Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Editorial -
Hollande candidat : Le Drian, Europe Écologie et l'UDB au pied du mur
François Hollande est donc le candidat officiel du parti socialiste et des radicaux de gauche pour l'élection présidentielle d'avril et de mai 2011. À moins d'un coup de théâtre, il sera présent au deuxième tour de cette élection,
F. Lécuyer pour ABP le 16/10/11 22:49

François Hollande est donc le candidat officiel du parti socialiste et des radicaux de gauche pour l'élection présidentielle d'avril et de mai 2011. À moins d'un coup de théâtre, François Hollande sera présent au deuxième tour de cette élection, tout le suspense résidant dans l'identité de son adversaire. En effet, l'hypothèse d'un second tour classique « droite - gauche » est loin d'être une évidence notamment au regard du bilan de Nicolas Sarkozy, le plus calamiteux président de la Ve République. À l'horizon de ce rendez-vous majeur, les postures des uns et des autres vont se mettre en place. À gauche, les candidats en marge du PS vont tenter de rassembler le maximum de voix dans le but d'infléchir les choix futurs du grand parti ou de négocier le plus grand nombre possible de circonscriptions dans les négociations qui, dès le lendemain du second tour, ouvriront la campagne des législatives.

À ce jeu, une personne et deux formations politiques ont beaucoup à gagner ou à perdre en crédibilité. Tout d'abord, le président de la région Bretagne 4 départements : Jean-Yves Le Drian. Membre de l'équipe de François Hollande, Jean-Yves Le Drian s'est toujours posé en Bretagne en champion de quelques-unes des revendications bretonnes : la réunification de la Bretagne, la ratification de la charte européenne des langues minoritaires et le transfert de compétences en matière de politique de l'Eau, de la Culture et de la distribution des aides européennes de la PAC. Laissons à part la ratification de la Charte qui est un leurre puisque l'organe suprême en matière de contrôle des lois, le Conseil Constitutionnel, a déjà statué sur la question. Une ratification d'un gouvernement quel qu'il soit, se heurterait immanquablement à une censure de la part du-dit Conseil malgré la mention des langues dites régionales dans la Constitution française. Reste donc la question des transferts de compétence et la réunification. Sur ces deux points, cruciaux pour la Bretagne, Jean-Yves Le Drian perdrait toute crédibilité s'il n'exigeait pas, par écrit, du candidat François Hollande, leur mise en oeuvre immédiate dès l'entrée en fonction du nouveau président, durant cette période, qu'on appelle « l’État de grâce ».

Mais plus encore, cette exigence doit également être partagée par Europe Écologie et l'UDB. En effet, inutile de se voiler la face et de repousser le débat : Europe Écologie et l'UDB appelleront comme un seul homme à voter « pour battre la droite ou l'extrême-droite » au soir du premier tour. En langage clair, cela s'appelle appeler à voter pour le candidat du Parti Socialiste. Ces deux formations bataillent depuis des années sur les thèmes de la réunification et du transfert de compétences et vont même largement plus loin, notamment en ce qui concerne l'UDB. Si ces deux formations veulent être crédibles et ne pas être d'éternels godillots elles se doivent d'être clairs et sans ambiguïtés. Tout soutien au candidat Hollande le soir du premier tour doit être assorti de l'assurance de la mise en oeuvre de ces deux points : les trois transferts de compétences et la Réunification.

Par avance, il est inutile de noyer le poisson sous un verbiage quelconque. Ces revendications ne sont pas maximalistes, loin de là, elles émanent du président Le Drian lui-même. Donc Oui ou Non, Jean-Yves Le Drian, Europe Écologie et l'UDB êtes-vous prêts, pour une fois, à ne pas apporter automatiquement votre soutien à François Hollande le 22 avril prochain si celui-ci ne répond pas favorablement à ces deux revendications ?

En clair, avez-vous des couilles ?

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 2461 lectures.
Fabien Lécuyer est spécialisé dans l'enquête journalistique, les mouvements "en marge" du bipartisme et les mouvements indépendantistes .
Voir tous les articles de de F. Lécuyer
Vos 44 commentaires
Bob l’éponge Le Dimanche 16 octobre 2011 23:42
Ils nous promettent le changement, mais rien ne changera, comme d'habitude... Surtout avec flamby au pouvoir.
(0) 

Stéphane Lorec Le Lundi 17 octobre 2011 00:00
ben...çà sera comme d'hab' ;o)
(0) 

Louis Le Bras Le Lundi 17 octobre 2011 00:02
Hollande a quasiment déjà fait de Jean-Marc Ayrault son Premier Ministre en cas d'élection...
sinon je ne suis pas du tout convaincu que Le Drian soit favorable à la réunification.
C'est même pas une question de courage politique ou de "couilles", je pense qu'il n'y ait pas favorable. Il est Président de B4, peut-être se dit-il qu'il se serait pas Président de B5 ??
(0) 

Michel prigent Le Lundi 17 octobre 2011 05:33
F.Lécuyer a clairement posé l'équation des revendications bretonnes qui se pose entre Le Drian et ses alliés verts et UDB et le candidat Hollande.
De prime abord, il apparaît qu'Hollande n'a jamais été un chantre de la régionalisation, encore moins qu'Aubry.
Au niveau européen, le plus loin qu'il puisse aller en matière de "fédéralisme" est "L'europe des Nations", bref le statu quo.
J'ai souvenance, que peu de temps avant son remplacement à la tête du PS par Aubry, il avait lancé "gaillardement" un programme de thèmatiques d'études, le premier portait sur "La nation", c'est dire l'audace des idées ! Il n'y eu pas de suite à cette entreprise;
Ce n'est sans doute pas un hasard s'il est soutenu par Ayrault et Grosvalet qui comptent sur son addiction au consensus mou pour imposer leurs vues anti-réunification.
Je serai mauvaise langue, je dirais qu'il est aussi peu décentralisateur et européen qu'il n'est gestionnaire !
Et pourtant, il a des références: HEC, ENA, prof d'économie de 3è année, magistrat à la cours des comptes, secrétaire du PS option économie...
Et malgré toutes ces qualifications, bien qu'élu (il l'a été partout, sauf sénateur, ministre et... Président de la république), il n'a pas été capable, bien qu'élu Pt du CG de la Corrèze le 20 mars 2008, de résorber la dette du département (record de france!) puisque de 1 206€/hab en octobre 2009 (Le Point du 29-10-2009), celle-ci est passée à 1 329€/hab à ce jour.
De quoi susciter quelques interrogations quant à la gestion de la dette nationale !
(0) 

Yves Le Gonidec Le Lundi 17 octobre 2011 09:55
Ce qui nous inquiète ici en Bretagne n'est pas le destin National des français (seraient-ils déjà foutus ? Noyés dans leur dette à laquelle les bretons contribuent largement au remboursement ?) : c'est celui des bretons ! La moyenne des salaires bretons est inférieure à la moyenne nationale (d'environ 200 €), la part d'impôts prélevés et réinvestis en Bretagne est d'environ 17 % (soit + de 80 % de nos impôts qui restent dans les caisses parisiennes, ou qui passent par les fenêtres !), la désinformation économique qui est telle en Bretagne, que les bretons croient que leur pays est miné et rempli de chômeurs (BZH : 7% de chômage ; reste de la France : 9 à 10 %).
Côté réunification, moins on aura d'obstacles mieux on se portera... Hollande vient d'être investi de la mission socialiste à la grande majorité ; que les bretons votent Hollande : on va se débarrasser de JM Ayrault et de son opposition à la réunification... puisqu'il deviendra Ministre, comme exprimé ici déjà plus haut. Gros travail de promotion pour le PS (ça fait mal mais c'est nécessaire !), qu'Hollande soit Président ; on se débarrassera d'Auxiette par d'autres moyens... une nomination à un poste plus important le fera dégager ! Le mouvement breton va devoir mettre la pression sur le PS de Loire Atlantique, pour voir sortir des têtes pro-réunification ! On a du lobbying à faire, c'est le moment kenvroadi ker !
(0) 

Léon-Paul Creton Le Lundi 17 octobre 2011 11:55
L'on ne peut servir deux maîtres à la fois , Dieu et Mammon! La Bretagne et le Ps! L'Écologie et le Ps!
Les perdants sont: ...Dieu!...L'Écologie!...et...et...et la Bretagne!...
(0) 

Yann Le Bleiz Le Lundi 17 octobre 2011 13:06
Disons simplement qu'Hollande va précipiter la France dans sa dette structurelle. Est-ce un bien ou un mal pour la Bretagne, l'avenir le dira!
Ce qui est terrible c'est que le mythe d'une Bretagne "dépendante économiquement" de la France "état providence" est toujours bien marqué chez nos concitoyens.
Avec Sarkosy la Bretagne est maintenant totalement sous contrôle budgetaire de la France, avec Hollande nous payerons encore plus pour la dette française!
Ah, que la Bretagne sans statut et coupée en deux est facile à traire!
Alors pourquoi Hollande aiderait ces bretons modernes qui prient l' Etat Providence, avec une ferveur religieuse à faire palir Sainte-Anne?
(0) 

René Le Lundi 17 octobre 2011 14:17
Les femmes sont exclus de ce débat puisqu'elles n'ont pas de couilles
(0) 

Gérard Le Lundi 17 octobre 2011 15:11
"soit + de 80 % de nos impôts qui restent dans les caisses parisiennes"
Bel effort de propagande, comme si les "caisses parisiennes" de payaient pas vos remboursements de secu, le RSA, les salaires des fonctionnaires en Bretagne, etc.
(0) 

Yann Le Bleiz Le Lundi 17 octobre 2011 16:30
@ Gérard
Alors il n'y a aucun problème à ce que la Bretagne gère elle-même tous les services que vous évoquez... N'est-ce pas?
Comme déjà pour les Alsaciens, les bretons aussi ont le droit d'être bien remboursés et d'avoir une bonne retraite!
(0) 

Etienne Le Lann Le Lundi 17 octobre 2011 17:00
@ Gérard, en effet, votre caisse parisienne ne paye rien de tout cela, par exemple la région parisienne ne crée quasiment pas de maison de retraites pour éviter certains de ces coûts. La Bretagne se retrouve ainsi à gérer des prestations sociales de gens n'ayant jamais cotisé en Bretagne, ce qui n'est pas logique.
Je vous invite cher Gérard à consulter les statistiques de l'INSEE, qui est loin d'être de mèche avec une quelquonque propagande bretonne.
(0) 

SPERED DIEUB Le Lundi 17 octobre 2011 18:54
xcellente réaction Etienne mais ce qui est positif sur ABP c\'est que à ma connaissance il n\'y a pas de censure et tout le monde peut donner son opinion y compris des gens opposés d\'autres qui ne font pas de la cause bretonne leur principal centre d\'intérêt ou qui tout simplement sont curieux et se posent des questions c\'est justement ce genre de débat qui peu amener des personnes à y être sensibilisés à condition aussi de rester tolérants courtois et ouverts en se mettant dans la peau du breton moyen de 2012 !!!
(0) 

Etienne Le Lann Le Mardi 18 octobre 2011 00:18
J'ajouterai également cher Gérard, que nous Bretons payons les fonctionnaires présents en grand nombre à Paris (aucun ministère ne se situe en Bretagne, pas même celui de la pêche ou de l'agriculture), tout ces fonctionnaires parisiens que nous payons avec nos impôts ne travaillent pas en Bretagne, c'est autant d'emploi publics concentrés à Paris.
(0) 

Gilbert Josse Le Mardi 18 octobre 2011 08:31
@ Spered Dieub. Je suis entièrement d'accord avec vous : tout un chacun n'est pas tenu d'avoir le Bretagne comme préoccupation quotidienne. De là à énoncer des contre-vérités économiques, il y a un pas à ne pas franchir. Le taux de chômage en Bretagne étant inférieur à la moyenne française, chacun de nous, bretons, contribue aux reversement de prestations sociales à un niveau plus élevé et, ce , hors Bretagne. De plus, le "retour" d'une population de retraités à l'espérance de vie en progression constante implique un accroissement des besoins de financement. Que je sache, c'est à vérifier, ces moyens ne nous sont pas donnés. Bonne journée.
(0) 

Gwendal Le Mardi 18 octobre 2011 11:32
80% de nos impôts partent dans les caisses parisiennes ne signifient pas que cet argent est perdu pour les bretons. Dire ceci est de la désinformation.
L'Etat redistribue l'argent collecté (dotations subventions).
Mais il est avéré qu'un habitant de Bretagne touche moins de la part de l'Etat français que la très grande majorité des autres régions. On peut donc considérer que nous sommes quasiment les meilleures vache à lait de la France ;)
(0) 

Yann Le Bleiz Le Mardi 18 octobre 2011 12:15
@ Gwendal,
Oui, comme l'indique clairement le site du CR : la Bretagne est sous tutelle financière de l'état français, nous n'avons aucune marge de manoeuvre propre.
De plus, les 1,17 milliards du CR représentent un budget par habitant 8 fois moindre qu'un lander allemand, 16 fois moindre que le Pays de Galles et la Catalogne, 18 fois moindre que l'Ecosse.
La Bretagne et les bretons sont en proportion sous le contôle de l'état parisien, un principe très en opposition des valeurs démocratiques en vigueur dans les pays de l'UE.
Ce manque de démocratie est extrêmement choquant pour les autres européens.
De ce pauvre budget, 500 millions est détourné pour la construction du TGV, faisant des bretons les seuls "français" à payer pour avoir accès à ce mode de transport
Ce que certains appellent la solidarité nationale => l'argent des bretons pour les autres...!
Idem, pour l'électification des voies ferrovières, payée par les bretons (pour mémoire). Etc...! La liste est longue!
(0) 

Claude Guillemain Le Mardi 18 octobre 2011 15:26
Très bien, Fabien. Je n'espère pas trop de Le Drian. J'ai longtemps espéré. je me suis trompé. Le Réseau des Bretons de l’Étranger apportera son soutien à tout groupe de lobby ou groupe de pression favorable aux trois objectifs que Fabien a analysé: la réunification de la Bretagne, la ratification de la charte européenne des langues minoritaires et le transfert de compétences en matière de politique de l'Eau, de la Culture et de la distribution des aides européennes de la PAC.
Claude Guillemain
(0) 

Daniel Houguet Le Mardi 18 octobre 2011 22:43
Est-ce que les socialistes ont la volonté politique de réunifier la Bretagne ?
Ils ne l'ont jamais fait dans le passé, bien que certains de leurs militants aient participé à des manifestations pour défendre cette revendication
lorsqu'ils étaient dans l'opposition.
Lorsqu'ils ont été élus, ils se sont empressés d'oublier tout ça.
En outre comment Le Drian va-t-il justifier la suppression de la subvention
à l'Institut Culturel de Bretagne entraînant le licenciement de 4 personnes ?
A la suite de ça, quelle confiance peut-on faire aux socialistes pour défendre
les cultures dites régionales ?
François Hollande fait une promesse pour ratifier la charte européenne
des langues minoritaires.
Pourquoi ne balaie-t-il pas d'abord devant sa porte en défendant la langue occitane
en Corrèze ?
(0) 

Jean-Loup LE CUFF Le Mardi 18 octobre 2011 23:39
Encarté dans aucun parti politique, je tiens à rappeler (simple constat!) que c'est Eva Joly qui parle haut et fort de la réunification de la Bretagne, d'autonomie des régions et de défense des langues minoritaires... sans parler bien sûr de sortie du nucléaire, etc... Donc au premier tour, votons pour la seule candidate à parler au nom de nos intérêts bretons! Tous les autres s'en foutent et nous méprisent dans leur arrogance toute jacobine! Si Eva faisait un méga-carton en Bretagne, cela ferait causer dans le poste, et peut-être même avancer notre schmilblic...
(0) 

Philippe Le Roux Le Mercredi 19 octobre 2011 09:05
On peut toujours crier au loup et voir des adversaires de la réunification partout. Le fameux réferendum d'initiative locale fait-il peur ? on ne voit pas beaucoup de militants réclamer une telle consultation. C'est pourtant la population qui doit choisir, on dira ce que l'on veut des réferendums et sondages. On peut mettre en doute leur fiabilité mais ainsi en va-t-il de la démocratie, à la fois le pire et le meilleur des systèmes...
Quel est l'avis des habitants de LA44, des voisins (bretons comme des PdL ?). Avant de mettre en route l'arsenal constitutionnaliste, transferts de compétences et autres usines à gaz qui aboutissent à l'appauvrissement local, ne serait-il pas plus honnête de demander son avis à l'habitant ? Cela pourrait éviter bien des désillusions. De plus cela va dans le sens de la démocratie participative chère aux socialistes.
(0) 

Léon-Paul Creton Le Mercredi 19 octobre 2011 10:11
Je n'ai aucune raison de douter de la sincérité d'Éva Joly, mais je constate que dans ses revendications électorales auprès du Ps, je l'ai entendu seulement mettre en avant ND des Landes, et le nucléaire. Ne pas effrayer le « jacobin » sans doute ? Si c’est pour mieux le « chasser », passe encore !
Elle ne sera pas élue présidente de la république, seule position ou ses opinions et actions pourraient-être déterminantes ( ?)! Les votes des Bretons qui se seront portés sur elle...et EELV, seront inutiles, perdus dans les tractations et calculs d'entre deux tours.
C'est comme l'euro million ou le PMU plutôt, l'on croit à chaque fois que l'on va enfin gagner, et l'on va, de son petit bulletin de naïf joueur, miser sur le bon cheval estimé, régulièrement de peur de rater le coche!...
Nous pouvons éternellement jeter nos votes dans la poubelle de l'Histoire, ou dans les urnes comme vous voulez.
Mandat présidentiel de 7 ans, j'ai voté 7 fois (seulement) et 50 ans de vie _un demi siècle_ ont passé, sans autre résultat que la mort de dizaines et dizaines de milliers de Bretons qui ont emporté leur langue avec eux dans la tombe! Des ports de pêche qui se sont vidés de leurs activités. Une agriculture qui a évolué comme on le voit! Une marine marchande disparue qui n'est plus une profession, un débouché maritime,économique, naturel pour les Bretons, etc...
Aujourd'hui les plus jeunes, au bout de 50 ans de mandats présidentiels de 5 ans, vous aurez votez trois fois de plus que moi... et un autre demi siècle se sera écoulé...Avec quelles conséquences sur la Bretagne? L'on peut toujours continuer de surfer sur les promesses et les illusions, mais que sera t'elle alors?
Nb: Plus aucun risque d'encartage pour ce qui me concerne.Dans un parti le grand risque est que c'est son esprit, sa liberté... qui "finissent" par faire le trottoir...
(0) 

Yann Le Bleiz Le Mercredi 19 octobre 2011 10:38
@Philippe Le Roux
Le référendum pour la réunification de la Bretagne implique la participation des PDL (Angers, Tours, le Mans).
Cela est 100% contraire aux textes sur les droits de l'homme (ONU et UE) que la France refuse de ratifier.
Il faut arrêter de faire croire que le référendum français est un outil démocratique (nous ne sommes pas en Suisse).
Nous ne pourrons organiser un référendum conforme aux textes internationnaux que lorsque nos élus du CR seront majoritairement membres de partis politiques bretons (comme en Catalogne et en Ecosse).
Un tel référendum n'aura aucune valeur en France mais sera entendu par la communauté internationale.
Alors si vous voulez un référendum, c'est simple : voter pour la Bretagne! (Il y a actuellement 4 partis politiques bretons : 2 extrèmes, 2 modérés. Faites votre choix!).
(0) 

ex site bretagne unie Le Mercredi 19 octobre 2011 11:04
Le Bleiz : Tours n'est pas dans les PDL mais dans la région "Centre".
participation des PDL : Angers, Laval, La roche-sur-Yon, Le mans ...
(0) 

Yann Le Bleiz Le Mercredi 19 octobre 2011 12:17
@ ex site bretagne unie
Pardonnez ma méconnaissance d'une région administrative qui n'intéresse personne, sauf quelques élus bien ciblés.
Mais je pense que cela ne change pas grand chose au post :
Les personnes hors Loire-Atlantique et Bretagne Administrative non PAS à voter lors d'un référendum pour la réunification bretonne (la loi française est CONTRAIRE aux droits de l'homme).
La France fait honte à l'Europe et aux pays occidentaux sur les droits de l'homme, notamment sur la question du respect des minorités nationales.
(0) 

Iffig Cochevelou Le Mercredi 19 octobre 2011 12:34
Je rejoins Yann le Bleiz dans un de ses commentaires, cela va dans le sens d’une de mes dernières réactions. Comment nous faire avaler encore une couleuvre, je ne vois aucun changement dans le comportement des partis français, et je ne crois pas a un retournement de situation.
Qu’attend-on d’un Ps qui se complait dans sa vision rétrograde de sa « République » qui aura par ailleurs trop besoin de la gauche nationalo- Mélanchoniste ? D’un EELV, surement le plus crédible, mais qui sera bloqué par des négociations qui passeront au second plan nos problèmes linguistique et de territoire (et encore sommes-nous vraiment convaincus que les membres de ce parti en Pays de Loire soient si favorables à la réunification !)
Alors il faut reprendre le flambeau, comme l’ont fait les Gallois, les Ecossais, les Basques ou les Catalans sans rien attendre des partis centraux, quels qu’ils soient ; cependant nous avons 50 ans de retard sur eux.
Pourquoi voudrait-on obtenir certains droits, si nous ne les réclamons pas et cela ne peut se passer sans des partis sans aucunes ambigüités sur la défense des intérêts de notre peuple : la dévolution en Ecosse et au Pays de Galles ne leur est pas tombé dessus par l’opération du Saint-Esprit quoiqu’en pensent certains membres de l’Emsav culturel !
(0) 

Alwenn Le Mercredi 19 octobre 2011 14:34
Bon, ben, que dire après tous ces commentaires ?
Objectivement, le peu que l'on a obtenu jusqu'à présent a été obtenu de la gauche. La droite nous prend essentiellement pour des cons.
Quand on juge Le Drian, il faut rester, là aussi, objectif. La Bretagne est l'une des premières (et seule) "région" à avoir une politique linguistique et à y mettre quelques moyens financiers pas tout à fait négligeables.
Il est regrettable que nous n'ayons pas les mêmes moyens que la Corse pour cette politique linguistique, mais à qui la faute ?
Il y a des buteurs qui se font oublier tout le match et qui marque au dernier moment. Peut-être que Le Drian est de ces buteurs et qu'il attend le meilleur moment pour marquer ? En tout cas, c'est le dernier moment où jamais pour lui de faire quelque chose d' "historique". Et comme il a été je crois prof d'histoire, il sait ce que ça veut dire.
Au premier tour, il faut souhaiter qu'Eva fasse le meilleur score possible. (Elle a dit qu'elle, était une coureuse de fond, en bonne Norvégienne qu'elle est !)
(0) 

ex site bretagne unie Le Mercredi 19 octobre 2011 15:29
A Alwen :
la charte culturelle bretonne fut obtenue sous Giscard...et c'est la base de toute evolution institutionnelle culturellle.
grace à cette charte, entre autres, le pays nantais ne fut pas "balayé" d'un revers de la main.
comme quoi tout n'est pas rose (pale) d'un coté et noir (gris) de l'autre.
mais il est vrai que ça commence à dater !
les avancées sous la gauche ; il ne faut pas l'oublier furent des conquetes de haute lutte, il faut penser au combat de per denez pour la maitrise de breton.
(0) 

Alwenn Le Mercredi 19 octobre 2011 18:08
@ ex site bretagne unie
Disons, la gauche plus le centre (droit). N'oublions pas Cozan, par exemple, et même Le Fur (donc, quelques individualités par ci par là).
"les avancées sous la gauche ; il ne faut pas l'oublier furent des conquetes de haute lutte"
Mais la Charte culturelle bretonne aussi, non ?
Mais depuis xx années globalement, et pour l'avenir, il n'y a manifestement plus rien à en attendre.
(0) 

Philippe Le Mercredi 19 octobre 2011 18:20
Faisons un peu de politique de comptoir. Je crois que Eva est bien mal barrée dans les sondages, ses saillies sur la sauterie citoyenne dont elle rêve le jour du 14 juillet ont du mal dans un climat qui pousse hélas au conservatisme cocardier. Elle est derrière Meluche qui ne va pas manquer de servir de la gauche dure en bonnet phrygien en ces temps de disette et de consensus mou. Marinette plafonne à 16 et ne chatouille pas le petit Nicolas. Sinon pour répondre à Yann Ar Bleiz, s'il faut chercher des soutiens auprès des "partis bretons" pour aller vers B5, les calculs sont vite vus : 0,1 + 0,05 + 3 + 4 = allez, à la louche ça fait même pas 8. Même unis (c'est du domaine du rêve) ce serait trop faible pour avoir des députés. L'alliance UDB-PS n'est déjà plus et JYLD se rallie à Hollande... concrètement que peut-il se passer pour annuler le décret Pétain ?
(0) 

Louis Le Bras Le Mercredi 19 octobre 2011 18:59
Les Verts ont déjà donné leurs conditions pour une alliance avec le PS = plus de nucléaire et pas de Notre-Dame-des-Landes (étonnante fixette à ce niveau franchement ! on dirait que les aéroports ont le droit d'exister partout sauf en Bretagne).
Etant très favorable à la réunification bretonne dans ses limites multi-séculaires et plutôt favorable à ce nouvel Aéroport qui en remplace un autre (rappelons le), je pense que j'irais voter E. Joly, parceque c'est E. Joly avec ses prises de position, son action passée, sa nationalité norvégienne, et ses déclarations récentes. Parce que dans son Parti il y a également des personnes qui défendent ;le Bretagne.
C'est pas Duflot, Cohn-Bendit ou Hulot.
Leur cuisine pour les législatives par contre ne nous concernent absolument pas, et d'ailleurs je suis persuadé que le report de voix entre Verts et PS de façon générale est pas terrible quelques soient leurs cuisines parisiennes.
(0) 

Fanch Le Mercredi 19 octobre 2011 23:39
Quid de Bayrou ? C'est le seul homme politique de premier plan qui parle une langue régionale, et s'affiche clairement en faveur de leur développement (ou survie plutôt).
(0) 

Yann Le Bleiz Le Jeudi 20 octobre 2011 09:37
@ Philippe
Les SNP (Scottish National Party) cumulait à 1 à 2% durant presque 70 ans. Ils ont la majorité absolue actuellement (>51%).
La différence? Ils ont compris ce qu'il fallait faire!
Pourtant, pas très compliqué et terriblement efficace! De plus, Londres à maintenant un interlocuteur crédible.
Mais 70 ans pour comprendre...
En Bretagne, il nous faudra combien de temps pour faire la même démarche intellectuelle?!!!
(0) 

Herve Morvan Le Jeudi 20 octobre 2011 13:26
salud d'an holl . @Yann Le Bleiz : "SNP Ils ont compris ce qu'il fallait faire !" Donne les ref , ou plutot explique , y'en a beaucoup que ça devrait interesser .
(0) 

SPERED DIEUB Le Jeudi 20 octobre 2011 13:29
Petite boutade humoristique en Ecosse on n'a pas d'idées mais on a du pétrole !!!! et il est reconnu que cela a été un facteur déterminant dans la montée du SNP renseignez vous si vous le voulez comme quoi c'est en premier lieu les concours de circonstances qui peuvent faire basculer l'histoire à condition aussi de saisir ces opportunités au bon moment .J'aimerais bien savoir quelle importance accorde le SNP à l'avenir de la langue gaèlique ??? et éventuellement le scot
(0) 

ex site bretagne unie Le Jeudi 20 octobre 2011 14:03
l'Ecosse c'est un peu comme la Bretagne, l'Ecosse n'a jamais été 100% gaelique, une partie parlait le britonnique (ancetre commun du gallois, breton et cornique)
et les lowlands ont remplacé les parlers celtiques relativement tôt par le scot ,dialecte cousin de l'anglais, "le gallo" de l'écosse en quelque sorte(mais plus parlé et plus prestigieux que le gallo)
en tout cas l'indépendantisme de l'Ecosse n'a pas pour base principale le gaelique, c'est clair.
rien à voir avec le pays de galles plus homogene.
(0) 

Iffig Cochevelou Le Jeudi 20 octobre 2011 16:15
@Yann Le Bleiz
Votre comparaison avec le SNP me semble bien simpliste : tout d’abord ce mouvement écossais créé dans les années 30, a avancé progressivement, d’une façon constante pour arriver à envoyer au parlement de Londres 11 députés en 1974 (pas avec 2% des voix), ensuite il lui a fallu 27 ans pour arriver à obtenir cette majorité en Ecosse. Le SNP a évolué avec la population (en simplifiant, vers la social-démocratie) ce qui lui a permis de toucher la majorité du peuple écossais.
Il est bien évident que vouloir copier le modèle français des clivages actuels, nous amène à l’échec.
@ spered dieub : il est important de signaler qu’il existe une chaine télé entièrement en langue gaelique pour les 70000 locuteurs
(0) 

Erik D. Le Jeudi 20 octobre 2011 16:16
Il serait dommage, en cas de référendum sur la Réunification, que les Bretons expatriés (en france ou plus loin) ne puisse donner leur voix, car ils sont Bretons avant tout.
Et ne pas pouvoir participer à cela ce serait injuste.
(0) 

Yann Le Bleiz Le Jeudi 20 octobre 2011 17:27
@Iffig Cochevelou
Je ne vois pas ce qui est simpliste, des années 30 à 70, cela fait 40 ans + 40 années supplémentaires pour avoir la majorité absolue, soit 80 ans.
L'UDB à en gros 40 ans (Social-démocratie tendance écologie),
Le Parti-Breton moins de 10 ans (rassemblement de sociaux-démocrate, chrétiens démocrates et sociaux libéraux).
Il faut tenir compte que l'Angleterre est un pays démocratique qui ne pratique plus le culte de la nation anglaise en écrassant les autres nations dans le concept.
Libre aux bretons de voter pour des partis politiques français, mais dans ce cas là, il ne faut pas venir se plaindre.
En Europe, les bretons sont la dernière nation à considérer que voter pour sa propre démocratie est l'expression d'un extrémisme honteux.
Le traumatisme OK, mais cela ne fait pas avancer l'histoire!
(0) 

Yann Le Bleiz Le Jeudi 20 octobre 2011 18:39
@ Hervé le Morvan
On dit que les bretons sont voyageurs, qu'ils regardent autour d'eux : Catalogne, Flandres, Pas de Galles, etc... Franchement, à moins d'être aveugle et sourd!
@ SPERED DIEUB
"J'aimerais bien savoir quelle importance accorde le SNP à l'avenir de la langue gaèlique?"
Simple, la place que les écossais veulent lui donner!
Mais il est vrai que sur la langue, les écossais n'ont pas la même ambition que les catalans et gallois. Mais, c'est eux qui décident, PAS Londres!
Les bretons semblent partager l'ambition des catalants et gallois, mais c'est Paris qui décide!
@ Erik D.
A vérifier dans les textes de l'ONU, si la nationalité entre en compte pour un tel vote ou simplement les résidants.
Mais, une chose est sûr : Faire voter les populations non-bretonnes des PDL sur l'avenir de la Bretagne est inacceptable d'un point de vus des droits de l'homme.
(0) 

Per Youn ar Vro Leon Le Samedi 22 octobre 2011 19:43
Je trouve navrant pour ne pas dire de bas étage la fin de cet article.
il faut essayer d'élever un peu le débat!
(0) 

morvan leiz bleiz Le Lundi 24 octobre 2011 09:04
il y a de quoi etre inquiet du mélange entre la passion aveugle et la dure réalité des chiffres.La bz est sous controle de la France,comme toute les régions,y compris la région parisienne.Résultat:la production des bretons,souvent sous controle d'entreprises etrangéres,ne procure pas aux bretons la moitié de leur revenus!Le reste est le résultat d'une redistribution qui s'opére sous maintes formes et constitue la majeure partie de leurs revenus(salaires des fonctionnaires,retraites,sécu,tourisme,etc...).Il faut éviter de confondre les choses et de dire n'importe quoi:le systéme productif breton n'existe pas,tant il est enchassé dans un capitalisme international;la capacité financière des bretons est faible,et deule la solidarité fait que,malgré tout,la bz se trouve au 6ieme rang pour les revenus par habitant etc...
(0) 

ML Le Lundi 26 décembre 2011 01:04
la france est une et indivisible la bretagne historique doit l etre aussi ce nest pas discutable
(0) 

Caroline Le Douarin Le Lundi 26 décembre 2011 01:41
Mais où avez-vous vu/lu que Jean-Yves Le Drian s'est toujours posé en Bretagne en champion de quelques-unes des revendications bretonnes : la réunification de la Bretagne, ... ? ?
Il faut retrouver un texte. Il a toujours louvoyé en approche incertaine de cette question et en fonction du vent...
(0) 

LE MEE Jean Louis Le Vendredi 6 avril 2012 17:28
L 'analyse de F.
Lécuyer nous semble pertinente et rejoint celle de l'Alliance Fédéraliste bretonne/EMglev Kevredel Breizh . Mais pourquoi faut-il que Fabien termine son exposé par une déplorable exopression ?
Nous nous réjouissons de constater que Claude Guillemain fait amende honorable en constatant que son choix desoutenir Sarko allait à l'ncontre des intérèts bretons.
L'AFB/EKB est cohérente et appellera à voter E.JOLY au premier tour. Pour le second tour nous présenterons 5 points , essentiels à nos yeux pour la défense et la promotion de notre cause, aux deux candidats encore en lice.
Pour le bureau DR LE MEE -président
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 3 multiplié par 7) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons