Eric Tabarly a rendu les Bretons fiers d'être Bretons : Les photos de l'anniversaire
Reportage de Philippe Argouarch

Publié le 19/05/14 2:24 -- mis à jour le 00/00/00 00:00
33878_7.jpg
Le Pen Duick II avec lequel Tabarly a remporté la course en solitaire Plymouth-Newport en 1964. Le Pen Duick II est un bateau de 13 mètres en contreplaqué.

Plusieurs milliers de personnes étaient venues à la Cité de la voile Eric Tabarly, à Lorient, le 18 mai, pour accueillir, sous un soleil magnifique, les cinq "Pen Duick" mythiques d'Eric Tabarly. Le premier "Pen Duick", un magnifique bateau en bois que Tabarly avait hérité de ses parents et sauvé du cimetière marin existe toujours. Il fut construit en 1898 ! Cinq autres "Pen Duick" suivirent, tous de conception révolutionnaire, tant dans les formes que les matériaux. Tous gardaient ce beau nom breton, affectueux et élégant, qui signifie "Petite tête noire", autrement dit, "mésange charbonnière", mais dont l'orthographie correcte devrait être "Penn Duig".

En 1964, il y a 50 ans, le navigateur breton, Eric Tabarly, remportait la course transatlantique à la voile et en solitaire qui part de l'Angleterre, de Plymouth pour rejoindre Newport aux États-Unis. Une victoire qui eut une importante répercussion internationale, car personne n'avait jamais battu les Anglais sur cette traversée. C'était leur pré carré.

Du jour au lendemain, Eric Tabarly devint un héros pour plusieurs générations. Avant cet exploit, personne n'avait donné l'occasion aux Bretons d'être fier d'être breton, sauf peut-être, mais à une échelle beaucoup plus petite, des cyclistes comme Jean Robic ou Louison Bobet.

Avant Eric Tabarly, la voile en tant que sport de masse n'existait pratiquement pas, mais après, non seulement, elle devint un sport populaire, mais les Bretons devinrent les champions planétaires toutes catégories des courses en solitaire. Les Bretons sont héritiers d'une longue tradition maritime et d'un savoir-faire que l'on retrouve aujourd'hui dans les chantiers navals et dans les grandes courses au large comme le Vendée Globe. Ambitieux, ils se sont même mis dans l'idée de s'emparer du Graal de la régate : la mythique Cup of America. L'épopée relancée par Eric Tabarly n'est pas finie.

Philippe Argouarch

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1272 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 0 multiplié par 2 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.