-- Politique --

Guérande. La mairie annule la conférence de Hervé Le Bras du 19 septembre


Cliquer sur le dessin pour l'avoir en entier

La conférence du très controversé démographe Hervé Le Bras (1), qui devait se tenir à Guérande demain 19 septembre, et que nous avions annoncée (voir notre article), a été annulée (2).

« La Ville de Guérande a été prévenue par la Préfecture de Loire-Atlantique d'un “risque de troubles de l'ordre public” et madame la Maire a préféré annuler la conférence » a déclaré Philippe Lasnier, directeur de la communication de la Ville de Guérande, à Nantes Multimédia.

Notes

(1) Il avait déclaré à la radio début juin « la reconstitution de la Bretagne est un vrai danger pour l'unité de la France ». (voir notre article)

(2) La confirmation en est donnée sur le site de la Ville : (voir le site)

Mise à jour du 19, 15 h

Les annonces d'annulation dans la presse locale :

- (voir le site) de Presse Océan qui titre « Guérande. Hervé Le Bras pris pour cible par les Bretons » ce qui est partiellement inexact puisque l'ordre émane de la Préfecture qui craignait des troubles à l'ordre public et que les Bretons devaient agir calmement (voir note 1 de (voir notre article)) mais fermement.

Extrait : « Une vingtaine de membres de “Bretagne Réunie” et de Bonnets rouges devaient en effet se trouver à l'entrée avec bombardes, binious, gwenn ha du (drapeau breton) et banderoles revendicatives ».

- D'autre part un lecteur d'ABP et de Ouest France Guérande, JP44, qui est aussi dessinateur humoristique, nous signale que ce journal annonce aussi l'annulation, par l'État, pour la même raison (non en ligne) et cela l'a inspiré.

Voir aussi :

Cet article a fait l'objet de 2459 lectures.
mailbox imprimer
correspondante abp depuis février 2007

Vos commentaires :

PY Pétillon
Jeudi 18 septembre 2014

Hervé Le Bras (surtout ne pas prononcé le "S" à la bretonne), pourtant originaire de St-Nazaire (me semble-t-il), fait preuve d'une malhonnêteté intellectuelle flagrante : "Quant à dire que la Loire-Atlantique est en Bretagne… il y a certes eu un château des ducs de Breta­gne, mais les habitants de ce département ne sont pas du tout bretons, à part une petite frange du littoral entre Le Croisic et Batz-sur-Mer. Cela fait 1.000 ans qu'ils ne parlent pas le breton."

(voir le site)

Kristen
Jeudi 18 septembre 2014

Il y a plus de 10 ans, était organisé un congrès sur l'identité bretonne à Brest. Mr Patrick Poivre d'Arvor, animateur de la rencontre, l'avait présenté à l'assistance en prononçant "Mr Hervé Le Bras" à la française, sans le 's' final.

Le concerné s'était alors vertement rebiffé en exigeant la prononciation du 's' final de son patronyme. Ajoutant que "lorsque l'on veut coloniser un peuple, on commence par modifier les noms de famille".

Mr Hervé Le Bras, "portrait du colonisé" ?

LHERITIER Jakez
Jeudi 18 septembre 2014

Bravo et merci aux compatriotes bretons pour avoir informé et mobilisé.La preuve qu'il faut veiller et agir.

Pour le 27 ........en plus ?

Hollande vient de se déclarer pour le NON en Ecosse.Toujours à donner des leçons ces ENARQUES de droite et de gauche, qui nous amènent à 100% d'endettement.

Espérons que les peuples d'Europe ,en actions,leur compliquerons l'avenir.

André Corlay
Jeudi 18 septembre 2014

Chaous ! On avait préparé les boules puantes...

Les Bretons de la "région" B4 ne tiennent pas plus que ceux de Loire-Atlantique à disparaître derrière un magma informe sans identité atteint du virus de "ligériose"... ils commencent enfin à comprendre ce qui est infligé au 44 depuis des décennies, et qui leur pend au nez !

Christophe David
Jeudi 18 septembre 2014

«Quant à dire que la Loire-Atlantique est en Bretagne… il y a certes eu un château des ducs de Breta­gne, mais les habitants de ce département ne sont pas du tout bretons, à part une petite frange du littoral entre Le Croisic et Batz-sur-Mer. Cela fait 1.000 ans qu'ils ne parlent pas le breton.»

D'ailleurs c'est bien connu, Anne de Bretagne a fait enterrer son père François II Duc de Bretagne dans la cathédrale de Nantes en pays étranger! Il est vrai que Le Bras n'était pas là pour lui assurer que Nantes n'était pas en Bretagne

Pôtr ar skluj
Jeudi 18 septembre 2014

J'aimerais bien que PY Pétillon explique ce qu'il y a de malhonnête dans la phrase d'Hervé Le Bras qu'il cite.

Nehoryn
Jeudi 18 septembre 2014

Demat...

C'ha... N'eo ket posubl gwelout se !

War ruzaat ez an abalamour d'an dud eveltañ !

Kenderc'hel a ran e galleg evit ar re ha na gomz ket ar yezh.

Être breton ne se résume pas à parler le brezhoneg, d'autant plus que la Bretagne a toujours été une terre trilingue : français, gallo et brezhoneg, mar plij ! Si tout ceux qui parlent le français sont français, alors que penser des Suisses, des Belges ou même des Québécois ? Le raisonnement est absurde.

Sur les papiers d'identité de ma grand-mère, il est écrit qu'elle est née en Loire-Inférieure en Bretagne. A l'âge de 7 ans, c'était fini ! Nous étions en 1941 et elle n'était plus bretonne ! Pourtant, rien n'a changé.

Ah si. Dans les médias seulement. Je vois bien qu'ils essaient de coller la Loire-Atlantique avec la Vendée, mais qu'espèrent-ils ? La culture, les ancêtres, les tombes, le sang, resteront à jamais là où ils sont ! Cela ne change rien en nos racines ! Nos familles sont dans le Morbihan, dans l'Ille Et Vilaine, dans la Loire Inférieure (etc.), et un débat fabriqué par une poignée de lobbyistes n'y changera rien !

Dans la vraie vie, les anciens ne se préoccupent pas de savoir qui ils sont. D'un point de vue historique et généalogique, la question de la Loire-Atlantique en Bretagne ne se pose tellement pas, qu'on se demande si on ne nous prend pas pour des cons...

Nous faire admettre que Ar Groazic, Sant Nazer, Sainte-Reine de Bretagne, Saint Joachim, Saint Malo de Guersac, Montoir de Bretagne, ne sont pas bretons ? héhé Je leur souhaite en tout cas bien du courage...

^_^

Pôtr ar skluj
Jeudi 18 septembre 2014

Il faut reconnaître que le fait breton se décompose en deux phénomènes clairement distincts : le duché de Bretagne, un fait politique ; et la Bretagne ethnique. La Loire-Atlantique est indiscutablement bretonne au premier sens, mais le fait ethnique breton en Loire-Atlantique suit, à peu de chose près, les limites indiquées par Hervé Le Bras. La question de savoir si le nationalisme breton doit s'appuyer sur l'ancien état féodal ou plutôt sur l'existence d'un peuple breton différent des peuples voisins est, par contre, un choix politique que l'homme de science Hervé Le Bras n'a pas à trancher.

Christophe Le Gall
Vendredi 19 septembre 2014

La seule réponse réside dans un referendum " à la britannique " : que les habitants de Loire Atlantique se déterminent SEULS, au bout de plusieurs mois de débats.

Josiane Rastapopoulos
Vendredi 19 septembre 2014

@ Pôtr ar skluj: votre conception "ethnique" de la Bretagne semble avoir de grosses lacunes, tout comme celle de Mr Le Bras d'ailleurs... La langue bretonne a laissé des traces sur les 3/4 du département de loire-Atlantique (jusqu'au 12ème siècle dans le pays de Retz)La presqu'île guérandaise dans son intégralité a fait partie de la basse Bretagne jusqu'au 16ème siècle, etc, etc... Je ne vais pas énumérer ici toute l'histoire de la langue Bretonne dans ce département, mais il en va de même du peuplement. Pour le reste, on s'en fout, la Bretagne c'est d'abord un projet sociétal sur une volonté de bases communes et partagées par tous les hommes de bonne volonté.La préservation de la diversité des espèces humaines dans la plénitude de leurs cultures et des propositions qu'elles apportent à l'humanité. Poil au nez.

PIERRE CAMARET
Vendredi 19 septembre 2014

Ecoutez . J'ai lu que le dernier bretonant (e) de la Presquíle guerandaise etait morte vers 1950 , dans un village pres du Bourg de Batz ( Kervalet ?? je crois ).

J'avais achete , il y a quelques annees un livre sur le Breton , parle dans cette presquíle.

On parlait Breton au Croisic , encore il y a > 10 ans dans deux bistrots , mais c'etaient entre pecheurs du Guilvinec , etablis au Croisic pour la periode de peche .

Il y avait encore des expressions en Breton , dans le language des paludiers a Guerande .

Gildas Chatal
Vendredi 19 septembre 2014

Les derniers bretonnants de naissance parlant le dialecte guerandais se sont eteints entre 1960 et 1970. En 1988 est decedee une dame qui l'avait parle dans son enfance a Kervalet.

une bonne partie de la presqu'ile guerandaise, Herbignac, la Briere le parlait jusqu'au 16eme siecle.

Cependant ne prendre en reference que la langue pour determine si la Loire-Atlantique est bretonne ou pas comme le font certains est bien réducteur. Il faudrait donc detacher de la Bretagne toute l'Ile et Vilaine, la moitie du Morbihan et des cotes d'Armor? Voir meme bientot dire que la Bretagne n'existe plus quand tous les bretonnants de naissance auront disparus. Il n'y a que 2% de locuteurs de Gaelique en Ecosse, cessent-ils d'etre écossais?

B5C6
Vendredi 19 septembre 2014

@ Jakez

Où l'on voit que finalement le droit des peuples à disposer d'eux mêmes ne concerne que l'europe de l'est (ex-URSS, Tchécoslovaquie, Yougoslavie) et les pays en voie de développement (Soudan par ex).

Ils sont beaux les grands idéaux de la "République"... tout est à géométrie variable

Moal
Vendredi 19 septembre 2014

«Quant à dire que la Loire-Atlantique est en Bretagne… il y a certes eu un château des ducs de Breta gne, mais les habitants de ce département ne sont pas du tout bretons, à part une petite frange du littoral entre Le Croisic et Batz-sur-Mer. Cela fait 1.000 ans qu'ils ne parlent pas le breton.»

C'est tout simplement une conception ethniste et raciste de la Bretagne, qui comme chacun sait est une région aux parlers divers, dont la population est le fruits de nombreuses migrations.

Naon-e-dad
Vendredi 19 septembre 2014

@Pôtr ar skluj

"Il faut reconnaître que le fait breton se décompose en deux phénomènes clairement distincts : le duché de Bretagne, un fait politique ; et la Bretagne ethnique.", écrivez-vous.

Que vient faire la notion d'ethnie à propos de la Bretagne. C'est un scoop ou une blague? Pas sérieux!

Quand à votre première mention, elle me semble très approximative. Royaume ou Duché, on emploierait plutôt le terme Etat dans un vocabulaire contemporain.

L'Europe n'échappera pas à une réflexion (avec mise en oeuvre) sur son organisation. Si du moins elle veut survivre. Et, au passage, servir de laboratoire pour le reste de la planète.

N'oubliez pas. En breton, il existe deux mots là où le français ne possède qu'un seul substantif: Breton.

Breton, ur Breton, ar Vretoned (pluriel/liester)

Breizhad, ur Breizhad, ar Vreizhiz (pluriel/liester)

Le premier (Breton) peut évoquer de façon lointaine les traversées trans-Manche qui se sont déroulées sur plusieurs siècles.

Le deuxième (Breizhad), à mon sens plus moderne (au sens où l'on parle de modernité) évoque le rapport à la Péninsule bretonne.

La langue française ne peut exprimer celà, soit. Mais ce qui est plus grave, la réflexion de certaines élites (scientifiques ou politiques, ou non) semble bloquée à ce niveau (d'où les "débats" pitoyables, et récurrents au fil des décennies, sur la notion d'"identité" en France). Je n'insiste pas...

gwenola Hemery
Vendredi 19 septembre 2014

Mr Petillon , revisez votre histoire ou apprenez la , on a parlé breton dans la presqu'ile guérandaise jusque dans les années 1970 , je précise qu'il s'agit d'un breton local , et que certains termes utilisés par les paludiers sont bretons comme "dourer " , ce qui veut dire ammener l'eau ... et quant aux habitants de loire- atlantique qui ne se sentent pas bretons , vous vous trompez fortement .....

Yann LeBleiz
Vendredi 19 septembre 2014

@ Pôtr ar skluj

Vous délirez complètement.

Les habitants de la Loire-Atlantique sont bretons également sur le plan ethnique, autant qu'un Bigouden ou un Léonard!

Le fait d'avoir changé de langue, il y a 1000 ans ne change rien au fait (et encore, il existe des témoignages d'époque sur le fait que la langue était encore parlé vers le 16ème siècle même si cela était très certainement sous forme d'un bilinguisme comme on le connait à Bruxelles aujourd'hui. Témoignages mis en doutes, car ne correspondant pas aux théories fumeuses du 21ème siècle).

Voir l'exemple du Danemark, qui ne parlaient pratiquement plus danois au 19ème siècle (enfin, chez les habitants des villes). Donc, eux aussi ne sont pas Danois,..les Danois!

C'est tellement vrai que les Nantais sont bretons, que Nantes était déjà un comptoir breton en Pays Namnète avant l'empire romain (voir Fleuriot).

Manmètes qui comme les autres peuples d'Armorique, sont de plus en plus perçu comme largement à cheval entre la culture gauloise et bretonne, du fait des échanges commerciaux et donc culturels!

De plus, les bretons (citoyens romains) s'étant très largement installés le long de Loire, à l'époque romaine et après, et jusqu'à Orléans, comment ces gens ont-il pu arriver si ce n'est par bateau en passant par Nantes! (A oui, désolé, ils ont pris Air-France!)

Donc, c'est tout le contraire, il y a des gens d'origine bretonne en France qui on perdu la notion de leur origine... et non l'inverse : d'hypothétique Français (francs) en Bretagne...!

Bien sûr, il y a toujours des exceptons, comme Cesson-sévigné (à coté de Rennes), ville fondée par les Saxons!

Donc, OUI, il y a pour un géographe universitaire (qui généralement dispose de quelques notions d'histoire) une malhonnêteté plus que évidente...!

Et oui, il y également malhonnêteté de la part d'une minorité qui trouve une fierté douteuse à s'imaginer plus bretons que d'autres bretons!

Et si vous n'y croyez pas... Faisons des tests génétiques!!!

(tests génétiques, quelles horreurs! Il n'y a que les pays démocratiques qui pratiquent cela, comme les Britanniques qui ont cherché à savoir la localisation des populations d'origine bretonne et celles d'origine Angle et Saxonne! Au nom de l'une et indivisible, pas de ça en France!)

Michel Flaux
Vendredi 19 septembre 2014

Hervé le Bras a tout a fait raison! Le fait que sa conférence soit annulée montre à quel point la pression nationale-populiste est grande!, et cela est grave!Le débat est impossible!On voit bien que vous êtes dans "la mystique nationale", "UN peuple, UN état, Une langue, UNE identité...!

PIERRE CAMARET
Vendredi 19 septembre 2014

@gwenola HEMERY . C'etait un Breton local .. mais avec une base Vannetaise plus une influence de moines de Basse Bretagne qui etaient venus a BATZ

Il y avait, il y a ....... annees un muse a KERMOISAN , qui expliquait l'arrivee des Bretons , dans la presquile , peuple alors de gallo-romains a RUFFIAC.

J'essaie de retrouver ce livre .

Nr HERVE LEBRAS qui pretend que la langue n'a pas ete parle depuis 1000 ans ???? d'ou tient il cette information .

Mr GUICHARD etait un petit peu plus honnete ( relate par ma famille ) lorsqu'il etait venu en presquile Guerandaise , il avait dit : Biensur que vous etes Bretons... il y a eu une erreur en 1791 au moment du trace des departements .... difficile de rectifier maintenant ?????? Comme d'habitude , avec ces gens la ... c'est du n'importe quoi .

PIERRE CAMARET
Vendredi 19 septembre 2014

Le debat est possible , a condition d'etre honnete . Or Mr Herve LEBRAS , ne l'est pas quand il pretend que la langue bretonne a disparu il y a 1000 ans . Non , elle etait encore connu il y a 50 ans :Ratio 1000/50 . Mesurez l'erreur .

Identite .. oui biensur je suis identitaire .. mais tres intelligent car j'admets les autres identites.

La FRance n'est pas un exemple ... c'est un repoussoir. Le RU vient de nous donner un exemple de grande democratie , avec ce referendum sur l'Ecosse... voila des pays ou il fait bon vivre sans complexe .

An Floc'h
Vendredi 19 septembre 2014

Grand bravo aux militants !

Quelques promesses de drapeaux et binious, mais surtout un discours cohérent, suffisent maintenant à représenter un "risque à l'ordre public" ?

Les élus voient bien que les PdL ne valent pas le coût de se faire remarquer dans leur commune bien tranquille. Surtout parce qu'ils permettent au discours breton de se faire remarquer.

Ils savent que les PdL sont un poids mort, l'urgent n'est pas de les vendre mais que les Bretons ne puissent pas vendre leur réunification.

Mais on tire la cartouche "peur" quand même, histoire de ne pas être trop ridicule et de jouer avec la vieille stratégie du "breton violent".

Mais c'est un tir pour couvrir le repli.

Brillant travail de pression. Les Bretons tiennent Guérande ! C'est excellent !

Excellent présage pour le 27.

SPERED DIEUB
Vendredi 19 septembre 2014

Je pense que Pétillon est attaqué à tort ,en fait il a relaté les propos de Le Bras qui ne sont pas les siens ,je ne suis pas infaillible non plus ,mais je ne pense pas que je me trompe ??

Naon e dad

«Il faut reconnaître que le fait breton se décompose en deux phénomènes clairement distincts : le duché de Bretagne, un fait politique ; et la Bretagne ethnique

Ce passage n'est que trop vrai ,dans ce sens la Bretagne remplie justement les conditions pour être un pays moderne , composés de diverses origines anciennes actuelles et à venir ,une communauté de destin Dans ce sens, il ne faudrait pas donner à notre bible ,c'est à dire l'émigration bretonne insulaire dans la genèse de ce pays, une importance disproportionnée

Là aussi se pose le problème de la notion de communautés ethniques européennes concept qui sera de plus en plus dépassé sous le poids des migrations actuelles et à venir

La tradition nationale bretonne dans le sens des institutions ducales a été beaucoup plus vivace et conservée en haute Bretagne qu'à l'ouest au caractère plus ethnique ,le parler gallo de la partie est en a été un des vecteurs de sa transmission .Le fait que une conception bretonnante jacobine a ignoré ce fait et continue un peu de le faire a été totalement contre productif

Pôtr ar skluj
Vendredi 19 septembre 2014

On ne peut, bien sûr, nier la bretonnité des Hauts-Bretons ; et encore moins nier l'appartenance de Guérande à la Basse-Bretagne. Cela posé, il faut bien constater qu'au sud de la Loire, c'est depuis deux mille ans le territoire de la nation poitevine. Le pays de Retz est peut-être un terroir bretonnant oïlisé depuis le Poitou mais le reste n'est sûrement pas breton. De même, Nantes et les terres plus à l'est ont perdu la langue gauloise en même temps que le reste de la France. Nantes lui-même a été un important vecteur de la latinité puis un relai de la francisation.

La constatation de l'importance du fait ethnique dans la définition du peuple breton ne signifie pas qu'il est impossible de s'y intégrer. Il faut seulement le connaître, l'aimer tel qu'il est et chercher à lui ressembler.

Enfin, Michel Flaux a raison d'affirmer que la censure de Hervé Le Bras est un scandale. Avez-vous seulement lu ses ½uvres ? Dans l'"Invention de la France" puis dans "Le Mystère français", la Bretagne émerge de pures données scientifiques avec une évidence éclatante. Il affirme lui-même sa bretonnité en exigent la prononciation correcte de son nom et la fameuse phrase sur Guérande souligne bien l'appartenance de Bourg-de-Batz et du Croisic à la Basse-Bretagne.

Maryvonne Cadiou
Vendredi 19 septembre 2014

@ Spered Dieub

Peut-il me renvoyer son commentaire de 14 h 29, mais en fermant le guillemet de sa citation, sinon tout va se trouver en italique-arial, ainsi que la suite des commentaires s'il y en a.

S'il n'a pas gardé son texte, qu'il m'écrive par Lui écrire dans l'encadré en bas de l'article.

Grand merci !

Maryvonne Cadiou
Vendredi 19 septembre 2014

De Spered Dieub

Je remets son commentaire rectifié, envoyé avant par erreur par ABP je suppose....

J'ai fermé son guillemet !

Je pense que Pétillon est attaqué à tort, en fait il a relaté les propos de Le Bras qui ne sont pas les siens, je ne suis pas infaillible non plus, mais je ne pense pas que je me trompe ?? Naon e dad « Il faut reconnaître que le fait breton se décompose en deux phénomènes clairement distincts : le duché de Bretagne, un fait politique ; et la Bretagne ethnique ».

Ce passage n'est que trop vrai, dans ce sens la Bretagne remplit justement les conditions pour être un pays moderne, composé de diverses origines anciennes actuelles et à venir, une communauté de destins.

Dans ce sens, il ne faudrait pas donner à notre bible, c'est-à-dire l'émigration bretonne insulaire dans la genèse de ce pays, une importance disproportionnée.

Là aussi se pose le problème de la notion de communautés ethniques européennes, concept qui sera de plus en plus dépassé sous le poids des migrations actuelles et à venir.

La tradition nationale bretonne dans le sens des institutions ducales a été beaucoup plus vivace et conservée en haute Bretagne qu'à l'ouest au caractère plus ethnique, le parler gallo de la partie est en a été un des vecteurs de sa transmission. Le fait qu'une conception bretonnante jacobine a ignoré ce fait et continue un peu de le faire a été totalement contre productif.

De Maryvonne : j'aimerais maintenant qu'on s'en tienne à l'annulation de la conférence.

Merci.

J'ai fait une mise à jour avec aussi un dessin humoristique que j'ai reçu. En espérant que le directeur va le laisser !

Pour le nom du conférencier, je rappelle qu'Anatole Le Braz a orthographié son nom avec un Z pour qu'il soit prononcé à la bretonne, ce qu'a fait aussi Dan Ar Braz.

An Floc'h
Vendredi 19 septembre 2014

@Pôtr ar skluj

@Michel Flaux

S'il y a bien une ligne H/B, c'est la simplification extrême de la question ethnique. C'est l'entrée schématique.

La Bretagne n'est de toute façon pas basée sur une ethnie.

Les conquêtes de Nominoë laissent à penser qu'il n'avait pas la "simple" volonté d'unir les fiefs des descendants de l'île Bretagne, se basant alors sur une ethnie. Cette ethnie étant déjà diverse !

Sa stratégie, face à l'empire carolingien, était-elle de bâtir un glacis, de contrôler les Marches de la Bretagne ? Les Bretons ont lâché une partie des conquêtes: Maine, Cotentin... Sachant que ce territoire était trop grand pour être viable.

Mais alors, pourquoi confiance en Rennes et Nantes ? Peut-être parce que Rennes et Nantes se sont reconnues dans cette association. En tout cas, Lambert le Franc a topé avec Nominoë le Celte.

Comment croire que ses villes, en 1000 ans, n'auraient pas eu les moyens de s'arracher de la péninsule si elles l'avaient voulue ? C'est qu'elles s'y sentent bien ! Des révoltes dans le Pays de Retz, ce pays le plus éloigné de la soi-disante "race bretonne" ? Non. Les massacres de paysans du sud-Loire dans l'Histoire, ce n'est pas la Bretagne.

On y croyait tellement à l'époque que même après la fin du royaume, la cohérence du territoire n'a pas été remise en cause en renaissant en duché. Elle peut très bien faire une République.

La simplification Haute / Basse-Bretagne repose vertes sur une réalité. Celte / Gallo. C'en est une.

La géographie aussi. L'Argoat, l'Armor, ce n'est pas plus accessoire mais ça crée encore une autre Bretagne.

L'institution "Bretagne" a permis un mélange en laissant les choses se faire.

Et tout s'est très bien passé.

Les Celtes n'ont pas cherché à bretonniser les Gallos, et vice-versa. Chacun prenait ce qu'il lui plaisait. Parfois, on s'ignorait aussi.

La Bretagne est un rare exemple d'unions d'ethnies aux langues radicalement différentes. Une latine et une celte.

Et ça a marché !

Jamais les Bretons n'ont remis en cause la Bretagne !

C'est un territoire qui est resté remarquablement stable dans l'Histoire !

Des guerres de successions, yen a eu ! Pas de sécessions !

Jusqu'à ce que Paris s'en mêlent...

Et malgré des siècles de sape sur l'union bretonne, Paris n'y arrivent toujours pas.

Le fait français repose sur UNE, UNE, UNE. Pas le breton.

La Bretagne est un contrat qui a uni des populations dans des intérêts communs. Le monde a changé. Les ethnies aussi. On ne fait plus de lignes pour montrer sur une carte où on parle breton. Mais des petits ilôts.

Mais la révision du contrat est toujours venu de l'extérieur. Jamais les Bretons n'ont cherché à se séparer.

La Bretagne a marché ! Plus ou moins bien mais assez pour être précieuse aux yeux de ses habitants.

Alwenn
Vendredi 19 septembre 2014

"Hervé Le Bras pris pour cible par les Bretons"

« Une vingtaine de membres de “Bretagne Réunie” et de Bonnets rouges devaient en effet se trouver à l'entrée avec bombardes, binious, gwenn ha du (drapeau breton) et banderoles revendicatives ».

Je me demande si nous Bretons, ne sommes pas parfois nos propres caricatureurs, car franchement, le mieux n'était-il pas de donner la contradiction à Le Bras, de façon argumenter, plutôt que de se montrer "à l'entrée avec bombardes, binious, gwenn ha du (drapeau breton) et banderoles revendicatives" ?

Le drapeau breton n'est pas un arguement !

An Floc'h
Vendredi 19 septembre 2014

@Alwenn

Pas dans ces circonstances. Cette réunion n'a jamais eu pour but d'entamer un débat.

Bretagne Réunie se bat déjà pour un référendum, elle n'est pas contre le débat.

De plus, ce genre d'actions permet d'avoir une dépêche dans les journaux. Parce que malheureusement, se voyant refuser le débat public, il faut attraper l'attention.

L'essentiel est qu'il n'y a pas eu de violence (yen aurait-il seulement eu ?).

Ce n'est qu'une petite réunion de toute façon. Mais elle révèle un symptôme: les PdL ne valent pas la peine d'insister.

Alwenn
Vendredi 19 septembre 2014

@ An Floc'h

La Bretagne aura gagné non pas quand une conférence d'Hervé Le Bras sera annulée par la préfecture mais quand l'idée même de proposer une telle conférence paraîtra le comble du ridicule aux yeux de Le Bras lui-même, et des mairies de Bretagne B5, aussi ridicule que de vanter les mérites du régime bolchévique ou stalinien.

Alwenn
Vendredi 19 septembre 2014

@ Maryvonne Cadiou

Il me semble qu'un de mes messages n'a pas été publié.

Cordialement

Maryvonne Cadiou
Vendredi 19 septembre 2014

Je viens de vérifier, Alwenn, mais je ne crois pas.

J'ai mis celui @ An Floc'h (de 17 h 59) plus tard en effet, en même temps que je me battais avec les photos de (voir ABP 35135) - le comm' presse de Bretagne Réunie que j'ai envoyé - qui n'apparaissent pas dans l'article, sauf la première, qui est en Une sur ABP, et les copyrights n'y apparaissent pas ! Donc message au directeur.

Je ne fournis plus ! Digarezit din

Naon-e-dad
Vendredi 19 septembre 2014

@Spered Dieub

Je maintiens que la culture bretonne - que l'on considère la partie occidentale de la Bretagne ou ses confins orientaux n'intègre pas de dimension ethnique, au sens politique du terme.

Et je suis assez bien placé, il me semble, pour apprécier l'impact de la langue parlée par les natifs (même si je manie bien imparfaitement la langue), autant que des caractéristiques plus spécifiques (par exemple: crâne brachycéphale que l'on trouve assez fréquemment en Bretagne, mais également dans d'autres régions en France hexagonale où le peuplement d'origine celtique est resté marquant).

Ce que je dis ici n'a rien d'intellectuel (ce n'est pas une annonce scientifique ou sociologique), mais relève de la simple observation personnelle. Donc, je répète: le combat breton n'a pas de dimension ethnique au sens politique du terme. Point.

Pour en revenir à Le Braz - du coup en lisant les commentaires, je ne sais plus s'il fait prononcer son nom Le Braz (prononciation normale. "Braz" est l'adjectif signifiant "grand" en breton, comme beaucoup ici le savent)) ou Le Bra(s) - comme je l'ai entendu prononcer il y longtemps dans certaine régions méridionales. A moins qu'il existe un patronyme concurrent d'origine non-bretonne?

Deux livres ont été cités plus haut, signés conjointement l'un et l'autre de Emmanuel TODD et Hervé LE BRAZ. Je pense d'ailleurs que la part d'Emmanuel TODD, son apport à la connaissance anthropologique,sur le territoire de ce qui est aujourd'hui la France, sont tout à fait déterminants dans le succès de ces deux ouvrages.

@Michel Flaux

Votre ton, votre attitude fantasmatique, votre méconnaissance quasi-abyssale de la Bretagne paraissent impressionnantes.

Interrogez plutôt les responsables de cette décision d'interdiction assez rare. La dernière fois, c'était à propos d'un homme de spectacle d'origine africaine considéré pour son humour et ses tendances révisionnistes.

Voilà que Messieurs Auxiette et Le Braz sont logés à la même enseigne. Impossible de ne pas faire de rapprochement...Chacun jugera de l'humour d'Auxiette et de Le Braz. Et je ne parle pas de l'autre versant de la question.

Mais pourquoi diable Le Braz, archi-diplômé, est-il allé se fourrer dans une pareille histoire?

Pourquoi ceux qui n'aiment pas la Bretagne viennent-ils donc la piétiner?

Le Berry, c'est joli aussi. Mais ce n'est pas la même chose. Assurément! Le Val de Loire aussi. Et çà commence à peu près au pays de Julien Gracq, bien au-delà d'Ancenis (44)....

Betek Ankiniz (44) ha pelloc'hig c'hoazh emañ Breizh o ledanaat...

PIERRE CAMARET
Samedi 20 septembre 2014

En fait c'est une bonne chose , que cette visite de Mr Herve LEBRAS ait ete annulee .

Je ne le connais pas , et ai aucune envie de le connaitre .

Peut etre etait il ( inconsciemment ???) manipule , pour creer une provocation , des incidents .

Vous savez il y a des gens qui sont specialises a cela ... et je dirai , surtout en France.

PIERRE CAMARET
Samedi 20 septembre 2014

ALWENN . En relisant 2 fois vos commentaires ..... je pense que vous avez raison ... en fait c'est nous qui sommes provocateurs .

Il eut fallu attendre ce Monsieur LE BRAZ(s) avec des opposants ( contre lui ) muscles intellectuellement , pour lui repondre et demonter ses propos piece par piece et en fait le rendre ridicule .

Le show des GHD et du Biniou ne paie plus .. il faut monter a l'echelon superieur . Puisqu'ils sont intelligents et superieurs , a leur montrer que nous aussi nous sommes intelligents et superieurs .

Cela doit etre un changement , dans la strategie bretonne .

SPERED DIEUB
Samedi 20 septembre 2014

Maryvonne ne va pas être contente mais pour répondre à Naon ,je suis obligé de sortir du sujet ..Scientifiquement la notion d'indice céphalique serait dépassée lien à l'appui

(voir le site)

Caroline Le Douarin
Samedi 20 septembre 2014

Cette annulation est une belle victoire des militants bretons contre les PDL et leur détestable propagande !

Qu'il aille faire sa conférence pour vendre son livre à La Roche-sur-Yon, Laval, au Mans, à Mayenne, où, on le sait, la population n'est pas toute convaincue d'être ligérienne... puisqu'elle n'est pas en bordure de Loire...

De toutes façons son livre sera offert aux bibliothèques et archives municipales et départementales de tous les PDL et aux Lycées pour leurs CDI...

Si l'on pouvait en savoir le tirage...

Maryvonne Cadiou
Samedi 20 septembre 2014

Mesdames et messieurs.

Merci de vous être exprimés si largement.

Ayant d'autres “chats à fouetter” (!) pour ABP, j'ai décidé de ne plus mettre en ligne vos commentaires récents et suivants, aussi intéressants qu'ils puissent être, même hors-sujet parfois.

Cordialement

Ar Vran
Samedi 20 septembre 2014

@Marivonne

dommage car j'aurai voulu souligner quelque chose qui parait essentiel. Mr Le Bras et Mr Auxiette justifient l'avenir par la fusion des 2 régions. Or ces 2 personnes ont plus de 70 ans, peut être est-ce leur grand âge qui les rendent un peu gâteux?

Mr Le Bras, à son âge devrait être en retraire, d'autant plus qu'il occupe un poste administratif. C'est ça l'avenir de la France??? Reste plus que la gagadémie française se montre pour la fusion des 2 régions.

Maryvonne Cadiou
Samedi 20 septembre 2014

Bon je fais une exception Ar Vran. Mais une seule.

En effet leur âge est “canonique” !

Je rappelle la note 1 de (voir ABP 35067) (de l'annonce de la conférence et dont je viens de découvrir qu'il n'est plus en ligne..., ce qui n'est pas de mon fait. Grrrrr.... comme j'ai écrit au directeur, à moins que ce soit une erreur de manip') où un militant rapportait, à propos de Le Brâ, que Nous savons que pour assurer ses vieux jours il s'est mis au service de la région vichyste et de son actuel président.

Je n'ai plus le temps...

Vous lire, classer dans mes archives courriel en ABP comment' et ABP comment' NO... c'est long.

La somptueuse fête à Anne de Bretagne en Brière le 28, et les réunions avec Bretagne Réunie pour la manif, me prennent du temps.

Merci de comprendre.

Le guérandais
Samedi 20 septembre 2014

La Loire Atlantique est bretonne sans aucune contestation. Elle faisait partie du royaume puis du duché. Concernant la presqu'île Guérandaise ou la Brière, nous sommes en basse Bretagne. Presque toutes les communes ont une appellation d'origine bretonne. Les politiques locaux le savent bien. Le drapeau des PDL ne flotte sur aucune mairie, seuls les drapeaux des villes, de la Bretagne et de la France sont présents. L'appellation touristique est Sud Bretagne. Cette conférence à Guérande était une provocation.

Maryvonne Cadiou
Vendredi 21 novembre 2014

Woops, relisant les commentaires avant d'envoyer les deux liens sur le sujet à une amie rencontrée samedi aux “hermines” à Nantes (Erwan Vallerie, herminé, a parlé de ce M. Le Brâ...),

je m'aperçois que Gwenola Hemery a cru que les propos de M. Le Brâ, rapportés (guillemets et italique) par M. Y. Pétillon étaient de lui-même (premier commentaire).

Nos excuses à M. Pétillon d'avoir mis en ligne le commentaire de Gwénola Hémery !

Écrire un commentaire :

ANTI-SPAM : Combien font 5 multiplié par 8 ?

Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.