Francisation, anglicisation des noms de lieux de Vannes

-- Politique --

Communiqué de presse de Parti Breton
Porte-parole: Sébastien Girard

Publié le 8/08/16 23:28 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Le programme «Residence Inside», rue des Grandes Murailles, à la place de l’ancien site des Restos du Coeur en centre-ville, les futurs immeubles « Urban Parc » à Bernus à côté de l’appellation très méditerranéenne «Les Hauts de Bernus»… Ces noms s’ajoutent à une vaste opération de débretonnisation des noms de lieux dans l’agglomération vannetaise, pratique généralisée dans l’ensemble de la Bretagne plus ou moins accentuée selon les villes.

On avait déjà des «Green Village» à l’Est de la ville ou la «villa bleue» pour le breton «Kerglas/kerc’hlas», le «Coin du Bois» pour la traduction littérale du breton «Korn ar C’hoed» : après la francisation, l’anglicisation est en cours.

Certes, grâce à de nombreuses associations culturelles et militantes, la langue bretonne commence enfin à apparaître sur la signalétique urbaine mais ces avancées n’ont de sens que dans une politique culturelle et linguistique cohérente, s’inscrivant dans l’Histoire, notamment celle de la toponymie.

Bretonniser hors sol donne du grain à moudre aux opposants à une politique linguistique bretonne. Ces derniers sont très regardants, écoutés, quant à la traduction bretonne de la signalétique, n’ayant souvent que peu de connaissances en la matière et bien moins titillants quant à l’acceptation de la francisation ou de l’anglicisation « chimique » des noms de lieux.

À l’heure où des élus sont prêts à abandonner sans vergogne le nom de leur commune pour une fusion, en cédant ainsi au chantage très politique des dotations de l’État (le maigre retour de nos impôts dans nos collectivités) ; alors même que des grandes régions insipides voient le jour, il est primordial de redonner des repères culturels et historiques aux générations actuelles et futures.

Ce n’est pas aux promoteurs immobiliers de faire la loi dans nos territoires. Il ne leur appartient pas de nommer nos rues, nos parcelles de terrain, pas plus que la Bretagne ne doit être vendue au plus offrant par leurs soins.

Ces lieux appartiennent à l’Histoire, autrement dit au peuple et à son identité collective. Chaque parcelle a un nom en breton depuis plusieurs siècles.

Le Parti Breton s’engagera à faire respecter un droit foncier inaliénable aux citoyens bretons. L’être humain a besoin de repères pour s’épanouir. Ce sont ces repères dont tout nouveau résident en Bretagne a besoin pour s’intégrer.

La nature n’aime pas le vide, l’absence de références culturelles engendre les conflits de civilisation qui ponctuent la triste actualité.

Pour la Fédération du Haut-Vannetais du Parti Breton

Bertrand Deléon


Voir aussi :

Cet article a fait l'objet de 1179 lectures.
mailbox imprimer
Le Parti Breton a pour but de rassembler, d'unir et d'organiser tous les bretons et amis de la Bretagne décidés à réveiller la conscience nationale du Peuple Breton afin que celui-ci se dote enfin des structures politiques, économiques, sociales et culturelles lui permettant d'assurer en tant qu'entité internationalement reconnue, son avenir et son épanouissement dans le cadre d'une Europe des Peuples et de la Solidarité

Vos commentaires :

Lucien Le Mahre
Mardi 9 août 2016

Mode en vogue à " Versailles" (je parle de la capitale du Pouvoir Central et non de la ville des Parisiens) et relayée avec délice par tous les suivistes dans le vent, amateurs de tendances et autres feux follets.

"La Province" (amalgamée jusque dans l' expression en un tout indistinct) étant considérée par cette "élite" à la page (ou plutôt "in") comme une cambrousse retardataire aspirant au modèle fascinant qu'elle incarne et surplombe en sa ville-lumière, son admiration à elle, en tant que modèle français insurpassable, va comme toujours et sans trop se soucier de nuances, vers une Force et une Puissance supérieures.

Ici la Puissance suzeraine du modèle américain, allégeance mentale justifié au départ par les démocratiques vainqueurs de la Libération et fortifiée depuis par le dynamisme du modèle mais aussi par la dépendance culturelle négociée dans l'après-guerre.

Ce sont les forts politiquement qui imposent leur langue, pas seulement par la force, mais souvent en suscitant l'imitation volontaire.

Ainsi ce matin même, aux actualités des JO, le présentateur s'enthousiasme pour une nouvelle méthode de "cupping" (il prononce coupinng ! ) dont bénéficient les nageurs américains et qui leur laisse de mystérieuses taches brunes sur les épaules. On s'attend donc à un procédé révolutionnaire ( comme l'Amérique en a le secret !) jusqu'au moment où on s'aperçoit qu'il s'agit ni plus ni moins de la pose de ventouses comme le faisaient nos grands-mères et avant elles, les guérisseurs des siècles passés !

Suivons l'affaire : le cupping glass ( ventouse,) et le "cupping"(pose de ventouses) viennent de faire irruption dans le français médiatique et, les choses étant ainsi que l'article nous les montrent, la Bretagne n'est absolument pas sûre d'y échapper !

bruno le gras
Mardi 9 août 2016

bonjour,

bravo pour ce coup de gueule mais puissiez-vous être entendu de nos élus ou mieux de nos compatriotes qui devraient vous élire tant il est vrai que même_surtout?_ bretonnants, nos dits élus s'acharnent à débretonniser leur territoire pour la meilleure compréhension des nouveaux facteurs d'origine française (non bretonne) ou pour les habitants nouvellement arrivés d'autres régions et qui, pour certains, aspirent à l'uniformité d'une République une et indivisible niant ses différences internes quand elle encourage en même temps le respect de celles-ci à l'étranger par le rôle d'immixtion qu'elle se donne dans les affaires intérieures de certains autres pays pourtant souverains

bruno le gras
Mardi 9 août 2016

bonjour,

bravo pour ce coup de gueule mais puissiez-vous être entendu de nos élus ou mieux de nos compatriotes qui devraient vous élire tant il est vrai que même_surtout?_ bretonnants, nos dits élus s'acharnent à débretonniser leur territoire pour la meilleure compréhension des nouveaux facteurs d'origine française (non bretonne) ou pour les habitants nouvellement arrivés d'autres régions et qui, pour certains, aspirent à l'uniformité d'une République une et indivisible niant ses différences internes quand elle encourage en même temps le respect de celles-ci à l'étranger par le rôle d'immixtion qu'elle se donne dans les affaires intérieures de certains autres pays pourtant souverains

Loïc.L
Samedi 13 août 2016

Récemment j'ai vu un reportage sur l'archéologie allemande pendant la deuxième guerre mondiale: Le Reich accordait beaucoup d'importance sur ces travaux et les finançait largement. Mais le but final n'était pas d'apporter une connaissance sur les raisons et méthodes pour ériger des menhir, dolmens et autres cairn (par exemple). Non. Le but était de justifier - a posteriori du coup- l'invasion allemande de toute l'europe en expliquant que les germains étaient à l'origine de ces mégalithes (exemple parmi d'autres). Ils auraient fait de même avec l'histoire de France Charlemagne dont le "QG" était à Aix-la-chapelle, actuellement en allemagne. Ils auraient dit que c'était un roi allemand, et que par conséquent ...etc.

Le but est ici le même, modifier les liens avec le passé, pour en supprimer la réalité tangible.

AFB-EKB
Mardi 3 avril 2018

Deléon met le doigt sur une tendance, bien française d'esprit, observée un peu partout en Bretagne: sous couvert que "tout le monde comprenne" détruire les toponymes originels et mettre en place une "toponymie" standardisée.

A nous , militants bretons de réagir AVEC PRAGMATISME.

Pour ce qui concerne Gwened trois actions emblèmatiques à réaliser:

-débaptiser la place Gambetta et la renommer Place Tristan Corbière (allusion à son poème "Conlie").

-exiger des dirigeants du réseau de transport urbain que l'on cesse de prononcer "Poulfan" au lieu de "Poul fank".

-rétablir sur ces mèmes bus la signalisation "Fourchenn" au lieu de la présente "Fourchêne".

Ces actions devraient se faire avec campagne d'explication et en liaison avec la municipalité.

Il serait bon par ailleurs de s'adresser à u groupement de promoteurs pour les inciter à avoir un peu plus d'imagination et à respecter la toponymie locale de langue vannetaise..

Jacques
Vendredi 18 octobre 2019

Justement, l'identité bretonne pose problème à la République tout comme il existe une tendance plus générale à la destruction de l'identité occidentale.

J'ai lu un article du ''Parisien'' (de mémoire) qui faisait un parallèle avec le fait qu'à Paris des noms de rue sont anglicisés.

Hidalgo, la maire de Paris, n'a t-elle pas dit que l'identité des Parisiens était plus proche de celles des habitants des autres capitales du monde que des habitants de France...?

(Comprendre : que la capitale de France ait une identité française, c'est ringard, c'est le passé... Elle doit avoir une identité universelle...)

Partout en occident, l'identité est remise en question... un phénomène qui n'existe ni en Asie, ni en Afrique, ni au moyen-orient...

Pratiquement tous les pays occidentaux font la promotion du multiculturalisme (je ne parle pas d'un multiculturalisme entre européens mais bien avec d'autres peuples du monde). Or, si humainement et universellement la tendance avait un sens, nous verrions les autres cultures (largement majoritaire en nombre aux occidentaux) de ce monde procéder de la même manière et ce n'est pas le cas (même nos amis Kurdes prétendument hyper-progressistes sont accusés par Amnistie International d'épuration ethnique par déplacement des populations... On n'a jamais vu le PKK ou l'YPG remettre en question l'identité Kurde, sa langue, sa religion, ses traditions pour s'ouvrir à un monde universel).

En clair, l'occident est malade...

Et de tous les pays occidentaux malades, la Bretagne fait parti des cas les plus critiques.

Si la langue est un minimum défendu... ce que l'on appelle le Mouvement Breton est particulièrement retissant à transmettre aux enfants de Bretagne leur histoire et leurs traditions (même dans les écoles bilingues)...

Dans quelques jours, c'est le nouvel an celtique, la fête de la Samain...

Combien d'écoles bilingues vont célébrer cette fête en imitant la tradition américaine mercantile sans même évoquer aux enfants la tradition bretonne remontant aux racines culturelles de l'Europe...?

(Voir internet : bcp d'article pour nous parler de l'Irlande, peu pour évoquer la Bretagne : alors que la Samain était encore fêtée par nombre de nos grands parents... et peut-être plus qu'en Irlande : comme la langue et la religion, les traditions ont été mises à la poubelle).

On me dira : c'est un sujet différent de celui des noms de rue...

NON, c'est exactement la même chose... : l'oublie volontaire d'une identité pour substituer une autre...!

Comme le dit ''Bruno le Gras'' : ''puissiez-vous être entendu de nos élus...''

Sauf qu'une majorité écrasante des militants bretons ont votés pour ces élus afin qu'ils nous représentent...

Ne nous trompons pas, nous aussi les Bretons participons activement à cette destruction d'identité... Principalement, les militants bretons progressistes... qui ont le ''c.. entre 2 chaises'' entre la défense de la Bretagne et le phantasme d'un monde universel lissé...

Un monde sans identité dont les premiers bénéficiaires sont les entreprises internationales, de ce que nos progressistes appellent le ''grand capital''...

Donc, la majorité des défenseurs de la Bretagne sont également ceux qui la livrent à ce capitalisme aveugle et apatride car sans identité... (pour mémoire : la quasi totalité du mouvement breton a voté Macron... l'homme de ce capitalisme sans identité).

Encore une fois, le problème et les solutions sont de chez nous... avant d'être d'ailleurs...

Il est temps d'avoir les idées claires en Bretagne...

Écrire un commentaire :

ANTI-SPAM : Combien font 6 multiplié par 7 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.