Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
Militant de Greenpeace taguant la facade de Petit Navire
Militant de Greenpeace taguant la facade de Petit Navire
Entrée verrouillée par des militants enchainés
Entrée verrouillée par des militants enchainés
Hausser le ton sur les thons.
Hausser le ton sur les thons.
Militants enchainés
Militants enchainés
- Reportage -
Greenpeace bloque l’usine Petit Navire à Douarnenez (interview video)
Depuis 6 h 50 ce matin, 25 activistes de Greenpeace bloquent l’usine Petit Navire pour dénoncer les méthodes de pêche du numéro un français du thon en boîte. Des militants juchés à une dizaine de mètres de hauteur
Philippe Argouarch pour ABP le 23/05/16 13:10

Depuis 6 h 50 ce matin, 25 activistes de Greenpeace bloquent l’usine Petit Navire pour dénoncer les méthodes de pêche du numéro un français du thon en boîte.

Petit Navire est une conserverie de poisson créée en 1932 à Douarnenez par Paul-Édouard Paulet qui, dès 1935, avait instauré un système de redistribution des bénéfices aux salariés--une démarche révolutionnaire à cette époque. Elle appartient depuis 2010 au groupe thaïlandais Thai Union Frozen. L'entreprise est membre de Produit en Bretagne et s'implique dans la vie locale en organisant les régates Grand Prix Petit Navire. Elle possède des usines au Ghana, au Portugal et aux Seychelles et emploie environ 300 personnes.

Les militants, une équipe internationale dont certains sont venus de Grande-Bretagne ou d'Italie, juchés à une dizaine de mètres de hauteur ont entrepris de repeindre la façade de l’usine tandis qu’une dizaine de personnes, enchaînées à des boîtes de thon géantes bloquent l’accès aux camions de livraison.

Greenpeace demande à Petit Navire et son propriétaire, la multinationale thaïlandaise Thai Union, de modifier les méthodes de pêche au thon pratiquées dans leur chaîne d’approvisionnement en renonçant aux dispositifs de concentration de poissons (DCP), méthode qui détruit l’équilibre des océans.

Nous avons posé quelques questions à la porte-parole de cette action, Hélène Bourges, juste avant que la police vienne lui demander de se rendre avec les responsables du mouvement dans les bureaux de la direction afin de négocier une solution. Hélène a bien fait remarquer que Bruxelles n'a pas interdit de DCP et surtout que Bruxelles ne légifère que pour la zone économique européenne. Par contre elle déclare que des entreprises comme la conserverie bretonne Connétable ou super U, ont pris des engagements pour éliminer les DCP suivant les recommandations des scientifiques et spécialistes des océans.

Le même matin, Jérôme Frignet, directeur des campagnes à Greenpeace, qui était sur RMC a déclaré "Au rythme actuel, d'ici quelques années, on va être confrontés à un effondrement du stock de thon"... "Petit Navire, contrairement à ses concurrents, n'a pas pris de dispositions face à cette menace."

Document PDF 40255-communiquegreenpeace22mai2016.pdf . Source : Greenpeace
Voir aussi :
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Voir tous les articles de de Philippe Argouarch
Vos 0 commentaires
Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 7 multiplié par 2) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons