François Hollande : le futur de l'industrie automobile se joue à Ergué-Gaberic
Reportage de Philippe Argouarch

Publié le 20/09/13 19:05 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

L'inauguration d'une nouvelle usine en Bretagne est suffisamment rare pour qu'un président le la République fasse le déplacement pour l'occasion. En ce moment en Bretagne, on sait que les fermetures de sites dépassent les ouvertures. Certes, il y en a eu une autre la semaine dernière à Plouénan ( voir l'article ), mais pour l'usine de batteries lithium-métal-polymère (LMP) de Pencarn près de Quimper et du siège social du groupe Bolloré à Ergué-Gaberic, il se trouve que le président est aussi l'ami du maire socialiste de Quimper, Bernard Poignant, qui, en retour, est l'ami de longue date de Vincent Bolloré, PDG du groupe.

Après 20 ans de recherches et 1,7 milliard d'investissements, Vincent Bolloré se lance dans la fabrication de batteries pour voitures électriques -et ici en Bretagne, pas loin du berceau de sa famille.

Des batteries pour une nouvelle industrie de voitures électriques mais pas uniquement : les batteries blue Solutions vont aussi servir dès que l'on aura besoin de stocker l'énergie et ceci pour les particuliers comme pour les industriels. Les enjeux sont énormes et le système LMP développé par le groupe Bolloré est dans la course. Il se défend très bien comparé aux batteries au lithium.

En 2019, la division batterie du groupe Bolloré compte fabriquer 17 500 unités en France par an, et 15 000 sur son site canadien, pour des applications mobiles (voiture, bus, etc.) ou domestiques comme le stockage dans les maisons pour réguler les productions solaires ou éoliennes.

Sortant d'une conference sur l'environnement à Paris ce matin, le président de la République française a trouvé que cette inauguration était dans la continuité d'une journée à discuter les mutations des industries et l'apparition de nouvelles industries vertes. "Le futur de l'industrie automobile (française) se joue ici (à Ergué-Gaberic)" a déclaré François Hollande. Ironisant sur la mutation sociale qui veut que l'on passe d'un véhicule propriété à un véhicule partagé (les villes de Paris, Lyon et Bordeaux vont mettre en ville des "autolibs" électriques Bolloré-Renault au services des citadins), François Hollande a déclaré, se tournant vers Vincent Bolloré "Vous ne saviez pas M. Bolloré que vous étiez en train de faire du socialisme ?... et que le socialisme a besoin du capitalisme pour réussir !".

La dernière boutade du président de la république n'est pas si anodine que çà. Elle est clairement adressée aux autonomistes et autres indépendantistes : "La France de demain se dessine ici, en Cornouaille, en Bretagne, chez vous... et donc chez nous."

Philippe Argouarch

Philippe Argouarch

Voir aussi :

mailbox
imprimer
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 2 commentaires
Yann LeBleiz
2013-09-22 19:32:07
Les socialistes français (et affiliés bretons) ont reconnus la réalité de l'économie de marché au début du 21ème siècle, soit plus d'1 siècle après leurs confrères danois et hollandais.
Paralyser 2 pays, la France et la Bretagne, de taxes pour sauver un état centralisateur archaïque, ce n'est pas ça que l'on appelle de l'innovation!
Y pas de quoi être ironique!
Ce personnage est surtout pathétique!
(0) 
Emilie Le Berre
2013-09-24 11:31:02
Et avec quelles énergies primaires vous chargez vos batteries ?
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 1 multiplié par 3 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.