Evénement : des cornemuses « Fañch Gourvès » venues d’Ecosse !
Reportage photos de J-L Le Floc'h

Publié le 18/10/21 16:58 -- mis à jour le 18/10/21 19:00

Le bois des bourdons vient d’Afrique, l’air est universel, la musique vient de Bretagne et vient d’Ecosse. Depuis des siècles.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous !

Un concert événement pour les instrumentistes.

Depuis 1972, Fañch Gourvès fabriquait de façon artisanale, dans son pays de Lorient, des cornemuses appréciées pour leur timbre particulier. Désormais, elles sont fabriquées chez le plus grand facteur écossais, l’entreprise McCallum, dans la région de Glasgow. Et c’est pour fêter l’arrivée d’un premier lot d’instruments que le distributeur Ti ar Sonerien de Concarneau a organisé en ce dimanche automnal, dans la salle du Sterenn à Tregunc, un concert inaugural tout à fait remarquable.

Quatre sonneurs solistes, parmi les meilleurs du moment, nous ont fait tour à tour une démonstration éblouissante des possibilités de l’instrument et de leur talent de virtuose. Enchaînements de musique bretonne ou grande musique traditionnelle écossaise, il y avait là de quoi ravir et transporter d’enthousiasme maîtrisé un public attentif de connaisseurs.

Quatre sonneurs virtuoses

Nous avons donc entendu successivement :

. Guillaume Le Bourc’h

. Hervé Le Floc’h

. Alexis Meunier

. Sylvain Hamon

Depuis notre péninsule armoricaine jusqu'aux Hautes Terres écossaises (les somptueuses Highlands), quel voyage sonore !... culturel, distillé avec un art à son sommet ! Faut-il parler de plaisir ou de gravité, ou les deux ?

La cornemuse, un instrument exigeant et expressif.

Exposé à ce paysage sonore, le spectateur même peu averti perçoit graduellement à quel point la cornemuse est un instrument qui sollicite l’entièreté de l’humanité du sonneur. La tête, pour la mémorisation et l’intelligence de la pièce mélodique, les doigts pour l’agilité et le rythme de l’exécution, le souffle enfin, contrôlé et savamment dosé en puissance et en durée, jailli du cœur de l’homme et qui anime les trois bourdons.

Ceux qui ont inventé cet instrument et l’ont porté à ce niveau de perfection, au fil des siècles, nous disent quelque chose de notre humanité. Ils méritent notre respect. Surtout, ils contribuent à faire naître un moment précieux. Un moment partagé, et porteur de la sensation du temps, dans la longue chaîne humaine. La cornemuse est un instrument qui relie notre époque à celles qui l’ont précédée, et à celles qui suivront. Car à dire vrai, elle n’a pas d’âge.

Mc Callum et Ti ar Sonerien, en partenariat pour produire et distribuer les cornemuses « Fañch Gourvès ».

Outre les sonneurs sur scène, étaient présents deux personnalités :

. Kenny Mc Leod, Managing Sales Director chez Mc Callum

. Fañch Gourvès, discrètement assis dans le public et à qui fut remis, par Yann Peillet de Ti ar Sonerien, un tableau représentant une partition musicale.

Merci à tous les acteurs de ce splendide concert et moment de convivialité. Puissent les photos prises à cette occasion susciter de jeunes talents et donner l’envie à des Bretons et des Bretonnes de se lancer dans cette formidable aventure musicale, nimbée d’embruns et de crêtes, de souffler dans le sac (c’hwezhañ er sac’h), de s’ancrer dans cette histoire immémoriale, de continuer à la faire vivre, et à l’inventer…

Ra bado pell ar binioù-braz mod « Fañch Gourvès », gante ar sonerezh geltiek. Long life to the « Fañch Gourvès » bagpipes, made in Scotland!

Evit gouzout hiroc’h / pour aller plus loin:

. Sonerien site officiel de Ti ar sonerien (Concarneau, 29)

. McCallum site de MacCallum Bagpipes (en Ecosse)

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Photographe et rédacteur (Bretagne, Cornouaille).
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 8 multiplié par 2 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.