Été des 13 dimanches : Rencontre avec Jean-Paul Ney et Farid Abdelkrim le 10 septembre à Huelgoat
Agenda de Ecole des filles

Publié le 7/09/16 14:02 -- mis à jour le 00/00/00 00:00
Date de l'évènement : le 10/09/2016 à à Huelgoat

Rencontre le 10 septembre à 15 h

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

« Pourquoi ils font le Djihad. Enquête sur la génération Merah »

Qui sont ces ados qui adorent Ben Laden et nourrissent une admiration sans faille aux gangsters, aux terroristes, à Mohamed Merah et à Scarface ? Qui sont ceux qui s'identifient à la cause palestinienne et importent ce conflit en France ?

Parmi eux, des jeunes hommes désemparés, à bout de souffle, que seul les religieux extrémistes reçoivent avec bienveillance, parmi eux, des jeunes désespérés, préférant mourir loin de la France, en Irak ou en Syrie, nouvelles terres de djihad...

L'auteur a plongé discrètement pendant plusieurs années au coeur des gangs, des cités, des prisons, des lieux de culte et des services de police pour mieux comprendre : émeutes, braquages, embuscades, voyoucratie, guerre des gangs, trafics... Il fait ici un rapport sans concessions de ses multiples reportages en immersion totale. Il évoque le face à face avec une jeunesse perdue dans des messages de violence et qui s'identifie elle-même comme "étrangère" à la France.

Jean-Paul Ney est grand reporter, écrivain et producteur, ex-journaliste d'investigation à Canal Plus et France Soir. À l'âge de 18 ans, il fut éducateur sportif en banlieue parisienne. Fin connaisseur des questions de sécurité et de société, ancien otage, il a couvert les conflits d'Afrique et du Moyen-Orient dont la 2e Intifada, la 2e guerre du Liban, la chute du colonel Kadhafi et les guerres secrètes du contre-terrorisme au Sahel. Aujourd'hui, il enseigne le grand reportage et l'investigation dans des écoles de journalisme et a fondé une startup pour venir en aide aux jeunes de tous horizons : KickStarTV, la télévision de demain.

« Pourquoi j'ai cessé d'être islamiste. Itinéraire au coeur de l'Islam de France»

« En cherchant Dieu, à travers l'islam, j'avais fini par trouver l'islamisme. Et cet islamisme, le mien, ici, en France, ne m'a pas conduit à Dieu. Il m'en a éloigné et m'a éloigné de moi-même ». Pourquoi un gamin sans histoire, brillant écolier a-t-il fini par perdre pied ? Est-ce le décès précoce de son père qui va l'enfermer dans la spirale de la délinquance ? La mort tragique d'un jeune de son quartier l'a-t-elle poussé à devenir islamiste ? Éviter les raccourcis, voilà ce à quoi nous invite Farid Abdelkrim en retraçant son itinéraire riche d'enseignements.

D'origine algérienne, Farid Abdelkrim est né le 25 juin 1967 à Nantes. Après des débuts scolaires brillants, il connaîtra, suite au décès de son père en 1980, un véritable échec au collège. Il entre alors dans l'engrenage de la délinquance, avant de rencontrer l'islam, puis l'islamisme des Frères musulmans.

Ses talents d'orateur lui font vite gravir les échelons. Devenu président des Jeunes musulmans de France, il finit par tout plaquer. Aujourd'hui, il écrit des ouvrages sur son parcours et sur l'Islam en France, a monté un spectacle et publie de nombreux articles.

Infos pratiques :

25 rue du Pouly

29690 Huelgoat

+33 (0)2 98 99 75 41

contact [at] ecoledesfilles.org

Retrouvez toute la programmation sur : (voir le site)

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Un début de parcours professionnel comme commissaire-priseur (1986-1993), avec la création de Drouot estimation, et un premier virage pour Françoise Livinec. Elle suit une formation de psychologue tout en étant... vendeuse chez un brocanteur aux "Puces" à Paris. Elle garde même cette activité lorsqu'elle est recrutée par un hôpital psychiatrique. En 2004, elle quitte définitivement le monde médical pour ouvrir la galerie Avenue Matignon à Paris. En 2008, Françoise Livinec investit le garage de la maison de sa grand-mère à Huelgoat. Elle y ouvre une nouvelle galerie. Succès immédiat pour ce qui est devenu la Maison du Lac. Les bénéfices des tableaux vendus sont réinvestis dans l'achat, en 2009, de l'ancienne école des filles. Métamorphosés, les locaux de l'école sont aujourd'hui d'insolites
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 2 multiplié par 0 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.