier local. Mais il y avait surtout des petits patrons, des professions indépendantes, des artisans, des familles entières avec leurs enfants, des salariés, des retraités, et surtout beaucoup de jeunes...

Quel décryptage peut-on faire de cette journée chargée de signaux précurseurs ?

De quoi s'agit-il?

Il est clair que cette manifestation n’a plus rien à voir avec l’Ecotaxe ! Cette nouvelle gabelle ne sert plus que de prétexte et d‘arguments de fond pour d’autres revendications beaucoup plus politiques et identitaires. La Bretagne est et a toujours été une « zone libre » scandent les manifestants, de fait les taxations de Paris sont devenues « insupportables" et  « illégitimes" pour cette péninsule loin de tout, mais pour autant aux avants postes de la mondialisation. " Trop c’est trop ! « , " Re ‘Zo Re " en breton, tel était le mot d’ordre qui était scandé par les bonnets rouges.

Cette démonstration de force bien marketée et maîtrisée par les organisateurs, malgré quelques échauffourées marginales, ne constitue qu’un match test. Les mots" et " la bataille pour vivre en Bretagne " ont permis d’afficher un consensus entre toutes les parties. Cette démonstration a surtout permis de faire glisser les lignes afin que ce rendez-vous prenne une posture plus politique et ne soit pas perçue comme une simple jacquerie fiscale. Ceux qui étaient en première ligne face aux grilles de la préfecture n’étaient en fait que des équipes de seconde division non aguerries, les équipes de « première division » (les vrais, purs et durs du monde de la mer et de l’agriculture) étaient juste derrière en observation et en réserve, sachant que le moment n’était pas opportun sur le plan médiatique et politique pour monter le niveau de violence face à l’Etat. Le véritable objectif n’était pas de faire tomber la préfecture de Quimper, mais d’ouvrir la route de Paris ! Ne nous trompons pas dans l’évaluation de l’ampleur et des enjeux de la crise en cours.

La prochaine étape sera beaucoup plus dure, elle sera dirigée contre les institutions et le pouvoir.

Les slogans à venir circulaient déjà de façon informelle entre les manifestants sur les quais et sur la place. Quant aux leaders, qui appelaient en permanence les manifestants à la retenue et à la dignité du haut de leur tribune, ils furent sans ambigüité et très explicites dans leurs prises de parole quant aux finalités recherchés par ce collectif émergent. Certes, la préfecture fut la cible des "  radicaux ", pour la plupart des jeunes paysans et ouvriers, auxquels se sont ralliés les quelques identitaires et anarchistes locaux(2), mais rien à voir avec les casseurs du PSG au Trocadéro et sur les Champs Elysées en mai 2013(3)… Les signaux vont bien au-delà le ras le bol fiscal et les conséquences de la désindustrialisation. Les messages sont clairs : " laissez nous nous occuper de nos affaires et renforçons le régionalisme "  et " nous ne voulons plus des plans de Paris, mais la possibilité de vivre décemment sur place "…. Les revendications n’étaient ni indépendantistes, ni autonomistes mais focalisées sur un régionalimse renforcé et un desserrement de l’emprise de l’Etat (rejoignant en cela les orientations européennes…par ailleurs critiquées pour leurs excès de réglementations…).

Comment se situent les jeux d’acteurs ?

Bien entendu nous pouvons nous laisser bercer par les propos de ces ministres, notamment bretons, qui se révèlent assez décontenancés mais aussi inquiets de cette catharsis régionale, et qui ne voient désormais dans chaque manifestation catégorielle ou sociétale que la montée d’extrémismes de tous bords …. C’est la litanie du moment! Nous pouvons aussi nous laisser amuser par les déclarations de M Mélenchon qui organise sa propre manifestation à Carhaix pour essayer d’exister médiatiquement en accusant avec beaucoup de mépris les Bretons d’être des " esclaves "…. Mais soyons sérieux,  ce ne sont pas ces pièces de théâtre qui se sont jouées dans les rues de Quimper et il convient d’être très prudent sur les raccourcis politico médiatiques mis en avant ici et là pour essayer de relativiser cette colère et cette désespérance qui montent dans les campagnes et les faubourgs. Ils créent des biais d’analyse qui sont malsains et qui faussent les modes de représentation que l’on peut avoir de ce type d’évènements.

A l’instrumentalisation politique classique les manifestants ont répondu par de la dignité et de la retenue alors que les esprits étaient sous haute tension. La moindre erreur des forces de l’ordre auraient pu indéniablement faire basculer cet après-midi vers d’autres scénarios. Malgré les échauffourées tout s’est pourtant bien passé et Quimper, qui est une ville idéale pour des " casseurs " avec tous ses commerces à proximité de la manifestation, n’aurait pas pu résister. Nous sommes plutôt dans le style de ces grandes manifestations populaires, comme lors de la manif pour tous, qui réunissent depuis des mois des dizaines voire des centaines de milliers de personnes, avec une colère pour le moment maîtrisée. L’objectif étant de faire passer des messages au pouvoir politique mais dans le respect de l’état de droit. Ce qui démontre le niveau de responsabilité et de maturité qui règne encore dans nos démocraties au sein de la société civile, que l’on a toujours tendance à sous-estimer dans sa capacité de pilotage de ses pulsions collectives.

Dans la rue s’était coagulée salariés, licenciés de l’agroalimentaire, petits patrons, travailleurs indépendants, commerçants, artisans… toute une population assez hétérogène qui crée ou contribue à créer de la valeur-ajoutée en silence. Cette population, dont une bonne partie a voté pour le Président François Hollande en 2012, est manifestement à bout de souffle et n’en peux plus de payer des charges, des taxes. Tous se plaignaient d’être asphyxiés par le poids de la bureaucratie et des impôts qui s’ajoutaient aux difficultés de la vie économique, voire tout simplement de la vie. Il suffisait de croiser les regards, d’échanger avec les uns et les autres pour voir que tous ces manifestants faisaient partie de ces « sans grades » dont les marges de man½uvre ou d’espoir sont déjà largement consommées. Ils n’étaient pas là pour se battre pour un « pouvoir d’achat » qui ne fait plus partie de leur quotidien depuis pas mal de temps. Ils étaient là pour demander un minimum de décence et un peu de « mieux être » au travail. Ils ne demandent pas de plans, juste qu’on les laisse travailler. Une grande partie de cette population se sent par ailleurs trahie voire oubliée par nos élites…d’où l’appel à une démission de l’exécutif qui était scandée par une grande partie de ces manifestants. Il n’y a pas pire qu’un électeur qui se sent trahi !

Pendant ce temps une autre France dépensait son salaire du mois en ce long week-end de la Toussaint dans les grands centres commerciaux de la périphérie de Quimper. Les parkings étaient saturés de voiture. Une grande partie de cette population vit soit de l’Etat providence, soit est assise sur des acquis ou une réassurance de son emploi, soit est fonctionnaire ou assimilé. Ceux qui étaient dans la rue n’ont aucune réassurance et beaucoup n’avaient plus de quoi boucler leurs fins de mois. Ceux qui arpentaient les couloirs de ces grandes zones commerciales dépensaient leurs revenus à grand renfort de crédit à la consommation, alors que beaucoup de manifestants n’y avaient plus accès victimes du « credit crunch » imposé par les banques. Deux France coexistaient à quelques minutes et à quelques kilomètres d’intervalle. Elles étaient séparées par quelques pelotons de gendarmerie mobile mobilisés (600 hommes) pour garantir l’ordre républicain.

Le jeu d’acteur est paradoxal, il est lié à la construction de notre modèle de vie et à l’iniquité de traitement qui prévaut depuis longtemps vis-à-vis de ceux qui crée de la valeur ajoutée au profit de ceux qui vivent de la richesse produite par les autres, le tout avec une politique d’achat de la paix sociale et de la paix civile qui se fait depuis trente ans, quel que soit le régime politique, à coup d’endettement public (qui va atteindre 100% du PIB très prochainement). Dans ce jeu d’acteur les ténors locaux sont inaudibles face à la détermination de la population. Ce décrochage politique constitue un signal très important à ne pas sous-estimer. Hormis le maire de Carhaix qui est devenu une figure emblématique de la résistance locale, tous les autres élus sont absents, silencieux, décalés ou tout simplement dépassés par la teneur des évènements. Même les pouvoirs publics sont surpris pas la composition de cette jacquerie qui n’est plus seulement fiscale. De nombreux signaux rejoignent les analyses que l’on peut faire depuis 5 ans sur la montée des collectifs qui émergent un peu partout dans nos sociétés occidentales dans le sillage de la crise économique. Ils sont notamment assez similaires à ce que l’on a pu connaître, dans un contexte très différent, avec le LKP et les émeutes très violentes en Guadeloupe en février 20091. (voir le site)

Où sont les pièges ?

Le premier est de penser qu’il ne s’agit que d’une petite révolte comme la Bretagne sait en produire régulièrement. La référence aux bonnets rouges (4) est à elle seule à la fois géniale sur le plan de la communication et réductrice sur le plan historique. En Cornouaille tout le monde a bien entendu en mémoire le bain de sang qui fut celui de la répression de 1675. Les organisateurs n’ont pas hésité à rappeler ces faits aux pouvoirs publics et à affirmer haut et clair qu’ils n’avaient pas peur. Cela signifie qu’ils sont prêts à aller très loin dans leurs revendications et leurs combats. La destruction des portiques n’est qu’un aperçu de ce qu’ils sont capables de faire. Il ne faut pas en effet sous-estimer le Breton, il est dur à la tache. il est solidaire. Il est clanique et vit en réseau, c’est une question de survie pour lui (c’est l’une des diasporas les plus dynamiques au niveau mondial). Mais il est aussi courageux et n’a peur de rien. La mer, la terre, son vécu, son histoire, l’ont éduqué à la robustesse et à une forte résilience face à la dureté de la vie. Il y a ici une mémoire très forte et un esprit de résistance indéniable. La victoire de Plogoff (voir le site) est encore très présente dans tous les esprits. Dès qu’il y a iniquité de traitement de la part de l’Etat (cf. la question de l’Écotaxe) ou injustice de l’Histoire (cf. la vieille question de la régionalisation), le Breton se rebelle. Rennes ne peut plus être une " gare de triage " !

Pour autant ce vent de révolte est-il annonciateur d’une révolution nationale par contagion comme certains l’espèrent ou voudraient le croire ? Certes ces évènements pourraient donner des idées à d’autres régions très touchées par la crise économique ou concernées par des réflexes identitaires forts. Mais une grande partie de la France vit dans cette logique paradoxale avec des populations qui sont protégées par l’Etat providence et qui se sentent assurées et réassurées par des politiques de revenus garantis. Ces populations se sont confinées dans l’espérance d’une continuité sans fin de ce modèle de société infantile mais très confortable et il n’est pas certain que l’appel des Bretons soit entendu voire même apprécié par beaucoup. Le pouvoir politique peut continuer facilement à diviser les Français sur ce point, du moins tant qu’il en a les moyens financiers, ce qui suppose encore plus d’impôts et de dettes ...

Le principal piège serait de croire aussi que le pays est encore très riche et que cette jacquerie n’est qu’une affaire marginale de " gueux ". Une sorte de contingence politique que l’on pourrait régler avec un nouveau droit de tirage sur les fonds publics, sous prétexte qu’il y a de la liquidité partout et qu’il est encore possible de faire fonctionner la pompe à subvention (qu’il faudra de toute façon nourrir avec de l’impôt ou de la dette…). Le message sous-jacent de cette alerte des bonnets rouges est celle de l’insolvabilité émergente de la plupart de nos outils de création de richesse au sein de nos territoires qui n’arrivent plus à faire face aux défis de la compétitivité mondiale. Mais c’est aussi celle de l’insolvabilité de l’État, dont nous ne pouvons plus sous-estimer les défaillances budgétaires quotidiennes et les difficultés financières avec les collectivités territoriales. C’est un message d’alerte important quant à l’implosion latente mais de plus en plus évidente de notre système de coexistence nationale et sur la fragilisation de notre unité territoriale.

Le dernier et peut-être le plus important des pièges est de sous estimer le niveau de misère qui monte au sein de certaines populations pour lesquelles il n’y a pas de plan bis. Les usines qui ferment laissent des campagnes et des villes dans un très grand désarroi et ce ne sont pas des plans pour 2030 qui sont pensés à Paris ou à Bruxelles qui vont répondre aux grandes difficultés quotidiennes des familles et des populations concernées. La compassion médiatique ne suffit plus, il faut autre chose de plus consistant et de pragmatique pour répondre à cette désespérance qui nourrit des colères potentiellement meurtrières. La priorité est d’arrêter les hémorragies en cours par tous les moyens, l’urgence est de penser 2030…

Alors que faire me direz vous ?

Passer son temps à accuser les non-décisions du passé sur la filière agro-alimentaire, sur l’aménagement du territoire, ne sert à rien. S’enfermer dans du déni de réalité en affirmant que la crise est derrière nous, comme certains politiques l’ont affirmé au lendemain de la manifestation, et qu’une bonne concertation autour d’une table à Matignon avec des chèques sans provision suffiront à régler les problèmes de chômage est aussi de l’ordre de l’imposture …

1) Les Bretons savent que la crise ne fait que commencer et qu’elle va être très dure pour toutes les générations. Désormais il n’y a plus de déni sur le terrain et la population commence à se poser les bonnes questions. La majeure partie des solutions seront locales et l’avenir de la Bretagne passera par une nouvelle internationalisation de ses potentiels, ce qui est très différent d’une mondialisation de ses actifs…

2 )Les Bretons savent aussi que s’ils sont solidaires entre eux, les Français ne seront pas forcément solidaires pour eux. Ils savent qu’une grande partie de la solution sera dans leur capacité de mutualisation des moyens financiers et industriels mais aussi de rassemblement des talents régionaux pour faire émerger des réponses de proximité. Mais cela suppose en effet de renforcer la régionalisation, vieux serpent de mer…, en mettant en ½uvre une véritable décentralisation, autre vieux serpent de mer… face à un Etat ambigu et à une Europe très bureaucratisée et en difficulté. Sans cette évolution en termes de gouvernance du territoire, la Bretagne sera toujours en dessous de son potentiel.

3) La Bretagne est une région courageuse, elle n’a pas peur de travailler et de relever des défis. Ses entrepreneurs, ses marins, navigateurs, chercheurs, enseignants (cf. les résultats aux examens…) le démontrent quotidiennement. Ils savent mieux que quiconque fonctionner intelligemment en réseau, prendre des risques et développer des projets. Mais tous ont besoin de plus de liberté et de confiance pour agir, pas d’une bureaucratie couteuse et indifférente. Le desserrement administratif et étatique est vital pour redonner de l’oxygène aux incitatives créatrices de valeur-ajoutée et de compétitivité sur ce territoire loin de tout

4) La Bretagne a de l’or en main à condition qu’on la laisse exploiter et développer ses richesses et ressources sans passer par des planifications ahurissantes ou de prélèvements improductifs. Il y a l’or vert avec l’agriculture et les filières agro-alimentaires. L’or bleu avec tous les métiers de la mer. L’or blanc avec le monde des chercheurs et de la technologie, de l’ingénierie, des services, de la distribution, de la culture, du tourisme dans lesquels les Bretons excellent en termes d’inventivité, de créativité. Et il ya aussi ce sens du « grand large » avec cette pratique du « long cours » pour aller chercher les marchés lointains et construire des projets sur tous les continents. Il faut renouer avec " l’esprit de la course " qui a fait la fortune des ports bretons pendant que la monarchie se contentait de gérer son " pré carré " au prix de multiples guerres. Finalement les accords de franchise signés par Anne de Bretagne avec le royaume de France n’étaient pas si inappropriés…Ils demeurent d’actualité.

5) La Bretagne a aussi un grand sens de l’équité dans ses gênes celtiques. Dans son questionnement sur sa propre crise elle interpelle les Français sur notre fonctionnement institutionnel de la démocratie et sur les excès trop bien connus et dénoncés partout d’un certain jacobinisme. Elle ne cherche pas pour autant à faire la révolution, elle sait plus que n’importe quelle autre région ce que lui ont couté les guerres de la chouannerie, elle cherche simplement à construire le prochain siècle pour ses enfants et les futures générations en demandant d’inventer une nouvelle relation Etat-Nation en adéquation avec les impératifs et enjeux du XXIème siècle.

Tel est le message que j’ai perçu au travers de cette expression de colère sourde, digne mais déterminée sur la place de la résistance de Quimper. Pour certains cet évènement est sûrement de l’ordre du signal faible, pour d’autres cette manifestation est marginale au regard d’autres actualités plus importantes comme le Mali... Il est vrai que l’opération Serval coûte quasiment aussi cher que le " pacte d’avenir pour la Bretagne " qui va se discuter prochainement à la préfecture de région (300 millions d’euros).

Mais ne nous imaginons pas que l’actualité du Mali pourra en permanence détourner l’attention des Français et leur faire ignorer les difficultés quotidiennes qui sont celles d’un pays qui devient chaque jour un peu plus insolvable… Certes Il est encore trop tôt pour se faire un jugement définitif et nous verrons bien ce qui sortira de cette colère des bonnets rouges.

Entre temps, pour stimuler le nécessaire questionnement qui s’ouvre avec cette actualité bretonne qui nous interpelle sur l’avenir de notre pays, méditons ces mots de Tchekhov lorsqu’il écrit que " l’indifférence est une paralysie de l’âme ".

Pour ma part je ne peux pas être indifférent à ce message d’alerte lancé du bout de cette péninsule, " là où se finit la terre " pour la République, « là où commence la mer » pour les bretons, « là où nulle part plus qu’ici on ne fut fidèle à la patrie !» comme l’a déclamé le Général de Gaulle dans son fameux discours du 2 février 1969 sur cette place de la résistance !

Additif: Pour ceux qui seraient intéressés Radio Notre-Dame a consacré le vendredi 15 novembre 2013 une émission suite à la publication de cette chronique; Cette émission intitulée "le Débat Economique" et animée par Vincent Neymon a été consacrée "aux bonnets rouges et à la question bretonne" .

Il est possible de la réécouter en allant sur le podcast suivant: (voir le site)

(1) Quimper les fêtes de Cornouaille, à voir pour bien comprendre la forte identité, la fierté, la solidarité et la dignité du monde breton : (voir le site)

(2) Cf. BFM 2 nov 2013 : (voir le site)

(3)Cf. le 13 mai 2013 : (voir le site)

(4) La Révolte du papier timbré est une révolte antifiscale d’Ancien Régime, qui s’est produite dans l’Ouest de la France, sous le règne de Louis XIV (d’avril à septembre 1675). Elle est déclenchée par une hausse des taxes, dont celle sur le papier timbré, nécessaire pour les actes authentiques. La révolte eut plus d’ampleur en Basse-Bretagne, notamment en prenant un tour antiseigneurial sous le nom spécifique de révolte des Bonnets rouges, car certains insurgés portaient des bonnets bleus ou rouges selon la région. On dit également « révolte des Torreben » (« casse-lui la tête»), un cri de guerre qui sert également de signature dans un des codes paysans. Cette révolte s’inscrit dans un contexte où Louis XIV faisait la guerre aux « Provinces-Unies » guerre dite de « Hollande » qu’il fallut

financer en levant de nouveaux impôts…

Document PDF ici_quimper_les_bretons_parlent_aux_franais.pdf Ici Quimper ! Les Bretons parlent aux Français. Source : Xavier Guilhou
Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 5503 lectures.
Xavier Guilhou a depuis trente ans une pratique pluridisciplinaire de la gestion des risques et des crises au niveau international. Il a tiré de ses diverses expériences des réflexions et des grilles de lecture sur les ruptures qui impactent en profondeur nos organisations et nos univers de pensée ainsi que sur leurs conséquences concrètes en terme de management.
Vos 76 commentaires
  Jean Derrien
  le Mardi 5 novembre 2013 21:00
"Renforcer le régionalisme" mais il n'existe même pas !
Assez des demi-solutions : liberté pour le Peuple Breton, autonomie immédiate !
(0) 
  Jack Le Guen
  le Mercredi 6 novembre 2013 09:05
"Les revendications n’étaient ni indépendantistes, ni autonomistes «  . Elles étaient là pourtant, mais peut-être pas majoritaires. Tous les partis autonomistes et indépendantistes étaient là. De plus le collectif qui à appelé au rassemblement de Quimper est composé de plusieurs autonomistes, voire indépendantistes comme Christian Troadec ou Jean-Pierre Le Mat.
(0) 
  Gilberte Dauriac
  le Mercredi 6 novembre 2013 11:18
Bon ressenti de la situation,à mon sens.La Bretagne (mais n'oublions pas les Bretons de la diaspora qui peuvent aussi donner un bon coup de main) est un vivier de forces qui ne demandent qu'à être exploitées(dans le bon sens du terme "exploiter"!)par des Bretons parfaitement conscients des enjeux. La Bretagne devrait être autonome et non pas soumise à la gestion assez malheureuse de Paris ou de l'Europe qui prétendent ne pas gouverner à coups d'ultimatums(mais le font à coups d'impôts ou d'orientations discutables).
(0) 
  Job LE GAC
  le Mercredi 6 novembre 2013 19:37
"Les revendications n’étaient ni indépendantistes, ni autonomistes mais focalisées sur un régionalimse renforcé et un desserrement de l’emprise de l’Etat " . . .
Question au candidat Hollande à Brest : "Comment voyez vous la future géographie de la Bretagne?";
Réponse du candidat, devenu président : "Il est hors de question de faire une régionalisation spécifique à la Bretagne, la France est une et indivisible !" . . .
Ils ont dit "Pacte"?? . ..
hé ben, c'est pas gagné !!
(0) 
  PIERRE CAMARET
  le Mercredi 6 novembre 2013 22:36
La France est Une et Indivisible et la Bretagne est un ensemble de 4 Departements Francais .
ITE MISSAE ..
Voila les equations a resoudre .
(0) 
  PIERRE CAMARET
  le Jeudi 7 novembre 2013 08:47
La Contre attaque est deja lancee .
Avec le decalage horaire , j'ecoutais en differe : Plan avenir de la Bretagne : c'est un Prefet de Region qui negocie , donc Paris a soustraite a l'echelon local(le fusible ). . Un secretaire d'état (ou Ministre ) a l'Agro Industrie , a commence a parler des lois de la Republique Francaise et voila la main jacobine apparait .
Ces Reunions ne donneront rien d'important . A oublier l'Autonomie et la Reunification . L'Ecotaxe quelque chose sera trouvee ( je trouve les Ecolos jacobins trop tranquilles , peut etre , sont ils rassures).Le reste : Biensur intervention ( normal ) a Bruxelles sur le dumping en Allemagne , cela ils le feront et c'est bien . Changement du paysage AgroAlimentaire Breton ,modernisation des Outils de production ... a voir ..... mais cela les Industriels Bretons devraient le decider euxmemes .Un audit Industriel devrait etre effectue par une Societe d'experts bien au courant du marche et des tendances mondiales(Audit paye par la Region ), un document bien detaille , devrait etre elabore etc..... mais vous verrez qu'a la fin tout le monde se sentira heureux .
. Pessimiste Oui , mais je souhaite fortement de me tromper .
(0) 
  Alain Colin
  le Jeudi 7 novembre 2013 08:56
et, concernant la crise de l'agroalimentaire bretonne, pas un mot ? rien à dire sur les responsabilités des industriels bretons, de la FNSEA ? par contre le coup de patte sur les fonctionnaires, c'est facile, classique, c'est sans doute pas dans les "gènes bretons" d'être fonctionnaire
(0) 
  Lousi Le Bars
  le Jeudi 7 novembre 2013 09:32
Mais où est donc passé le Conseil Régional dans cette histoire ??
Inexistant, je rejoins Pierre Camaret, on entend parler que du Prefet...on a donc un bizarre sentiment que l'interlocuteur c'est le Prefet nommé par le gouvernement...bienvenue dans les colonies !!
A défaut d'avoir une majorité au Conseil Régional issue de partis politiques bretons, je crois qu'il est vivement souhaitable que la majorité au Conseil régional de Bretagne ne soit pas la même qu'au gouvernement à Paris...peu importe que ce soit le PS ou l'UMP.
Là on a quand même un exemple frappant d'inertie absolue alors que la Bretagne est concernée en premier lieu par toute une série de mesures ou de non respect d'engagements électoraux.
(0) 
  eugène le tollec
  le Jeudi 7 novembre 2013 09:52
Mais ,M.Le Bars,vous ne voyez pas que les bretons fidèles à eux-mêmes obéissent instinctivement à l'ordre républicain...la Bretagne est dirigée par un préfet de région...donc un CR et les quelques inutiles qui hantent la buvette ne servent à rien.
AMEN...c'est le seul mot connu...voilà le bréviaire breton!!!
(Idem pour un CG....des mannequins!!!!!)
(0) 
  PIERRE CAMARET
  le Jeudi 7 novembre 2013 11:14
@elt . La repression contre les bonnets rouges sous Louis XIV ... Madame de SEVIGNE disait ces pauvres Bretons , on les pend aux branches des arbres et le seul mot francais qu'ils savent dire est :AMEN ????
@ Lousi Le Bars.Le CR est obeissant , surtout pas se mouiller, se faire remarquer , sinon on perdrait son Job, et la carriere au Paradis du PS francais .. Pour moi , immense sentiment de degout devant le manque total de responsabilites .
Enfin il n'ý a pas que le CR qui se retire, le President FH va voyager et s'occuper des fleurs du jardin .Tres grande responsabilite.
(0) 
  Koupa Reun
  le Jeudi 7 novembre 2013 11:21
arr^tez de parler de Régionalisme renforcé etc, le mot autonomie n'est pas lié au terrorisme que je sache ou alors les catalans, les gallois? les écossais, les habitants des Lander ETC sont des terroristes? il faut être clair dans ses ambitions
(0) 
  Xavier GUILHOU
  le Jeudi 7 novembre 2013 12:01
Plusieurs remarques à vos commentaires pour alimenter cette réflexion de fond qui est entamée autour de ce papier que j'ai écris sur ces ruptures de paradigme que nous commençons à vivre.
Pour moi, la Bretagne vit aujourd'hui trois désillusions majeures qui affectent profondément l'inconscient collectif et sous-tendent le niveau de mobilisation assez hétérogène auquel nous assistons derrière les "bonnets rouges":
Le premier est très concret et tangible avec l'effondrement, et bien au delà avec la désacralisation et la désanctuarisation, de la filière agro-alimentaire en tant que modèle industriel quasiment "inoxydable" dans la planification économique française (au même titre que peux l'être le nucléaire dans un autre domaine et à une autre échelle surtout depuis Fukushima). C'est une réalité incontournable et ce n'est pas en allant chercher quelques subventions à Paris ou à Bruxelles que nous réglerons sur le moyen terme la question du modèle qui ne peux plus résister à tous les effets de la concurrence (technologie, pays émergents, guerre des monnaies, nouveaux modes de consommation...). A la rigueur un énième saupoudrage de subventions permettra d'acheter la paix sociale mais il n'évitera pas une restructuration en profondeur de ce secteur d'activité comme c'est le cas pour d'autres grands domaines industriels actuellement (cf. l'automobile, le monde maritime etc.).
Le second est psychologique avec ce que j'appelle "la trahison des clercs". La Bretagne a voté massivement socialiste pensant ainsi être préservée sur le plan politique. Cette option d'un juste milieu social-démocrate, là où d'autres régions sont contraintes par des confrontations plus radicales, devait permettre aux bretons de négocier un "bien être durable" avec des ministres bien installés au gouvernement dans une France en crise. Or les Bretons ont le sentiment d'être quelque part trahis par ceux qu'ils ont portés au pouvoir, avec en plus depuis quelques jours un vent de jacobinisme très affirmé qui est toujours mal vécu à l'Ouest de Paris. Il ne faut pas oublier que ce modèle de gouvernance mis en place par Richelieu ( et à priori encore inoxydable" )a résisté à plusieurs siècles de jacqueries. Il est toujours très bien enseigné à l'ENA et le préfet de région est parfaitement dans son rôle de bras "exécutif" du pouvoir. Nous pouvons lui faire confiance pour bien gérer cette relation Etat-Nation toujours très conflictuelle. Nous pouvons en effet beaucoup nous interroger sur le rôle du Conseil Régional dans le pilotage de cette crise...
Le troisième est historique avec cette impossibilité constitutionnelle (la France est une et indivisible) de faire émerger une véritable gouvernance régionale à l'instar de ce qui existe avec les grandes provinces en Espagne ou avec les Lander allemands. La notion de "
régalien" qui prévaut dans toutes les analyses des experts en science-politique sur les plateaux TV à Paris montre bien que nous sommes encore à des années lumières d'une véritable démocratie équilibrée entre l'Etat et les régions. Les Bretons en appellent à l'arbitrage de Bruxelles comme s'il s'agissait d'un nouveau Graal. Il est clair que Bruxelles est plus riche que Paris en dotations, l'Union européenne n'en n'est pas moins une grande bureaucratie et la diplomatie d'affaire allemande n'est pas forcément le meilleur allié de la Bretagne, surtout de son industrie agroalimentaire. Nous sommes dans ces paradoxes où nous voulons moins d'Etat plus d'Europe, moins de centralisme et finalement plus de bureaucratie...
Sur un autre plan opposer fonctionnaires / entrepreneurs /paysans autour du modèle productiviste breton serait une faute contre l'esprit. Il n'y a pas d'un coté des bons et de l'autre des méchants. Je rappelle que dans les années 60/70 ce modèle a été pensé et adopté quasiment collégialement autour du ministère de l'agriculture, du commissariat au plan, de la DATAR, avec l'INRA, les chambres d'agriculture, les entrepreneurs, les banquiers, même HEC avait dédié une formation ad hoc avec à sa tête un breton bien connu pour former les cadres de l'IAA... A l'époque il fallait nourrir la France qui était un pays en reconstruction. N'oublions pas que des politiques comme J Chirac ont porté haut et clair ce modèle pur le faire financer par Bruxelles (ce que Mme Angela Merkel veut aujourd'hui par tous les moyens remettre en cause).
Depuis plus de dix ans je fais parti de ceux qui ne cessent d'alerter sur l'obsolescence de ce modèle et sur les risques majeurs pour tout ce secteur d'activité. Mais comme tout le monde, Etat comme acteurs du monde économique, baignaient dans l'euphorie des rentes de la mondialisation, mes alertes étaient inaudibles... C'est comme pour la crise des Antilles que j'évoque dans mon papier et que je connais bien. Dans les années 90 cette région avait eu la possibilité de repenser en profondeur son modèle de développement. Il y a eu la loi sur la défiscalisation de l'outre mer qui a été mise en place par les politiques, l'administration fiscale et les lobbies de tous bords. Tout le monde a fait du "
cash monnay" sur une économie virtuelle avec des profits immédiats considérables. Dix ans après avec la crise de l'énergie et Le crash financier américain l'ensemble a basculé dans une crise sociétale majeure avec les émeutes de 2009 et l'émergence du collectif du LKP. Mêmes causes, mêmes effets, avec au bout des conséquences meurtrières.
Ce que nous commençons à vivre est le résultat non seulement d'erreurs de gouvernance collective mais aussi d'un état d'esprit général. Nous avons toujours repoussé aux lendemains des décisions de fond pour notre société et surtout pour nos enfants et les générations à venir, ne nous étonnons pas si le prix à payer aujourd'hui est plus élevé.
Au delà le côté émotionnel que suscite cette révolte des "
bonnets rouges", il faut avoir en tête que qu'elles que soient les solutions apportées à court terme par le pouvoir pour tenter de réduire la colère qui monte dans les campagnes nous aurons beaucoup de cases humaines et sociales comme ce fut le cas dans les années 80 en Lorraine, actuellement en Franche Comté avec l'automobile, ou avant-hier dans le Jura avec la plasturgie. Il serait intéressant que les Bretons aillent voir comment les autres régions ont fait face et se sont relevées. Le nord de la France qui a été très éprouvée depuis 30 ans est une bonne étude de cas.
Nous ne sommes qu'au tout début d'un long chantier où les solutions seront de toute façon à 95% locales, comme chaque fois. En cela la solidarité des Bretons et tous les talents que nous avons sur le plan régional, privés (nous avons l'un des meilleurs terreaux d'entrepreneurs) comme publics (la Bretagne ayant fournis à l'Etat des bataillons de fonctionnaires et de grands commis de très grande qualité), doivent être mobilisés en réseau et avec intelligence, comme ce fut le cas dans les années 60. Pour cela il faut un peu plus de leadership et pas seulement d'un côté de "
nouveaux chouans" et de l'autre des "grands ducs" qui nous rejouent des partitions qui n'ont amené que de la misère et du sang en Bretagne et dans l'ouest de la France (j'en sais quelque chose au travers de l'histoire de ma famille). Telle est ma conviction au regard de ce que je côtoie en Cornouaille mais aussi ailleurs en France et surtout dans le reste du monde qui ne nous attend pas.
(0) 
  Caroline Le Douarin
  le Jeudi 7 novembre 2013 12:07
Dans la légende de la photo :
Cette place est chargée de symbole puisque c’est à Quimper que le général de Gaulle a prononcé son premier discours d’homme d'État le 22 juillet 1945 et sur cette place qu’il a prononcé aussi son tout dernier discours en tant que chef d'État le 2 février 1969 sur la régionalisation et la réforme du Sénat (a réécouter pour son étonnante actualité…). C'est aussi ce jour-là qu’il confirme le fameux Plan routier breton qui est à l’origine de la contestation sur l'Écotaxe. C’est aussi là qu’il a déclamé ces vers en breton extraits des poèmes écrits un siècle auparavant par son oncle le celtisant Charles de Gaulle : « Va c’horf zo dalch’het, med daved hoc’h nij va spered, ’vel al labous, a denn askel, nij da gaout he vreudeur a bel. » « Mon corps est retenu mais mon esprit vole vers vous, comme l’oiseau à tire d’aile vole vers ses frères qui sont au loin. » ,
la phrase Va c’horf zo dalch’het s'explique par le fait qu’il était gagné par la paralysie, ce que peu de personnes savent, comme expliqué sur (voir le site) d’ABP.
Mort en 1880, il habitait 286 rue de Vaugirard à Paris, où la Ville devrait bien mettre une plaque, même si l’immeuble a été reconstruit en 1926... (voir le site) , sa page sur wikipédia.
(0) 
  PIERRE CAMARET
  le Jeudi 7 novembre 2013 12:23
@ Xavier GUILHOU .J'ai beaucoup apprecie votre commentaire , qui marque une tres bonne connaissance du contexte et des acteurs .
Biensur on compare toujours avec ce que l'on connait .J'ai fait toute ma carriere Industrielle en Asie ( Oil and Gas ) et ai pris ma retraire en Australie , ou mes enfants font souche .A mes chers compatriotes Bretons , vous etes trop conservateurs parfois , le Monde est maintenant Mondial ??? et ne vous attend pas ... il bouge .Les patrons Bretons: beaucoup preferent le confort du pays , au lieu de parcourir le monde a la recherche de marches , d'innovation technologigue , de partenariat, de JV etc.... et arretez de toujours vouloir que l'Etat intervienne .Vous etes patron , vous avez donc la responsabilite que votre entreprise marche, non plus comme celle de Grand papa , mais comme celle de l 'an 2013.Il y a des moyens immenses a votre disposition . Utilisez les.
(0) 
  eugène le tollec
  le Jeudi 7 novembre 2013 12:37
Xavier Guilhou,bonjour
BONNE ANALYSE.
LA SEULE projection à tout ça, est le fédéralisme et l'abandon du centralisme outrancier.
Cela veut dire qu'il faut tout remettre à plat(structurellement et fonctionnellement) .
Pour la Bretagne,un concept "bonnet rouge" doit survivre car c'est l'expression d'un ras le bol contre tout parti central.
(0) 
  Jack Le Guen
  le Jeudi 7 novembre 2013 12:45
@Xavier Guilhou : Vous écrivez sur le productivisme "A l'époque il fallait nourrir la France qui était un pays en reconstruction. » Oui mais aujourd’hui il faut nourrir la terre entière. On ferme en Bretagne des chaînes de production de poulets congelés pour l’exportation alors que la consommation mondiale de poulets est en pleine expansion. Attention à ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain ! Le productivisme et la protection de l’environnement sont conciliables comme avec les chercheurs d’or en Alaska, qui ne peuvent utiliser le mercure, et qui sont obligés de restaurer les sols à leur état naturel avant de quitter leur concession.
Le modèle breton qui est ici critiqué a été adopté par les Allemands et d'autres pays européens. Il est même beaucoup plus productiviste en Allemagne et est devenu une des composantes de la prospérité allemande avec les machines-outils. La seule différence c'est que l'agrobusiness allemand est moins imposé et paye des salaires plus bas,et a pu donc investir en particulier dans des installations plus modernes et plus grandes, améliorant encore plus la productivité et la compétivité, ET, en même temps dans des milliers de sites de méthanisation pour transformer le lisier, en partie responsable des algues vertes, en électricité. ll existe en Allemagne près de 7 000 unités de méthanisation pour une dizaine maximum en Bretagne ! Le développement de la méthanisation en Bretagne est aussi bloqué par toutes sortes de blocages administratifs. Le productivisme est possible si la protection de l'environnement rentre dans l'équation mais les industries agro-alimentaires doivent effectuer des profits pour pouvoir investir. Je rappelle que la suppression des subventions européennes pour l’export du poulet vaut aussi pour les producteurs allemands, mais apparemment ils survivent...
La responsabilité de ce désastre breton demeure entièrement dans la classe politique française, les socialistes en premier, mais aussi la droite, qui n'a pas su faire les reformes de la fiscalité des entreprises nécessaires y compris la flexibilisation du code du travail. La vérité politique qui se fait jour de plus en plus c'est que la France, le PS en premier, n' a pas vu venir la mondialisation de l'économie, ou si certains l'ont vue, ils ont fermé les yeux volontairement. Des intérêts électoralistes et corporatistes, voire l'idéologie ou la peur du chantage et des réactions violentes du lobby syndical, ont produit un fiasco par inertie.
(0) 
  Jack Le Guen
  le Jeudi 7 novembre 2013 13:44
Un blogueur pose cette question : "Question qui fâche, mais qu'il faut bien poser : pourquoi les paysans d'Auvergne, pour prendre un exemple qui a du sens, ne gueulent-ils pas autant que les bretons ? »
C 'est une question interessante. A première vue je pense que ces régions, comme l'Aquitaine ou la Champagne, sont dotées de productions non délocalisables. La terre entière reconnait que les meilleurs fromages du monde sont produits en France et l'Auvergne en est le fleuron. On peut dire la même chose des région viticoles francaises comme le Bordelais ou la Champagne. Toutes ont des productions AOC donc protégées par définition de la mondialisation, pour un certain temps du moins : les Chinois, la Nouvelle Zélande et la Californie produisent des vins excellents, à quand du Cantal ou du Conté ? I faut bien reconnaitre que la Bretagne ne produit aucun de ces produits de qualité protégés de la concurence par des AOC à part quelques fleurons par ci par là comme le paté Hénaff. La culture commerciale de la vigne y est même interdite depuis Colbert, quant au fromage, il n'y a pas été développé pour des raisons historiques liées à l'absence de Gabelle. Tout ça serait à revoir d'ailleurs à la lumiere du réchauffement climatique . Il y a d'ailleurs un très beau vignoble à Quimper mais le propriétaire n'a pas le droit de vendre son vin ! C'est aussi ça la France.
Dans le plan d'avenir qui se discute en ce moment, il serait judicieux de faire un inventaire des AOC bretonnes afin d’investir massivement dans des produits de qualité à forte valeur ajoutée tout en essayant de sauver ce qui peut être sauvé de l’agroalimentaire de base.
Cela ne retire en rien à mon commentaire sur l'allègement des taxes et des charges des PME en France d'une façon générale. Sans bébéfices, une PME ne peut pas moderniser ou s'aggrandir. Les Bretons ne sont pas plus bêtes que les Allemands, si ils en avaient eu les moyens, ils auraient aussi modernisé les abbatoirs, les procheries et les élévages y compris la construction de sites de methanisation. Le probleme du dumping social des producteurs allemands doit aussi être adressé par Bruxelles et Le Foll à Paris mais il est certain qu'avoir le même salaire minimum sur l'ensemble du territoire de la France (ou de l'Europe) n'a pas de sens. Un loyer en région parisienne est 3 ou 4 fois plus cher qu'en Bretagne rurale. Il n'y a aucune raison que les SMICs soient les mêmes. Quelque soit le bout qu'on attrape au sujet des problèmes bretons on arrive à chaque fois a des solutions de décentralisation, de régionalisation, de dévolution, voire d'autonomie. Le plus bel exemple est l'écotaxe. Les conditions en Alsace, n'ont rien à voir avec celles en Bretagne. L'écotaxe devrait être organisée, encaissée et reinvestie par les régions, pas par l'état. Je crois comprendre que c'est le cas des Landers allemands.
(0) 
  Xavier GUILHOU
  le Jeudi 7 novembre 2013 13:45
Certes vous avez raison mais votre analyse sur le productivisme et la compétitivité des autres pays européens notamment de l'Allemagne ne peut s'arrêter au secteur de l'agroalimentaire, sujet très sensible pour nous Bretons. Elle vaut pour tous les secteurs d'activité en France. L'automobile en sait quelque chose et avec beaucoup plus de casses que pour l'agroalimentaire...
Pour ne prendre que ce cas, les allemands ont mis en ½uvre une véritable stratégie industrielle aux lendemains de la chute du mur de Berlin. Il ont assumé ce défi gigantesque derrière Khôl puis Schroeder que fut la reconstruction de l'Europe centrale et la réédification d'une Allemagne unie. Nous, nous avons privilégié le modèle d'une France "tranquille" incarnée par François Mitterand et d'une sociale démocratie déchristianisée incarnée par Delors, les deux étant les mentors de François Hollande. Ce furent deux choix stratégiques radicalement différents au sein du couple franco-allemand. Dans l'un les Allemands se sont battus collectivement pour faire face aux défis portés par l'histoire d'un monde qui se construit différemment du siècle dernier. Dans l'autre nous avons préféré le repli sur nous-mêmes, le jeu des corporatismes et nous avons compté sur la toute puissance de l'Etat providence (et depuis Maastricht sur la bienveillance de l'Euro...). Il y a chez La Fontaine de nombreuses fables pour illustrer la suite à donner à ce type de choix, et pour les lettrés nous pouvons remonter à Esope qui déjà à l'époque antique dissertait sur les mêmes questions et errements en matière de choix de gouvernance.
Nous payons aujourd'hui 30 ans de choix politiques qui nous mènent aujourd'hui droit dans le mur. 30 ans ce n'est rien à l'échelle de l'Histoire des peuples...Quand aux charges que vous évoquez, elles ne sont que la résultante de ces choix inconséquents en matière de stratégie économique, même si elles peuvent toujours se justifier politiquement sur le plan sociétal en instrumentalisant le terme de "justice sociale". Si on pouvait dans ce pays parler au demeurant d'équité fiscale, ce serait un grand pas en avant...Pour ma part je suis le premier dans mes domaines d'expertise à me battre face à des concurrents européens mieux organisés, américains mieux défendus monétairement et des émergents déterminés et compétents. Je me bats les mains attachés dans le dos (les charges) et il m'est demandé de courir aussi vite que les autres mais avec un sac de 50kg sur les épaules (la dette, la monnaie) et 20 ans d'écarts en termes de souffle (les effets d'une démographie vieillissante, car nous sommes devenus un pays de vieux ne l'oublions pas...). Il faut être conscient que la France, et de surcroit la Bretagne, ne se bat plus avec la même vélocité et agilité qu'il y a encore 15, 20 ans et ce en dépit de tous nos talents qui sont forcément "exceptionnels".
C'est pour toutes ces raison que je n'arrête pas de dire que nous sommes aujourd'hui engagés dans une crise de modèle qui est globale et profonde. Nous n'échapperons pas à l'épreuve de la page blanche. Goethe avait écrit à ce propos " Il n'est rien de sensé qui n'ait été déjà pensé, on doit seulement tâcher de le penser encore !" C'est ce que je fais tous les jours dans mon domaine pour faire face à l'indien, au chinois, au brésilien qui sont devenus aussi intelligents que nous et qui ont tout compris au monde qui est en train de se construire sous nos yeux.
Pour être respecté il faut être respectable, pour être respectable il faut maîtriser les fondamentaux de sa destinée (au moins sur terre) et cela suppose d'être clair sur les impératifs et les enjeux que nous avons et devons assumer. Cela fait partie de notre libre arbitre. A partir du moment ou le premier parti de France est l'abstentionnisme, et que la première requête est la mise sous perfusion permanente en termes de subventions et d'aides étatiques que ce soit au niveau individuel ou corporatiste, ne nous étonnons pas si notre souveraineté et compétitivité globale s'érodent et s'affaiblissent aux yeux des autres qui n'auront aucune pitié pour nos marques de faiblesses.
Dans toutes les grandes crises que j'ai accompagnées, je le répète les solutions sont d'abord locales. Dans tous les grands désastres ce qui fonctionne c'est le chainage suivant: moi, ma famille, mon quartier, mon village, mon district, ma région et si c'est possible l'Etat et pourquoi pas avec un peu de chance si l'on s'intéresse à votre petit cas le monde l'univers... L'inverse débouche toujours sur de grands blocages, de l'enlisement voire du chaos et redonne à la crise une énergie supplémentaire. Pour sortir d'une crise il faut d'abord éviter de donner à la crise de quoi la nourrir. Et dans le cas concrets de la contestation des "bonnets rouges" nous ne sommes pas sortis de la crise, nous ne faisons qu'y rentrer et l'aggraver au regard de ce que je peux observer.
(0) 
  SPERED DIEUB
  le Jeudi 7 novembre 2013 13:48
Jack vous vous faites l'avocat d'un système productiviste poussé à l'extrême alors que contrairement aux idées reçues la forme que prend le gigantisme en Allemagne fait de moins en moins l'unanimité voir le lien ci dessous
Ce système a aussi atteint ses limites et le serpent de la méthanisation non maitrisée (contrairement au Danemark) se mort la queue car pour saturer et rentabiliser les nombreuses installations il faut augmenter les surfaces de mâis au détriment d'une part de la production alimentaire et de l'autre de l'environnement que contribue à dégrader cette culture du fait qu'elle prend une part déraisonnable dans l'assolement au détriment des herbages et autres cultures
Je ne considère pas que l'on va promouvoir l'idée européenne et le fédéralisme en se faisant les avocats d'un tiers mondisme social dont des entreprises agro alimentaires allemandes nous donnent un avant gout de part leur dumping dans ce domaine c'est d'ailleurs une des barrières à un accord entre la CDU et les sociaux démocrates outre Rhin ces derniers revendiquant un smic à 8 .50 vont dans le sens de l'harmonisation des salaires au niveau européen
(voir le site)
(0) 
  eugène le tollec
  le Jeudi 7 novembre 2013 13:51
La honte actuelle de la Bretagne est que,sur un mouvement de fond...on se retrouve à discuter avec un préfet,là est la véritable insulte.
Voir un revendication soumis à la décision d'un suppôt d'État.
Vraiment les bretons vous êtes pris pour de la M....!...il y a deux siècles,tout ce qui était dans la rue ,à Quimper,finissait "aux galères"!
(0) 
  Marcel Texier
  le Jeudi 7 novembre 2013 15:50
Vous dîtes, Xavier Guilhou, que "les solutions seront de toutes façons, à 95 % locales", et vous avez cent fois raison. Mais, comment mettre en oeuvre ce programme dans un pays où les décisions sont à 95 % prises à Paris ?
Attendre que la France procède à une véritable régionalisation, voire une fédéralisation, est absolument vain et, pour la Bretagne, c'est totalement exclus.
La raison en est que la Bretagne, contrairement à ce qu'on essaie de nous faire accroire, n'est pas un province comme la Normandie ou la Touraine, fiefs du Royaume de France, mais un pays qui a grandi à côté de la France et contre la France, un pays envahi par son voisin en 1487-1491 et depuis, soumis au bon vouloir de ce dernier. Pour tenter d'effacer les traces du crime, il s'est efforcé d'éradiquer sa langue et, pour l'affaiblir encore davantage, il l'a coupé en deux.
Autrement dit, la souveraineté française en Bretagne est une souveraineté usurpée. Le passage des siècles ne fait rien à l'affaire. La légitimité du Préfet en Bretagne est la même que celle de l'Obergruppenführer Werner Best à qui les autorités françaises en 1941 ont soumis pour approbation le découpage qui place la Loire-Atlantique en dehors de la Bretagne.
C'est une vérité difficile à entendre pour nos amis français, mais c'est la vérité. Et de Gaulle disait qu'il n'y a d'efficacité qu'à partir de la vérité.
Il ne s'agit pas de réveiller les vieilles haines, mais d'établir avec nos voisins des rapports basés sur la coopération entre égaux et non plus sur la sujétion du vaincu.
Ce qu'ont réussi les Norvégiens et les Suédois, lorsqu'ils se sont séparés à l'amiable en 1904, pourquoi ne le réussirions nous pas ?
Pour prendre 95% des décisions localement, il n'y a qu'une solution: l'indépendance.
(0) 
  Xavier GUILHOU
  le Jeudi 7 novembre 2013 16:45
Indépendance, autonomie, sont des termes qui sont très chargés de non-dits dans l'imaginaire politique français. Ces mots n'ont de sens dans leur acceptation nationale que contre l'Etat français qui devient régulièrement le bouc émissaire de nos catharsis collectives. Il nous le rend bien avec ses "colonnes infernales" et les génocides qui s'ensuivent (et qui ne sont reconnus dans aucun livres d'histoire). Nous n'avons pas du tout la même pratique et vécu de ces mots que les autres pays occidentaux.
Au fil des années je suis devenu très prudent sur l'emploi de ces mots dans nos régions périphériques très marquées par des combats historiques avec cette pensée lutécienne qui s'est sophistiquée au fur et à mesure des siècles contre les nations qu'elle a dominées. Par ailleurs j'ai vécu plusieurs tragédies internationales sur le terrain du fait de ces questions identitaires exacerbées avec des guerres civiles épouvantables au titre de l'indépendance des peuples (pour les américains au titre de l'autodétermination), dont celle des Balkans pendant 10 ans et à 3h de vol de notre pays. Si nous pouvons franchement éviter cela à nos enfants nous aurons fait preuve d'une grande responsabilisé devant l'Histoire. Je ne plaisante pas en écrivant cela, ceux qui déclenchent des guerres pour de grandes idées sont tés dangereux. Je préfère ceux qui intelligemment font évoluer les instituions et les esprits pour que les cadres de vie et de coexistence évoluent avec sagesse et respect des intérêts des uns et des autres. C'est la posture politique la plus dure qui soit mais la plus courageuse. Pour ma part je trouve compte tenu de la configuration du pays , de notre histoire , du projet européen s'il arrive à émerger que la voie du fédéralisme avec des régions fortes , qui progressivement ont des marges d'autonomie renforcées avec une véritable démocratie locale responsable et assumée serait une voie possible. Les américains , les canadiens y sont arrivés à leur façon (après une guerre civile dramatique qui les marque profondément, ne l'oublions pas). l'exemple norvégien et suédois que vous évoquez est en effet une grande référence de redéploiement pacifique.
Mais de grâce évitons de passer par des hypothèses de travail qui se termineront dans un bain sang supplémentaire, ce pays ne sait pas gérer ses conflictualité , nous avons eu le guerres de religion, les guerres républicaines, les règlements de compte franco-français après la libération etc. que des pages sombres de notre histoire.
Et pour être indépendant il faut avoir les moyens de son indépendance. Dans un monde interdépendant et interconnecté la force d'un territoire est plus dans son intelligence que sur la définition d'une frontière. Il est vrai que j'ai été interpellé le 2 novembre sur la place de la résistance, il n'y avait pas un seul drapeau tricolore, mais des centaines de drapeau breton. Il y a là une rupture de paradigme qui est très forte et plus que symbolique vis à vis de l'autorité de l'Etat qui était défiée avec une détermination que j'ai rarement vu. Mais attention à ne pas tomber dans le piège identitaire qui est meurtrier dans un système comme celui de la France. L'indépendance est un beau rêve gaullien quand il est incarné par le général De Gaulle, elle est très dangereuse quand on pousse les peuples à se déchirer les uns contre les autres.
(0) 
  Burban xavier
  le Jeudi 7 novembre 2013 17:59
"Pour une Bretagne Unie", une économie , un projet social et environnemental, pour offrir une chance aux générations des cadets , se réapproprier notre langue bretonne , s'organiser "pour la réunification de la Bretagne " !
Ni ho unan , de nous !
Viendrons les solutions et la conquete de la Liberté ! Il faut s'unir et espérer !
(0) 
  Bertrand Eberlé
  le Jeudi 7 novembre 2013 18:31
Éclairer le chemin du présent et de l'avenir en tirant les leçons du passé et en analysant les solutions des autres est indispensable mais il faut maintenant penser à l'action. Autrement dit la question est: Que faisons nous pour que la région Bretagne prenne les commandes de son propre développement ? Comment allons nous négocier notre “autonomie“ auprès de Paris ? Comment nous organisons nous pour être crédibles et forcer Paris à négocier un nouveau statut régional ? Quelle stratégie choisissons nous pour parvenir à nos fins ? Quel est l'objectif qui fédèrera une majorité d'énergies bretonnes ?
Bref au boulot, sérieusement, sans violence, avec la même détermination qu'un état naissant.
Je verrais en premier lieu la constitution officielle d'une équipe représentant les forces vives socio-économiques de la Bretagne et portant le projet d'auto gestion. Équipe soumise à l'aval de la population et je m'arrête là ...les bretons qui se trouvaient hier à Matignon devraient se revoir et consulter pour proposer un comité constituant.
(0) 
  PIERRE CAMARET
  le Jeudi 7 novembre 2013 19:14
100 ans . Anniversaire de la GRANDE GUERRE et voila donc la voie de demotivation ."Notre President"va se consacrer a 100 % sur le sujet .On va trouver des sous pour payer quelques spectacles grandioses bases sur les 3 R (Reformer-Reunir-Reussir ) le Reste ( 4eme R) va passer a la trappe .
Les seconds couteaux eux s'occuperont,eux, de negocier ,dans un Hotel de Ville de PROVINCE ,quelques accomodations.Et puis NOEL arrive , les bonnets rouges c'est presque le Pere Noel .
(0) 
  PIERRE CAMARET
  le Jeudi 7 novembre 2013 19:19
Suede / Norvege .
Plus recemment , il y a eu la separation TCHEKIE / SLOVAKIE , a ma connaissance sans problemes majeurs .
(0) 
  Xavier GUILHOU
  le Jeudi 7 novembre 2013 20:09
C'est exact mais pour cela il faut un Vaclav Havel. y a t'il une figure politique de ce niveau en Bretagne aujourd'hui? Pour l'instant cette crise se caractérise par une absence de leadership politique. Il y a des ténors locaux, des égos très forts, mais ce n'et pas avec cela que l'on construit un projet du niveau de celui de la Tchéquie et de la Slovaquie. Et comme j'ai bien vécu cette période sur le terrain dans les années 90 je peux ajouter qu'il faut aussi autour de l'homme providentiel des équipes de très haut niveau pour arriver à tout reconfigurer en douceur et durablement. De plus il y avait en arrière plan l'Allemagne qui finançait une grande partie de l'opération...et les américains qui assuraient le "back office". Qui aujourd'hui feraient cela pour la Bretagne?
(0) 
  PIERRE CAMARET
  le Jeudi 7 novembre 2013 23:28
Xavier GUILHOU . Je suis parfaitement en phase avec vous , sur tous les points mentionnes.
(0) 
  Lukaz Seznec
  le Jeudi 7 novembre 2013 23:45
Comment allons nous négocier notre “autonomie“ auprès de Paris ? Comment nous organisons nous pour être crédibles et forcer Paris à négocier un nouveau statut régional ?
La question est clairement posée par Bertrand Eberlé.
Cette question qui présuppose une négociation, sous entend un rapport de force, un contexte et des interlocuteurs. Mais il suppose avant tout un message clairement établi et relayé, à savoir le besoin d'autonomie qui pour l'heure, s'il transpire timidement à travers la foule de gwenn-ha-du de Kemper et le terme "décider en Bretagne" n'est pas clairement affiché.
Il est même complètement éludé parmi les 16 propositions de l'UMP breton qui se ridiculise au passage, preuve que le message a bien du mal a passer auprès de ces questeurs aux ordres du préfet de région. Commençons par être clairs - au-to-no-mie.
La démarche de Troadec est bonne, il mérite d'être désormais épaulé par toutes celles et tous ceux qui sont conscients de la nécessité de respirer l'air iodé, et de l'opportunité (aussi douloureuse soit elle) que représente la colère bretonne, pour l'idée d'autonomie, seul espoir pour notre nation.
(0) 
  PIERRE CAMARET
  le Vendredi 8 novembre 2013 02:22
Qui peut negocier une autonomie ?????? le collectif est a caractere social non politique .
Je ne suis pas juriste , mais l'órganisation qui a semblant de pouvoir est le CR ( actuellement aux Abonnes absents ) Paris a repris la main, la negociation c'est avec le Prefet de Region representant de la Republique Francaise Une et Indivisible Point Final .
Je connais pas Mr TROADEC , c'est un tribun , un meneur d'hommes ,mais ce n'est pas suffisant .
Il faudrait que la France nous propose cette "devolution "( je reve , la France n'est le Royaume Uni )
Que nous soyions en position tellement forte que la France devra nous proposer cette devolution ?Comment ?
Notre President ne veut pas changer la Constitution , de toutes les facons il va etre tres pris avec l'anniversaire de la Grande Guerre . France 2 a rappele ce matin que les 2 grands Peres du President , avaient fait la Guerre 1914-1918 donc il a toutes les raisons pour inaugurer les chrysantemes en 2014.
Que l'on me corrige : ce sont des insurges irlandais qui avaient pris l'Hotel de la Poste a Dublin pendant la 1ere Guerre Mondiale.La revolte avait ete ecrasee et les troupes qui ont ecrase cette "rebellion "etaient des reservistes irlandais , rappeles , les troupes britanniques etant en France .
(0) 
  eugène le tollec
  le Vendredi 8 novembre 2013 10:17
Question posée:
Qui peut?
Comment?
Avec Qui?
Avec Quoi?
Je rajoute
Avec quel Message?
M.TROADEC,q certainement meneur d'hommes,mais je répète,la Bretagne doit elle être de gauche,de droite,du centre où simplement bretonne...donc un chef de file doit être d'une qualité supérieure.
Une dévolution doit être présentée dans un cadre de restructuration du schéma administratif de la France.
La Bretagne peut présenter un modèle(mais avec les mannequins qui nous servent de députés,que pouvons nous faire?).
Mon écoeurement est si grand...que je vois pas de solution,à faire ces pas de progrès.
(0) 
  PIERRE CAMARET
  le Vendredi 8 novembre 2013 10:25
Mr TROADEC , tres sympathique au demeurant , fait parti de l'equipe Commando , capable de prendre une ville , mais incapable de l'administrer .
Il a tout mon respect pour ce qu'il fait pour la Bretagne , mais nous avons a faire a un adversaire retord et la bonne volonte , la naivete ne rentrent pas dans l'equation de resolution .
Gauche , Droite , Centre pour moi ne signifie rien . Je cherche des gens sinceres avec de bonnes idees qui rendent les gens heureux.
(0) 
  Koupa Reun
  le Vendredi 8 novembre 2013 14:30
effectivement, notre chef de file ne doit pas être qqu'un qui s'est allié récemment avec un parti jacobin, faisons tous ensemble la Bretagne, droite gauche centre confondus, ensuite chacun trouvera sa place .
Par ailleurs Pernaud au 13H / J.M Ayrault(1er Ministre) arrive à Marseille avec 3 milliards pour les transports uniquement et Le Foll (petit ministre) arrive en Bretagne avec 15 millions,les bretons ont encore des miettes!
(0) 
  Bertrand Eberlé
  le Vendredi 8 novembre 2013 14:34
Il me semble que la Bretagne doit montrer à tous qu'elle est résolument en phase de préparation de l'avenir avec ou sans Paris.
C'est une attitude générale qui exclue les regrets, les reproches et la violence. Une attitude qui impose le respect.
Le vocabulaire est la première manifestation de cette attitude. Deux exemple:
- Le breton sait qu'il n'y a pas de crise mais que l'ordre mondial est en train de se mettre en place et il ne veut pas que cela se fasse sans lui. Le terme de CRISE doit être banni par le bâtisseur d'avenir. Le mot est utilisé depuis le premier choc pétrolier pour berner le peuple en lui faisant croire que la situation est passagère, ce qui nous le savons tous maintenant est faux.Il est déshonorant pour nos politiques d'avoir utilisé ce terme de crise pour entretenir nos espoirs de lendemains meilleurs alors qu'ils savaient que rien ne serait plus comme avant dans la sphère économique en particulier.
S'ils ne le savaient pas...bravo l'ENA!
- Le breton qui veut s'en sortir sait que les termes de droite, gauche, centre, socialiste, libéral etc.n'ont plus la signification qu'ils avaient encore il y a quelques années. Aujourd'hui il y a l'intérêt général et l'égoïsme. C'est autrement plus important.
C'est l'intérêt général avec les sacrifices qu'il sous entend qui rassemblera les forces de changement. Il n'y plus de partis, ça n'a aucun intérêt sauf celui de diviser ...
Moralité: c'est bien à un niveau régional que le renouveau peut s'opérer. Avons nous besoin d'un leader déjà connu? ne se fera-t-il pas jour d'entre nos rangs une fois le collectif mis en route ?
Les leaders d'aujourd'hui ne peuvent pas aller contre le système et la dépendance qui les nourrit.
Non je ne suis pas révolutionnaire.
(0) 
  Paul Chérel
  le Vendredi 8 novembre 2013 14:44
L’article de Xavier Guillou porte dans son titre “Quelques réflexions” et c’est donc ainsi qu’il faut le lire, même si l’on ne partage pas tous les points de vue, même si l’on estime que ces réflexions sont incomplètes. Dans les commentaires qu’il fait à la suite des “commentaires” exprimés par les lecteurs (admirons quand même son sens de la discussion et du débat tandis que d’autres contributeurs osent dire qu’ils n’admettent pas de commentaires à la suite de leurs communiqués péremptoires), on peut approuver sa pugnacité et lui reprocher en même temps qu’on ne sait pas bien à qui, en particulier, il répond. Il n’empêche qu’il amène à la réflexion et que les polémiques, divergences et diversions suscitées ne sont pas forcément constructives en elles-mêmes. Sur la base d’une pensée attribuée à Confucius, le journaliste Jules Claretie, au 19ème siècle; a écrit « Tout homme qui dirige, qui fait quelque chose, a contre lui : ceux qui voudraient faire la même chose, ceux qui font exactement le contraire, et, surtout, la grande armée des gens beaucoup plus sévères, qui ne font rien ». L’article a donc l’avantage d’amener les Bretons à REFLECHIR. Comment amener un Etat centralisé à outrance - osons employer l’expression, une dictature spitituelle, économique, sociale, culturelle, voire politique - à changer de comportement à l’égard des populations qu’il a subjuguées ? Certains parlent d’autonomie dans un système qui ne la permet pas, d’autres demandent des distributions de pouvoirs et de moyens financiers alors que ceux qui se sont accaparés des dits pouvoirs ne veulent pas en lâcher la moindre miette, d’autres encore brandissent les mots de liberté et d’indépendance. Une solution fédérale dans un cadre européen, prônée par d’autres est probablement la seule et vraie solution. Pour y arriver “démocratiquement”; la seule solution non violente est l’élimination systématique au moment des élections qui se dessinent en 2014, 2015 et 2017, de tout renouvellement de mandat a ceux qui sont aujourd’hui en place. Et il n’est évidemment pas question de se contenter de remplacer un UMP par un PS ou vice-versa, ou encore par un “nouvelle tête inconnue” surgie d’un autre mouvement parisien. Il faut élire des hommes ou femmes de terrain, des entreprenants, des gens de bon sens, courageux, dont le but premier sera la remise en valeur des ressources humaines et naturelles propres à la région ou territoire dont ils briguent de prendre la tête. Paul Chérel
(0) 
  Xavier GUILHOU
  le Vendredi 8 novembre 2013 16:04
Cher Monsieur, merci pour votre dernière contribution à laquelle j'adhère totalement, comme aux précédentes qui sont très pertinentes.
Pour répondre à la question que vous posez, et qui est relative aux commentaires que je me permets d'ajouter au fil de la discussion qui est ouverte sur ce blog de l'ABP, j'essaye simplement de répondre aux interrogations ou aux réflexions des lecteurs du site au fur et à mesure des échanges. J'essaye de compléter ce que je n'ai pas intégré dans ma chronique et qui sont l'objet de remarques ou de questions de fond.
Pour être très précis l'évaluation que j'ai faite à chaud des évènements de Quimper, et qui ne pouvait être exhaustive, était dédiée en premier lieu à mon site pour mes lecteurs habituels. L'ABP a trouvé la réflexion intéressante pour ses internautes et l'a publié avec mon accord , me demandant comme pour tout rédacteur d'assurer la régulation des échanges, ce que j'essaye assumer de la façon la plus rigoureuse possible afin que le débat soit de qualité. Ce débat n'a d'autres finalités que de nourrir l'esprit critique et une forme d'intelligence collective autour du sujet n'étant moi non plus un "révolutionnaire" au sens de la Convention. Au risque de me répéter je suis plutôt un adepte de Tocqueville lorsqu'il écrit dans "l'ancien régime et la révolution" : "Si on ne veut pas subir une Révolution , il faut la penser et la faire."
Mon seul objectif est d'ouvrir le questionnement et d'essayer de prendre du recul face à une situation pour la région, et de façon plus large pour le pays, qui sont délicates et sensibles pour les populations touchées par les chocs économiques et sociaux qu'il faut actuellement absorbés.
Au delà l'agitation médiatique qui prévaut depuis une semaine sur cette révolte des "bonnets rouges", il me semble important de ne pas tomber dans tous les pièges qui sont tendus notamment sur le plan politique, d'autant que la manifestation de dimanche dernier, qui était quand même sous très haute tension, s'est déroulée avec dignité et retenue malgré quelques échauffourées.
Il est surtout important maintenant de bien réfléchir à ce que pourrait être le "coup d'après" et de ne pas se laisser enfermer dans un simple commentaire de l'actualité comme le font très bien les chaines de télévision en continu. L'exercice auquel je m'astreint depuis longtemps, lorsque je suis confronté à des situations majeures de ce type, est d'essayer de me projeter sur tous les types de scénarios possibles, même inconcevables, et d'imaginer ce que pourrait être l'évolution des jeux d'acteurs, les modes d'action etc...Cela permet d'avoir une autre approche des signaux faibles et souvent, pour répondre à Bertrand Eberlé, cela permet de repérer les personnalités émergentes qui vont porter un projet fédérateur, incarner un nouveau cheminement et faire bouger les lignes.
Il suffit de revisiter des évènements assez proches de nous pour voir qu'un Lech Valesa, un Vaclav Havel et bien d'autres ont "ramassé le pouvoir, non pas parce qu'il y avait un vide mais parce qu'il y avait un trop plein", comme l'a dit si bien le Général De gaulle dans l'une de ses célèbres conférence de presse. Ces dirigeants qui ont écrits de belles pages d'histoire étaient inconnus ou méconnus de nos chancelleries quelques années avant.
Il me semble qu'aujourd'hui la Bretagne compte une multitude de ténors, il lui manque un chef avec un idée directrice. C'est le plus gros point faible que je note dans la cinétique actuelle. Très souvent les évènements font émerger un leader, mais ce n'est pas toujours le cas. Ce que nous avons connu sur l'Europe centrale avec des dirigeants qui avait une étoffe personnelle , politique, spirituelle hors norme nous ne l'avons pas retrouvé sur les Balkans ou nous avons eu à faire à des maffieux, et encore moins au cours des suites du printemps arabe où nous avons en face de nous des criminels de guerre. Il y a aussi des situations perdant-perdant comme l'Argentine au moment de l'implosion du pays en 2001, situation qui n'est toujours pas résolue.
Par ailleurs la Bretagne ne fait pas si peur que cela. Les quartiers nord de Marseille et les potentats locaux pèsent plus à Paris en termes de lobbying que nos quelques usines de l'agroalimentaire au bout de la terre. Pourtant nous ne manquons pas de ministres au gouvernement...
Il reste du chemin à parcourir. Et pourtant quand je me promène dans le monde je vois des drapeaux bretons partout et notre diaspora est l'une des plus entreprenantes et solidaires que je connaisse. Pourquoi réussissons nous si bien très loin de chez nous et n'arrivons pas à nous faire entendre et respecter par Paris? Question de méthode, d'histoire, d'état d'esprit...?
La parole est aux internautes
(0) 
  eugène le tollec
  le Vendredi 8 novembre 2013 16:14
Les bretons parlent à l'état.
AYRAULT....3milliards pour Marseille pourquoi 3milliards électoralistes pour gagner Marseille.
ET LES CONNARDS de BRETONS...un sbire apporterait 15 MILLIONS pour sauver la Bretagne...Messieurs les socialistes bretons...chapeau votre gouvernance!!!...de qui cette M....se fout-elle?
(0) 
  Jean-Charles Perazzi
  le Vendredi 8 novembre 2013 18:48
Très intéressant l'article de Xavier Guilhou. Et aussi, à des degrés divers, les commentaires qu'il suscite et nous incitent à une réflexion de fond sur l'avenir de la Bretagne.
Il faut se reporter, comme il le suggère, au site concernant Plogoff.
J'affirme que nous, Bretons, avons passé à l'époque à côté de ce qui aurait pu être la chance historique de notre pays et que le combat héroïque mené alors aurait pu servir d'exemple, pour un vrai développement économique, social, culturel, à bien d'autres, plus importants ou non que le nôtre.
Passons sur les deux catastrophes nucléaires qui ont suivi et qui pourraient bien en précéder d'autres.
De deux choses l'une. Ou bien les Bretons, gens arriérés, définitivement tournés sur le passé, optaient pour la bougie ou bien ils se battaient avec l'acharnement, la détermination qui sont leurs qualités premières, pour un autre avenir.
Pour avoir eu à suivre de près cette affaire en tant que journaliste, avant la lutte proprement dite, pendant et ensuite, j'affirme encore qu'ils étaient dans le vrai.
Ils ne se sont pas contenté d'un refus, ils ont fait à l'époque des propositions concrètes, sérieuses, documentées. Dans le domaine des économies et de la production d'énergie, des productions agricoles et de la mer, de leur commercialisation, de la recherche de technologies nouvelles, du traitement des déchets. Dans bien d'autres domaines encore. Pour "bien vivre et travailler au pays".
Et ces propositions sont toujours d'actualité. On a juste perdu trente années (peu glorieuses) pour leur concrétisation.
Cest que les lobbies veillaient au grain pour étouffer, anhiliser cette espérance d'une vie meilleure. Encore que les initiatives se multiplient sur le terrain qui ouvrent de nouveaux espoirs pour demain.
Les lobbies de toutes sortes ont fait ce qu'il fallait pour anéantir les projets nés à l'époque.
Auprès des élus qu'ils ont su convaince par tous les moyens que l'on imagine. Auprès des responsables économiques, de tous ceux qui dans leurs tours d'ivoire, décident, chez nous et ailleurs, pour la Bretagne et les Bretons.
Et les résultats, aujourd'hui sont là. Une catastrophe annoncée, prévisible.
Pour autant, c'est une évidence, une certitude, le combat de Plogoff, si l'on veut bien s'y référer et en reconnaître l'intérêt, n'est pas perdu.
(0) 
  kris Braz
  le Samedi 9 novembre 2013 08:38
"Libérer les énergies" et une très discrète demande de "plus de moyens et proximité". Pas sûr que ça mobilise pour le 30/11 ceux qui se battent pour un changement de système et une réelle autonomie de la Bretagne.
(0) 
  Xavier GUILHOU
  le Samedi 9 novembre 2013 12:23
Par honnêteté intellectuelle j'ai deux commentaires que je ne peux valider en l'état de leur rédaction compte tenu de la charte de l'ABP mais dont le questionnement mérite d'être restitué, j'ai réintégré dans le blog que la partie dont la rédaction ne pose pas de problème pour l'ABP (et j'en profite pour les commenter):
@petit tonnerre:
"La Bretagne pourrait être une nouvelle Suisse...même pas besoin de régionalisme et d'Europe. Au lieu de ça, nous sommes coincés dans la cale du Titanic français. Quel gâchis quand même...."
La suite du commentaire plus véhément est destinée à tous les réseaux jacobins parisiens qui verrouillent le pouvoir et la décision de façon absolue.
@Burban Xavier:
"L'opportunité d'une nouvelle action nous est offerte , pour montrer "aux Ligériens" Ayrault , Le Foll et Auxiette que la Bretagne souhaite s'émanciper des schémas classiques , le site est tout trouvé "Nantes/ Naoned " : le Fief de Jean Marc Ayrault et de son Ministre de L'Agriculture Le Foll qui ne sait pas compter jusqu'à 5 en omettant la Loire Atlantique pour définir la Bretagne ! Quelle occasion pour tous le s Breton(ne)s sincères et désireux de: "Décider en Bretagne"."....
La suite est une pointe d'humour vis à vis de la Loire Atlantique qui n'a pas d'intérêt vis à vis du sujet.
Sur ces deux questions qui sont au demeurant très importantes: les réseaux de pouvoir sur Paris et la territorialité historique et culturelle de la Bretagne, je ferai deux commentaires:
1) sur les réseaux de pouvoir: Il est un fait la France est emmurée dans une ingénierie de pouvoir qui depuis la révolution a "totalement" concentrée la prise de décision sur Paris. A l'époque de la monarchie les parlements régionaux avaient un véritable rôle dans le jeu politique entre l'Etat et "les" nations. Ils ont été à l'origine des Etats Généraux ne l'oublions pas et le Roi respectait ses parlements. Depuis le XVIIIème siècle nous sommes entrés dans une relation non négociable entre l'Etat et "la" Nation. La Constitution actuelle renforce encore plus cet absolutisme avec l'instauration d'un régime présidentielle qui a des pouvoirs considérables avec des représentations parlementaires nationales et territoriales qui sont là pour le décor (cf. l'utilisation du 49-3 quand les assemblées bloquent un projet de loi...)De ce fait les réseaux, les corporatismes, les amitiés et les syndications de tous bords s'octroient (au sens du droit de péage en termes de lobbying) des droits qui sont fondamentalement inconstitutionnels et en dehors de "l'esprit du droit" ou de "l'état de droit" qui sont souvent brocardés sur le plan politique pour montrer que le législateur est respecté. Il suffit d'écouter tous les présidents de la commission des lois à l'Assemblée Nationale pour noter que les intéressés ne cessent de demander aux administrations et au pouvoir d'être plus respectueux du travail des parlementaires...
Tous les pays ont leur coté obscur, en Chine ce sont les sectes qui pèsent sur le processus de décision, en Inde ce sont les castes, sur le continent américain les lobbies, en Egypte les confréries, en Russie c'est le FSB et nous pouvons multiplier ainsi les exemples de gouvernance dans lesquels il y a des biais cachés dans le système de prise de décision. Il est clair que la France est très marquée par cette empreinte des réseaux jacobins et qu'ils verrouillent notamment dans l'administration la prise de décision politique. C'est une réalité dans les jeux de pouvoir que les Bretons ne peuvent pas ignorer, d'autant que dans l'Histoire ils ont été toujours tenu à distance par ces jeux de réseaux.
Concernant la territorialité de la Bretagne et l'éternelle question du positionnement de la Loire Atlantique. En tant qu'historien et géographe à la base, il est évident que cette entité fait partie du monde armoricain. En termes de science-politique et d'économie , cette embouchure de la Loire a toujours été ambiguë dans ses choix historiques. Sur le plan stratégique au regard de la question des grandes régions qui se constituent en Europe la question ne se pose plus, elle fait partie intégrante de la région Bretagne. Le risque c'est que Nantes deviennent comme Le Mans, Amiens, Reims etc. une seconde banlieue de Paris et que son économie soit aimantée et administrée par les grands donneurs d'ordre nationaux.
Sur les dernières prises de position des ministres et du collectif suite aux réunions d'hier à Rennes, il me semble que nous sommes dans la méprise (le pouvoir n'a pas encore compris la gravité du message de Quimper)et le mépris (le Breton ne vaut rien et la perte de municipalités en Bretagne est à priori moins grave que l'enjeu que représente Marseille sur le plan électoral. Au moment des commémorations du 11 Novembre il y a là un message subliminal qui n'est pas très bon pour la population dont la mémoire est encore très marquée par ces iniquités de traitement historique. Tout le monde se rappelle que la vie d'un Breton n'était pas grand chose lors de la Grande Guerre...Un peu comme "ces soldats à consommer dans la journée" comme l'écrivait en travers des ordres de marche le général Mangin pour les troupes coloniales...Et pourtant comme l'a dit le Général de Gaulle, les Bretons ont toujours fait leur devoir et n'ont jamais démérité dans l'Histoire, au contraire!). Alors pourquoi faire ce type d'aller-retour à Rennes aux marches de la Bretagne avec des chèques virtuels au moment ou les agences dégradent de nouveau la solvabilité du pays? C'est comme si un pouvoir avait peur des alsaciens et qu'il venait faire une annonce avec des chèques sans provision à Epinal. La peur n'a jamais enlevé le risque, mais ne pas prendre de risque engendre encore plus de peurs et de façon évidente de la colère.
Le pouvoir est en train d'installer un piège qui est celui de cette montée de la colère (que je vois se manifester partout autour de moi actuellement en Finistère et ce qu'elles que soient les catégories socio-professionnelles ou la condition des gens, il y a une sorte d'union sacrée qui est en train de se forger autour des bonnets rouges) et par la même une montée de la violence. A Paris ils n'attendent que cela pour discréditer, avec l'appui des médias accrédités, le collectif et au delà les Bretons qui seront dés lors présentés comme "dangereux pour la République et pour la stabilité du pays dans un contexte où il faut au contraire se rassembler etc...".Nous connaissons le discours type... Il faut toujours se rappeler que le privilège de l'Etat moderne est l'exercice de la force et de la violence(relire Hobbes). Avec cette tactique il cherche à gagner du temps, à isoler le collectif dans son réduit finistérien, à le marginaliser et à l'obliger à aller à la faute en jouant sur ces deux ingrédients certes légitimes pour l'un mais illégaux pour l'autre que sont la colère et la violence.
Mais si j'analyse ces jeux d'acteurs jusqu'au bout cette posture constitue aussi la limite du jeu étatique dans lequel nos ministres viennent d'enfermer le pouvoir au travers de ce voyage éclair à Rennes. Les crises sociétales récentes montrent que les Etats peuvent être mise en mode échec sans passer par la case insurrection générale comme en 1968. Les femmes avec leurs concerts de casseroles à Buenos-Aires, les ouvriers de Gdansk avec leurs grèves et leurs prières, les jeunes indignés en Espagne, la jeunesse des pays arabes avec les réseaux sociaux et les blogs sur Internet... il y a aujourd'hui dans nos sociétés de l'information d'autres voies plus pacifiques et suffisamment démonstratives pour exprimer son ressenti et son espérance. La Bretagne constitue t'elle l'un de ces nouveaux laboratoires de cette recherche de démocratie locale renforcée que l'on voit émerger partout, ou tombera t'elle dans les travers de la vieille confrontation révolutionnaire vis à vis de laquelle l'Etat est beaucoup mieux préparé et armé qu'on ne le pense?
Nous le verrons dans les prochains jours en fonction des mots d'ordre du collectif et du positionnement du gouvernement. Pour le moment nous ne sommes qu'aux matchs d'entrainement et nous ne pouvons qu'observer ce jeu du chat et de la souris des tribunes... Les véritables épreuves vont commencer à la fin du mois, peut-être avant tant la pression est forte sur le terrain.
(0) 
  eugène le tollec
  le Samedi 9 novembre 2013 17:42
FRANÇAIS
Je lis dans vos médias que vous en avez,assez de la manifestation de "bonnets rouges...mais bande de cloportes,cette manifestation est celle d'un peuple ( hors de toute sensibilité politique).
Une question....combien la Bretagne donne en impôt par an à la France...combien est reversé à la Bretagne pour son propre financement.
J'attends une réponse,Français....et ne me parlez pas de repli sur soi..ou du bien commun,notre bien commun est "
chez nous",notre devenir est le nôtre et celui de nos enfants.
Nous sommes un peuple vaincu...mais pas asservi,Messieurs les français!
(0) 
  François Le Guellec
  le Dimanche 10 novembre 2013 08:21
Aux "Urbains" de tous Bords, "Orphelins de Terre et de Mer":
" Oui c'est vrai, s'il y a une exception finistérienne elle est bien écologique malheureusement et elle est unique en France: venant de l'Océan l'horreur du brut des tankers échoués, des dégazages pirates des pertes de containers ou des fûts de produits chimiques, du danger des rejets et des déchets de toutes sortes du fret perdu dans les tempêtes souillent nos côtes en permanence; venant de la terre les rejets incessants de notre agriculture intensive qui a vécu empoisonnent les petits ruisseaux, et les grandes rivières vomissent aux estuaires tout ce poison dans l'Océan. Ainsi notre Finistère est pris en tenaille: ce qui vient de l'Océan souille la terre et la côte, et ce qui vient de la terre souille la côte et l'Océan. Mais par l'Océan voyez votre Monde, il s'y échoue en Finistère et celui-ci l'empoisonne à son tour.
Morceau de terre noyé au Sud, au Nord, à l'Ouest, trop grand pour être presque une île, il n'a pas d'équivalent dans notre pays quoiqu'on en dise et contempler sa nature c'est forcément rêver de voyage et de Liberté: des Hommes et du Monde.
Pourtant y rester vivre n'est pas simple. C'est choisir d'exploiter, maitriser cette nature, isolé et captif; ou bien profiter de l'Océan, comme une porte sur votre Monde pour aller tracer d'autres sillons, et découvrir aussi que ni la nature ni les hommes n'y sont dociles par là non plus; pourtant c'est aussi y mal vivre fatalement captif et sans autre choix cette fois, en usine ou ailleurs dépendre de tout, forcément des saisons d'un climat peu clément, survivre aux caprices de l’économie de votre Monde et de ses sales tempêtes. Ceux qui partent voient toute la misère humaine et ceux qui restent la connaissent: chacun raconte ici la sienne lorsque les premiers sont à la cale. Chacun raconte ses "
sales tempêtes".
Et trop souvent ceux qui manquent un jour, qui ont pris le large, ne rentrent plus jamais et manquent pour toujours, et trop souvent désormais les autres restés, captifs, décident eux aussi de se libérer à leur tour comme ils n'en peuvent plus avec des larmes de pluie les armes de la dépression d'un seul coup de fusil. Ou aidés d'un bon n½ud.
Votre Monde est dangereux et mortel, mais pas sa nature seule. Nous le savons précisément en Finistère.
Pourquoi n'acceptez-vous pas l'idée que nous, habitants "
du bout de la terre", sommes particulièrement conscients des dangers de ce Monde sans cesse affligés, affectés, tirés vers le fond que nous sommes par des drames de toutes natures qui ne sont pas que des "fortunes" de mer?!
Pourquoi ne pas hurler que trop de nos marins, trop de nos paysans et trop de nos ouvriers meurent seul au fond de la mer, au fond d'un pré, ou au fond d'une cour?!

Et si ces hommes ou ces femmes par leurs activités, pour vivre ou pour survivre souillent, polluent, participent à la destruction de votre Monde, de leur Monde, de notre Monde sachez-le vous qui n'êtes plus d'ici ou qui êtes d'ailleurs: ceux là ne sont pas seulement orphelins de terre ou de mer. Ils payent déjà trop cher.
Alors oui!
Re 'Zo Re!"
(0) 
  eugène le tollec
  le Lundi 11 novembre 2013 18:47
UN BRETON parle à la gouvernance centrale.
Depuis plus de 60 ans cet état à besoin de plus en plus d'argent...plus il a besoin ...plus les impôts tombent..mais où va cet argent puisque l'état est obligé d'emprunter pour payer des dettes et c'est comme ça depuis des années ...une véritable pompe.
Les régions(ex provinces) sont saignees pour un état qui soigne sa gouvernance.
OÙ est le dégraissage..où sont les économies ,je n'ose aller plus loin.
ÉTAT ARRÊTE DE TUER TON PEUPLE ET LES BRETONS EN PREMIER.
JE LE DIS CE PEUPLE N'EST PAS ASSERVI,NOUS NE SOMMES PAS CORVÉABLE À MERCY(j'écris avec un y).
Est-ce que vous nous entendez! LE CRI qui s'enfle.
(0) 
  Xavier GUILHOU
  le Mardi 12 novembre 2013 13:20
Certes la pression fiscale est devenue insupportable notamment pour tous ceux qui contribuent à créer de la richesse et la colère est légitime. Pour autant ce n'est pas nouveau et la violence qui monte n'est pas la bonne réponse. Les librairies sont pleines de livres qui dressent des bilans exhaustifs de la situation française en matière de déficits publics, d'endettement, de charges pour les entreprises etc. La Cour des comptes dresse tous les ans des réquisitoires impitoyables. Nous ne pouvons plus faire de déni sur la situation qui n'est pas brillante en termes de compétitivité et qui est le fruit de 30 ans de politiques désastreuses. A cela s'ajoute des fractures sociales, territoriales et générationnelles qui deviennent de plus en plus explicites. La question fondamentale est comment faire, avec qui et sur quel agenda?
Aujourd'hui j'ai l'impression que nous sommes dans ce constat de Sénèque lorsqu'il écrivait sur les défaillances de gouvernance de Rome: "le Sénat se réunit mais ne décide plus rien". Je suggère aux lecteurs de l'AMP de s'intéresser au cas canadien. Il y a 20 ans ce pays était dans une situation aussi critique que le notre actuellement. Tout était devenu insupportable, les dettes publiques et privées, les charges pour l'économie, la monnaie face au diktat du dollar US etc. Les canadiens ont décidé de prendre leur destin en main. Ils ont mis 15 ans pour nettoyer leurs comptes, revoir les relations Etat/province, administration/société civile etc. Pour cela il y a eu un leader avec une idée directrice et une population responsable qui a décidé de ne plus subir une logique de défaillance collective. Aujourd'hui le Canada est devenu la destination favorite de nos élites et surtout de nos enfants... Cela suppose et avant tout de décider autrement.
Je ne suis pas convaincu que ce soit en brulant tous les radars ou les portiques écotaxe sur les routes que nous résoudrons la masse de problèmes qui se présentent à nous. Je n'ai jamais cru aux vertus de la violence, surtout chez les Français qui ne savent pas gérer leurs rapports de force. La violence est toujours la marque d'un échec dans le pilotage d'une crise, que ce soit du côté des collectifs ou du coté gouvernemental. Il me parait crucial de remettre de l'intelligence à tous les niveaux dans le traitement de cette catharsis catégorielle qui dépasse désormais le contexte régional.
Je pense même que le collectif "vivre, travailler et décider en Bretagne" est désormais dépassé par les évènements et par les effets de la boite de Pandore qu'il a ouverte. La multiplication de collectifs ne me parait pas non plus un signal rassurant quant à la maîtrise des revendications sur le terrain. elle révèle plutôt des affichages disparates, hétérogènes avec des modes d'action de type guérilla qui n'apporteront rien à terme ni aux salariés concernés, ni aux populations, encore moins au Finistère voire à la région.
Cette tension sociétale qui se cristallise actuellement derrière les bonnets rouges révèle aussi un vide de gouvernance préoccupant. Les sondages ne valent que ce que l'on veut bien leur accorder mais quand même: seulement 21% des Français sont satisfaits de la politique incarnée par le Président de la République et 67% demandent un changement de Premier ministre et de gouvernement. En même temps 57% des français n'adhèrent pas à la conduite des évènements tels qu'ils sont conduits par les collectifs (puisqu'il y en plusieurs désormais) en Bretagne. Cette mayonnaise n'est pas bonne, elle mène droit à une implosion du système et il n'y aura à l'arrivée, comme en Argentine en 2001, que du perdant-perdant (surtout avec les impératifs financières et monétaires qui pèsent sur nos fondamentaux et que personne ne prend en compte dans l'analyse de la situation).
Il est plus que temps de remettre de l'intelligence dans le pilotage de cette crise!
(0) 
  eugène le tollec
  le Mardi 12 novembre 2013 15:36
Xavier Guilhou
Parfois ,l'être humain à épuisé toutes les solutions pour se faire entendre ,la révolte verbale n'existe pas ,nous n,avons pas encore assimilé "la non violence de Grandi",il reste à l'asservi avant la lutte armée que la,dégradation du bien commun qu'il a sous la main faisant ainsi preuve de sa volonté de briser des liens le prenant au piège.
Nous sommes dans un état qui ne comprend que ça( cet état et sa gouvernance sont violents).
Puisse que l'état ne sait pas faire et réfléchir dans le bon sens ,qu'il regarde ce qui se fait ailleurs(voire effectivement le Canada).
(0) 
  eugène le tollec
  le Mardi 12 novembre 2013 16:04
21% de satisfait (de ceux qui ont voté pour cette efficacité).
Est
Là je pose le cas de cette démocratie...jusqu'où va-t-on descendre dans les pourcentages d'un vote ( permettant une élection) pour dire untel à gagné...alors que la majorité est une abstention et qu'un vote "blanc" n'est pas reconnu.
Avons nous encore besoin de ce type de démocratie qui ne met au pouvoir qu'une dominance(l'une après l'autre), où le rôle principal est de détruire ce que l'autre à fait?
Moi,comme,bien d'autre, je refuse l'ordre socialiste "sovietisé" .
J'estime que j'en ai fait le tour(sans vote).
IDEM POUR LE RESTE!
(0) 
  Xavier GUILHOU
  le Mardi 12 novembre 2013 16:27
La Révolution française a généré la terreur (et pour nous dans l'ouest le premier grand génocide du siècle des lumières, jamais reconnu et qui a fait des émules avec le nazisme et le communisme) , puis le bonapartisme et ses millions de morts. Nous sommes rentrés dans les grandes mutations du monde moderne avec un demi-siècle de retard face aux autres puissances et une démographie brisée par trop de guerres inutiles. Je ne crois pas aux vertus de la "Révolution" , en revanche je sais ce que produise en terme dégâts et de chaos sociétal ces "implosions" qui caractérisent aujourd'hui l'effondrement de nos systèmes de vie urbanisés et interconnectés.. Je ne souhaite pas que nous entrions dans ce type de scénario pour notre région et pour notre pays. Même si notre vie politique est devenue aujourd'hui essentiellement une démocratie d'opinion avec des oligarchies aux commandes, je reste attaché à la démocratie, à l'état de droit et aux vertus de la loi. Quand ces composantes n'existent plus nous sommes soit en guerre civile , soit sous le contrôle de maffias. Il nous reste à être plus responsable avec nos bulletins de vote, si ce n'est pour nous faisons le pour nos enfants.
(0) 
  mireille mazet
  le Jeudi 14 novembre 2013 11:14
en fait on a lu avec attention votre article et ne l'avons pas aprécié
vous dites que les bretons parlent aux français je crois que les français ont répondu qu'il n'apreciaient pas ce mouvement et ses actes violents
vous dites que le systeme bancaire scelerat empeche les gens d'emprunter mais c'est pour proteger les gens que le controle des banques a été instauré afin de lutter contre le surendettement
vous dites qu'il y a les assistés, les fonctionnaires et ceux qui ont un travail assuré ce ton est assez désagréable!
au XIX siecle, la loi interdisant la recherche de paternité, les femmes seules sans aucune assistance devaient placer leur enfant, les voir mourir de faim ou tout simplement les tuer
ce petit rappel pourrait vous servir de bain de mer automnal ( voila en ce qui concerne les assistés )
vous dites que le pouvoir ne fait que des betises et qu'il faut un régionalisme mais il me semble que les bretons ont tout loisir et depuis toujours de s'exprimer et de gouverner au niveau des conseils régionaux, cantonnaux et des chambres de commerce alors pourquoi n'ont ils pas pris de virage de l'agroalimentaire avant?
vous qui savez naviguer, peut-etre pourrez vous comprendre la comparaison du mode de gouvernement au plus pres sérré ce qui peut etre interprété par tous ces gausseurs comme du bricolage et du "je décide pas- je recule et je ne sais quoi "
enfin Boloré lui-meme a dit tres dernièrement sur une radio je ne sais plus laquelle qu'il fallait arreter de critiquer et se serrer les coudes et pourtant il était le grand ami de sarkozy ( qui nous a laissé une dette de 600 milliards je vous le rappelle et qui a mis au point ce systeme d'écotaxe grandement au profit de ecomoov )
l'allemagne vient de se faire rappeller qu'elle doit changer de systeme et répartir les appuis de son économie sur l'interieur en redonnant un pouvoir d'achat a son peuple au lieu de surfer sur la main-d'oeuvre étrangère moins chère et un commerce extérieur excédentaire de ce fait
ce qu'on voit c'est que chacun s'exerce a crier tout et n'importe quoi
segala qui se gausse avec ferry sur BFMTV a dit une semaine que Hollande ne devait rien changer et la semaine suivante exactement qu'il devait changer de premier ministre au plus vite
la seule question que je me pose et qui n'a pas, a mon grand étonnement, ressurgi est la question de l'aeroport international de nantes mal situé par rapport a l'ensemble de la bretagne nord en particulier et a son cout( l'europe nous dit de diminuer nos dépenses publiques ) d'autant que les données nouvelles d'écologie indiquent que ce n'est pas le moment pour cet investissement qui sera vraisemblablement largement surdimensionné
(0) 
  Xavier GUILHOU
  le Jeudi 14 novembre 2013 12:17
Chère Madame,
Je comprends vos réactions. Pour ma part j'ai la conviction que la France est devenu un pays trop assisté avec une économie trop administrée. Nous avons passé depuis quelques temps (bien avant Sarkozy) les seuils dangereux qui font que tous nos efforts ne constituent plus des "effets de levier" pour améliorer la compétitivité et la performance de notre pays , mais sont piégés par "des effets d'ancrage" dans l'hyper fiscalisation et l'endettement qui nous mènent droit dans le scénario qu'a connu l'Argentine en 2001. Notre société moderne garantit à une masse importante de la population de multiples formes de salaires garantis , et c'est une bonne chose, pour autant il faut pouvoir financer ce revenu par de la création de richesse. Sans cette création initiale de richesse il ne peut pas y avoir d'impôt, de salaire, de protection sociale etc. Il faut bien se rendre compte qu'aujourd'hui le pays est en phase d’embolie du fait d'une surcharge de taxes fiscales, que l'on pourrait comparer à des caillots qui empêchent le sang de circuler dans les artères.
Sur le plan de la gouvernance je serai heureux si nous étions au "prés serré", cela signifierait que nous aurions, pour reprendre cet adage des marins, "arrondis les pointes pour saluer les grains". Je crains que nous soyons "en fuite", refusant d’affronter les exigences de la météo avec un commandant aux abois et un équipage incohérent dans ses man½uvres (voulant tout et son contraire) et divisé (cf. Ces fractures sociales, territoriales et générationnelles que j'ai évoquées précédemment et que je trouve très préoccupantes).
Je suis comme M Bolloré, dans mes propos je recommande de mobiliser l'intelligence de tous les acteurs concernés par les difficultés que nous avons à traverser et je ne crois pas aux vertus du chaos que beaucoup souhaitent (sans savoir vraiment ce que c'est). Pour transformer une société il faut de la stabilité, des leaders et une vision. Pour le moment je ne vois que de l'agitation, des ténors et de la confusion.
Sur l'aéroport de Nantes, c'est un dossier que je méconnais. Comme beaucoup je m'interroge sur ce projet à priori très technocratique alors que nos aéroports bretons ont du mal à asseoir leurs propres rentabilité?
(0) 
  eugène le tollec
  le Jeudi 14 novembre 2013 13:10
Moi,Breton,j'ose parler à la république.
Dans quelques jours on va reparler des massacres de la république,à Nantes.
J'ose dire putain de république qui s'est permis. de massacrer ses peuples.
(0) 
  mazet mireille
  le Jeudi 14 novembre 2013 15:38
arretez de parler comme ça "garantit a une masse importante de la population de multiples formes de salaires garantis" c'est inssuportable
meme si certaines aides sont utilisées a la marge par quelques petits malins( on ne refera pas le monde) vous savez tres bien que ce n'est pas la majorité
je dis que ce gouvernement manoeuvre en finesse en essayant d'écouter ceux qui sont écoutables je comprends bien que vous n'avez pas voté pour eux et que vous n'avez pas encore digéré mais bon! faites un effort!
j'aime bien les réflexion de le Guen ( methanisation et ecotaxe perçue par la région)
j'aime pas votre delors dechristianisé alors que vous savez qu'il est resté tel que a ce point de vue
la dette est bien plus importante aux US non et vous parlez de votre charge sur les épaules
au fait la TVA en allemagne est a 23/°
enfin je me dis que ce quia fait le mvt des bonnets rouges est plutot une angoisse immense et je dirais primaire dans un sens non péjoratif du terme que partant d'une assez bonne situation au niveau du chomage cela dégringolle tres vite et bien plus bas que dans l'ensemble de la france
quelqu'un sur ce forum dit que les bretons ne vont pas chercher les marchés a l'étranger.... moi je connais des chefs d'entreprise sur quimper et pont labbé qui y vont et se fatiguent a la tache
j'ai pas tout lu c'est long
j'aime pas du tout les idées autonomistes
alors je revends tout de suite avant le naufrage
(0) 
  eugène le tollec
  le Jeudi 14 novembre 2013 19:09
Mireille Mazet
UNE CHOSE que vous ne semblez pas comprendre est que les bretons sont une nation à côté de la française.
Rappelez - vous ,Madame,le concepts d'être français n'est qu'une vue de l'esprit,j'ai dit que la France n'est qu'une somme d'éléments premiers osmosés les uns après les autres ...mais notre identité est bretonne par origine et française par obligation.
Elt
(0) 
  Xavier GUILHOU
  le Jeudi 14 novembre 2013 19:10
Et oui c'est ce que l'on appelle "les classes moyennes ". Elles sont aujourd'hui au c½ur du broyeur fiscal, de la spoliation bancaire et de la destruction salariale. Je comprends que mon évaluation de le situation vous choque, voire vous révolte (d'autant que pendant 30 ans tout le monde a vendu à la classe moyenne sérénité, prospérité et sécurité) mais nous ne sommes qu'au tout début des véritables problèmes et des vrais rendez-vous qui se traduiront par un appauvrissement de la classe moyenne mais aussi par des formes de précarisation qui se développent notamment chez ceux qui n'ont pas de revenus garantis ( (voir le site)
Je n'ai cessé d'alerter depuis 10 ans et surtout depuis 5 ans sur les transformations à mettre en ½uvre pour éviter des drames sociaux voire sociétaux (cf. mon dernier livre sur la crise française : "Quand la France réagira"). Autant jouer du violon...
Aujourd'hui nous sommes en France à 10 plans sociaux et 1000 chômeurs par jour! La responsabilité des politiques mais aussi du monde économique est totale! Le résultat est là désormais avec cette "immense angoisse" que vous évoquez fort justement et qui s'est révélée au grand jour sous les bonnets rouges de la foule à Quimper. Et c'est parce que je l'ai ressenti très fortement que j'ai signé ce papier d'alerte dont j'assume sans aucun problème le fond et la forme. J'ai même la courtoisie de vous répondre sans esprit de polémique, l'objectif étant d'ouvrir le questionnement sur une situation qui est complexe et dangereuse.
Maintenant la question essentielle est comment faire pour éviter le crash et comment sortir la région mais aussi le pays de cette situation explosive?
Si vous avez des réponses n'hésitez pas, tout le monde est preneur d'idées.
(0) 
  mireille mazet
  le Vendredi 15 novembre 2013 09:18
tout d'abord une question vous etes vous renseigné sur la question de l'aeroport?
a un moment il y avait de nombreuses associations dont celles des maires concernés qui donnaient des avis tres interessants dénonçant les inconvenients et inadaptations de ce projet vieux de 50 ans et décalé par rapport a l'actualité
j'aimerais bien que vous qui avez de nombreux points de contacts fassiez le tour et donniez un avis ....
je vous en remercie a l'avance vivement
comme je vous l'ai dit j'aime bien les réponses de jack le guen qui est intervenu le 7 novembre a plusieurs reprises
la methanisation
la perception de l'ecotaxe par la région apres désengagement le plus important possible du contrat signé par sarkozy
et aussi la création d'un aoc comme il le souligne
je connais le wisky de plomelin et le cidre kermao ( ainsi que leur tres recherché techniquement alcool "awena " aupres des chais de charentes ( meme démarche d'ailleurs que pour le wisky de plomelin )
interessant aussi la démarche de henriot de mettre autour d'elle des artistes contemporains comme le faisaient les faienceries autrefois HB-henriot et keraluc
le construire avec des produits locaux ( bois locaux et démarche de replantation - la filiere bois va etre grandement encouragée sur la france dans son ensemble- plutot que de faire des ossatures bois tout frais venu du grand-nord canadien qui se fragilise écologiquement ou des régions de l'hemisphere sud
le beton pons bien plus adapté aux remontées capillaires humides en bretagne et qui par ailleurs reçoit par bateau la pierre pons des régions volcaniques proches au port de Lorient ( quequiner )bilan carbone tres bien situé
insister sur la protections des zones humides
quelqu'un sur ce site mentionne une zone humide non respectée a vannes reagrdez l'article
l'aeroport de nantes d'ailleurs va atteindre une zone humide justement c'est un des points les plus dénoncés
recaler le centre de la bretagne au centre c'est a dire rennes surtout au regard de la bretagne nord c'est pas parce que vous vous situez en sud bretagne qu'il faut éliminer cela de votre esprit
le passage en route 2 X 2 voies est une bonne chose
j'ai assisté a une conférence a la maison du patrimoine qui a été tres éclairante la dessus le maire de quimper porquier ( céramique) a, dès les premières lignes de trains en france cherché a avoir une ligne de train jusqu'en bretagne un projet en arète de poisson au début arreté par la crise de 1848 puis repris et transformé en plan en pince de crabe il y a 150 ans a permis, a l'époque, de lancer le tourisme et booster la peche
les énergies renouvelables hydroliennes et éoliennes a la condition que la positionnement de la bretagne par rapport a edf change a cette occasion et qu'on guerisse "l'apres plogoff"
des lycées sport-étude( sports nautiques dont courses transtlantiques mais pas que ) et des universités franchement typées écologie marine,économie de la péche et recherche engins de peche et de transformation des produits de la peche marquant a cette occsion l'identité bretonne
la filiere lin chanvre recherche en textile pour peut-etre trouver des textiles aux qualités concurrençant le coton( je sais qu'en alsace il y a une initiative la-dessus
les ouvrages d'Erik orsenna sont tres éclairants sur l'eau le coton ...
et si grace a bolloré qui est a Paris avec autolib on avait une filiere automobile en bretagne et que le site de rennes trouvait un véritable renouveau a partir d'ergué gaberic ( et la 2X2 voies du centre)
cette crise est une chance de se mettre au travail et trainer les pieds aux journées a rennes n'est pas la solution meme si on peut toujours dire que certaines choses vont peut-etre rester lettre morte
si on dit rien c'est pas lettre morte aussi ?
(0) 
  Xavier GUILHOU
  le Vendredi 15 novembre 2013 09:51
Chère Madame,
Sur l'aéroport je vous ai avoué ma méconnaissance du dossier, je vous promets que je vais m'y intéresser.
En revanche sur tous les autres points je suis à 200% en accord avec toutes vos suggestions, ½uvrant dans ce sens à mon humble niveau, notamment sur plusieurs dossiers que vous avez cités, au sein des quelques responsabilités locales que j'assume en Cornouaille ainsi qu'au niveau national sur le plan maritime.
Je suis convaincu qu'il est possible de créer de la valeur ajoutée différemment et plus intelligemment avec un autre respect de l'environnement et de nos biotopes humains et naturels. Je suis aussi convaincu que nous avons en Bretagne une ressource humaine et des entrepreneurs de très grande qualité et particulièrement innovants. Ces hommes et ces femmes n'apparaissent pas dans le maelstrom actuel et dans la saturation médiatique qui prévaut autour de cette révolte des "bonnets rouges". Pour autant ce sont eux qui seront les artisans de la sortie de crise et ce sont qui portent ces émergences créatives qui feront notre avenir. J'ai évoqué ces points dans une émission de radio qui va passer ce soir sur Radio Notre-Dame à 18h15 et qui est consacré à cet édito que j'ai écrit: cf. émission "le Débat économique" de Vincent Neymon (voir le site)
Pour ma part je vous remercie pour toutes ces remarques très pertinentes qui vont dans le sens de ce qu'il faudrait faire émerger dans nos échanges autour de ce questionnement: Quelles sont les solutions, les cheminements, les initiatives à promouvoir? Comment faire? Avec qui? Sur quel type d'agenda? Avec quels moyens?
(0) 
  eugène le tollec
  le Vendredi 15 novembre 2013 11:00
Xavier Ghilhou
Politiquement la seule ouverture pour la Bretagne est le fédéralisme,après réunification en B5 et non en Grand Ouest( le GO ne peut être qu'une association de plusieurs provinces(un quarteron artificiel,sans pouvoir décisionnel).
Une Bretagne fédérée,ayant la puissance de son financement et la gestion du tout(économie et développement) trouvera rapidement le chemin de l'autosuffisance et un positionnement européen de premier niveau.
Sur le plan économique,il est urgent de lancer "à fond" les filières énergie (champ d'éoliennes-nous pouvons mettre en place l'équivalent de trois ou quatre centrales nucléaires.
La filière" Algues" doit être lancée ( c'est la deuxième urgence...débouchant sur une grande filière"méthanisation".
Déconstruction navale,la grande forme de Brest ,une des formes de st Nazaire pourraient servir.
À Lorient la zone du Rohu pourrait être industrialisée avec la vaste zone vaseuse de Locmiquelic.
Sur les cotes réaménagement des ports côtiers afin de permettre du tramping côtier le long des côtes atlantiques.
Le canal de Nantes à Brest pourrait être réhabilité pour du transport fluvial.
Agriculture
Une filière "lin" pourrait être relancée attelée aux débouchés industriels dépendants.
Ce que je veux dire est que tout un système d'innovations pourrait être réexaminé.
En dernière remarque,n'oublions pas que la mer est notre devenir.
MAIS POUR CELA...IL NOUS FAUT LORSQUE BRETON et avoir notre propre financement et son entière gestion
(0) 
  eugène le tollec
  le Vendredi 15 novembre 2013 12:51
Xavier Guilhou
UN dernier point sur la filière energie en Bretagne.
DCNS développe actuellement un projet parfaitement défini,ce concept pourrait parfaitement s'intégrer avec un champ d'éoliennes en Nord Bretagne.
Ce programme est le programme "FLEXBLUE".
Je suis "à fond" pour ce type de centrale nucléaire.
Je vous demande de vous renseigner.
C'est un devenir énergétique breton!!
La Bretagne par ce biais peut atteindre et dépasser(+hydrolien)sa suffisance énergie.
(0) 
  eugène le tollec
  le Vendredi 15 novembre 2013 16:15
Je rectifie
S'intégrer à un champ d'hydroliennes( SABELLA D10 ou superieur )
(0) 
  eugène le tollec
  le Vendredi 15 novembre 2013 16:25
UN BRETON parle à AYRAULT et à son sbire LE FOL
Oh les rigolos!!
Ce n'est pas à vous à définir un pacte d'avenir pour la Bretagne...ni à votre Préfet...ni à Le BRANCHU
Vous n'avez aucun pouvoir sur la Bretagne.
Moi ,Breton je ne vous connais pas et nous bretons sommes assez grands pour définir notre avenir.
MENACE.
(0) 
  eugène le tollec
  le Vendredi 15 novembre 2013 20:05
Mouvement "BONNETS ROUGES"
Le mouvement doit passer à un autre niveau
- La réunification
- Le propre financement de la Bretagne
- Sa propre gestion.
Ce mouvement devient déstabilisant pour la gouvernance,il doit s'étendre à l'ensemble des régions.
( la république actuelle est trop vieille ,elle est toujours dans des mentalités et actions d'état du XIX siècle)
- Sa propre gestion économique.
(0) 
  Xavier GUILHOU
  le Vendredi 15 novembre 2013 20:46
Cher monsieur,
Cela suppose d'être clair sur:
la territorialité. le B5 est historiquement et culturellement le socle le plus cohérent et et résilient. Le GO est une vue d'esprit de cabinets ministériels ou de consultants type Accenture ou BCG...
Le financement. Ce qui suppose deux choses: 1°) savoir ce qui est imputable à une véritable dette régionale et ce qui est du ressort de la dette de l'Etat et 2°) savoir sur quel socle capitalistique (bancaire, épargne, liquidités capitaux étrangers etc. ) la région peut véritablement s'appuyer pour assurer son fonctionnement et développement.
La gestion. Aujourd'hui en France nous avons au moins deux niveaux de prélèvements fiscaux de trop: le département et les agences gouvernementales ( au nombre de 50 000). si nous avions fait cette réforme territoriale et administrative nous n'en serions pas là aujourd'hui et nous n'aurions aucune difficulté pour trouver les 80 milliards que l'Etat cherche pour régler ses problèmes budgétaires en augmentant les impôts. Cela suppose de simplifier la gestion des territoires entre deux niveaux : des communautés de pays et une région avec comme au Canada ou en Suisse, examen et validation des budgets par la population.
La gestion économique: elle doit s'appuyer sur des communautés ingénieuses maillées en réseau en Bretagne et partout dans le monde, une transition énergétique intelligente et durable, une éducation et formation qui vise l'excellence dans tous les domaines , de l'apprentissage aux masters, et une valorisation des savoirs faire et savoir être de la région.
Mais une fois que l'on a fait ceci il reste des points qui n'ont pas été abordés jusqu'à présents et qui sont ceux de l'exercice de la souveraineté. La région n'a ni la taille , ni la courbe d'expérience pour l'assumer de façon autonome et là est la limite de l'exercice. Il reste en effet des fonctions qui pour le moment sont "régaliennes" qui sont incarnés par l'Etat français, et qui ne sont pas du tout incarnés par l'Europe pour le moment (et encore moins par la région). Je parle de la Défense, de la Diplomatie, de la Justice, de la Sécurité etc. Ces fonctions coûtent très chères... C'est une question de ma part , pensez vous honnêtement que la Bretagne puisse aller jusqu'à ce niveau de renoncement vis à vis de l'Etat français et de reconstruction en termes d'exercice de la souveraineté? N'y a t'il pas un cheminement intermédiaire à imaginer entre aujourd'hui et l'émergence d'un fédéralisme européen qui s'appuierait sur un régionalisme renforcé en ayant éliminé l'étage fiscal des Etats issus du traité de Westphalie et qui aurait réussis à mutualiser ces domaines sensibles et cruciaux?
Tout cela suppose que l'Euro ne disparaisse pas... que des leaders européens émergent enfin... et que nous ne soyons pas tombés de nouveau dans l'une de ces guerres civiles inutiles dont nous avons le secret...
(0) 
  SPERED DIEUB
  le Vendredi 15 novembre 2013 23:08
Noz vat Xavier
à titre d'information voici le commentaire que j'ai écris le 23 septembre sur l'article
le raz le bol fiscal le point de vue breton de Jean Pierre Le Mat
Ce n'est pas évident que le premier marchand de canons par tête d'habitant de la planète s'effondre économiquement ,d'autant qu'il a tout de même encore des atouts ,assis sur sa notoriété passée il bénéficie de la confiance des organismes financiers qui lui prêtent encore pour le moment de l'argent à des taux défiant toute concurrence ,de part tous les leviers fiscaux il peut se permettre de prélever dans un patrimoine privé conséquent ,par contre là oui à un moment donné il y aura un seuil de rupture que l'on commence à percevoir, en ce qui concerne la Bretagne cette révolte anti fiscale s'exprime par un début de rébellion contre l'écotaxe qui suivant les concours de circonstances peut s'étendre .
Par ailleurs comme chacun sait l'énergie nucléaire fournit la plus grande partie de l'électricité de l'hexagone or le parc des centrales est de plus en plus vétuste et pour des raisons de couts il y a un certain laxisme au niveau des contrôles .Je ne le souhaite pas loin s'en faut, mais sauf miracle tôt ou tard il y aura un accident majeur dans une centrale avec hélas des conséquences dramatiques C'est ce jour là que le pouvoir parisien va s'effondrer car justement le nucléaire énergie centralisée est un des symboles de la sécurité qu'il représentait,la panique suivant cette catastrophe le mettant à rude épreuve va entrainer une perte de confiance irréversible de la population, ce sera en quelque sorte une répétition de Tchernobyl car comme toujours les mêmes causes produisent les mêmes effets
La Bretagne est épargnée par les centrales nucléaire mais pas par les bombes de la presqu'ile de Crozon
(0) 
  eugène le tollec
  le Samedi 16 novembre 2013 09:04
Mais ,M.Le Bars,vous ne voyez pas que les bretons fidèles à eux-mêmes obéissent instinctivement à l'ordre républicain...la Bretagne est dirigée par un préfet de région...donc un CR et les quelques inutiles qui hantent la buvette ne servent à rien.
AMEN...c'est le seul mot connu...voilà le bréviaire breton!!!
(Idem pour un CG....des mannequins!!!!!)
(0) 
  Xavier GUILHOU
  le Samedi 16 novembre 2013 09:13
Pour l'information des lecteurs du blog Je vous signale que je suis intervenu avec Robert Branche dans l'émission de Vincent Neymon, le « débat économique » qui est passée vendredi 15 novembre à 18h30, rediffusion samedi à 11h03 et à 22h00 et qui est intitulée « Retour sur la question bretonne ».
Vous pouvez aussi l’écouter en direct ou en podcast sur le site de Radio Notre Dame :
(voir le site)
(voir le site)
(0) 
  eugène le tollec
  le Samedi 16 novembre 2013 10:44
La seule issue de secours est les prochains votes
Pour ce qui est des convictions
Seule un fédéralisme sauvera la Bretagne et la France.
Par l'application stricte des lois de dévolution et rétrocession financière.
Rappel
Une fonction régalienne est une fonction que ne peut assumer une couche inférieure,le particulier délègue donc une partie de son autorité,une fonction de subsidiaritéest une reprise d'autoritésur ce que l'on sait faire...mais pour assurer cela ,il faut ses financement prévus par la dévolution et la loi de rétrocession financière en découlant.
La dette de l'état avant basculement sur "république fédérale" doit être resorbee par un plan d'État et s'il y a dette régionale,une prise en compte doit être effectuée région par région par la loi de rétrocession adaptee à chaque région.
Structures
- Le département ,cantons disparaissent sur deux entités
LA RÉGION ELLE MÊME
LE PAYS MAJEUR(somme de communes majeures#(entre 6000 et 7000 Ccommunes majeures)
Les pays majeurs(entre 450 et 500 pays majeurs)
Les régions (13 ou 14régions).
La structure "d'État est resserrée,la région est libérée
Impôt
Les impossible levés au niveau région,la part déchaîne est défini par la loi de rétrocession ajustable par année sur les coefficients de rétrocession,la principal rétrocession est collecté à l'état fédéral pour ses fonctions régaliennes.
C'est là que la région contrôle la gouvernance centrale .
Monsieur GUILHOU on peut en discuter.
ELT
(0) 
  eugène le tollec
  le Samedi 16 novembre 2013 11:09
Je rectifie
Les impôts levés au niveau région ,la part de chacun est définie par la loi de rétrocession dont les coefficients d'ajustement sont annuels,la principale rétrocession est celle faite à l'état fédéral pour ses fonctions régaliennes.
C'est là que la région contrôle la gouvernance fédérale .
(0) 
  mazet mireille
  le Samedi 16 novembre 2013 11:41
j'aprecie vos réponses a l'un a l'autre suite a ma contribution
je relirai un jour le troisième papier de xavier guilhou qui me semblait bien que je n'ai pas anlaysé assez profondément
je n'ai pas particulièrement le temps de continuer a contribuer
je relirai juste votre troisième papier
bonne route
n'oubliez pas pour l'aeroport du grand ouest
(0) 
  PIERRE CAMARET
  le Samedi 16 novembre 2013 11:41
XAVIER GUILHOU . J'ai entendu les 2 sites .Tres bien .Je reviens sur le sujet .
(0) 
  PIERRE CAMARET
  le Samedi 16 novembre 2013 12:30
Nous partageons au moins une opinion :
Le Gouverneur de la Colonie Bretonne , assure la Gouvernance : le Prefet de Region ( a quoi sert il celui la ??) qui represente la Republique et ses valeurs ??? ( tiens , tiens lesquelles ??)
Le Conseil Regional mis en place par les colonisateurs NE SERT A RIEN , seulement a inaugurer les chrysanthemes.En cas de crise , il se met automatiquement aux Abonnes absents ??
Que d'economies a faire :Suppression du Prefet de Region ( et de sa Cour ) Suppression du Conseil Regional et de ses nombreux services .
Tout cela en moins , la Bretagne va redevenir riche .
(0) 
  Xavier Guilhou
  le Samedi 30 novembre 2013 16:25
Ici Carhaix, les bretons parlent de nouveau aux français! Les "indignés du bout du monde" ont d'ores et déjà réussi leur pari en termes de mobilisation avec 35 a 40 000 participants présents sur la prairie des "vieilles charrues" (chiffres seront toujours minorés par les autorités....). De tous les discours que j'ai entendu la seule chose que je retiens c'est l'ouverture de "cahiers de doléances". Le ton et les postures affichées sont déterminées, encore plus qu'à Quimper. Ce n'est pas une manifestival, ou un grand fest noz comme certains voudraient le faire croire, c'est le début d' un rapport de force avec l' Etat et le pouvoir qu'il convient de ne plus sous estimer.
voilà pour ma première évaluation en direct des monts d'Arrée.
(0) 
  eugène le tollec
  le Samedi 30 novembre 2013 18:42
Xavier Guilhou
Bonsoirq
Bonne info,j'aime le terme"cahier de doléances".
J'espère que les "crédibles" des objectifs vont enfin travailler le Message vers l'état.
Ce message demande de la FERMETÉ(la gouvernance ne peut pas museler la Bretagne et 4 Millions de bretons qui demandent un dû)
Nous devons être intransigeants dans les différentes"remontrances".(et nous ne sommes plus en ancien régime)...mais hélas dans une république outrancière dont "l'état" est de plus en plus dégradé.
(0) 
  Francois Le Guellec
  le Dimanche 1 décembre 2013 11:44
Nul doute que l’Etat français, le gouvernement bien renseigné, s’essaie déjà de « l’intérieur », à maitriser ce mouvement. Ne soyons pas naïfs. Attention car son expérience est grande. Paradoxe de l’histoire récente de cette drôle de République , rappelons-nous que pour se sauver elle-même, elle allait jusqu’à sacrifier et laisser humilier en son temps devant l’assemblée corse son premier représentant, déjà un « Bonnet incendiaire » nous disait-on alors ; un homme pourtant courageux semble-t-il voire remarquable somme toute (quelles que soient les convictions de chacun) puisque capable d’aller prendre la place, pour son idéal, de son dernier représentant assassiné. Ces « instances » n’ont pourtant pas hésité par la suite à abandonner le préfet comme on le sait aux juges à la vindicte « populaire ». Ou à « l’indépendance » de la justice.
Des dégâts sont commis lors des manifestations, en Bretagne « l’affrontement » se fait apparemment au grand jour dans les rues ou les champs et les lobbies ou les réseaux si chers aux bretons semblent ne plus servir cette fois ouvertement qu’à cela. Les victimes physiques aussi sont exposées du côté des manifestants.
Quel contraste alors dans le traitement par l’Etat de ce mouvement breton. Que fait la République? Qui du chat ou de la souris cette fois-ci ? Comment nous retrouver dans cette mouvance ? Des Français de Bretagne, des Bretons de la République ou des Bretons de Bretagne?
Or on le sait on peut se retrouver à la côte aussi bien (ou mal) depuis la mer que depuis la terre .
Alors peut-être peut-on figurer la place de la Bretagne aujourd'hui, dans ce contexte difficile aux lourdes contraintes économiques mais aux nécessaires efforts de mémoire, comme le paradoxe entre la volonté nostalgique et coûteuse de l'entretien pénible et risqué de nos vieux phares dans l'esprit des terriens qui seraient des Français, et celle plus pragmatique des Bretons marins qu'ils sauvent, de les moderniser et développer efficacement d'autres techniques de balisages de repérage ou de guidage beaucoup plus précises et plus sures et surtout moins onéreuses au long cours? Cependant se positionner est un choix cornélien, et l’investissement au départ est inévitablement important et couteux, et forcément douloureux il ne faut pas l’oublier, quelle que soit la place de chacun.
(0) 
  eugène le tollec
  le Dimanche 1 décembre 2013 14:34
François Le Guellec
N'oublions jamais que la force de l'état français tient dans sa longue expérience de ce qu'est un état.
Dans cette analyse apparaît la phrase "raison d'État".
Nous devons nous méfier de la France.
(0) 
  eugène le tollec
  le Dimanche 1 décembre 2013 16:55
Je viens de lire que le pacte d'avenir pour la Bretagne sera présenté au CESE le 04 décembre,à Rennes.
Une seule question.
POUR QUEL AVENIR.
Celui du B4
Celui du B5
Ce pacte doit balayer toutes les questions permettant à l'espace breton de vivre.
ÉCONOMIE
CULTURE
EXISTENCE
--Nationale
--internationale
Les mesures doivent parler de toutes les filières(actuelles,en pointe ou à développer)
Une véritable loi de rétrocession doit être fixée.
UNE Véritable reconnaissance du peuple bretons doit être signifié.
N'oublions pas que nous devons parler d'égal à égal avec ces plénipotentiaires.
JE MAINTIENS QUE CE N'EST PAS À UN CESR DE DISCUTER de la BRETAGNE,ces gens ne représentent pas les Bretons ,à la rigueur peuvent ils donner quelques conseils.
(0) 
  eugène le tollec
  le Samedi 28 décembre 2013 10:21
J'ose revenir sur UN concept révolutionnaire
L'unicité
Soit...mais devant la loi,mais actuellement laquelle?
En France ,cette masse dite "française" est formée de quoi...maintenant on la dit multiple...diversifiée et d'autres mots.....
J'ai toujours appris que cette France s'est faite au détriment des autres peuples...qui, au cours de leurs histoires respectives étaient (malgré tout) heureux de vivre ensemble,ils étaient des peuples premiers car la France rassembla sous sa houlette des peuples de culture gallo romaine ,chrétienne puis vint le délire de quelques utopistes philosophiques imbus d'un savoir dévié d'un humanisme (ces gens ont voulu devenir des rois...ils n'ont jamais été le peuple..certains détestaient le peuple).
Ces faiseurs de République ont donc inventé des manipulations mentales pour mieux dominer les peuples.
Non Messieurs de la République..je suis dans l'unité que devant ( pour l'instant) la LOI
Votre identité française m'a été collée par l'état civile soit mais mon identité est bretonne d'origine et française par obligation de l'histoire.
Les occitans....les basques...les alsaciens ...les corses..les savoyards sont dans la même situation...notre identité nationale n'est qu'une somme d'identités premières...Alors arrêtez vos concepts(un atome de cuivre n'est pas un atome de fer)
ARRÊTEZ de parler de mixité et de diversité et d'intégration(mal faite).
ARRÊTEZ de vouloir (à tout prix) changer cette société qui n'a pas besoin de penseurs d'arrières bureaux gouvernementaux.
REDONNEZ la dignité aux peuples.
EXPERIMENTEZ ce retour aux valeurs de l'homme et à l'originel révolutionnaire de la Bretagne.
J'APPELLE à la refondation de ce pays selon un autre portage.
ET DANS CETTE DEMANDE ,RETROUVEZ MA BRETAGNE ÉTERNELLE
(0) 
  Xavier GUILHOU
  le Samedi 28 décembre 2013 16:15
Fusionner l'atome de cuivre et l'atome de fer est le rêve de certains alchimistes comme M Vincent Peillon qui voudrait ainsi aboutir à l’édification de l'homme républicain parfait. Ainsi l'homme serait enfin débarrassé de ces sensibilités culturelles, chrétiennes, territoriales, sémantiques, philosophiques, spirituelles, de toutes ces drogues et addictions historiques qui l’empêchent bien entendu de penser correctement...et librement...
Pour le moment il serait bon que ceux qui sont aux commandes soient moins idéologiques et sachent au moins lire un baromètre qui s’effondre, une table des marées, un pluviomètre, et ne fassent pas trop "d'erreurs d'appréciation" comme la fort justement exprimé M Manuel Valls lors de sa visite à Quimperlé.
Un Breton qui sort d'une semaine à la bougie et au feu de bois suite à la tempête Dirk et qui vient juste d'être rétabli, 48h après la fin de la crise qui s'est arrêtée officiellement jeudi soir ... No comment!!! Mais en communion d'esprit avec tous ceux qui sont sinistrés actuellement en Bretagne.
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 3 multiplié par 6 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.