Gilles Denigot présente sa liste "Choisir nos régions et réunifier la Bretagne" sur le pont Éric Tabarly à Nantes

-- Politique --

Reportage
Par Maryvonne Cadiou

Publié le 9/11/15 16:21 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Reportage - Devant une centaine de sympathisants, Gilles Denigot, accompagné de Anne-Claire Quiviger, sa directrice de campagne, a présenté à la presse, hier matin dimanche, la liste qu'il conduira aux élections régionales, les 6 et 13 décembre prochains. Un de ses axes de réflexions est la démocratie, piétinée lors de la réforme territoriale.

38846_2.jpgL'urne symbolique et de g. à dr. Anne Eon, Anne-Claire Quiviger, Gilles Denigot, Valérie Pelletier, Michel Beaupré (assis), Hervé Carro, Chantal Perruchet. Présentation à la presse de la liste Choisir nos régions et réunifier la Bretagne.

La très grande majorité des candidats sur la liste de la section départementale (dénomination officielle, NdlA) de Loire-Atlantique était à ses côtés, dont Anne Eon, la deuxième personne de sa liste. Anne, originaire de Guérande, actuellement élue dans le vignoble nantais, à Vallet (dans l'opposition), est aussi une ancienne militante EELV (Europe-Écologie-Les Verts). Elle a toujours été des grands combats pour la réunification de la Bretagne et, à ce titre, elle n'a pas hésité à rejoindre la liste, quand Gilles l'a appelée.

Voir ci-dessous tous les membres dans les cinq départements de la Région PDL.

Un orateur breton de grande classe

D'entrée de jeu, le ton est donné. Devant le pont Éric-Tabarly à haubans si caractéristique du paysage nantais, Gilles Denigot rappelle que la Bretagne a été déconsidérée lors de la dernière réforme territoriale. À deux pas de l'Hôtel du Conseil régional, il n'hésite pas à en citer les ennemis : Jacques Auxiette, actuel président de la région PdL (Pays de Loire), et Jean-Marc Ayrault, ancien maire de Nantes.

De la voix, il en a. Nous avions l'impression que les hauts-parleurs relayaient son discours avec force kilowatts, tant il était tout en assurance, en puissance et tant ça résonnait - pourtant les immeubles étaient à plus de 10 mètres...

Seule sa liste offre aux citoyens la possibilité de dire dans quelle région ils souhaiteraient vivre (décider et travailler ?). Une région Val-de-Loire, étonnante de cohésion, le Poitou-Charente, vers où pourraient se tourner les Vendéens, et... la Bretagne pour tous les Bretons. Mais quid de la Vendée, dont le positionnement est maintenant plus compliqué, avec une immense région Aquitaine (dont le nom n'est pas encore décidé : (voir notre article) ). Signalons que Valérie Pelletier, tête de liste de la section vendéenne de la liste, était présente sur les bord de la Loire, auprès de sa tête de liste, Gilles Denigot.

Un manque flagrant de démocratie

Voter pour cette liste exprime que l'on ressent très fort le manque démocratie en France. Ce qui a été le cas lors de la réalisation de ce découpage territorial, sur un coin de bureau, entre copains, à l'Élysée. Les citoyens, les habitants sont consultés une fois de temps en temps, lors d'élections, et ensuite les grandes décisions se prennent en dehors de toute consultation !

La liste proposée par Gilles Denigot est un appel à tous les citoyens qui se sentent bafoués par ce déni de démocratie, car la seule loi réellement appliquée en France s'appelle le jacobinisme. Chaque voix des citoyens des Pays de Loire doit se faire entendre.

Une nécessaire mobilisation de tous

« Chacune et chacun d'entre nous doit se mobiliser », martèle Denigot, rappelant que, côté budget, on ne joue pas tous dans la même cour. Les grandes listes pourront dépenser 514.000 euros. La liste Denigot n'en a pas les moyens. Réunir les 40.000 euros nécessaires pour le matériel de campagne (profession de foi et bulletins de vote) est déjà difficile.

Un formulaire de soutien est d'ailleurs disponible sur le site de la liste : (voir le site) .

Au-delà du budget, il faut donc une mobilisation sans précédent. Par ailleurs, tous les candidats rencontrés sont unanimes pour dire qu'il faudra faire une campagne autrement, faute de moyens. « Il faudra trouver les moyens de se faire connaître et attirer la sympathie des électeurs, qui, au fond d'eux-mêmes sont d'accord avec nous », nous confie l'un d'entre eux.

On peut penser que cette liste fera parler d'elle, avec une ou des actions spécifiques. La sympathie, effectivement, cette liste apolitique doit pouvoir la susciter. Breizhistance, le Mouvement Bretagne et Progrès, le Parti Breton et l'UDB en sont à l'origine.

Elle est soutenue par Bretagne Réunie (voir notre article) et le Pôle Fédéraliste Breton (voir notre article) .

Par ailleurs, créer des sections départementales dans le reste de la région PdL s'est réalisé sans aucun souci, la liste ayant trouvé des relais sur place, soutenus par des militants bretons.

Reçu 5/5 ?

Gilles Denigot, toujours en verve, nous explique sa règle des «cinq» .

« Nous nous adressons aux citoyens des cinq départements des PdL, car on veut une Bretagne à cinq départements. Pour cela nous travaillons dans cinq axes » (1). Puis, avec un clin d'oeil vers le public conquis et vers les média présents, il fait mine de s'interroger : « reçu 5 sur 5 ? ».

Un verre de muscadet, vin breton, de chez Philippe Chon, candidat sur la liste en Loire-Atlantique, clôt cette rencontre, qui annonce une campagne vive et vivifiante.

Note

(1) Les cinq axes de réflexion sont :

1- Choisir notre région ;

2- La démocratie ;

3- Les questions économiques ;

4- Les questions environnementales ;

5- Choisir nos solidarités.

Autres liens

- (voir le site) de la liste Choisir nos régions et réunifier la Bretagne (avec extension pointbzh).

- (voir le site) de la page facebook de la liste Choisir nos régions et réunifier la Bretagne.

- (voir notre article) : Patrick Mareschal : Comment peut-on être Breton ? Et surtout pourquoi l'être ? .

- (voir notre article) : Régionales 2015 : débat sans langue de bois hier soir à Quimper ; [le 23 octobre, auquel participait Gilles Denigot, avec vidéos].

-------------------------------------------------------------

Liste des candidats de la liste Choisir nos régions & réunifier la Bretagne, par section départementale :

Loire-Atlantique

Denigot Gilles, docker retraité, 67 ans ;

Eon Anne, enseignante, 43 ans ;

Carro Hervé, chef d'entreprise, 58 ans ;

Eyssalet Nadine, formatrice en travail social, retraitée, 67 ans ;

Flippot Jacky, infirmier retraité, 68 ans ;

Roynard Nathalie, assistante de vie, 52 ans ;

Jamet Thierry, éditeur, 58 ans ;

Perruchet Chantal, publicitaire, 55 ans ;

Beaupré Michel, directeur d'école primaire, 59 ans ;

Prunier Agnès, dessinatrice industrielle, 52 ans ;

Anezo Olivier, ouvrier, 36 ans ;

Barrely Amélie, assistante de direction, 29 ans ;

Morin Michel, paysan charcutier bio, 57 ans ;

Jossic Donatienne, secrétaire retraitée, 66 ans ;

Petit Primael, responsable de service, 35 ans ;

Leon Katell, professeure de breton et d'anglais, 37 ans ;

Le Youdec René, technicien retraité de la métallurgie, 62 ans ;

David Christine, rédacteur territorial, 55 ans ;

Chon Philippe, viticulteur, 47 ans ;

Corlay Gaëlle, gérante d'une autoentreprise de services, 45 ans ;

Le Poupon Alain, technicien sav, 50 ans ;

Étiembre Valérie, secrétaire, 51 ans ;

Guillaume Jonathan, bistrotier, 33 ans ;

Bacon Aurélie, responsable rh, 38 ans ;

Renaud Philippe, chauffeur, 53 ans ;

Boulanger Martine, retraitée de la fonction publique territoriale, 65 ans ;

Guidoux Christian, technicien de la recherche, 51 ans ;

Faucheux Nathalie, artisan, 48 ans ;

Colliot Henri, agent administratif, 53 ans ;

Mézac Jocelyne, sans profession, 59 ans ;

Marais Pierre-Emmanuel, chargé de mission transport, 47 ans ;

Thébaud Katell, étudiante, 19 ans ;

Pellerin Jean-Luc, cadre edf retraité responsable service de la maintenance, 70 ans ;

Renaud Kristell, assistante exploitant transport, 40 ans ;

Averty Yves, coordinateur d'association, 56 ans.

Maine-et-Loire

Iliou Martine, éducatrice de jeunes enfants retraitée, 62 ans ;

Barrillot Gilles, retraité de la fonction publique, 64 ans ;

Haye Naïa, assistante, 33 ans ;

Courjal Arnaud, moniteur bateau école, 50 ans ;

Descroix Isabelle, animatrice, 49 ans ;

Thébaud Ewan, demandeur d'emploi, 26 ans ;

Cadorel Anne, professeur spécialisé, 57 ans ;

Le Seac'h Rémi, sans profession, 56 ans ;

Cochereau Élodie, technicienne laboratoire environnement, 27 ans ;

Coarer Morvan, microbiologiste, 52 ans ;

Caillaud-Belleau Annie, retraitée de l'éducation nationale, 63 ans ;

Labour Gildas, agent d'animation, 43 ans ;

Hamon Christine, formatrice, 37 ans ;

Bainvel Éric, professeur des écoles, 49 ans ;

Tournellec Maïwenn, commerciale et designer, 38 ans ;

Le Callonnec Joël, retraité de l'éducation nationale, 65 ans ;

Coarer Marie-Andrée, secrétaire, 53 ans ;

Lefebvre Didier, attaché statisticien de l'insee, 56 ans ;

Dérieux Maryvonne, retraitée du transport, 64 ans ;

Meunier Damien, gérant, 42 ans ;

Tanguy Michèle, technicienne d'activités socio-culturelles retraitée, 68 ans ;

Perherin Morgan, chargé de communication, 39 ans.

Mayenne

Le Lem Marc-André, médecin, 58 ans ;

Lavanant Gaidig, directrice de production, 41 ans ;

Rivallain Jean-Claude, ingénieur retraité, 74 ans ;

Levrel Clara, doctorante, 24 ans ;

Lavanant Jean-Pierre, psychologue clinicien et directeur de structures médico-sociales à la retraite, 66 ans ;

Edelin Sophie, chef d'entreprise, styliste photo, 43 ans ;

Mathorez François, retraité de l'éducation nationale, 63 ans ;

Merdy-Léon Francine, retraitée, 67 ans ;

Marc Marcel, ingénieur agronome, 59 ans ;

Hemery Gwenola, infirmière retraitée, 66 ans.

Sarthe

Guet Nelly, consultante internationale, 64 ans ;

Romillat Philippe, menuisier-ébéniste retraité, 60 ans ;

Dupuis Hélène, sans profession, 49 ans ;

Dupont Luc, ingénieur, 64 ans ;

Bruneau Céline, agent spécialisé des écoles maternelles, 38 ans ;

Louërat Thomas, professeur de l'enseignement secondaire, 24 ans ;

Duret Morgan, maître nageur, 33 ans ;

Hamon Michel, chef d'entreprise, école micro-finance, 65 ans ;

Lemerre Anne, professeure agrégée, 25 ans ;

Levrel Yann, directeur de service jeunesse, attaché principal, 54 ans ;

L'Henoret Claudine, infirmière retraitée, 63 ans ;

Boulé Aurélien, vidéaste / photographe, 31 ans ;

Carré Chantal, retraitée de l'éducation nationale, 61 ans ;

Michel Yannick, souscripteur de risques médicaux, 43 ans ;

Mathorez Yveline, dentiste retraitée, 68 ans ;

Raballand Daniel, agent administratif retraité, 70 ans ;

Mevel Andrée, auxiliaire de vie, 57 ans.

Vendée

Pelletier Valérie, professeure des écoles, 44 ans ;

Hervouët Thomas, médecin – hospitalier, 36 ans ;

Renaud Véronique, service à la personne, 56 ans ;

Pavy Hervé, magistrat honoraire, 66 ans ;

Rambaud Sylvie, coiffeuse, 50 ans ;

Lecat Patrick, retraité de la métallurgie, 65 ans ;

Perrot Laurence, technicienne de laboratoire, 56 ans ;

Souchet Alain, retraité de la métallurgie, 68 ans ;

Latouche Anne, assistante sociale, 55 ans ;

Catherine Martial, chef laboratoire retraité, 65 ans ;

Coarer Dahud, fleuriste, 29 ans ;

Hamelin Anthony, technicien laboratoire environnement, 28 ans ;

Kerzerho Odile, chef de service éducatif retraitée, 60 ans ;

Mahé Arno, chargé de coordination, 29 ans ;

Bretecher Patricia, agent d'entretien, 47 ans ;

Bazin Patrick, docker retraité, 58 ans ;

Guyomarch Maïwenn, animatrice de tourisme local, 38 ans ;

Kergal-Bretêcher Anthony, étudiant, 19 ans ;

Moisan Nicole, retraitée, 84 ans.

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 2269 lectures.
mailbox imprimer