Export : Copex renforce sa présence sur le marché australien en y vendant une nouvelle presse-cisaille

-- Economie --

Communiqué de presse de VinciCom
Porte-parole: Relations presse VinciCom

Publié le 29/04/16 20:51 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Au moment où le gouvernement annonce que la DCNS a été choisie par l’Australie pour lui fournir 12 sous-marins, la PME bretonne Copex recevait une nouvelle commande de presse cisaille Reflex 650 de la part de son client australien Sims Metal Management. Il s’agit de la 12e machine que Copex livrera au leader australien du recyclage des métaux et des D3E (1) et de la 15e en Australie depuis 2002.

(1) déchets d’équipements électriques et électroniques

Le ministre de la Défense et président de la région Bretagne Jean-Yves Le Drian, a déclaré que « La France industrielle est très vivante, elle peut se projeter à l’étranger, gagner des marchés que certains estimaient impossibles ». Or l’industriel Copex, basé à Caudan dans le Morbihan, n’a pas attendu la commande des 12 sous-marins qui lie désormais la DCNS à l’Australie, pour investir le marché australien. En quatorze ans, la PME bretonne y a vendu 14 machines et vient de recevoir la commande d’une 15e de la part de Sims Metal Management, leader australien du recyclage des métaux et des DEEE.

« Je suis très heureux du succès commercial majeur que représente cette vente record de sous-marins pour la France. Cela va j’en suis sûr, renforcer encore plus les liens économiques entre nos deux pays, se félicite Frédéric Malin, PDG de Copex.

Mais je suis fier aussi de contribuer à ma mesure, au succès des entreprises françaises sur un territoire si loin de nos bases ».

Copex a vendu sa première machine en Australie en 2002 et y a noué des liens importants, notamment en signant dès 2006 un partenariat avec l’entreprise Pacific Materials Handling (PMH) tant pour la vente des machines Copex que pour en assurer le Service après-vente.

La nouvelle machine vendue en début de semaine par Copex sera installée à Darwin durant l’été.

Partenaire commerciale privilégiée du groupe australien Sims, la PME bretonne lui aura donc fourni 12 machines au total (comme le nombre de sous-marins), dont une très grosse presse cisaille Lidex de 1300 tonnes de force de coupe.

En incluant les autres contrats commerciaux remportés en Australie, Copex totalise avec cette nouvelle vente une 15è référence sur le sol australien.

« Les Australiens sont nos partenaires depuis de très nombreuses années, poursuit Frédéric Malin. Ils apprécient la qualité de nos fabrications, l’amitié est venue ensuite renforcer nos liens ».

À propos de Copex

Créée en 1948, Copex s'est spécialisée dans la conception et la fabrication de presses hydrauliques destinées aux recycleurs de ferrailles et métaux, se tournant vers les applications au secteur nucléaire en 1988 et le développement de presses pour ordures ménagères en 1990. Avec plus de 800 machines en fonctionnement à travers le monde, Copex propose des presses cisailles, des presses à paqueter et des presses à balles, destinées au recyclage des ferrailles, métaux ferreux et non ferreux, et au traitement des déchets ménagers, industriels et nucléaires. PME indépendante, détenue depuis 1998 à 70 % par son président Frédéric Malin et à 30 % par Ouest Croissance, Copex réalise 50 % de son chiffre d'affaires à l'exportation et fabrique ses équipements sur son site de Caudan (Morbihan), où sont employées 70 personnes.

(voir le site)

Contact Presse

Christelle Roignant

02 97 29 07 74 / 06 83 81 61 61

presse [at] vincicom.com

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Agence de communication globale, relations presse/médias et production de contenus.
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 2 multiplié par 0 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.