G7 avocats

-- Entreprise --

Chronique de Biet
Porte-parole: Philippe Biet

Publié le 24/08/19 19:42 -- mis à jour le 24/08/19 19:42

Ce samedi, le G7 se réunit à Biarritz. Thèmes principaux retenus : la réduction des inégalités dans le monde et la dimension sociale de la mondialisation. En amont, les ministres du G7 ont été associés afin d'échanger sur les principales thématiques. Jean- Yves Le Drian, ministre des Affaires étrangères a réuni ses homologues en avril dernier à Dinard, pour la santé, Paris en mai, les finances en juillet à Chantilly...Sous l'impulsion de la présidence française, le G7 s'est ouvert à la société civile dont les avocats.

9 Barreaux rassemblent les avocats en Bretagne : Brest, Lorient, Quimper, Rennes, Vannes, St Brieuc, St Malo-Dinan, St Nazaire et Nantes le plus conséquent avec plus de 1 000 membres. Le Conseil national des Barreaux, CNB représente 163 unités. Maître Gaëtane Thomas-Tinot, Nantes « Si on n'avait pas le CNB, on serait vraiment chacun tout seul dans son barreau au niveau départemental, Ca porte la valeur de la profession au niveau national » Il est présidé actuellement par Maître Christiane Féral-Schul.

Elle a piloté le premier G7 des avocats à Paris début juillet. Ces 7 pays rassemblent 1 800 000 avocats. « La justice est un pilier des états démocratiques et nous sommes fiers que nos premiers travaux réalisés avec nos homologues des pays du G7 permettent à la profession de devenir le 8ème groupe d'engagement » 20 propositions seront portés dont ces thèmes principaux : lutte contre les inégalités, protection de l'environnement, renforcement de la responsabilité sociale des entreprises, préservation de l'État de droit et du droit à un procès équitable, opportunités offertes par le numérique et l'intelligence artificielle.

De nombreux barreaux se sont engagés pour l'abolition de la peine de mort, déjà effective pour 134 États membre des Nations Unies. Autre résolution : exigence de la libération de l'avocate iranienne Nasrin Sotoudeh, militante des doits humains, condamnée à 33 ans de prison et 148 coups de fouet, notamment pour avoir montré publiquement son opposition à l'obligation de porter le voile/hijab.

©agence bretagne presse

mailbox imprimer
philippe biet est un journaliste indépendant basé à rennes

Vos commentaires :

Léon-Paul Creton
Dimanche 25 août 2019

Lorsque je lis et relis, j’ai bien du mal à me sentir transporté, et concerné par les engagements des multiples barreaux qui ne sont qu’en concordance, et seulement constitutifs de l’échelle « sociatéliste » et « boboîsante », qui asphyxie, enferme la société.

Ce sont bien souvent des combats généraux confortables intellectuellement, corporatifs mais partagés , et qui sont pour beaucoup d’avocats et de barreaux, peu ou pas concernés directement dans leur « être » par les conséquences criminelles, qui relèvent du passe-temps des consciences téléguidées, ou qui évitent des engagements autrement plus ardus à résoudre, dans leurs jardins.

Non pas que ces problèmes n’auraient pas éventuellement une certaine importance, mais parce que beaucoup d’entre eux ne sont qu’au minimum, secondaires et ne sont pas de première nécessité ou d’importance pour « l’Homme de la Rue bretonne », mais qu’ils devraient au premier chef, être pris en main et résolus si possible localement d’abord, et par leurs milieux et sociétés !

Sur cette échelle je m’exprime, non comme fibre végétale d’un barreau de bois (qui ne le sont pas tous), mais comme un justiciable situé sur le barreau brestois qui devrait être mon marchepied, ferme, afin que justice me soit rendue ! Enfin à un moment quelconque, qui est d’autant plus incertain, et l’est de plus en plus, étant donné et pris, que déjà vingt-trois années se seront tranquillement écoulées sans que « le système » n’ait apporté de résolution, de dynamisme particulier, ni d’aides ou dédommagements financiers aussi minimes soient-ils. Rien, absolument rien !

Le « système », ne gaspille pas non plus depuis longtemps son temps dans des recherches et investigations. Ce qui dans nos familles nous incite à penser que cette affaire se résoudra par élimination, « par abandon » faute de combattants, ou de parties civiles si vous préférez ,et différents et possibles acteurs déjà, ne pourront plus jamais être interrogés !

Depuis ce temps écoulé bien des membres de notre famille sont enterrés ! Et nous suivons allègrement le petit bout de chemin qui nous reste…

NB : J’ai oublié, ou failli, de vous préciser de qu’elle affaire je faisais allusion. Il s’agit d’un double meurtre, assassinat, exécution qui a été commis à BREST le 13 Octobre 1996 devant la porte d’un stand de tir sportif militaire, au lieu-dit La Villeneuve, au Bois de Keroual en GUILERS. Deux personnes furent tuées, de deux balles chacune au thorax, plus une autre chacune, tirée dans la nuque.

Il s’agissait de mon fils Pol-Luc CRETON, technicien de recherche à Océanopolis BREST, et la seconde victime était Monsieur François PICARD, capitaine de frégate et pharmacien des armées, responsable en chef du contrôle et analyses des pollutions en rade BREST…Notamment et principalement concernant les « pollution d’origine nucléaires « ! Sans doute en raison des activités de l’Ile Longue… Est-ce que je peux me tromper ?

Alors si vous avez quelques connaissances dans ces barreaux présents dans ce G7 prestigieux, à quelque échelle que ce soit… Cela pourrait peut-être nous rendre service, localement !

Merci par avance, Monsieur Philippe BIET. Vous avez compris que mon commentaire et mon style n’était qu’une volonté, un élément supplémentaire de nous rappeler, à des réalités qui se suffisent à elles-mêmes ! Et bien plus les nôtres bien entendu !

Cordialement

Léon-Paul Creton

Écrire un commentaire :

ANTI-SPAM : Combien font 4 multiplié par 0 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.