Gulîstan, terre de roses : un film de guerre émouvant sur les combattantes kurdes
Présentation de film de Philippe Argouarch

Publié le 29/08/16 14:43 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Il fallait faire la queue pour voir Gulîstan, terre de roses, au 39e Festival du cinéma de Douarnenez. Des séances supplémentaires ont dû être programmées.

Ce documentaire raconte un autre visage de la guerre presque jamais montré. Il n'y a pas de scènes des combats sanglantes. Pas un seul coup de feu n'est tiré. Le film se penche sur la formation des combattants au coeur des montagnes du Kurdistan dans une région calme: la "Terre des Roses" - ce paradis mythique du Moyen Orient. Ces femmes kurdes du Kurdistan irakien autonome se préparent à mourir debout. Mais avant, arrivées au front dans le désert, le film montre les longues nuits de veilles dans les tranchées autour de Mossoul. La guerre c'est 90 % d'attente et 10 % de carnage.

Le documentaire recrée l'intimité des combattantes, de la vie quotidienne, du partage des repas et des joies, des levers et couchers, de l'esprit de corps et de coeur et des sentiments d'amour qui unissent ces femmes à travers le tragique des combats d'une violence inouïe qui se préparent mais que le film ne montrera pas. Les longs silences dans la nuit avec au loin le bruit sourd des armes automatiques et des bombes, voilà le décor de la peur et de l'angoisse qui entourent ces fières combattantes.

Les femmes kurdes préfèrent combattre et mourir debout plutôt que de finir esclave d'un jihadiste de Daesh ou de croupir dans une prison turque. On regrettera la rhétorique marxiste désuète contre le capitalisme, surtout venant d'une combattante dont les armes sont fournies par les Américains sous un ciel dominé par l'US air Force qui les protège. D'autant plus que la réalisatrice est elle-même réfugiée au Canada. L'aviation américaine les protégera-t-elle aussi contre les chars turcs qui viennent d'entrer en Syrie ? That is the question.

Philippe Argouarch

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1266 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 2 commentaires
Loïc. L
2016-08-29 22:49:01
Je ne sais pas quelle est leur devise, mais cette formule leur irait si bien: " la mort plutôt que la souillure ".
(0) 
Jacques
2016-08-30 10:33:55
Mon commentaire n'est pas passé.
Une chose est sûre, marxiste ou pas, ces femmes montrent qu'il y a de l'espoir dans l'humanité!
Et cet exemple, elle le démontre autrement mieux que nos marxistes bretonnes qui bien qu'également dépossédées de leur pays n'ont d'autre ambition que de travestir leur coutume historique pour faire la promotion des vêtements d'inspiration wahhabite en ouvrant les bras à un islam dans sa forme la plus communautariste par défiance idéologique vis à vis de leur propre religion et de leur propre culture!
Marxiste peut-être, mais 2 visions opposées sur le monde!
Elles démontrent également que le monde, hors Bretagne et hors Europe, n'est pas qu'une horreur sans nom pour personnes défavorisée par leur naissance, les Européens ayant pour unique mission d’accueillir la population planétaire et de disparaître culturellement pour expier la faute du colonialisme!
Au contraire, ces femmes nous montre que le monde est beau et que tous les peuples, toutes les nations, on le droit de vivre libre dans leur propre pays!
(Pour mémoire : Article 1 alinéa 2 de la Charte des Nations Unies!)
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 2 multiplié par 4 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.