Groupama dans la Volvo Ocean Race : Première victoire

-- Sport --

Communiqué de presse de Groupama-Cammas du 4 janvier 2012 à 17 h 20

24491_1.jpgFranck Cammas skipper de Groupama 4.

Première victoire de Groupama 4

Bonne brise pour cette seconde partie de la deuxième étape, entre Sharjah et Abu Dhabi, un parcours côtier de 98 milles couru sous l'influence du Chammal, le vent du désert. Après un départ prudent, Groupama 4 a fait parler la poudre lors des deux grands bords de vent de travers puis a dépassé les leaders espagnols à la faveur de l'ultime bord sous spinnaker...

Mer agitée et courte pour ce départ donné à 6 h 30 (heure française) devant l'Émirat arabe de Sharjah : une vingtaine de noeuds de secteur Ouest avec trois mètres de creux et un louvoyage pour aller chercher la première bouée mouillée à 18 milles. Les néo-Zélandais de Camper et les Américains de Puma prenaient le meilleur départ en bout de ligne, tandis que les Espagnols de Telefonica et les Français de Groupama 4 viraient rapidement de bord pour se recaler quelques centaines de mètres au vent de la flotte. Un long bord bâbord amure était alors au programme puisqu'il fallut attendre plus d'une heure un quart pour que Telefonica, puis Groupama 4 enclenchent le premier virement de bord. Les deux VO-70 étaient légèrement sous la bouée et durent enchaîner deux manoeuvres supplémentaires pour enrouler la première marque. Tout comme Puma et Abu Dhabi...

Un long bord de débridé

Les Espagnols pointaient alors en tête au passage de cette première bouée, tout juste devant les néo-Zélandais, alors que les Américains arrivaient à se glisser sous l'étrave de Groupama 4 et que Abu Dhabi fermait la marche. Les écarts étaient extrêmement réduits alors que les cinq voiliers devaient enchaîner un autre très long bord au près légèrement débridé pour chercher la marque 2, mouillée une cinquantaine de milles plus loin dans l'ouest-sud-ouest.

Trois heures plus tard, Franck Cammas et ses hommes naviguaient dans le tableau arrière de Telefonica qui enroulait en leader la deuxième marque de parcours : les deux sisterships s'avéraient incontestablement les plus à l'aise dans ces conditions de navigation (17-22 noeuds de vent à 70 °) puisque les néo-Zélandais étaient relégués à 1,1 mille, les Américains à 1,3 mille et le voilier émirati à 2,8 milles ! Il restait encore 23 milles à effectuer, toujours sur un bord de débridé pour aller chercher la bouée numéro 3 au large d'Abu Dhabi, avant d'abattre franchement pour un dernier bord de douze milles, grand largue vers la ligne d'arrivée.

1 h 20 plus tard, les Espagnols de Telefonica contournaient la dernière marque de ce parcours de 98 milles en tête mais avec Groupama 4 à moins de cent mètres de son tableau arrière, alors que les trois autres VO -70 étaient décrochés. Il ne restait alors plus qu'un rapide bord sous spinnaker pour en finir avec ce parcours de vitesse pure, où les deux voiliers dessinés par Juan Kouyoumdjian démontraient leur excellent potentiel dans la brise puisque le vent soufflait jusqu'à plus de 20 noeuds.

Dépassement sous spinnaker

C'est à la régulière, juste après la manoeuvre d'envoi du spinnaker que Franck Cammas et son équipage prenaient le commandement et ne le lâchaient plus jusqu'à l'arrivée devant le port d'Abu Dhabi. Le final était extrêmement serré puisque Groupama 4 franchissait la ligne avec seulement 52 secondes d'avance sur Telefonica après un peu moins de sept heures de course ! Cette victoire du voilier français ne modifie pas la hiérarchie au classement général mais conforte le team français dans ses choix, et surtout démontre que l'équipage a nettement progressé sur ce format de régate courte en réalisant des manoeuvres sans accroc. Il reste désormais huit jours à l'équipe technique pour préparer le bateau en vue de la prochaine course in-port devant Abu Dhabi, le 13 janvier, puis pour une nouvelle étape courte avant d'embarquer de nouveau sur le cargo en direction du port secret de l'océan Indien...

Ils ont dit...

— Franck Cammas à l'arrivée à Abu Dhabi

« Telefonica s'est très bien défendu parce que nous étions un poil plus rapides et ils ont tout fait pour ne pas nous laisser passer. Nous avons eu une dernière opportunité parce que nous avons réussi à nous décaler à leur vent et grâce à une risée, nous avons pu les dépasser. C'est un très bon équipage avec un très bon bateau et nous sommes très contents d'avoir pu les doubler. Il faut dire que c'étaient des conditions idéales pour Groupama, qui affectionne particulièrement le vent de travers dans la brise. C'est une petite revanche après la première partie de cette deuxième étape parce que nous étions en position de gagner et nous avons été très frustrés. Ce matin, nous étions encore un peu soucieux de nos repères. Maintenant, je pense que nous avons été si rapides que cette angoisse n'a plus lieu d'être. C'est un jour fantastique pour toute l'équipe de Groupama, et cela nous redonne confiance. Même si ça n'apporte pas beaucoup de points, cette victoire est importante pour la suite... »

— Thomas Coville

« C'était une belle bagarre, jusqu'à la fin. Pour moi, c'est cela la Volvo Ocean Race : ne lâche jamais rien ! Nous avons eu un très beau match dans des conditions de navigations superbes... Mais ça mouillait bien sur le pont ! Nous étions avec Camper au départ et Laurent (Pagès) a eu une très bonne vision du plan d'eau. Grâce à notre vitesse, nous sommes revenus graduellement au contact avec Telefonica. Nous avons été gâtés par ce vent chaud avec du soleil et une mer agitée, virile mais correcte ».

— Charles Caudrelier

« Le parcours était assez simple en termes de navigation : il n'y avait que la première partie où il y avait des bords à tirer. Nous n'avons pas pris d'option marquée et nous sommes restés dans le paquet puisque l'objectif était de conserver le contact pour le grand bord de débridé où nous savions que nous allions plutôt vite. Le succès de cette manche est le résultat du travail de toute l'équipe technique : nous avons un bureau d'études sous la direction de Franck (Cammas) qui a l'habitude d'analyser les paramètres. Cette victoire nous fait du bien ! Car si le bateau est rapide, cela est aussi dû à l'équipage qui a été super aujourd'hui... »

Classement de la deuxième partie de la deuxième étape (de Sharjah à Abu Dhabi : 98 milles)

1- Groupama 4 (Franck Cammas) à 12h 22' 09 UTC

2- Telefonica (Iker Martinez) à 12h 23' 01UTC

3- Camper (Chris Nicholson) à 12h 27' 48 UTC

4- Puma (Ken Read) à 12h 28' 38 UTC

5- Abu Dhabi (Ian Walker) à 12h 32' 21 UTC

Non partant- Sanya (Mike Sanderson)

Classement général à l'issue de la deuxième étape

1- Telefonica (Iker Martinez) 66 points = 1+30+6+24+5

2- Camper (Chris Nicholson) 58 points = 4+25+5+20+4

3- Groupama 4 (Franck Cammas) 42 points 2+20+2+12+6

4- Puma (Ken Read) 28 points = 5+0+4+16+3

5- Abu Dhabi (Ian Walker) 19 points = 6+0+3+8+2

6- Sanya (Mike Sanderson) 4 points : 3+0+1+suspendu

Voir aussi :

mailbox imprimer
la rédaction de l'abp

Vos commentaires :

jojo
Dimanche 8 janvier 2012

Bravo à Frank Camas et son équipe!

Écrire un commentaire :

ANTI-SPAM : Combien font 1 multiplié par 1 ?

Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.