Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
Yann-Kêl Kernalegenn, Kemper, 1er oct. 2016, 40 ans. Entrée au cimetière, Bertrand Deleon et les sonneurs.
Yann-Kêl Kernalegenn, Kemper, 1er oct. 2016, 40 ans. Entrée au cimetière, Bertrand Deleon et les sonneurs.
Yann-Kêl Kernalegenn, Kemper, 1er oct. 2016, 40 ans. Auprès d'église de La Trinité.
Yann-Kêl Kernalegenn, Kemper, 1er oct. 2016, 40 ans. Auprès d'église de La Trinité.
Yann-Kêl Kernalegenn, Kemper, 1er oct. 2016, 40 ans. Les sonneurs près de la tombe.
Yann-Kêl Kernalegenn, Kemper, 1er oct. 2016, 40 ans. Les sonneurs près de la tombe.
Yann-Kêl Kernalegenn, Kemper, 1er oct. 2016, 40 ans.
Yann-Kêl Kernalegenn, Kemper, 1er oct. 2016, 40 ans.
Yann-Kêl Kernalegenn, Kemper, 1er oct. 2016, 40 ans.
Yann-Kêl Kernalegenn, Kemper, 1er oct. 2016, 40 ans.
Yann-Kêl Kernalegenn, Kemper, 1er oct. 2016, 40 ans.
Yann-Kêl Kernalegenn, Kemper, 1er oct. 2016, 40 ans.
Yann-Kêl Kernalegenn, Kemper, 1er oct. 2016, 40 ans.
Yann-Kêl Kernalegenn, Kemper, 1er oct. 2016, 40 ans.
Yann-Kêl Kernalegenn, Kemper, 1er oct. 2016, 40 ans.
Yann-Kêl Kernalegenn, Kemper, 1er oct. 2016, 40 ans.
Yann-Kêl Kernalegenn, Kemper, 1er oct. 2016, 40 ans.
Yann-Kêl Kernalegenn, Kemper, 1er oct. 2016, 40 ans.
Yann-Kêl Kernalegenn, Kemper, 1er oct. 2016, 40 ans.
Yann-Kêl Kernalegenn, Kemper, 1er oct. 2016, 40 ans.
- Reportage -
Hommage à Yann-Kêl Kernalegenn à Kemper samedi 1er octobre
(MISE À JOUR le 17 oct). Yannig Laporte, de Kemper, qui nous a envoyé la majeure partie de ce reportage et les documents annexes, est le fondateur du Komite Dalc'hit soñj eus Yann-Kêl/Comité du souvenir, en 2006 pour les 30 ans de la mort de Yann-Kêl
Maryvonne Cadiou pour ABP le 2/10/16 23:06

Voir plus bas : Ajout du 17 octobre : Xavier Grall et Yann-Kêl

Yannig Laporte, de Kemper, qui nous a envoyé la majeure partie de ce reportage et les documents annexes, est le fondateur du Komite Dalc'hit soñj eus Yann-Kêl / Comité du souvenir, en 2006 pour les 30 ans de la mort de Yann-Kêl ( voir l'article )

Il a convié les Bretons à se souvenir de Yann-Kêl Kernaleguen en cet anniversaire des 40 ans de sa mort accidentelle dans la nuit du 29 au 30 septembre 1976 à 22 ans (1).

Il a été dit que Y.-K. Kernaleguen " tentait de désamorcer la bombe qu'il venait de poser parce qu'une femme promenait son chien sur le lieu de l'attentat […] ".

À la demande de Yannig Laporte, plutôt que de faire mention de terrorisme (la citation ci-dessus, prise sur wiki, est tirée de Thierry Vareilles, l'Encyclopédie du terrorisme international, ‪éd. l'Harmattan‬, 2001), nous mentionnons ici Lionel Henry (né en 1970), auteur du Dictionnaire biographique du mouvement breton, de 431 p., édité chez Yoran Embanner en 2013.

Car, comme disait Martial :"Stourmerien oamp, sponterien tamm ebet" : Nous étions des militants, pas du tout des terroristes.

(voir le site) pour sa page en breton sur wikipédia. La page en français, plus développée, contient en notes plusieurs citations élogieuses.

Près de cinquante personnes s'étaient déplacées, malgré aucune annonce dans la presse locale, pour cet hommage.

Deux gwenn ha du étaient visibles.

Des textes ont été dits :

Par Yannig Laporte :

- Celui de Martial Ménard, publié dans Al Lanv, n° 40, peu après l'hommage rendu pour les 10 ans de sa mort ;

- Celui de Per Denez écrit en 2006 (ci-dessous en pdf bilingue).

Yannig Laporte nous fait remarquer qu'" il était pertinent de le lire aussi en français parce que c'est ainsi qu'il l'avait transmis, et aussi parce qu'il a ajouté quelque chose de très fort en français : la dernière ligne n'apparaît pas en breton. Je pense que l'idée lui est venue en cours d'écriture ".

Voici :

" Je salue Yann-Kêl pour ce qu'il a été et pour ce qu'il voulait être ". Per Denez.

Des poèmes ont été lus :

En alternance par Padrig An Habask, son beau-frère, et Dominig Jolived.

Le deuxième et le troisième d'Anjela Duval, ci-dessous en pdf ;

Et deux poèmes de Yann-Kêl dont l'un est à la suite du texte de Martial Ménard, scanné aussi, mais il vient de (voir le site) de la bibliothèque de l'Institut de Documentation Bretonne et Européenne (IDBE) de Guingamp, pour le pdf des écrits de Yann-Kêl en breton, p. 10 (2).

Les sonneurs

De la famille, ils ont interprété " Gwir Vretoned " puis " E dibenn miz Gwengolo " la chanson composée par Glenmor en souvenir de Yann-Kêl : ( voir l'article ) pour la vidéo d'Andrea Ar Gouilh l'interprétant lors du spectacle Glenmor l'insoumis, donné à Quimper en juillet 2013.

L'assistance a chanté :

" Kan Bale an ARB " de Glenmor et notre hymne national, le " Bro Gozh va Zadoù ".

Ajout du 17 octobre : Xavier Grall et Yann-Kêl

Relisant les oeuvres de et sur Xavier Grall depuis quelque temps, nous trouvons, dans Mikaela Kerdraon, " Xavier Grall, Une sacrée gueule de Breton ", la monumentale somme de 686 pages pour tout savoir et tout comprendre de ce poète, éditée en 2001 avec beaucoup de soin par An Here de Martial Ménard - car les repères en typographie ne sont pas simples - nous trouvons : " il assistera aux obsèques du jeune militant Yann-Kel Kernaleguen, en octobre 1976 " (p. 423), et on apprend ou redécouvre que Xavier Grall a choisi de terminer son " Cheval couché " sur un hommage au jeune militant, Jean-Michel Kernaleguen, tué par la bombe qu'il allait déposer, en guise de protestation, sur le chantier d'une caserne militaire que les gens du pays refusaient, à Ty Vougeret, près de Châteaulin ; il avait sacrifié sa vie pour éviter (...)

Comme Glenmor, Grall y était, et il s'interroge sur sa responsabilité d'écrivain, continue Mikaela (p. 411).

Voici le texte de Xavier Grall, dans Le Cheval couché, éd. Hachette, 1977, 235 p., pages 234-235.

"J'ai fini. Mon pays, je le sais en recherche, attentif au mouvement de la mer (…). Quel nom avait-il ce très jeune garçon, mort en septembre, déchiré par la bombe qu'il avait l'intention de déposer sous les fenêtres d'un officier français ? Ah, oui, Jean-Michel Kernaleguen... Je ne le connaissais pas mais ses amis m'ont dit qu'il avait plongé sur sa meurtrière charge de plastic plutôt que d'attenter à la vie d'une famille qui se trouvait sur les lieux de l'attentat. Il s'était insurgé contre la militarisation de la campagne de Dineault (en breton Din Heol, près du soleil). Il est mort pour l'arbre et la rivière, pour la Bretagne, face au Menez Hom. Je le salue en ces dernières lignes. Je le salue affectueusement alors que l'adagio, ce mouvement apaisé, déploie en cette IXe symphonie, toute la tendresse du monde, alors que les vents de suroît retombent une nouvelle fois sur les hauts de Botzulan, alors que les pigeons allègres, couleur de l'arc-en-ciel, accrochent le soleil par-dessus les toits.

Oui, ce jeune homme s'appelait Jean-Michel Kernaleguen. Un beau nom. Le lieu du saule. Je crois savoir qu'un de nos bardes vient de lui consacrer une chanson (*). Il ne s'agit pas de monsieur Pierre-Jakez Hélias… Les chevaux couchés ne vont pas à la mer. Sous la cavalcade des nuages, le Menez Hom celtique, magique, maritime, attend que nous érigions une stèle à la mémoire du dernier de nos princes.

Nous laisserons aux vents d'Occident le soin d'y écrire les mots rituels, naturellement, amoureusement...

Près du soleil !"

Automne-Hiver 1976-1977.

(*) Il s'agit bien sûr de E dibenn miz Gwengolo (À la fin septembre), de Glenmor.

Notes

(1) À ce sujet, voici un commentaire de Per Lemoine, qui a bien connu Yann-Kêl. Cette histoire est touchante mais le commentaire tardant à être mis en ligne par la rédaction sur ( voir l'article ) le voici :

" Malheureusement je n'ai pu me rendre au cimetière de Kerfeunteun en souvenir de Yann K/naleguen qui était un jeune ami lorsque j'habitais à Kemper. Je suis maintenant trop âgé pour me déplacer.

Yann était un fidèle de nos réunions quimpéroises , avec toujours 5 ou 6 autres lycéens des lycées publics ou privés auxquels je consacrais un après-midi par semaine pour leur parler, à mon domicile de la rue de Kergariou, de notre pays, de son Histoire, de nos devoirs à l'égard de notre pays annexé.

Sa mort m'a effondré, mais j'étais alors parti à l'étranger avec ma famille après ma longue incarcération FLB.

J'ai toujours son image présente et penserai à lui tout le temps qui me reste à vivre. Yann doit rester dans la mémoire des jeunes Bretons et dans la VRAIE histoire de la Bretagne.

Per Lemoine "

(2) Echu ar Fest

Glav a ra war Gemper

Er poulloù don

E c'heller c'hoazh klevout

Dameuc'h an tousmac'h

Echu ar Fest

T[r?]ec'het an douristed

Trech eo bet an abadenn-veur ?

Nan, ar glav a zo bet trec'h

Ar glav, an douar a nac'h an estren

Koeñvet eo hor pobl

Kousk a ra atav Arzhur

Ha n'eo ket deut d'he dihuniñ

Ar fest n'eo ket kroget

...abadenn abaf hiziv

La fête est finie

Il pleut sur Kemper

Dans les mares profondes

On peut encore entendre

L'écho du tumulte

La fête est finie

Vaincus les touristes

Reflué elle a, la grande représentation ?

Non, la pluie a été vaincue

La pluie, la terre nient l'étranger

Enflé est notre peuple

Arthur dort toujours

Et il n'est pas près de se réveiller

La fête n'a pas commencé

...La représentation est timide aujourd'hui

Traduction Maryvonne Cadiou

Document PDF 41001-martial_menard_e_koun_yann_kel_kernalegenn_al_lanv_40_dek_vl.pdf Martial Ménard e koun Yann-Kêl Kernalegenn Dek vloaz zo. Il y a dix ans. Al Lanv niv. 40, 1986. Source : Al Lanv
Document PDF 41001-per_denez_e_koun_yann_kel_kernalegenn_30_gwengolo_2006.pdf Per Denez e koun Yann-Kêl Kernalegenn. 30 septembre 2006. Source : Komite Dalc'hit soñj eus Yann-Kêl/Comité du
Document PDF 41001-anjela_duval_e_koun_yann_kel_kernalegenn_1976_1978_1979.pdf Anjela Duval e koun Yann-Kêl Kernalegenn. Poèmes en breton de 1976, 1978, 1979 . Source : Komite Dalc'hit soñj eus Yann-Kêl/Comité du
Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 2328 lectures.
Correspondante ABP depuis février 2007.
Voir tous les articles de de Maryvonne Cadiou
Vos 7 commentaires
deiz ha bloaz Le Dimanche 2 octobre 2016 23:48
bravo pour ce reportage
(0) 

Maryvonne Cadiou Le Lundi 3 octobre 2016 00:14
Merciiiiiiiiii
J'associe bien sûr à ce bravo Yannig Laporte et Gwenn Pelliet de Kemper qui m'ont donné presque tous les éléments - Gwenn m'en a raconté le déroulement - et le photographe Patrick Corlay evel just !
(0) 

TY JEAN Le Lundi 3 octobre 2016 10:27
Merci pour ce reportage ainsi qu'à tous ceux qui sont venus rendre hommage à YANN-KEL
(0) 

louis-marie mondeguer Le Lundi 3 octobre 2016 20:42
Merci pour votre communication .
Si j'avais su qu'un hommage allait être rendu à notre ami, je serais certainement venu .
J'ai apprécié le texte de Pierre Lemoine qui m'a rappelé tant de souvenirs : je faisais partie de ce petit groupe de lycéens dont il parle
dans son texte , et j'entretenais une relation d'amitié avec Kerna ( ou Jean-Mich ) comme nous l'appelions d'autant plus forte que
nous étions camarades de classe au Likès à Quimper en première et en terminale . C'est lui qui m'avait fait découvrir la réalité culturelle bretonne que j'ignorais complètement . Nous retrouvions effectivement régulièrement Pierre Lemoine chez lui rue de Kergariou, mais aussi rue du Frout dans un local qui s'appelait , mais oui ! , Ti ar Vro , soit bien avant que ce concept ne soit remis
à l'honneur .
Enfin, Pierre Lemoine nous avait donné la permission d'utiliser un local dont il disposait à Kerfeunteun : on s'y retrouvait avec Kerna, Lanik Kervarec et d'autres notamment pour brûler dans la petite cheminée les drapeaux français que nous dérobions à droite et à gauche ...
(0) 

Gwenn Pelliet Le Lundi 3 octobre 2016 23:56
@louis-marie Mondeguer
Je suis allée aux 2 hommages, en 2006 et 2016, car au moment du décès de Yann-Kel en 1976, j'étais âgée de 16 ans, au cercle celtique et nous apprenions "le Bro Goz Ma Zadou" . J'ai vraiment pris conscience que ma nationalité était non pas française, mais bretonne. J'ai commencé à réfléchir à la question FLB après l'attentat de l'émetteur de Roc'h Trédudon en février 1974 et les privations de télé; non pas que je pestais, dans ma fougue de crise d'adolescence, de ne plus pouvoir suivre à la télé, les épisodes de "la demoiselle d'Avignon", mais j'éprouvais un sentiment de ferveur de la Bretagne. Après le décès de Yann-Kel, nombre d'adolescents ont été à coudre sur leurs pulls-marins des écussons de triskell et d'hermines.
(0) 

Anne Thoraval Le Mardi 4 octobre 2016 06:19
Brav-tre ar testennoù-mañ.
Frommus ivez.
Enor da Yann-Kêl
Enor d'ar Vretoned
(0) 

Patrick Le Guern Le Mardi 4 octobre 2016 12:53
Merci pour ce reportage. Je n'étais pas sur kemper sinon je me serai déplacé pour cet hommage.
La mort violente d'un être humain est toujours dramatique et disparaître ainsi à 22 ans pour un idéal amène le respect. D'autant que le but était, et je le dirais tout simplement, la "reconnaissance de la Nation Bretonne", de sa population qui n'aspirait, et encore actuellement, qu'à vivre en paix et que soit respectés ses droits les plus ancestraux.
Tous les bretons qui portent leur Nation dans le cœur, devraient se reconnaître comme fils spirituel de Yann-Kel.
----- Compagnons insoumis des heures noires, nous avons tout de même semé et toute bonne graine honore le semeur. La moisson est proche. (Glenmor - Princes entendez bien)------
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 0 multiplié par 8) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons