Henri Guaino s'en prend violemment à la Charte des langues régionales ou minoritaires
Compte rendu de Philippe Argouarch

Publié le 22/01/14 20:04 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

À l'Assemblée nationale cet après-midi, Henri Guaino (UMP) s'en est pris violemment pendant 30 minutes à la charte des langues régionales ou minoritaires, défendant un amendement de rejet préalable qui a finalement été rejeté par les députés.

Parlant crûment de valeurs « supra-constitutionnelles » - un concept proche des arguments souvent présentés historiquement par des dictateurs - Henri Guaino a dit vouloir défendre la conception française de la Nation et de l'État en opposition à une charte “moyenâgeuse” qui ouvrirait " une brèche vers le communautarisme " selon ses termes.

Dans la pure tradition d'un Antoine de Rivarol qui, en 1784, écrivait le De l'Universalité de la langue française, Henri Guaino a osé réaffirmer que la langue française était la seule langue universelle. Pour Henri Guaino, le français n'est pas n'importe quelle langue mais une super langue, une " meilleure langue, difficile, originale, logique, musicale... ", parlant même de " pureté "... " le français n'est pas une langue comme une autre ", a affirmé le député, partisan d'un suprémacisme de la langue française que certains ne manqueront pas d'interpréter comme un suprémacisme français.

" Une France fédérale n'existera pas " a prévenu Henri Guaino, s'en prenant aux députés favorables à la charte, qu'il accuse d'être des " Girondins ". Rappelons qu’en d'autres temps ceux-là étaient conduits à l'échafaud.

Henri Guaino s'en est même pris aux juges de la Cour européenne des Droits de l'homme (CEDH) dont " les origines nationales ne sont pas françaises ", donc qui rejetteront le concept français de la Nation et en cas de litige, donneront raison aux locuteurs des langues régionales contre l'État français. (À noter que la CEDH n'a pas juridiction sur la charte, comme l’a rappelé juste après le député Jean-Jacques Urvoas).

Sous la houlette du rapporteur Marc Le Fur, obligé à la neutralité alors qu’il fut à l’origine de plusieurs amendements en faveur des langues régionales, Jean-Jacques Urvoas, François de Rugy, Paul Giaccobi, André Chassagne, ont pris ensuite la parole contre l’amendement de rejet préalable.

Déplorant la contradiction de la France donnant des leçons sur la diversité politique mais refusant la diversité linguistique chez elle, Jean-Jacques Urvoas, député de Quimper, rapporteur des lois à l'Assemblée nationale, a comparé Henri Guaino à l'abbé Grégoire, qui en 1793, disait " il faut extirper cette diversité d'idiomes grossiers qui prolongent l'enfance de la raison et la vieillesse des préjugés ".

Rappelant que les 39 mesures de la charte signée par la France sont toutes constitutionnelles, la ministre de la Culture Aurélie Fillipetti a rappelé que " les langues régionales font partie de notre histoire, ces cultures sont constitutives ".

Les débats continuent ce soir à 21 h 30 heures. (voir le site)

Philippe Argouarch

Philippe Argouarch

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 2193 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 11 commentaires
Ewan
2014-01-22 23:37:56
Guaino c'est un style idéologiquement maladif et hélas très puissant en France; si bien que par défaut d'engagement personnel très fort d'au moins un homme (d'une femme) politique breton capable de créer une rupture symbolique en se mettent en danger(à l'instar de ce que fit Gwynfor Evans aux Pays de Galle/Kembre contre le Gouvernement Tatcher), tout végétera pendant des décennies encore en Breizh; et inexorablement la langue bretonne se réduira à une présence symbolique confidentielle, situation qui curieusement satisfait une partie de l'emsav pris au piège de l'auto-contemplation l'élitisme. Nous assistons depuis 100ans à la stratégie des pétitions et amendements en faveur de la langue bretonne qui ne porte pas de fruit. On pourrait attendre mieux, plus fort, plus en colère et plus dans l'action, de la part notamment de notre Assemblée régionale. La Bretagne a toujours été flouée par ses élites mal conscientisées qui n'hésitent pas au demeurant à stigmatiser l'immaturité du peuple breton. La ficelle est grosse et les postes politiques confortables. Je te tiens tu me tiens, etc.
(0) 
Nono Fik
2014-01-23 18:23:21
Très simple et belle prestation de monsieur Urvoas. Félicitations.
(0) 
marc iliou
2014-01-23 20:14:27
Le pire des communautarismes c'est bel et bien toujours le communautarisme franco-français encore et toujours persuadé de sa suprématie sur les "peuples inférieurs" à ses yeux! Guaino pue le fascisme tout simplement !
(0) 
Ronan Badouel IB
2014-01-24 09:37:27
Bravo Jean-Jacques! Rassemblez vous, Bretons! Le Fur, Molac, Le Drian....!? Tapez du poing sur la table, vent debout pour faire reconnaître nos droits imprescriptibles. Nous n'avons que trop souffert du totalitarisme de la langue française et de ses Montagnards!
(0) 
Jack Le Guen
2014-01-24 13:01:12
Plus tard dans la soirée à l'assemblée nationale, Marion Maréchal-Le Pen a rejoint les positions d'Henri Guaino. Francoise Morvan, Marion Maréchal-Le Pen, Henri Guaino et JL Mélechon, même combat !
(0) 
Youenn Pibot
2014-01-24 18:19:03
Bonsoir
Pour avoir fait l'effort de suivre les débats dans leur grande partie, il faut souligner néanmoins que la plupart des intervenants, de tous bords, ont la fâcheuse tendance a faire des contorsions rhétoriques pour exprimer de manière très compliquée voir incompréhensible une opinion simple (bref, ... vous êtes pour ou contre???)
.... c'est dire : dans la plupart des cas, et malgré de louables efforts de ma part, j'étais souvent incapables de savoir, au bout de 4min45, avant que l'intervenant(e) ne conclue, s'il/elle allait voter ou contre
On comprend mieux comment on peut faire trainer des débats depuis 14 ans, à coups d'arguments stériles et hypocrites, le tout avec nos impôts....
Quant à M. Marechal-Le Pen, si prévisible dans son vote, elle m'a étonné par la rigueur de son raisonnement:
- Elle attaque par un magistral "le Front National défend la langue française".... pour conclure qu'il est normal que le Front National soit contre une loi qui défendrait d'autres langues... ; il faudra qu'elle nous explique en quoi une loi protégeant nos langues régionales empêcherait d'autres lois (Toubon) de protéger le français!
- Mais l'argument massue arrive au milieu de sa tirade quand elle évoque "sa Bretagne" ; "sa" Bretagne ??? parce qu'elle est bretonne maintenant ? eh bé...
- Sa tirade finie, elle est partie en courant, elle a bien fait...
(0) 
X. Rouari
2014-01-24 18:28:15
Et si les Bretons, assez indifférents pour la plupart, se mettaient sérieusement à défendre leur langue en l'apprenant, en la parlant et en l'utilisant, par exemple sur les sites comme celui-ci ? Bref, parler la langue au lieu de parler de la langue ?
Dereatoc'h reskond e ve eget klemmichal ha leñviñ ouzh ar Gannaded hag ar méchants français omp boaz outo.
(0) 
F. Bouder
2014-01-25 12:00:54
M. Roauri sans cadre légal cela est impossible. Les initiatives individuelles qui ne sont pas négligeables et permettent au breton de survivre ne seront jamais suffisantes. Donc sans garanties constitutionnelles, sans lois, décrets, sans une vigoureuse application de ce cadre de protection rien n'est possible. Les exemples Gallois, Catalans, Flamands etc. sont éloquents. Il n'y pas d'exception bretonne...
(0) 
Mein Zao
2014-01-25 22:09:18
"liberté égalité fraternité ou la mort"...devise de la République française au moment de la Terreur et de Robespierre (un copain à Guaino), depuis on a enlevé la fin de la devise de la république ("la mort" c'est trop voyant), je crois que Guaino et ses sbires nationalistes du front de libération national français canal historique devraient proposer un amendement et rajouter à la devise républicaine : "liberté égalité fraternité éthnique française", super universel non !? et pis les gars de la Marine seraient content avec du bon communautarisme français bien comme y faut...
(0) 
X. Rouari
2014-01-26 17:01:04
Les Souverainistes et les Universalistes francophones anti-communautaristes sont cohérents avec leurs principes et leurs conceptions. Ils veulent la ruine des peuples et l'arasement du territoire qui leur est soumis. L'Europe les menace par sa continuité culturelle, ses racines plurimillénaires, qui ramène la France à un accident fâcheux de l'histoire. Ils le savent.
Les Fransquillons bretons, élus, enseignants, fonctionnaires, encartés, etc. sont cohérents avec leur plan de carrière et leur idéologie.
Ils expriment leur sentiment de citoyens français et en ont le droit. "Etes-vous bretons ? Les Français commandent" (Mirabeau).
Face à ces gens qui sont loin d'être des primaires et des débiles, les invectives primaires seraient mal venues. Il faut donc de bons avocats de la cause, modérés dans la forme, polis mais fermes.
Amer constat : la langue bretonne est quasiment invisible dans la société civile. A part des inscriptions signalétiques payées par l'argent public, l'initiative privée est proche de zéro.
Victoire : depuis 1960 des dizaines de milliers de Bretons sont passés par les Cercles celtiques, ont suivi au moins quelques cours de breton, ont collé un Bzh sur leur voiture. Mais concrètement, comment se traduit pour la langue cette attitude dans la durée et la pratique ? Qu'est-ce qui manque ? Y. Baron a récemment posé une partie du pré-diagnostic, à poursuivre.
"- Docteur, est-il inconvenant de rechercher dans les Bretons eux-mêmes les causes de leurs échecs ?
- Oui, parce que ça remet en cause la mentalité de l'excuse (c'est la faute à Vichy (soixante-dix ans après la Libération !), à Debré, à Le Pen, aux Radicaux, aux Socialistes, à Ayrbag, etc.) et que cela contrarie le réflexe du quémandage."

Quand romprons-nous avec les mêmes discours ressassés, les mêmes idées toutes faites, la même stérilité accusatoire.
"Les Bretons veulent..., exigent... (mais mon voisin s'en fout complètement, d'ailleurs je ne lui parle pas)."
Mais les Bretonnants de jadis ont choisi de ne se tourner qu'en français vers leurs enfants, poussés par un système vicieux, humaniste et émancipateur, l'idéologie française. Pour renverser la vapeur il faudrait proposer / opposer un modèle de société communautaire attractif et performant. Or, si le mouvement des Bonnets rouges débouche sur quelque chose de sérieux, alors la langue bretonne aura une chance de retrouver une raison d'être autre que symbolique et subventionnée et de casser la mentalité bretonne dominante. Sinon...
C'est dans ce lien d'urgence que pourrait se former autre chose.
(0) 
PIERRE CAMARET
2014-02-18 03:08:01
Les Alsaciens prennent les devants( Voir Presse de ce jour LIBERATION )
Le Conseil Municipal de MUHLOUSE ,suit SAVERNE sur l'adoption d'un texte REGIONALISE sur l'enseignement de l Alsacien et son utilisation . Tout le Conseil Municipal a vote pour a l'exception , evel just , du Front National .
Alors les Bretons , il faudrait se remuer un peu .
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 1 multiplié par 2 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.