Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Communiqué de presse -
Fusion PdL/Poitou-Charentes : Jacques Auxiette, apprenti sorcier ou entremetteuse ?
De jour en jour, Jacques Auxiette multiplie les combines pour empêcher toute réalisation d’un processus de réunification de la Bretagne
Jonathan Guillaume pour 44=Breizh le 21/05/14 17:32

Communiqué de 44=Breizh, le 21 mai à 16 h 18

Jacques Auxiette, apprenti sorcier ou entremetteuse ?

De jour en jour, Jacques Auxiette multiplie les combines pour empêcher toute réalisation d'un processus de réunification de la Bretagne dans le cadre de l'objectif fixé par le gouvernement et le président de la République de réduction du nombre de régions administratives.

Pour ce faire il joue les entremetteurs avec les régions qui accepteraient bien les épousailles avec les Pays de la Loire, (voir le site) quitte à leur forcer un peu la main.

Le 24 avril le président de Région lançait un appel pour défendre l'unité des Pays de la Loire ( voir l'article ). En session extraordinaire le 13 mai, Jacques Auxiette déclarait " s'il fallait, malgré tout un jour faire évoluer les limites administratives, la seule solution cohérente et démocratiquement acceptable, celle qui va dans le sens de l'ouverture au monde et de l'histoire, sera la création d'une grande Région Ouest, fusion de la Bretagne et des Pays de la Loire ". À cette occasion il disait vouloir " prendre part au débat ouvert par l'État ".

Ce débat, la région Bretagne et le Conseil général de Loire-Atlantique y ont déjà pris part en formulant dès 2001 des v½ux en faveur de la Réunification, plusieurs fois renouvelés et jamais contredits.

Un travail commun entre les deux collectivités avait d'ailleurs déjà été entamé entre 2005 et 2012 avec l'établissement de commissions mixtes ( voir l'article ) (et les articles signalés en marge) liant les représentants des deux collectivités. Malheureusement interrompu à la faveur des élections cantonales de 2011.

Aujourd'hui très peu d'élus de la région Bretagne se risquent à défendre la fusion des régions Pays de la Loire et Bretagne dans un “Grand Ouest” faisant purement et simplement disparaître la Bretagne de la carte administrative.

Tout comme la région Bretagne, un mariage forcé ne semble pas non plus être du goût du président de la région Centre qui affirmait le 10 avril la nécessité d'une région dont " le périmètre ne pourrait s'élargir qu'autour de son élément de forte identité, la Loire, pour constituer une belle région Centre-Val de Loire [..] mais pas jusqu'à Nantes qui a des problématiques spécifiques, maritimes, dont le département pourrait être rattaché à la Bretagne ".

Face aux refus des régions Bretagne et Centre d'une fusion intégrale imposée par la région Pays de la Loire, il semble que Jacques Auxiette ait peut-être trouvé une épouse consentante à travers le Poitou-Charentes.

En effet, hier, la Région Poitou-Charente annonçait avec le représentant de la région des Pays de la Loire une saisine de leurs CESER (Conseil économique social environnemental) respectifs pour étudier une fusion de leur deux régions. En quelques jours, Jacques Auxiette joue donc les infidèles avec celles et ceux à qui quelques jours auparavant il promettait les 32.000 m2 de son domaine régional.

Comment défendre la création d'une nouvelle région, jusque-là jamais proposée, dans un mariage à la va-vite qui ne se construit que dans l'opposition à la réunification de la Bretagne ?

Il semble bien que cet effet d'annonce serve avant tout de paravent pour bloquer la réorganisation des régions de l'Ouest hexagonal et n'ait que peu de chance d'aboutir. Jacques Auxiette fait donc fi des 10.000 personnes qui manifestaient le 19 avril dernier à Nantes pour réclamer une Bretagne à 5 départements.

Son comportement renforce de jour en jour la défiance de la population vis-à-vis des institutions et des élus. En s'habillant d'une légitimité électorale, il n'hésite pas à utiliser les deniers publics pour défendre ses propres positions politiques, agissant à la manière d'un seigneur féodal s'appropriant la destinée du territoire qu'il gouverne.

Alors que des élus agitent le chiffon rouge de l'identité comme un danger, nous affirmons que détruire tout lien entre la population et son territoire, n'empêchera en rien les comportements d'exclusion et de repli, loin de caractériser l'identité bretonne.

Les nouvelles régions ont besoin de s'appuyer sur les réalités humaines pour articuler les compétences économiques et sociale du territoire, elles ont besoin de cette réalité humaine pour revêtir la dimension démocratique des collectivités régionales. C'est le sens d'une Bretagne réunifiée.

Les différents prises de position des représentants des collectivités concernées montrent que la solution la plus cohérente et la plus juste est celle faite depuis de nombreuses années par 44=Breizh et nombre d'associations, d'élus et d'universitaires : fusion du département de Loire-Atlantique avec la région Bretagne, rattachement du Maine-et-Loire, de la Mayenne et de la Sarthe avec la région Centre dans une région Val de Loire, et intégration de la Vendée, ou bas-Poitou, avec la région Poitou-Charentes.

Pour 44=Breizh, Jonathan Guillaume 06 12 30 67 15

Le collectif 44=Breizh, créé en 2007 à Nantes, milite pour la réunification de la Bretagne, c'est-à-dire l'intégration du département de la Loire-Atlantique au sein de la Région Bretagne. Le collectif 44=Breizh inscrit son action dans le cadre d'une réorganisation des régions de l'ouest de la France en quatre régions fortes au lieu de six faibles.

Voir aussi :
logo
44=Breizh est un collectif de jeunes militants pour la Réunification de la Bretagne et contre la propagande assimilatrice de la Région Pays de la Loire.
44=Breizh, c’est parce que la propagande « Pays de la Loire » qui inonde notre vie quotidienne, nos lycées, nos lieux de formation, mérite une réponse.
44=Breizh, c’est parce la politique d’acculturation « ligérienne » est inadmissible.
44=Breizh, c’est parce que depuis trop longtemps le peuple breton réclame son unité territoriale, avec beaucoup de promesses et d’espoirs, mais jamais d’actes.
Constitué depuis début 2008, le collectif 44=Breizh vise à regrouper la jeunesse bretonne qui dit non à la partition et à la région « PdL ». Malgré 37 ans de « PdL » et de séparation, nous, jeunes de 15 à 30 ans, réclamons fortement
Voir tous les articles de 44=Breizh
Vos 0 commentaires
Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 4 multiplié par 3) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons