Hellfest 2015, In varietate concordia

-- Festivals --

Musique
Par Eric An Eost

Publié le 11/06/15 16:40 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

A J-8 du coup de « semence », les 10 ans du Hellfest s'annoncent d'une crane rutilance. En effet les grands gamins auront droit une fois de plus à tous les jouets auxquels ils rêvaient quand ils étaient enfants. Le Hellfest, c'est l'étrange Noël de Jack au solstice d'été.

Et même, si comme M le Maudit d'aucuns auront tenté vainement de réduire la festive ripaille en un H le Honni, par moultes attaques, fussent-elles économiques envers les sponsors, personnelles contre les organisateurs, par des amalgames réducteurs et jusqu'à de récentes puériles dégradations directes sur le site, les 12 salariés à plein temps et les centaines de bénévoles auront à nouveau de quoi se réjouir de leurs efforts et préparer sereinement le Hellfest 2016. Voire clore la billeterie avant la fin 2015 comme pour la présente édition, qui fut sold-out à la mi-decembre 2014. Le directeur Ben Barbaud le résume brièvement, « ça aide pour aller voir le banquier en janvier ». A ce titre une nouvelle technologie qui rentre dans tous les grands festivals du monde entier permettra dorénavant aux festivaliers de payer leurs achats par radio fréquence grâce à un bracelet RFID, une méthode bien connue au Sziget de Budapest et de plusieurs grosses manifestations aux Etats-Unis et Canada. Ce seul domaine mériterait un article…

HAPPY TRAILS MOTHERFUCKERS

Pour cet anniversaire qui se décline en une compilation géante des 10 dernières années, les 150 000 festivaliers auront droit à : l'Extreme market, où tous les acteurs européens pointus du metal se retrouvent, une restauration toujours mieux aménagée, le bar à vin, le Hellcity Square pour se faire tatouer les fesses en rentrant au camping, le KLUB Cult ahaha ça vaut le détour, le domaine du muscadet pour aller montrer son tatouage à 2 heures du matin après le Hellcity square et le Metal corner. Enfin le Cross Da Cruz, un tout nouveau concept de Skate Park, reprenant architecturalement le concept d'un cercueil géant et/ou d'une prison austère, libre à chacun d'y faire son interprétation. Conçu comme une ½uvre d'art monumentale, le skate park infernal, outre la démonstration de skaters pro, présentera animations, shows et performances qui viendront se relayer dans l'arène. Une pyrotechnie est également prévue le samedi soir pour fêter les 10 ans, la grande roue sera complète à ce moment, nul doute.

AND THEN WHAT

Du côté des 6 scènes, un vert gazon installé sur le site devrait amoindrir la joyeuse pagaille des jets de poussières des wall death experiences et autres mush pits. Et confirmer que les investissements continuent.

Côté programmation, l'éclectisme reste la ligne, des Ramoneurs de menhirs à Slipknot, d'Alice Cooper à Monarch, de ZZ Top à Epica, les tentes ou espaces dédiés laisseront les tribus s'éparpiller au gré de leur agenda pré-programmé depuis plusieurs mois, soit 150 concerts faut-il le rappeler. Car l'un des autres atouts du Hellfest est une pré-annonce très large de sa programmation dès la Samain. Quoi qu'il en soit le Hellfest a réussi en dix ans à dépasser cela, à savoir imposer une marque festive de rassemblement Européen spécialisé, à laquelle on fait confiance. Il faudrait penser à rajouter une étoile sur le drapeau, pour encore mieux concrétiser la nation Metal auquel la devise Européenne, IN VARIETATE CONCORDIA, « Unis dans la diversité » correspond plus que jamais.

(voir le site)

Voir aussi :
mailbox imprimer

Vos commentaires :

L'auteur a décidé de ne pas autoriser les commentaires pour cet article.