Harpe celtique, du swing et une voix viking !

-- musique --

Chronique de Culture et Celtie
Porte-parole: Gérard Simon

Publié le 8/11/14 19:20 -- mis à jour le 00/00/00 00:00
Extrait de "Jag tänker sâ titt" - Tristan LE GOVIC et Lise ENOCHSSON CD ELVA

Tristan LE GOVIC Lise ENOCHSSON - «Elva»...

Harpe celtique, du swing et une voix viking !

« Elva », onze, en suédois, incarne, à merveille, la rencontre entre deux univers nordiques : le celtique et le scandinave. Un mélange étonnant et délicieux qui se fonde dans un jazz pétillant qui parcourt l'ensemble de l'album. Dès les premières notes, voici que swingue la harpe, sous les mains expertes de Tristan Le Govic. Le « Jazz-harpe celtique » naît alors sous la voix chaude et colorée de la jeune diva suédoise, Lise Enochsson. « Jag Tänker Sa Titt », titre phare d'Elva est une scottish norvégienne traditionnelle chantée en suédois. L'originalité est telle que dans « Steve », une suite de nystev traditionnelles de Telemark (Norvège), les sonorités de la langue suédoise se confondent étrangement avec celles de la langue gaélique.

Alors que La harpe de Tristan joue en saccade pour accentuer les contretemps que le jazz s'accorde, la voix de Lise s'efface ensuite sous l'introduction romantique de

« Hosing the flower ». Non, ce n'est pas un nocturne de Chopin comme cela pourrait le laisser suggérer.

S'enchaîne un très sautillant « ragtime » dans une improvisation que, seuls, les libres harpistes savent

« commettre ». « Calum Sgaire » fait renaître la mélodie gaélique, l'orchestration Jazz menée, ici, par Stuart Macpherson (basse) et Roy Sherarer (percussions). Cela renforce, subtilement et avec beaucoup légèreté, la voix de Lise qui se veut ici, plus suave.

Arrive alors, l'aparté breton du disque. Un Kan ha Diskan, toujours sous rythmique jazz « N'em eus ket nameit ur blank ». Une prononciation vannetaise dont le chuintement imite, implicitement, le charley de la batterie. C'est, sans nul doute, le morceau qui nous a le plus touché, de part le solo de harpe de Tristan qui dégage un blues rarement entendu dans l'aventure de la harpe celtique.

Puis sous les craquements d'un vieux vinyle, la voix de Lise semble venir d'un lointain passé. « Som Förr » est une polska chantée sous forme de litling.

Dans la chanson « Den blomstertid nu kommer », interprétée en suédois, nous ressentons toute l'âme slave qui s'en dégage. Elle est un hymne pour un groupe de suédois exilé dans un village d'Ukraine. C'est une reprise de la chanteuse Katarina Utas, descendante de cette communauté. Si l'Ukraine a connu Tchernobyl, Tristan lui a voulu, avec « Kibo no kodomotachi », exprimer son abomination face à la catastrophe nucléaire de Fukushima. Une composition solennelle pleine de recueillement.

Retour au fest-noz avec un couple de sonneurs aux personnalités bien connues : André Le Meut, à la bombarde et Pascal Lamour, au biniou-kozh. Telle une renaissance après ces événements tragiques sus-cités, l'introduction de « Ton Bale Elva » laisse place à la harpe de Tristan qui s'y faufile, progressivement, jusqu'à

« en prendre la tête » . Mais les sonneurs restent présents et enchaînent sur une « Gavotten Pourlet ». Nous sommes, ici, dans le traditionnel pur de très bonne facture. Un contraste amenuisant le côté innovant que réserve le reste de l'album. Toutefois on peut noter le parfait équilibre sonore entre les bois et la harpe celtique qui ont, par nature, des puissances très différentes.

« Ack, Ack » conclut ce très bel album qui sort, sans conteste, des sentiers battus. La singularité de ce titre a retenu notre attention par son métissage très réussi, entrecoupé de rythmes afro-cubains, toujours empreints de Jazz et les crescendos vocaux soutenus par les Derbuka et Udu de Per Nord. La langue de Lise se délie de nouveau, telle une déesse viking, soufflant le chaud sur le froid du grand Nord.

Elva est sans doute l'album qui saura révéler ce harpiste créatif qui mérite d'être davantage connu du grand public. Nous espérons que ce duo si complémentaire, grâce à Lise Enochsson, n'est que le préambule d'une grande saga celto-scandinave !...

Xavier DANIEL

01 - Jag tänker sâ titt.

02 - Stev.

03 - Hosing the flowers.

04 - Calum Sgaire.

05 - N'em eus ket nameit ur blank.

06 - Som förr.

07 - Den blomsterid nu kommer.

08 - Kibò no kodomotachi.

09 - Ton bale Elva.

10 - Gavotenn Pourlet.

11 - Ack, ack.

CD «Elva»- Tristan LE GOVIC et Lise ENOCHSSON

Parution : 2014

Autoproduit par Tristan LE GOVIC et Lise ENOCHSSON

Réf : TCD 03

COMMANDER le CD «Elva» sur le site officiel

(voir le site)

© Culture et Celtie

Illustration sonore de la page : Extrait de «Jag tänker sâ titt» - Tristan LE GOVIC et Lise ENOCHSSON

D'autres extraits sur Culture.celtie, le MAGazine...

(voir le site)

mailbox imprimer
logo
« Culture et Celtie… le magazine » C'est le magazine en ligne des événements celtiques et artistiques en Presqu'île guérandaise et, d'ailleurs... Des 5 départements bretons... à la Celtie !
Voir son mur