Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Depeche -
France 5 : bienvenue en Ploukistan !
Une équipe de France 5 est venue filmer lors du festival Taol Kurun à Quimperlé. Alors que deux candidates s'interpellent gaiement en breton l'un des deux professionnels de la télévision, en train de filmer, dit : "Excusez-nous, mais évitez de parler patois, le breton est une langue morte", et il coupe la caméra.
Fanny Chauffin pour Kerne Multimédia le 16/01/17 9:10
:
Réalisation :

Une équipe de France 5 est venue filmer le septième concours d'épluchage de pommes de terre du festival Taol Kurun à Quimperlé. Jusque là, tout va bien...

Mais, alors que deux candidates s'interpellent gaiement en breton sur l'épaisseur des épluchures, l'un des deux professionnels de la télévision, en train de filmer, dit : "Excusez-nous, mais évitez de parler patois, le breton est une langue morte", et il coupe la caméra. De là, quelques réponses un peu acerbes : "euh... Monsieur, le breton est une langue qui a été écrite avant le français..., il y a aujourd'hui 120.000 personnes qui la parlent.. "

Non contents d'en rester là, ils ajoutent à qui veut l'entendre que le breton est une langue morte, que ça ne les intéresse pas du tout. Ils filment cependant l'équipe organisatrice du concours, dont deux ne cessent de parler breton entre elles. Et ils répètent leur litanie...

Une militante va discuter avec eux : "si nous parlions kurde ou wolof, vous n'oseriez pas dire ça...". Pourtant, ils viennent de Concarneau et Nantes.

Aussi, sans doute étaient-ils venus filmer pour montrer à quel point les ploucs sont ploucs, alors qu'à Taol Kurun justement, ils savent rire de tout, sont prêts à discuter, du moment qu'on respecte la langue que l'on parle ici, le fait que des enfants scolarisés à Diwan vivent en immersion, que des parents et des grands-parents parlent à la maison, alors que dans le fest deiz, des chanteurs font danser dans cette langue...

Et quand ils répondent "c'était pour rire", c'est difficile de les croire...

Aussi regardez attentivement ce qu'ils vont servir comme reportage à "Partagez vos fleurs". Voici le lien : (voir le site)

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 2892 lectures.
Youtubeuse, docteure d'Etat en breton-celtique à l'Université Rennes 2 / Haute Bretagne, enseignante, militante des droits humains à Cent pour un toit Pays de Quimperlé, des langues de Bretagne avec Diwan, Aita, GBB, ...., féministe, enseignante, vidéaste, réalisatrice, conteuse, chanteuse, comédienne amateure, responsable depuis vingt ans du concours de haikus de Taol Kurun, des prix littéraires Priz ar Vugale et Priz ar Yaouankiz, ...
Voir tous les articles de Kerne Multimédia
Vos 10 commentaires :
Lucien Le Mahre Le Lundi 16 janvier 2017 11:17
Quel casse-tête ! Récapitulons.
D’après ces énergumènes d’une logique implacable comme chacun peut facilement le constater,
une "langue morte " serait donc une langue qui vit malgré tout encore puisqu’on lui demande de se taire,
mais qu’on préfère quand même déclasser en "patois", par ignorance mais aussi par précaution, on ne sait jamais, au cas où le cadavre bougerait encore, et qu’on n’a surtout pas envie d’entendre, sans doute pour ne pas avoir à remettre en question le préjugé avec lequel on est arrivé et avec lequel on compte bien repartir sans y laisser la moindre plume.
Non mais des fois !
Heureusement qu'il ne s'agissait, parait-il, que d'un hilarant Poisson d'Avril - légèrement hors saison il est vrai -mais dont tous n'avaient pas réussi à saisir la finesse et subtilité !
(0) 

Jacques Le Lundi 16 janvier 2017 12:34
Bien oui, c'est un racisme officiellement accepté en République et en Bretagne!
Racisme au sens de la définition des textes juridiques européens sur les droits de l'homme que les Bretons militants (majoritairement de gauche) font semblant de ne pas connaître (vu que ces textes ne sont jamais évoqués...)!
Depuis peu dans le milieu breton, les mots "racisme" et "discrimination" commencent à faire leur apparition vis à vis des actes anti-bretons!
Est-ce le début d'une prise de conscience que le monde existe en dehors de l'idéologie?
Car à preuve du contraire, le mouvement breton actuel vote majoritairement pour ceux qui défendent par leurs actes ce principe de racisme!!!
PS : Diwan c'est 120 bacheliers, la population de Bretagne c'est 4,6 millions d'individus...!
Actuellement, l' "immersif français" est imposé par l'école publique française à la majorité des enfants de Bretagne et l' "immersif breton" toléré sous statut privé précaire!
Ce qui est une violation majeure des droits de l'homme et un acte de raciste avéré.
Diwan n'a pas vocation à être l'école privée de tolérance Républicaine pour indiens associatifs et brittophones du Grand-Ouest!
Au contraire, Diwan a vocation à poser les bases de l'enseignement public de Bretagne sans ingérence française (conformément aux textes sur les droits de l'homme)!
(0) 

Olivier Carré Le Lundi 16 janvier 2017 13:57
Qu'attendre du service public (dénommée télévision/radio gouvernementale dans certains pays) qui moque depuis des années les minorités (les corses sont des maffieux, les alsaciens des nazis, les bretons des alcooliques illettrés).
Dommage qu'on ne puisse pas de désabonner de ce non-service public comme c'est le cas au Royaume-Uni (au moins je ne paierais pas pour me faire insulter)
(0) 

Christine M Le Lundi 16 janvier 2017 15:58
"Dommage qu'on ne puisse pas de désabonner de ce non-service public comme c'est le cas au Royaume-Uni"
Mais bien sûr que oui, on peut !!!
(0) 

boned ruz Le Lundi 16 janvier 2017 22:31
j'ai largué la télé depuis près d'un an...( je regrette de ne pas l'avoir fait plutôt ) et en plus on récupère l'impôt sur les médias... Ben ya e c'hallomp!
(0) 

Luigi Barsagli Le Mardi 17 janvier 2017 00:02
Consternant !!
(0) 

Naon-e-dad Le Mardi 17 janvier 2017 11:18
Révoltant et imbécile.
Révoltant, çà c’est le cœur qui parle…
Imbécile, çà c’est pour l’offense faite à l’intelligence humaine…
Je ne pensais pas qu’à l’heure actuelle on pouvait avoir affaire à des énergumènes de ce calibre. Macron avec son « illettrisme » est largement battu. Pas sûr cependant que ces deux ploucs boboïsés jusqu’à la moëlle aient l’élégance et le courage d’admettre publiquement (par exemple sur ABP) qu’ils se sont fourvoyés à un degré à peine imaginable – Si le monde ne les intéresse pas qu’ils restent dans leur studio et en pantouffles…
Pa soñjan e sellan ouzh an holl chadennoù, ar « 5 » en o zouezh !  A-wezhoù !....Quand je pense qu’il m’arrive de regarder la « 5 »  , parfois! Ma Doue benniget !
(0) 

AEP Skol Diwan KEMPERLE Le Mardi 17 janvier 2017 16:16
Suite à cette "belle" journée, nous sommes à la recherche de contact mail ou téléphone direct de Stéphane Marie ou Carole Tolila animateurs de cette émission...
si quelqu'un ou quelqu'une à des contacts merci de nous les indiquer... kemperlediwan [at] gmail.com
(0) 

Le Gall François Le Mercredi 18 janvier 2017 13:11
Comme disent les Polonais : Il arrive un moment où seuls les coups de poing permettent de faire entendre raison...
(0) 

Jean- frédéric Brun Le Vendredi 5 mai 2017 20:32
Amis bretons vous avez raison de prendre très mal cette répugnante histoire. La diversité linguistique est la défense de la richesse de l'esprit humain, vouloir que des langues soient mortes est une monstruosité bien qu'en France cela paraisse tout à fait légitime. Vu de l'étranger personne ne comprend que le pays qui s'autoproclame "des droits de l'homme" prone la destruction des langues de son territoire. Tout simplement ça rend ce slogan non crédible. Continuons à faire vivre de plus en plus nos langues qui sont encore plus précieuses que telle ou telle espèce de coléoptère ou de batracien 'lesquelles sont également à défendre)...
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font 4 multiplié par 0 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons