En Bretagne les patriotes même morts sont bannis : nouvelle controverse sur Yann Fouéré

-- Patrimoine --

Dépêche de Philippe Argouarch

Publié le 7/07/12 19:38 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

La famille Fouéré s'est étonnée de l'absence de Yann Fouéré des hommages qui seront rendus lors du prochain Congrès Celtique qui aura lieu du 22 au 28 août à Guingamp. En effet le congrès va rendre hommage à deux grands disparus, Bernard Le Nail (1946-2010) – qui entre autres a contribué 400 articles à Agence Bretagne Presse et a fait partie de notre rédaction – et à Per Denez (1921-2011), tous deux défenseurs de la langue bretonne.

Yann Fouéré (1910-2011) – l'autre grand défenseur du breton et de la Bretagne, avait créé, avec Yann Sohier " Ar Brezhoneg e Skol " dès 1934. Il est cofondateur de la Ligue celtique et du MOB comme du journal " L'avenir de la Bretagne ". Avant tout, il est l'auteur d'un livre qui dérange les jacobins encore aujourd'hui : " L'Europe aux cent drapeaux ". (1)

Un militant breton a suggéré aux organisateurs du Congrès Celtique de prendre des cours de photoshop pour rayer des photos, comme à l’époque de la Pravda, les personnages de l'histoire bretonne qui ne conviendraient pas à la ligne politiquement correct du moment. Nous rappelons que le journal Le Télégramme avait refusé de publier son avis de décès ( voir l'article ) et que le reportage que Fabien Lécuyer avait écrit pour le magazine Bretons, à l'occasion du décès du patriarche de la cause bretonne, fut refusé au dernier moment par le rédacteur en chef de ce mensuel.

(1) Pour la petite histoire, Yann Fouéré, âgé de 100 ans et devenu pratiquement aveugle, se faisait lire ABP tous les soirs par sa fille.

Philippe Argouarch

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1434 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
L'auteur a décidé de ne pas autoriser les commentaires pour cet article.