Greenpeace atterrit à proximité de la centrale de Flamanville et prouve l'impensable
Dépêche de Philippe Argouarch

Publié le 1/06/06 11:50 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Green peace [pdf1] aurait réussi à se poser avec un ULM à proximité du site (en construction) de la centrale nucléaire de Flamanville dans le Cotentin, prouvant par là, que pour le moment un commando d'islamistes pourrait débarquer par surprise en ULM et saisir la salle de contrôle du réacteur. Une fois au contrôle, il serait alors possible, selon l'avancement des travaux, de provoquer un meltdown similaire à celui de Tchernobyl, voir une explosion nucléaire.

Pour rappel, le 16 mai dernier, Stéphane Lhomme, porte-parole du réseau Sortir du nucléaire, était placé en garde à vue par la DST pendant plus de quatorze heures, son domicile perquisitionné, ses ordinateurs et son téléphone portable saisis, pour détention d’un document « Confidentiel Défense » sur l’EPR [document2]. Le document adressait jsutement le sujet de la vulnérabilité des centrales nucléaires face au terrorisme.

ABP/PFA

Philippe Argouarch

Philippe Argouarch

Document PDF greenpeace-epr1.pdf . Source :
Document PDF DGSNR-EDF.pdf . Source :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1502 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 3 multiplié par 5 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.