-- Politique --

Exposition et animations à Haute-Goulaine pour commémorer la fin de la Grande guerre

Date de l'évènement : le 05/11/2018 à 19 h
Cliquer sur la photo pour l'agrandir, puis flèches clavier pour naviguer (15 photos)

Mise à jour de 7 planches de la bande dessinée le 24 octobre.

46039_1.jpg1-Affiche de la commémoration à Haute-Goulaine.

Organisée par la commune de Haute-Goulaine dans la «salle du Muguet» au centre du bourg, du mardi 6 au samedi 10 novembre, de 10 h à 18 h sans interruption, elle est complétée par un riche programme d'activités, toutes gratuites.

Le programme des activités du 5 au 11 novembre

- Lundi 5 novembre à 19 h au cinéma Le Quatrain, projection du film Au revoir là-haut ;

- Mardi 6 novembre : exposition ouverte au public du mardi 6 au samedi 10 novembre, de 10 h à 18 h, salle du Muguet (inauguration à 18 h 30), entrée libre ;

- Jeudi 8 novembre : animation à la bibliothèque avec les scolaires ;

- Samedi 10 novembre à 18 h clôture de l'exposition ;

- Dimanche 11 novembre à 11 h cérémonie au monument aux morts, précédée d'une messe à 9 h 30.

Les organisateurs précisent : Un parcours mémoire illustrant le visage de la commune de Haute-Goulaine au début du XXe siècle sera installé sur des lieux caractéristiques, du 1er au 12 novembre.

Le film projeté le 5 novembre

Au revoir là-haut est un film de 2017, de 115 minutes. En 2018 il remporta cinq Césars.

Voir la page du film sur wikipédia : . Ce film est l'adaptation du roman éponyme de Pierre Lemaitre, pour lequel il reçut le prix Goncourt en 2013.

de ciao viva la culture où Philippe Descottes donne un long récit du film avec des images (copyright Gaumont).

Le roman

Livre de 576 pages édité chez Albin Michel en août 2013. de l'éditeur, page du livre.

Il reçut la même année le prix Goncourt, le prix du roman France Télévision, le prix littéraire de la ville de Brignolles et le prix des Libraires de Nancy.

L'éditeur propose de feuilleter le livre (cliquer sur Extrait), et donne à lire les p. 43-51 et p. 243-249.

L'éditeur propose aussi l'écoute de 6 minutes de texte lues par Éric Caravaca :

La 4e de couv. ou présentation par l'éditeur : « Pour le commerce, la guerre présente beaucoup d'avantages, même après ». Sur les ruines du plus grand carnage du XXe siècle, deux rescapés des tranchées, passablement abîmés, prennent leur revanche en réalisant une escroquerie aussi spectaculaire qu’amorale. Des sentiers de la gloire à la subversion de la patrie victorieuse, ils vont découvrir que la France ne plaisante pas avec ses morts…

Fresque d’une rare cruauté, remarquable par son architecture et sa puissance d’évocation, Au revoir là-haut, est le grand roman de l’après-guerre de 14, de l’illusion de l’armistice, de l’État qui glorifie ses disparus et se débarrasse de vivants trop encombrants, de l’abomination érigée en vertu.

Pierre Lemaitre compose la grande tragédie de cette génération perdue avec un talent et une maîtrise impressionnants.

Une interview de l'auteur

Dans Le Point, le 5 septembre 2013 :

Extraits :

- «J'ai écrit 22 versions de ce premier chapitre ! Et j'ai eu la chance de pouvoir y mettre côte à côte les trois personnages principaux du livre. Là, je tenais mon histoire», sourit l'auteur qui avait commencé ce roman en 2008 puis l'avait mis de côté pour terminer une trilogie policière. «Il sort à la veille des commémorations de 14-18 [en 2013] mais ce n'est pas un calcul de ma part», assure-t-il.

- «Le titre du livre est emprunté aux derniers mots écrits à sa femme par un poilu, fusillé pour traîtrise en décembre 1914 et réhabilité en janvier 1921».

Le roman en grands caractères

Il a été édité aussi en grands caractères, 848 p. en deux volumes : et https://www.amazon.fr/Au-revoir-l%C3%A0-haut-Pierre-Lemaitre/dp/2369811994 . Ceci est un aperçu de l'édition Format Kindle (2015) de l'éditeur Rue de Sèvres.

La version en bande dessinée

Une bande dessinée de 168 pages est parue le 3 octobre 2015 aux éditions Rue de Sèvres : avec les dessins de Christian de Metter, né en 1968, dont la page wiki n'est pas à jour.

1919. Au sortir de la guerre, la société française peine à ménager une place aux anciens poilus devenus encombrants, et les trafics les moins glorieux vont bon train. Albert Maillard, modeste comptable qui a sauvé la vie d’Édouard Péricourt, jeune fils de bonne famille, juste avant la fin des combats, tente de les faire vivre de retour à Paris. Édouard, défiguré, refuse de reprendre contact avec les siens et imagine une gigantesque arnaque à la nation pour tenter de se projeter dans une vie nouvelle, ailleurs.

L'adaptation en BD du Goncourt le plus vendu de ces dernières années. Un récit sous tension, fidèle au style de Pierre Lemaitre. Une mise en images de haut vol par Christian de Metter pour retracer la vie de deux anciens poilus au sortir de la guerre.

Philippe Torreton fut sollicité pour en écrire la préface, en tant qu'interprète du rôle-titre du film Capitaine Conan de Bertrand Tavernier évoquant un épisode peu connu de la Première Guerre mondiale puisqu’il se passe en 1919 et qui était l'adaptation du roman de même titre de Roger Vercel. Il déclara : Ce n'est pas une BD c'est un scanner !

Voir aussi :

mailbox imprimer

Correspondante ABP depuis février 2007.

Vos commentaires :

Écrire un commentaire :

ANTI-SPAM : Combien font 7 multiplié par 3 ?

Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.