Fidelio de Beethoven joué à Rennes

Date de l'évènement : le 15/03/2017 à
De la gauche : Olivia Doray(  Marzelline) ; Anton Keremidtchiev (Don Pizzaro); Claudia Iten ( Leonore); Grant LLewellyn ( directeur musicale); 
Martin Homrich ( Florestan); Christian Hubner ( Rocco)
De la gauche : Olivia Doray( Marzelline) ; Anton Keremidtchiev (Don Pizzaro); Claudia Iten ( Leonore); Grant LLewellyn ( directeur musicale); Martin Homrich ( Florestan); Christian Hubner ( Rocco)

L'Opéra de Rennes présente du mercredi 15 mars au vendredi 21 mars, " Fidelio " de Beethoven selon le livret de Joseph Ferdinand Van Sonnleithner. Ce compositeur a travaillé pendant dix ans sur cet unique et parfait chef d'oeuvre. Il a été joué pour la première fois à Vienne en novembre 1805. L'opéra est basé sur la pièce de Jean-Nicolas Bouilly " Léonore ou l'amour conjugal ".

Beethoven, par le combat de son héroïne Léonore, montre que des valeurs comme l'amour, la liberté, la fraternité sont les plus importantes dans la vie d'un individu ou d'une nation et qu'elles peuvent changer l'histoire.

Léonore cherche en vain son époux Florestan qui a disparu depuis plusieurs jours. Dans un pays imaginaire, sous le régime de la dictature d'un certain Don Pizzaro, les disparitions de ceux qui se battent pour la liberté arrivent souvent. L'homme a été arrêté et placé en prison, où les gens meurent de faim. Sa fidèle épouse ne voit qu'une seule solution : elle se déguise avec des vêtements d'homme et devient l'assistante du gardien pour sauver l'amour de sa vie.
Les événements de la Révolution Française ont inspiré ce génie de la musique pour créer cet opéra.
Deux siècles après son écriture, cette pièce reste toujours actuelle car, aujourd'hui encore, des dictateurs sont stoppés après une révolution. Il faut donc toujours conserver l'espoir que la paix et l'amour triomphent.
Une des scènes les plus fortes de cet opéra est le moment de la marche des prisonniers ; la mise en scène est parfaite et a été confiée à Philippe Miesch.
Le directeur musical de cet opéra est Grant Llewelyn, qui dirige l'Orchestre Symphonique de Bretagne.
Dans la peau de Léonore, on peut admirer la magnifique soprano Claudia Iten. L'artiste a été invitée à plusieurs reprises pour jouer Léonore.
Le personnage de Florestan est incarné par Martin Homrich, ténor.
Le dictateur Don Pizzaro est interprété par Anton Keremidchiev qui nous charme avec son magnifique baryton.
Le spectacle est chanté en allemand, surtitré en français.

(voir le site)

Voir aussi : Rossini pour la cause des femmes dans l'opéra "L'Italienne à Alger" par Agnieszka Misiura
Voir aussi : L'opéra L'Italienne à Alger va bientôt être joué à Rennes par Agnieszka Misiura
Voir aussi : Opéra au cinéma : Werther, musique de Massenet par Cinéma sainte Barbe

mailboxEnvoyer par courriel imprimerImprimer

Auteur de l'article :

Agnieszka Misiura

Journaliste-photographe ABP pour Rennes

Vos commentaires :

Écrire un commentaire :

Bien cliquer sur le bouton JE SUIS PAS UN ROBOT. Le trolling est interdit ainsi que les attaques personnelles ou tout ce qui est contraire aux lois en vigueur !
Attention : A cause des spammeurs et des publicités non-sollicitées ou de la simple propagande, les liens (URL) ne sont pas autorisés dans les commentaires.

Publicités et partenariat

pub