Eric Le Nabour : Retour sur son livre et le Japon
Chronique de Sylvie LE MOËL

Publié le 26/08/15 21:39 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

En toile de fond, servant de prétexte pour initier l'action du roman, puis contribuant à l'accélération les événements et apportant enfin ce « deus ex machina » invisible qui conclut l'histoire, figure la guerre russo-japonaise qui opposa, de Février 1904 à Septembre 1905, l'Empire du Japon à l'Empire de Russie.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

Comme l'explique l'auteur page 248 : « Le 5 septembre fut signé le traité de Portsmouth qui mettait fin à la guerre entre la Russie et Le Japon. Le tsar Nicolas II cédait à son ennemi l'empereur Mutsuhito Port-Arthur, une partie de l'île Sakhaline et reconnaissait son protectorat sur la Corée. Pour le Japon, cette victoire signifiait son entrée dans le sérail des grandes puissances. L'orgueil nippon en fut galvanisé. ».

Ce traité fut l'occasion de grandes réjouissances au Japon mais le héros du roman d'Eric Le Nabour, Martin, ancien étudiant à Nantes et amoureux de la belle Myako Matsuka, ne se joint pas à la liesse populaire : « Étranger il était, étranger il restait à l'âme d'un peuple qu'il avait pourtant appris à aimer sans le juger ». C'est la guerre dans son c½ur, alors qu'il est venu chercher la paix de l'âme au Japon.

Cette guerre se conclut donc le 5 Septembre 1905 (presque 110 ans jour pour jour!), mais quel dénouement pour lui et son idylle ?

A travers une intrigue riche et dense, l'auteur nous entraîne dans une histoire de vengeance, baladant le lecteur de Tokyo à Kyoto, de quartiers chics en lieux de perdition.

Né à Caen mais Breton d'origine, le romancier est l'auteur de plusieurs ouvrages se situant en Bretagne, comme « La Louve de Lorient », « Retour à Tinteniac » ou bien encore « Les ombres de Kervarec ». Grand connaisseur de l'Orient et de l'Extrême-Orient, Eric Le Nabour nous offre sa belle écriture fluide, ouvrant ainsi au fil des pages, quelques portes sur les traditions au Pays du Soleil Levant.

Sylvie LE MOËL

Eric Le Nabour

"La Dame de Kyoto"

Genre: Roman (ce livre n'est toutefois pas une nouveauté dans les librairies, l'objet de l'article étant un coup de projecteur sur le Japon, où sont d'ailleurs installés certains de nos compatriotes Bretons et sur le travail d'Eric Le Nabour)

Editions Calmann-Lévy

Collection « Romans d'Ailleurs » dirigée par Jeannine Balland

350 pages.

EAN : 978 2702143421

Prix : 19,90 Euros

Site de l'éditeur: (voir le site)

Site des Bretons du Japon : (voir le site)


mailbox
imprimer
Sylvie Le Moël coopère depuis 1997 dans la presse bretonne, rédigeant des articles à teneur culturelle, sur des initiatives bretonnes ou des profils de Bretonnes et de Bretons, établis soit localement soit à l'extérieur.
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 9 multiplié par 9 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.