François Ier a brûlé le testament d’Anne de Bretagne pour s’emparer du duché
Chronique de Philippe Argouarch

Publié le 8/01/22 13:03 -- mis à jour le 13/01/22 11:17

Aujourd’hui 8 janvier, c’est l’anniversaire du mariage d’Anne de Bretagne et du roi de France Louis XII. Un mariage célébré au château des ducs de Bretagne à Nantes le 8 janvier 1499. Beaucoup d’évènements fatidiques autour d’Anne de Bretagne se sont déroulés au mois de janvier. La duchesse est née le 25 janvier 1477 à Nantes aussi au château des ducs de Bretagne. Le 7 janvier 1499, un contrat de mariage qui fait figure de traité international est signé entre la duchesse Anne et le roi Louis XII. Il spécifiait que le 2e enfant du couple, fille ou garçon, hériterait du duché et que ce duché redeviendrait souverain après la disparition du couple. La duchesse et reine décèdera le 9 janvier 1514 mais rien ne se passa comme prévu.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous !

3. Item, et à ce que le nom et la principauté de Bretagne ne soit et ne demeure aboli pour le temps à venir, et que le peuple d’icelui païs seroit secouru et soulagé de leurs nécessitez et affaires, ci esté accordé que le second enfant masle, ou fille au defaut de masle, venant de leurdit mariage, et aussi ceux qui isseront respectivement et par ordre, seront et demeureront princes dudit païs, pour en jouir et user comme ont de coustume faire les ducs ses predecesseurs, en faisant par eux au Roi les advenances accoustumées ; et s’il avenoit que d’eux deux en ledit mariage n’issist ou vinst qu’un seul enfant masle, que cy-après issent ou vinssent deux ou plusieurs enfans masles ou filles, audit cas ils succéderont pareillement audit duché, comme dit est.__La clause 3 du contrat de mariage d'Anne et de Louis XII (traité du 7 janvier 1499)

Ce jour-là, sa fille Renée, âgée de 3 ans seulement, aurait dû être proclamée duchesse de Bretagne selon le traité de Nantes de 1499. La proclamation royale aurait dû être : « La duchesse est morte, vive la duchesse Renée ! ». Une ou un régent aurait dû être choisi par les Etats-de-Bretagne. Le nom du régent ou de la régente a pu être aussi dans le testament de la reine.

Les historiens comme Joël Cornette reconnaissent aujourd’hui que le testament de la reine a été détruit volontairement afin que le duché puisse être annexé définitivement au royaume de France.

Mais qu’il y avait-il dans ce testament ? Il est évident que la duchesse réaffirmait l’héritage de sa fille Renée. De plus en plus de preuves vont dans ce sens. On sait qu’elle avait confié Renée à son amie dévouée Michelle du Fresne, dite de Saubonne (1485-1549), et dame de Soubise. Michelle de Saubonne était d’ailleurs la gouvernante de Renée depuis sa naissance. Or, cette dame a défendu toute sa vie l’héritage de sa protégée y compris le duché. Elle a d’ailleurs vite été écartée de la cour par François 1er et Louise de Savoie, sa mère... seulement un an après la mort d’Anne de Bretagne. Elle est écartée en 1515, mais rejoindra Renée à Ferrare en 1528 suite à son mariage à 17 ans avec le duc Este de Ferrare et son exil en Italie. C’est sans doute elle qui expliquera à Renée qu’elle est en fait duchesse de Bretagne car la pauvre n’en n’avait jamais été informée et son contrat de mariage avait été écrit en latin. (1)

Un texte de l’historienne Caroline Zum Kolk est édifiant quant au mariage-exil de Renée de Bretagne, appelée à tort Renée de France. Caroline Zum Kolk est historienne, spécialiste de la cour de France et de la place des femmes dans les sphères du pouvoir (XVe-XVIIe siècles). Ses recherches sur Renée sont principalement basées sur l’historien de la Bretagne Dom H. Morice.

 Le 18 mai suivant (1514), François épousa Claude, et le 27 octobre il reçut de Louis XII l’administration du duché de Bretagne au nom de sa femme, qui prit en même temps le titre de duchesse de Bretagne. Louis XII précisa néanmoins que ce don était fait « sans préjudice du droit que nostre tres-chere et très-aimee fille Renee de France a et peut avoir audit pays et duche ; lequel droict et tout ce qui peut lui en appartenir, nous lui avons reserve et reservons par ces presentes » [dans Dom H. Morice].

Après la mort de Louis XII, les droits de Renée sur la Bretagne disparurent des documents. Le 28 juin 1515, sa sœur offrit la Bretagne à son époux François Ier « pour le rémunérer du don qu’il lui a pleu faire des duchez d’Anjou, Angoumois, comte du Maine, et se charger du mariage de sa sœur Madame Renée de France ». Claude joignit les comtés de Nantes, de Blois, d’Étampes, de Montfort l’Amaury et de Coucy à ce don ; et tout cela non pas « à vie » mais à perpétuité, « sans y rien réserver ni retenir ».

Le transfert de l’héritage maternel des filles d’Anne de Bretagne dans le giron de la couronne était ainsi accompli. François Ier n’ignorait pas que cette transaction s’était réalisée au détriment des droits de Renée et que celle-ci pourrait, une fois adulte, la contester et revendiquer sa part d’héritage. Si par malheur elle était mariée à un époux puissant, capable de soutenir les droits de sa femme, la situation pourrait s’avérer fort délicate pour la couronne. Le mariage de Renée avec Hercule d’Este permettait au roi d’écarter ce danger : un duc italien, maître d’une petite principauté, n’était pas en mesure de s’attaquer au roi de France.

Qui plus est, et conformément à la tradition, la jeune femme abandonnait officiellement avec son mariage ses droits sur sa part de l’héritage familial en échange d’une dot, dont le montant sera fixé par le roi. Suivons les avocats de Renée qui décrivent la manière dont François Ier avait « conclu mariage », en soulignant évidemment le tort fait à leur cliente.

Le roi avait chargé de la rédaction du contrat de mariage deux procureurs, Jean de Selve, premier président du Parlement de Paris, représentant Renée, et le chancelier Antoine Duprat, représentant de François Ier . Jean de Selve autorisa l’élaboration d’un contrat désavantageux pour sa protégée, « oubliant qu’il avait este serviteur du feu père de la Suppliante et honore par lui des premiers offices de ses parlements de Paris et Bretagne » . Renée dut ainsi signer un traité rédigé en latin, « langage à elle inconnu » et ne fut pas informée de ses droits, « ignorant entre autre chose les dits contrats dudit Louis XII, ensemble celui dudit Charles V Empereur » . Les avocats font ici allusion à un projet de mariage de Louis XII qui souhaitait conclure un mariage entre Renée et Charles du Luxembourg, le futur Charles Quint. En compensation à l’abandon de l’héritage familial, une dot de 600 000 écus d’or avait été envisagée à cette époque. Le projet, commencé en 1513, fut abandonné par François Ier.

En 1528, la couronne s’en sortit à moindre frais. Le contrat de mariage de Renée ne prévoyait aucun dédommagement particulier pour son héritage familial. En tant que fille de roi, elle eut le droit de percevoir sa dot sur le domaine et revenu de la couronne. Charles VI en avait fixé le montant à 200 000 écus d’or. Cette somme fut prise comme point de départ en 1528 et ne fut augmentée que de 50 000 écus d’or. En outre, seuls ces 50 000 écus devaient être payés au moment du mariage, le reste n’étant versé que sous forme d’une rente annuelle de 10 000 écus. Renée était ainsi traitée comme une simple fille de roi de France et non pas comme l’héritière de domaines particulièrement importants. Elle ne recevait que la dot traditionnellement fournie aux princesses depuis le règne de Charles VII.

Les avocats n’hésitèrent pas à juger sévèrement l’attitude du procureur et du roi : la procédure, autorisée

« par un prétendu Procureur d’une mineure en bas age, ne sachant et ne connaissant rien de ses droits, portant alienation de ses biens (…) pour et au profit de son tuteur, et pour si vil prix que le seul revenu d’une annee de ses droicts vault mieux que ce qui lui a este promis pour faire ladite renonciation et cession, voire que la seule coupe de la forest de Monfort l’Amaury (…) valoit plus que ce qui lui a este promis ».

En outre le contrat de mariage contenait une clause visant à empêcher Renée de France de faire un recours en justice contre l’aliénation de ses biens parentaux. Son beau-père Alphonse d’Este devait garantir qu’Hercule et Renée respecteraient la renonciation dans le futur, sous peine de perdre toutes les rentes que lui-même et le couple percevaient en France. Il devait aussi promettre de faire ratifier une renonciation par Renée quand celle-ci aurait atteint l’âge de vingt-cinq ans.

Ainsi déboutée, Renée se trouvait dans l’impossibilité d’intenter une action en justice pendant son séjour à Ferrare. Ce n’est qu’après le décès de son mari et son retour en France en 1560, qu’elle entreprit une procédure pour récupérer au moins une partie de ses biens parentaux. Son expédition traîna en longueur et s’achevait avec compromis, conclu le 23 décembre 1570 : Charles IX promit de récompenser Renée d’une « somme d’argent » sans indication du montant, et donna à Renée et à sa fille Anne d’Este les duchés de Nemours et de Montargis ; le premier de ces duchés fut élevé au rang de pairie. L’exécution du contrat se trouva par la suite bloquée par le procureur général de la couronne qui refusa son enregistrement. Renée ne vit jamais son achèvement puisqu’elle mourut en 1575, avant la fin du procès.

Son mariage avec Hercule d’Este correspondit ainsi pour Renée à la perte d’un héritage considérable. Sans parentèle et protecteurs pour veiller sur ses intérêts, la jeune femme ne pouvait échapper aux manœuvres de son tuteur. Après cette spoliation, elle quitta la France pour un pays dont elle ne connaissait ni la langue, ni les coutumes.

-Caroline Zum Kolk. Caroline zum Kolk, « Les difficultés des mariages internationaux : Renée de France et Hercule d’Este », in I. Poutrin et M.-K. Schaub (dir.), Femmes et pouvoir politique. Les princesses d’Europe, XVe – XVIIIe siècle, Bréal, Rosny-sous-Bois, 2007, p. 102-119. Article légèrement remanié publié en ligne sur le site Cour de France .

(1) Renée intentera un procès contre le roi de France Charles IX à son retour en France afin de récupérer son héritage. Les péripéties de ce procès ont été relatées par le Bon de Girardot

Voir aussi :

2  0  
mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 15232 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 14 commentaires
  Penn Kaled
  le Dimanche 9 janvier 2022 10:40
Pour info je lisais google actualités ,j'ai eu l'heureuse surprise de voir votre chronique y figurer ,deuxième titre ,c'est une première .
(2) 
  Ker
  le Dimanche 9 janvier 2022 18:23
Renée étant née le 25 octobre 1510 et Anne étant morte le 9 janvier 1514, Renée avait un peu plus de 3 ans et quelques mois à la mort de sa mère, et pas 2 ans comme indiqué au début de l'article. Aussi, affirmer que François Ier a spécifiquement brulé le testament est plus une supposition qu'autre chose, ce qui est certain c'est qu'il l'a dissimulé à Renée : elle n'a pu consulter ni le testament d'Anne de Bretagne, ni celui de Louis XII (voir sur Gallica, "Procès de Renée de France, dame de Montargis, contre Charles IX, par le Bon de Girardot, p.12 (voir le site) ).
Il est dommage, en outre, de ne pas illustrer l'article avec le portrait de Renée de France par Clouet, ça aurait ajouté au propos. Pour celles et ceux que ça intéresse, un livre recueil sur Renée de France est sorti l'année dernière en anglais : "
Representing the Life and Legacy of Renée de France, from fille de France to dowager duchess", et il existe également une modélisation 3D des jardins qu'elle a fait faire en son château de Montargis, "Montargis 3D" : (voir le site) ).
(0) 
  Ker
  le Dimanche 9 janvier 2022 18:34
Après simple recherche, le portrait de Renée qui illustre l'article et la couverture du livre de Simonetta Carr doit être de Emanuele Taglietti (sa signature apparaissant sur l'image complète), comme indiqué sur le site de Simonetta Carr ( (voir le site) ).
(0) 
  Jack Le Guen
  le Lundi 10 janvier 2022 08:51
Que Francois 1er ait brûlé le testament ou qu’il s’en soit servi « aux toilettes » n’a aucune importance. Oui, il a fait disparaitre ce document. Le fait est qu’il a ignoré son contenu et que Renée n’a jamais été informée de ses droits et en particulier que c’était elle la duchesse de Bretagne est incontestable. Il n’y a bien sûr aucune trace de ce document aux archives nationales.
(0) 
  Alter Écho & Ego machin
  le Lundi 10 janvier 2022 10:47
Et donc Jack Le Guen?...
(0) 
  Jack Le Guen
  le Mercredi 12 janvier 2022 09:39
@ Alter (voir le site)
Voir par exemple le jugement sur les Minquiers (voir le site)
(1) 
  le bris jonathan
  le Mercredi 12 janvier 2022 13:11
L'original du contrat a été conservé , au 18 è siècle dans le fonds de la chambre des comptes installée a Nantes, Il a disparu a l'occasion des tris et destructions opérés a la révolution française..
Pour preuve , la réponse du directeur des archives départementales de Loire-Atlantique ( Mr Philippe Charon) suite a courrier et recherches visant a retrouver ce document .
Nous reste la retranscription de ce contrat dans les Mémoires pour servir de preuves a l'histoire ecclésiastique et civile de Bretagne , Dom Hyacinthe Morice, tome 3
(2) 
  Alliance souverainiste Bretonne
  le Dimanche 16 janvier 2022 12:17
Merci à Philippe de nous faire revivre cette histoire . La spoliation de ces droits par la destruction de ce testament a encore des incidences aujourd'hui sur le statut de notre région .
(1) 
  Alter Écho & Ego machin
  le Mardi 18 janvier 2022 10:45
Jack Le Guen, je suis allé sur ce site, je n'ai pas trouvé quoi que ce soit sur Les Minquiers.
Comme je ne voyais pas les relations éventuelles entre les Minquiers et Renée de BRETAGNE, je n'ai pas insisté.
Merci, tout de même
(0) 
  Jack Le Guen
  le Mardi 18 janvier 2022 16:09
@Alter . Ca s’est passé avant l’internet. La cour internationale a décidé que l’archipel des Minquiers appartenait à l’Angleterre et non pas à la France et ceci basé sur des traités d’avant la révolution.
(0) 
  Alter Écho & Ego machin
  le Mercredi 19 janvier 2022 11:14
Trugarez deoc'h Jack Le Guen.
(0) 
  Alain E. VALLÉE
  le Dimanche 13 février 2022 23:06
Quels sont, aujourd'hui, les descendants de Renée, Duchesse de Bretagne, spoliée par François 1er ?
AV
(0) 
  Pierre robes
  le Vendredi 4 mars 2022 13:16
Le roi de France François 1er à brûlé le testament puis fait ce qu'on appelle un coup d'état contre le duché de Bretaigne en août 1532 en envoyant son officier menacer les députés bretons à VANNES. Comme le fait aujourd'hui la Russie en Ukraine. Le roi expliquant que le pays des bretons lui appartenait comme le fait POUTINE.
(0) 
  Autret Georges
  le Lundi 4 avril 2022 13:41
Nous savons bien que l'histoire se raconte selon son impression et la tendance de son parti. Je confirme bien que François I était un usurpateur, un vaniteux, félon pour remettre ses propres enfants François II et Henri II en prison et contredire à l'Empire Charles Quinto de sa mauvaise parole. Les enfants ont soufferts autant que la Duchesse Renée son épouse dont il fut le premier à créer les Poules pondeuses. Pour le reste, l'histoire ne se connait pas forcement dans des des ouvrages. Seul César raconté son histoire. François I était de la même sorte d'individu. Pour en finir, sa mort ne fût pas rose, lorsque l'on fait du mal, on meurt par le mal. Surtout du postérieur. Ami François, bienvenu en enfer, il est le premier à massacrer les Protestant de Mérindol au printemps 1445 dans le massif du Liberon. Amen
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 0 multiplié par 5 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.