Emsav : Dictionnaire critique, historique et biographique
Présentation de livre de Christian Rogel

Publié le 13/04/13 13:21 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Georges Cadiou, qui est journaliste de profession, s'essaye à l'Histoire depuis quelques années, de manière honorable, bien qu'à un niveau moins professionnel que Michel Nicolas. Voir ( voir l'article ).

Mais, cela ne dévalue l'intérêt d'un outil de référence qui manquait et fait mieux que compléter les ouvrages du professeur Jean-Loup Avril (Mille Bretons, Le Portes du Large, 2002) qui ne se limitaient pas aux personnalités (pas toutes bretonnes) qui ont eu un lien avec cette vaste mosaïque à dimension variable qui est appelée «Mouvement breton» ou «Emsav».

Curieusement, la préface ne permet pas de saisir quelle délimitation, l'auteur donne à son sujet, puisqu'il donne dans la tautologie, «l'Emsav», c'est un «mouvement politique breton».

C'est en lisant l'ensemble des notices que l'on comprend que l'auteur veut montrer que, lors du «Deuxième Emsav» (1918-1944) et lors de la période actuelle du mouvement breton, qui serait le «Troisième Emsav», les idées de gauche ont toujours été présentes.

Ce n'est pas inattendu de la part d'un adjoint au maire Union démocratique bretonne, à Quimper, et, cela a le mérite d'élargir les perspectives.

Celles-ci sont élargies à souhait, car, Georges Cadiou a rédigé de grands articles, pas toujours très fouillés, sur les concepts politiques qui tiennent au sujet, comme le nationalisme, le régionalisme, l'indépendance, le socialisme, le communisme... et des éclairages historiques sur l'État breton médiéval, la Révolte des Bonnets Rouges (1675), l'Affaire Pontcallec (1718-1719), la République, la Commune de Paris, etc.

Si le «nordisme» est convoqué, à juste titre, pour montrer la proximité de certains membres du Parti national Breton (PNB) avec l'idéologie nazie qui combat une, soi-disant, sécheresse et indolence des pays latins, on ne peut s'empêcher de trouver bizarre cet écho de l' antagonisme que certains croient voir, aujourd'hui, entre l'Allemagne et les «pays du Club Med» (pays méditerranéens, France incluse).

On est étonné de ne trouver aucune mention du «panceltisme», car le néo-druidisme n'a jamais concerné que les trois pays de langue britonnique, or, l'Écosse et l'Irlande, qui ont eu des liens permanents avec la politique bretonne depuis des siècles, ne sont traités que dans des articles courts et peu approfondis.

Le lien entre le panceltisme originel, celui de Taldir, et le régionalisme, alors farouchement antinationaliste et anti-PNB, n'est pas perçu.

Le mérite de Georges Cadiou est de montrer, au fil des biographies, les passerelles qui ont pu s'établir entre contemporains qu'on pouvaient croire indifférents ou opposés les uns aux autres.

Un parcours peu banal est celui de Lucien Divard qui, le 13 juillet 1967, tente le premier attentat connu du Front de libération de la Bretagne (FLB), à La Pâquelais, en Vigneux-de-Bretagne, à peu de distance de l'endroit où doit être construit le nouvel aéroport de Nantes.

Pouvait-on imaginer qu'on le verra, moins de 15 ans plus tard, adjoint radical de gauche au maire socialiste de Saint-Herblain, un certain Jean-Marc Ayrault? Son frère, Lionel, lui aussi ancien membre du FLB, a été, adjoint du maire socialiste de Nantes, Alain Chenard, et a présidé le Mouvement des radicaux de gauche départemental !

Cela confirme que Loire-Atlantique est un lieu majeur du mouvement breton (école d'agriculture de Grand-Jouan, à Nozay, revues littéraires, cercle celtique de Nantes, imprimerie du PNB, Résistance d'un groupe nazairien sous des couleurs bretonnes, bagadoù et fêtes celtiques, Skoazhell Vreizh, votes bretons parfois supérieurs, etc.).

Marcel Cachin, alors directeur de «l'Humanité», écrivait, en 1932, «le mouvement autonomiste breton doit être défendu... le peuple breton recèle une particularité ethique indiscutable, sa langue, son passé millénaire». Il croisera les chefs du PNB, lors de l'enterrement de leur ami commun, Yann Sohier.

Georges Cadiou rappelle une déclaration immortelle de Maurice Thorez, député communiste, qui déclare à la Chambre des Députés en 1931 : «nous réclamons... l'indépendance absolue et inconditionnée du peuple d'Alsace et de Lorraine».

Depuis, les communistes se sont affadis et sont devenus des chantres de l'État-Nation, comme les autres politiciens français.

Gabriel Jaffrès (1905-1958), proche des communistes, disait, en 1937, n'avoir pas peur de l'autonomie de la Bretagne), car, dans ce cas, les communistes auraient «une solution... uniquement inspirée des intérêts du peuple».

L'auteur mentionne que le Parti communiste breton, un groupuscule des années 70, a été fondé par quelques personnalités dissemblables : «Yann-Morvan Gefflot, Kristian Hamon, Youenn Drézen fils, Mériadec de Gouyon-Matignon, Gwenc'hlan Le Scouëzec, Jean-Pierre Vigier et Padrig Montauzier».

Si la moindre tendance de gauche du mouvement breton est décrite, l'auteur a tenté, autant qu'il lui était possible, de traiter ceux qui n'étaient pas ou ne sont pas à gauche, avec une certaine forme d'½cuménisme, qui s'arrête à la collaboration avérée pendant la guerre ou à l'expression des idées racistes.

Il lui suffit, souvent, de citations qui parlent souvent par elles-mêmes. La collaboration de Roparz Hemon est mentionnée, sans accabler l'homme, bien qu'il soit omis de dire qu'il a été acquitté pour l'incrimination principale : «trahison et intelligence avec l'ennemi» et est donc sorti libre du tribunal.

Ce dictionnaire rassemble des informations jusqu'ici dispersées et, s'il y a des erreurs factuelles, elles semblent, a priori, assez peu nombreuses.

Il manque, pour un grand nombre d'articles les informations qu'on aurait aimé avoir (elles ne sont pas facile à trouver) : le statut social et/ou la profession des personnes et, surtout, pourquoi sont-elles rattachables au mouvement breton?

D'après nos informations, un autre dictionnaire du mouvement breton est en préparation et il n'y a pas de doute que, puisque son auteur a eu un parcours politique très différent, il sera très intéressant de comparer le champ politique choisi et les points de vue.

On en saura, sans doute, plus sur les hauts et les bas de l'Union démocratique bretonne...

Georges Cadiou, Emsav, dictionnaire critique, historique et biographique : le mouvement breton de A à Z, Coop Breizh, 2013, 24,90 euros.

Christian Rogel

Christian Rogel

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1295 lectures.
Christian Rogel est spécialiste du livre, de la documentation et de la culture bretonne.
Vos 21 commentaires
Yann Maneguen
2013-04-13 13:39:16
Ce journaliste de gauche (pléonasme dans 90 % des cas...) et même PCF, il ne s'en cache pas, nous a déjà prouvé son parti-pris dans un autre ouvrage 'l'hermine et la croix grammée'...
A mon avis cela augure d'une nouvelle répression venant de la gauche comme à l'occasion du faux attentat de Quévert, l'affaire du skolaj Roparz Hemon et du Geriadur An Here, ur tir groupé en 2001 veant essentiellement de la gauche faussement bretonne qu'il représente très bien.
Donc : poubelle.
(0) 
Jack Leguen
2013-04-13 15:05:20
En parcourant ce livre on a l'impression qu'il y a parmi l'emsav que la gauche, les gens biens quoi, et de l'autre côté, les nazis collaborationnistes que l'auteur a soigneusement déterrés et catalogués en leur donnant une importance qu'ils n'ont jamais eue. Entre les deux, il n'y aurait d'après cette encyclopédie, qu'un vaste désert. De toutes façons, tous les ans on y a droit, il y a un idiot utile qui ressort les épouvantails de l'emsav et il trouve toujours un éditeur pour le publier.
(0) 
Bertrand D.
2013-04-13 15:22:05
Oui, donc encore une belle m... d'un pseudo-historien politique et bien franchouillard. Pas de surprise.
(0) 
Arthur Leroy
2013-04-13 19:35:41
Un tel ouvrage dot chosir, c'est nécessaire et bien entendu discutable... Je viens de survoler ce livre. Il est marqué par les choix politiques et idéologiques de l'auteur, c'est évident et c'est normal. N'est hélas pas historien qui veut et le croisement des sources n'a visiblement pas été fait avec toute l'attention nécessaire ("Testis unus, testis nullus"). Les sources ne sont d'ailleurs pas de même valeur... Un manque de relecture extérieure aussi, probablement. L'auteur n'attribue plus la bombe du Mc Do de Quévert à l'ARB, c'est déjà ça (il ne me semble pas que les lecteurs du "Peuple Breton" aient été informés de l'acquittement définitif des quatre militants jugés pour ces faits, je serai ravi si quelqu'un peut me démentir là-dessus). Deux autres remarques: Denez Riou n'était bien évidemment pas détenu à Ploemeur en 2000, et Stourm ar Brezhoneg n'a jamais revendiqué des panneaux directionnels bilingues.
(0) 
Christian Rogel
2013-04-13 22:03:33
@jack Le Guen
C'est réducteur de dire qu'il y a que 2 catégories de personnes : son principal mérite est justement de faire une place, encore trop modeste, aux régionalistes antinationalistes des années 20 et 30, comme Léon Le Berre, André Degoul, André Dezarrois, Alfred Lajat, Emile Hamonic, Charles Cotonnec et d'autres, qui suivaient Taldir avant la guerre.
A la différence du PNP, qui n'était qu'un groupuscule activiste avec beaucoup de gens passifs, les régionalistes avaient accès aux organes de presse, soit qu'ils les possèdent, soit qu'ils y écrivent régulièrement.
Ils ont, même, lancé des campagnes de presse et, donc, influencé l'opinion bretonne, de manière durable.
Cela ne colle pas à la légende, mais, c'est plus exact.
Beaucoup d'autres notices sont consacrées à des personnes de l'après-guerre, dont bien peu peuvent être classées à l'extrême-droite.
(0) 
Hervé Le Du
2013-04-14 06:50:18
Les régionalistes des années 30 ont tellement marqué leur temps que leur tentative de parti fédéraliste échoua pitoyablement tandis que le PNB se prévalait de plusieurs milliers d\\\'adhérents, avec l\\\'honneur final, en 1939, d\\\'une dissolution aux côtés du PCF... Le seul régionaliste influent fut Fouéré qui rencontrait régulièrement les dirigeants du PNB et organisait des campagnes secrètes conjointes de subversion. L\\\'essentiel de ce qui fut fait entre 1918 et 1944 le fut par les cadres du nationalisme breton, les régionalistes n\\\'ayant jamais rien pu bâtir de durable qui fut significatif.
(0) 
Christian Rogel
2013-04-14 11:12:39
Les suiveurs de Taldir et la FRB ne doivent pas être confondus.
Les Taldiriens voulaient agir par l'influence sur l'opinion et sur les politiques.
Les cercles celtiques (dans lesquels la danse était une activité parmi d'autres), à Nantes, Rennes, Guingamp, Quimperlé et Paris ont joué un rôle de formation peu connu.
Les Taldiriens ont été à l'origine du maintien et de la transformation des particularités culturelles et leur "recyclage" dans les bagadoù et les groupes de danse d'après-guerre.
Même si les attentats de 1932 leur ont donné une "célébrité", les activistes du PNB n'ont, globalement, pas eu d'influence notable sur l'opinion bretonne. L'histoire véritable de la Bretagne d'entre les deux guerres reste à écrire.
Pour le moment, elle est écrite à la façon de l'encyclopédie soviétique.
(0) 
Hervé Le Du
2013-04-14 14:36:58
De quoi, de qui a t'on parlé avant, pendant et après la guerre au sujet de la politique bretonne si ce n'est, précisément de l'autonomisme des Debeauvais, Mordrel puis de leur nationalisme ? BREIZ ATAO, organe de presse, le seul de son genre par son ampleur, était un outil nationaliste. J'en ai un exemplaire qui règle son compte au vychissois Taldir Jaffrennou et à tout cet arrière-ban douteux qui ne fit jamais rien que de cirer les pompes de tout ce que la Bretagne républicaine puis vychiste comptait d'officiel. Pendant ce temps, tous les efforts français, singulièrement des préfectures, visaient les nationalistes : se rappelle t'on de la grande campagne de taggage du PNB qui aboutit à l'emprisonnement pendant près d'un an de son président, François Debeauvais ? De Gwenn Ha Du et de la campagne de ratissage qui s'en suivit et marqua si fortement les esprits français comme bretons ? Les cercles celtiques, fondés pour une bonne par par le militant PNB Monjarret !La langue, par les nationalistes Roparz Hemon ou Youenn Drezenn (Rado Rennes !). À côté d'eux il n'y eut rien, absolument rien. Le PNB pouvait faire meeting commun en 1936 avec le PCF à Rennes tandis que Mordrel associait pour la première fois Corses, Basques, Flamands, Bretons autour du comité de Peuples et Frontières ! Là encore, pas de régionalistes à l'horizon ! Et l'on pourrait parler pendant des heures : les Seiz Breur et l'art breton moderne, des nationalistes !
Le régionalisme en Bretagne est inexistant. Il a eu son temps, de l'époque de l'URB avan de péricliter au profit du national-autonomisme puis du nationalisme (PAB / PNB). Les fédéralistes ont échoué dans leur tentative.
Après quant à la capacité du PNB d'entraîner les Bretons, elle est mineure quoique réelle. Mais c'est normal, les Bretons ne font pas de politique, surtout qui leur profite, ceci depuis deux siècles au moins. Il n'en reste pas moins que l'histoire bretonne du XXème siècle ne retient à raison que deux noms : PNB / FLB.
(0) 
Christian Rogel
2013-04-14 14:58:46
Taldir et Le Berre n'étaient pas fédéralistes : toujours la même confusion.
L'Histoire n'a rien retenu qui soit admissible, car, elle s'en tient aux récits partisans et non soumis à la critique. : nous méritons mieux que de nous cogner à Sainclivier et à Caouissin.
(0) 
Hervé Le Du
2013-04-14 18:25:01
L'histoire repose sur les mythes et non sur les ouvrages annotés de spécialistes dont personne ne retient rien. Et mythe ne signifie pas mensonge : ce qui a été retenu c'est l'épopée des jeunes du PAB, du PNB et de Breiz Atao comme plus tard celle du FLB, le reste a disparu parce que cela était voué à disparaître.
(0) 
Christian Rogel
2013-04-14 19:31:01
Comment faire la distinction entre un mythe creux et un storytelling intelligent?
Les mythes ont coulé à flot dans l'Histoire de France et s'effondrent, parce qu'ils n'étaient que des châteaux de carte.
La coalition du PNB avec le PCF a été un succès d'un jour et balayée par la nouvelle stratégie de Staline et la dérive extrémiste.
Aucun rapport avec la solidité doctrinale et l'esprit de continuité des partis de Galles et d'Ecosse.
(0) 
SPERED DIEUB
2013-04-14 19:59:30
Comme il est difficile d'aborder l'histoire de manière impartiale et dépassionnée ... L'histoire et la politique ne font pas bon ménage c'est une réalité pour l'ensemble de l'humanité tout autant que pour la Bretagne ou la France ,et je ne pense pas que Georges Cadiou n' échappe à la règle malgré qu'il pourrait être de bonne foi seulement il a été imprégné par l'idéologie communiste .Et ce n'est pas forcément les militants de gauche (voir le lien ci dessous) qui ont mis en garde contre la dérive du mouvement breton de 1931 celle qui annonçait le programme saga basée sur le mythe nordique qui était aussi la base d'une idéologie qui à contribuer à mettre l'Europe à feu et à sang et pourtant le mythe nordique n'a rien de mauvais en soi le problème c'est son instrumentalisation , .Hélas les séquelles de ce traumatisme européen et mondial son toujours là et en ce qui nous concerne le mouvement breton et pas forcément les extrémistes ne se sont pas encore débarrassés de ces vieux démons qui peuvent selon les circonstances faire encore déraper la cause bretonne vers des idéologies qui n'ont rien à voir avec elle .Georges Cadiou oublie sans doute que jusqu'en 1941 l'Allemagne nazie était copine comme cochonne avec l'urss .Avant 1933 les communistes allemands votaient avec les nazis contre les démocrates ils ont donc une responsabilité historique dans la prise du pouvoir par Hitler bien qu'ils ont été sacrifiés par Staline sur l'autel du pacte germano soviétique en 1938 .Par contre un million d'allemands sont morts pour s'être opposés au nazisme c'est à dire bien plus que de résistants français .Mais la vérité n'est pas forcément bonne à dire ....
(voir le site)
(0) 
Hervé Le Du
2013-04-15 16:51:40
\"Comment faire la distinction entre un mythe creux et un storytelling intelligent?\"
Intelligent selon quels critères ? Et selon qui ? Je préfère et de beaucoup la Vox Populi, celle qui se rappelle aussi des Chouans de Quiberon, des insurgés de Pontcallec, de la Rouërie et de Kadoudal, des exploits des deux Jeanne contre la menace d\'annexion, des héros malheureux de 1488.
L\'histoire est dérisoire par rapport à la mémoire, la première intéresse la minorité soucieuse du détail, mais indffère l\'immense majorité qui ne retient que de rares noms et quelques faits d\'armes. La Vox populi, pour ce qui concerne le XXème siècle en Bretagne, retiendra au moins ce fameux PNB, ces \"Breiz Atao\" qui ont marqué l\'histoire et le FLB, pour les mêmes raisons. Le reste, détails de spécialistes qui ne dépasseront jamais le cadre des études confidentielles d\'universitaires sans public.
Ensuite, comparer ce qui se fit en Bretagne avec ce qui se fit au Royaume-Uni est un non sens : l\'Angleterre n\'a pas été envahi par l\'armée allemande, n\'a pas vu l\'état central anglais remis en question par un envahisseur éventuellement ouvert aux autonomies écossaie et galloise. C\'est probablement ce qui a permis une relative stabilité de ces mouvements. En Bretagne la guerre était une donnée avec laquelle il fallait composer, et pourquoi, en 1936, le PNB ne serait-il pas pris à rêver d\'une France vaincue, démantelée, par un ennemi, la Prusse, ouverte à l\'autonomie bretonne ? À cette date, Hitler était appelé \"Monsieur le Chancelier\", on vantait ses réussites économiques stupéfiantes et l\'on était somme toute admiratif devant la capacité du nouveau gouvernement allemand de supprimer la menace communiste sans guerre civile. Bref, en 1936, peu nombreux étaient ceux qui voyaient l\'Allemagne d\'Hitler comme autre chose que l\'éternelle Prusse autoritaire et militariste qu\'elle était depuis Frédéric II Le Grand.
Au reste, à cette même époque, l\'Irlande libérée est amie de l\'Allemagne et le restera jusqu\'en avril 1945, preuve s\'il en est que le conflit n\'était perçu pas tant comme idéologique que comme national, à la façon de 14-18. Et chacun de se ménager des alliances.
Bref, en 1936, le PNB jouait des cartes, tantôt une carte communiste, tantôt une carte allemande, et si l\'Angleterre s\'était montrée intéressée, sûrement le PNB se serait découvert anglophile. Un jeune mouvement à la recherche d\'appuis s\'essayait à des partenariat étrangers. Qui, depuis en Bretagne, a pu bâtir quelque chose de suffisamment solide au point d\'intéresser un gouvernement étranger ne serait-ce qu\'en première intention ?
Je le dis tout nettement : il s\'en est fallu de peu que le PNB n\'obtienne en 1940 un état breton en bonne et due forme allié à l\'Allemagne. Indépendamment du contexte, des évolutions ultérieures, le fait est que pour une si petite organisation, dépourvue de moyens, déclarant la guerre à une France alors deuxième puissance mondiale dont la capitale est à 300 kilomètres de nos frontières et dont l\'armée comme la police campaient dans nos villes, c\'était un tour de force jamais vu depuis 1487. Il s\'en est fallu de très peu que la Bretagne ne renaisse comme état européen par la détermination d\'une poignée de quadragénaires.
Cela appelle au moins la modestie, car pour ces seuls faits, les intéressés ont été condamnés à mort et ont du fuir, sans savoir si ce pari fou serait couronné de succès. Et Ribbentropp de dire au tandem Mordrel-Debeauvais que l\'Allemagne remettait la chose entre leurs mains, qu\'ils devaient démontrer que la population suivait. Ce qui fit dire à Mordrel, bien sûr, que la messe était dite.
J\'oserais même dire que ce type d\'aventures fut le commun de TOUTES les nations d\'Europe. Baltes, Slovaques, Croates, etc., tous virent dans cette castrophe qu\'était la guerre une ouverture de tous les possibles et jouèrent leurs cartes. TOUS LES PEUPLES qui allèrent jusqu\'au bout de cette alliance sont aujourd\'hui indépendants, tous, sans exception. Ils avaient lancé un précédent historique majeur, effacé en 1944 par l\'invasion soviétique, mais jamais éteinte. Le sentiment national était semé.
Les Bretons eux ont choisi la France et non leur pays. Cela leur a coûté la totalité de leur héritage : aujourd\'hui ce pays n\'est plus rien que ce que la France veut bien qu\'il soit.
Qu\'on ne se méprenne pas sur mon propos, qui n\'est pas ici de vanter le fascisme, le nazisme et le totalitarisme. le fait est que l\'histoire ne retient que ceux qui osent et agissent. Et il s\'en est fallu de peu que la Bretagne ne revienne sur la scène européenne comme un phénix renaissant de ses cendres et ceci par la seule action d\'une douzaine de cadres brillants. Et peu importe qui offrait cette possibilité, l\'histoire a voulu que ce soit l\'Allemagne.
Il y en eut d\'autres qui optèrent pour la France et qu\'obtinrent-ils ? Rien, si ce n\'est une surenchère ethnocidaire de la par de la France gaullo-communiste.
Au reste Mordrel tenta de prendre contact très tôt avec l\'Angleterre, qui misait uniquement sur la France.
Bref, à côté de ce genre d\'aventures les compilateurs d\'articles grisonnant d\'avant-guerre n\'offrent aucun relief et ne furent jamais si près de gains aussi spectaculaires. Le PNB a échoué en 1940, parce que la France s\'est rapprochée de l\'Allemagne. Il n\'en demeure pas moins l\'exemple de ce qu\'une poignée d\'idéalistes peut renverser les montagnes si sa cause est juste.
En 1944, un état breton autonome écrasé par la France, sauvagement détruit, avec une purge terrible aurait laissé ici le souvenir de ce qu\'un peuple avait encore le désir de vivre debout, en dehors de l\'orbite français. Cela aurait été un martyre décisif, marquant l\'histoire bretonne à tout jamais. Cet état breton nouveau aurait aligné vraisemblablement quelques dizaines de milliers de soldats face aux FFI, et consorts, aurait tenté de traiter avec les Alliés, bref aurait démontré sa volonté de vivre en Europe.
Cela aurait été encore plus marquant que la chouannerie. Et c\'est ce souvenir sanglant qui aurait maintenu vivant l\'idée que la Bretagne n\'est pas réductible à la France.
La collaboration ne m\'intéresse pas, ni le fascisme, c\'est le précédent dramatique qui m\'intéresse et ses conséquences mémorielles. On ne nous aurait pas enterrés comme cela, même vaincus, comme on a pas enterrés les Flamands malgré leur appui massif à l\'Allemagne, et ainsi pour chaque minorité d\'Europe occupée.
Certes, j\'aurais aimé que l\'Angleterre tende la main aux Bretons du PNB dans le cadre de la guerre, cela aurait été préférable au vu de ce que nous savons. Mais cela ne fut pas possible.
La guerre au final pour nous a été le coup d\'arrêt à notre travail, réactivant le virus du chauvinisme français, répandu chez les communistes comme les gaullistes, chauffé à blanc et plus sanglant encore qu\'en 1793. Si nous avions eu la paix, n\'avions pas connu l\'occupation, nous aurions, peu ou proue, un front politique comparable à celui du Pays de Galles ou d\'Écosse. Compte tenu des circonstances, ce qui a été fait était le maximum de ce qui était possible. Et c\'est bien pour cela qu\'ils ont marqué l\'histoire et, à mon avis, seront réhabilités dans le courant de ce siècle.
Quant à ceux qui veulent rester dans le résistantialisme, qu\'ils y restent !
(0) 
Christian Rogel
2013-04-16 12:14:26
Beaucoup de principes opportunistes et peu d'histoire dans ces opinions.
Les Croates ont fait le même raisonnement : 1 million de personnes, dont 300 000 Serbes dans le camp de Jasenovac entièrement contrôlé par l'Etat libre de Croatie. Quand l'armée allemande y est arrivée, un de ses officiers était horrifié par la barbarie. Nul doute que Mordrel et Debauvais auraient pu imiter les Oustachis, s'ils avaient cru devoir le faire.
On doit distinguer le noyau nazi du PNB, mis à l'écart rapidement, par les dirigeants allemands du reste, mais, de là, à en faire une épopée, c'est insulter ceux qui ont tout de suite compris sur quelle pente glissante pouvait entraîner l'acceptation des faits.
(0) 
Hervé Le Du
2013-04-17 01:40:47
les tensions inter-ethniques dans les Balkans ne datent certainement pas de l'occupation allemande, cette région est depuis longtemps travaillée par des rivalités violentes.
Jamais au PNB aucun dirigeant ne se proposa d'éliminer en Bretagne quiconque. debeauvais sauva la vie de la femme de Mazeas, juive, comme de sa belle-mère via un ami alsacien. L'action du PNB et des éléments nationalistes séparatistes radicaux - et non pas "nazis" comme vous dites - n'a jamais reposé sur une haine d'un groupe ethnique particulier. Xénophobie oui, largement répandue au reste et pas qu'à droite.
"c'est insulter ceux qui ont tout de suite compris sur quelle pente glissante pouvait entraîner l'acceptation des faits."
Ah lesquels ? Les 99% de vichyssois qui composaient la France d'alors ? Ou alors les gaullistes qui ont fait crever notre pays ? À moins qu'il ne s'agisse des communistes qui collaborèrent activement pendant un tiers de la guerre avec l'Allemagne ?
Les cadres du PNB, Mordrel, Debeauvais, en tête n'ont jamais été accusés du moindre crime sanglant. Pas du moindre acte de nature violente. Ils ont été jugés pour séparatisme et condamnés à mort pour cela, en 1939, puis en 1944 pour Olier Mordrel.
Bref, le PNB n'est comptable d'aucun crime de guerre, crime contre l'humanité ou autre. En revanche il e a subi de la part de terroristes communistes : cf le massacre sauvage de Jeanne Du Guerny, écrivain. La liste est consistante.
Pour en revenir au propos : ce qui a marqué l'histoire et fait donc date, c'est l'aventure de Breiz Atao et du PNB et ce n'est que de cela qu'il est question quand on parle de séparatisme breton, avec bien sûr le FLB.
Parler d'Emsav en niant la centralité de Breiz Atao, du PAB et du PNB dans sa création, son évolution, dans la première moitié de la décennie, c'est ne pas raisonner en Breton mais en partisan de la ligne française. Je n'ai rien contre, mais il faut le dire. Je précise bien : il ne s'agit pas aujourd'hui d'être "pour ou contre" les choix du PNB, ça n'a aucun sens, mais de rendre à César ce qui est à César et aux Anciens - que moi j'apprécie pour leur audace et leur apport essentiel.
Comme disait Glenmor, ancien du PNB, "La place de Mordrel est à prendre". Oui, en effet, Mordrel est le plus grand intellectuel breton - c'est à dire uniquement breton et non pas "franco-breton" - du XXème siècle. Le penseur du nationalisme, le théoricien jamais contesté, uniquement dénigré, parce que dans son domaine personne n'a pu aller le bousculer.
C'est un élément essentiel : tous ceux qui hurlent avec les loups du gaullo-communisme contre le PNB se trouvent objectivement sur la ligne française établie en 1944 par les vainqueurs. Une chose que les Irlandais n'ont jamais osé faire. Mais comme on dit, nul n'est prophète en son pays. Aussi pas étonnant que Louis feutren ait donné sa collection d'ouvrages bretons à la libraire nationale galloise, il ne savait que trop bien la lâcheté ambiante dans cette Bretagne démantelée du XXIème siècle...
"My country, right or wrong"
(0) 
Christian Rogel
2013-04-17 13:07:14
Mordrelle a tellement clamé son adhésion aux principes du nazisme que c\'est une tentative désespérée que de le déguiser en pseudo-agneau du nationalisme radical.
Ante Pavelic et Mgr Stepinac n\'étaient pas nazis, mais leur \"nationalisme radical\" ne les a pas empêchés de couvrir les abominations de Jasenovac.
Pas d\'actes sanglants? C\'est vrai que Mordrelle et Debauvais ont été virés par les Allemands pour inefficacité et inadaptation à leur politique.
Et alors? N\'ont-ils pas été responsable du virage vers la collaboration?
De toute façon, il s\'agit d\'une histoire qui n\'est pas encore réellement écrite.
Le paradoxe est que le panceltisme des régionalistes a préparé certains esprits à l\'accueil du nordisme, mais, c\'est encore un autre champ à explorer autrement que par grande affirmations non prouvées.
(0) 
Hervé Le Du
2013-04-20 01:09:01
"Et alors? N'ont-ils pas été responsable du virage vers la collaboration?"
La collaboration est un terme visant exclusivement les rapports franco-allemands entre 1940 et 1945. L'action du PNB à partir du milieu des années trente est une politique d'alliance entre la Bretagne et l'Allemagne au même titre que la Slovaquie et d'autres petites nations d'Europe à ce moment.
Mordrel a été écarté précisément parce qu'il ne voulait pas entrer dans la politique de collaboration, ce qui le porta à titrer dans "L'Heure Bretonne", "Ni Français, ni Allemand, Bretons seulement". La politique de collaboration supposait d'adhérer à l'idée que la Bretagne s'incluait dans le cadre de l'État Français dirigé par Philippe Pétain et que Vichy était l'autorité légitime pour régler les rapports britto-allemands. Tout cela a été rejeté en bloc par Mordrel qui a donc été sanctionné immédiatement par l'occupant allemand : il a été interdit d'action politique puis déporté en Allemagne où il fut placé en résidence surveillé pendant deux ans.
Donc votre assertion est erronée : les collaborateurs furent les frères Delaporte qui déterminaient la ligne pro-vichyste du nouveau PNB. Le soutien au Maréchal Pétain représente alors la seule option politique en France, plébiscitée par l'écrasante majorité des Français. Le PNB ne se distingue de personne à ce titre.
"De toute façon, il s'agit d'une histoire qui n'est pas encore réellement écrite. "
Il y a déjà un pas mal d'ouvrages sur cette période.
"Mordrelle a tellement clamé son adhésion aux principes du nazisme que c'est une tentative désespérée que de le déguiser en pseudo-agneau du nationalisme radical."
Réduire Mordrel à simple "nazi" est erroné, il était influencé par la révolution conservatrice allemande via un ami professeur breton de Paris lecteur et ami de cercles de cette mouvance. Le racisme, l'eugénisme, l'élitisme sont à cette époque des théories largement répandues voire appliquées : aux USA notamment où l'eugénisme est la règle, au Chili ou Salvador Allende se veut un partisan engagé de cette politique. La France coloniale est largement acquise à l'idée de hiérarchie des races comme l'Angleterre, ce n'est pas du tout un produit conceptuel propre au nazisme.
De fait, on ne trouve pas de développement écrit de Mordrel que l'on puisse réduire à du simple nazisme. Mordrel est au c½ur de trop d'influences diverses : romantisme, nationalisme, maurrassisme, etc. Le goût pour les solutions autoritaires est aussi très présent avec le camp royaliste toujours actif qui fut le milieu d'ou jailli l'URB.
Mordrel dans les années 70 a bien détaillé sa pensée, toute de nuance, qui si elle nationaliste n'est pas pour autant totalitaire. Il n'y a rien de commun entre la pensée fasciste italienne ou le national-socialisme allemand et le celtisme de Mordrel qui laisse une grande importance à la liberté individuelle et au principe de subsidiarité organique que l'on retrouve chez les fédéralistes par ailleurs. Bref, Mordrel est plus complexe qu'un simple slogan.
"Ante Pavelic et Mgr Stepinac n'étaient pas nazis, mais leur «nationalisme radical» ne les a pas empêchés de couvrir les abominations de Jasenovac."
Et ? Quel rapport avec la Bretagne ? Encore une fois : quels crimes de sang reproche-t'on à Mordrel ou Debauvais ? Je n'en vois aucun dans les décisions de justice françaises prononcées contre eux.
Merci en tous cas de m'avoir laissé exprimer ce point de vue. En toute amitié, HLD.
(0) 
Christian Rogel
2013-04-20 12:00:45
L'histoire n'est pas écrite pour deux raisons : toutes les archives publiques ne sont pas ouvertes et il manque les outils intellectuels et les recherches fines pour appréhender sérieusement comment évoluait la société bretonne juste avant la guerre.
La Croatie nous concerne, car elle montre ce qui serait arrivé, si le projet de Laîné de créer une force militaire avait pu prendre corps : il y aurait une une dérive sanglante similaire à celle de l'Oustacha.
C'est bien parce que le PNB n'avait pas un minimum d'ancrage que les Nazis l'ont passé par pertes et profits et cantonné à un rôle de roquet mordant les mollets de Pétain.
D'où le rôle d'idiots utiles des frères Delaporte.
Prendre le PNB pour un symptôme politique, oui, en faire un début de marche vers la liberté avortée à cause des méchants Français, non.
J'apprécie votre tentative d'analyser les influences qu'a subies Mordrelle, mais, rien d'inhabituel, à cette époque, dans les milieux conservateurs, et, qu'il ait adhéré au projet de faire un homme nouveau semble incontestable.
Cela va beaucoup plus loin que l'adaptation à la situation politique de l'Europe nouvelle.
Pas de reproches judiciaires à Debauvais et Mordrelle : c'était impossible, car, l'un était mort et l'autre enfui.
(0) 
Yann Maneguen
2013-04-20 13:03:43
"Pas de reproches judiciaires à Debauvais et Mordrelle : c'était impossible, car, l'un était mort et l'autre enfui. "
N'aurait-on pas pu le juger par contumace s'il s'est enfui ? Fouéré n'a-t-il pas été jugé alors qu'il avait fuit en Irlande (Procès avec Jacques Guillemot propiétaire des quotidiens "La Bretagne" et de "la Dépêche de Morlaix" ?
(0) 
SPERED DIEUB
2013-04-20 13:29:41
Mordrel avait aussi un coté francophile ami de Céline il a vécu en Mayenne il n'écartait d'ailleurs pas que ce département puisse rejoindre la Bretagne par processus référendaire Il a aussi travaillé pour les services secrets anglais qui traquaient les républicains irlandais bien après la guerre .Bien qu'il ait eu un coté énigmatique il avait une attitude qui fait caractérisait les régimes autoritaires fascistes et nazis mais c'était malgré tout un visionnaire bien plus éclairé que Debauvais il se méfiait aussi de Lainé .Mais le problème de tous ces gens là c'est qu'il étaient déconnectés de peuple breton ils n'ont jamais réussi à mettre l'idée d'émancipation de la Bretagne avec les aspirations des bretons était ce aussi leur but ?? ,sinon ce n'est pas sur qu'il y aurait eu des égarements avec l'Allemagne nazie à laquelle les bretons en général étaient plus allergiques que les français
Les nationalistes corses basques écossais n'ont pas et autres n'ont pas ce boulet au pied contrairement aux bretons et leurs adversaires ne se privent pas de l'alourdir comme si la Bretagne aurait été le point névralgique de la seconde guerre mondiale !!
Voilà l'héritage que doit subir malgré lui le mouvement breton encore aujourd'hui
(0) 
Hervé Le Du
2013-04-20 13:44:23
"La Croatie nous concerne, car elle montre ce qui serait arrivé, si le projet de Laîné de créer une force militaire avait pu prendre corps : il y aurait une une dérive sanglante similaire à celle de l'Oustacha."
Ce à quoi nous avons assisté cher Kristian, en termes de violences politiques, c'est à l'orgie d'assassinats des membres du PCF. J'ai relevé sur base d'archives 1200 assassinats en Bretagne hors nécessité militaire, c'est à dire "assassinats politique". Celui de l'Abbé Perrot est connu, et aujourd'hui encore nous trouverions des intellectuels de gauche pour "expliquer" un tel assassinat, mais prenons-en un autre plus édifiant : celui de l'Abbé Lec'hvien à Kemper-Guezenec. Ce bon abbé était parfaitement apolitique, ne prenant part à aucune organisation ni ne tenant tribune sur des thèmes d'ordre politique. Mais il était ardemment passionné par la langue bretonne, selon le mot d'ordre breton du XIXème siècle : "Feiz ha Breiz". Il fut assassiné à l'été 1944, d'une balle dans la tête, par un commando communiste. La population locale, identifiant vite les auteurs, les prend à partie dans le bourg du village quelques jours plus tard : "Pourquoi avez-vous assassiné notre curé ?", réponse déconcertante d'un des assassins : "Parce que sinon les Américains l'aurait relâché". En somme, étant innocent, le PCF n'aurait pu abattre ce prêtre.
Les cas du genre sont légion. Par comparaison, Lainé dispose d'un groupe en uniforme et ne constitue donc par des groupes de franc-tireurs. Je ne reviens pas ici sur l'opportunité d'un tel engagement, mais sur sa nature. Ce groupe agit aux côtés des forces armées allemandes contre des maquisards : je rappelle ici les textes internationaux quant aux lois de la guerre. Tout homme portant arme sans uniforme peut être abattu sur place. Car une des règles de la guerre est précisément de distinguer civils et militaires afin de limiter l'impact des affrontements sur les civils. La guérilla inverse le raisonnement : maximiser l'impact sur les civils pour contraindre ceux-ci à soutenir la guérilla.
Quand le Bezen a agi en opération, il a respecté les lois de la guerre, réserve étant mis sur les éventuels cas de torture gratuite, bien que là encore - comme durant la guerre d'Algérie - l'hypothèse d'une neutralisation plus rapide d'un ennemi opérant hors lois de la guerre fut un des motifs de procédés expéditifs comme ceux-là.
Mais là encore nous parlons de 60 hommes qui eurent autant de pertes que leurs opposants, lors d'affrontements directs et frontaux. Pas d'assassinats ciblés, sans uniformes, contre des civils à raison d'engagement politique. Ainsi Lainé, quelque soit les motifs de son action, a t'il encore agi dans un cadre militaire conventionnel. Ce qui ne fut pas le cas des communistes.
De là à dire, par un raccourci malvenu, que Lainé était un Oustacha en puissance, c'est sortir du cadre de l'histoire car c'est un plan sur la comète. Les Oustachas s'en prenaient à des minorités présentes sur leur sol, question qui en Bretagne ne se posait pas puisqu'il n'y en avait pas. Même pour le cas des juifs, leur nombre à cette époque en Bretagne est absolument dérisoire : il dut y avoir 300 juifs déportés en tout et pour tout pour toute la région, ce qui est certes toujours trop, mais sans commune mesure avec le reste de la France.
Une analogie est donc hors de propos et aucun historien, même hostile, n'a jamais tenté de sortir du cadres des faits établis pour établir des parallèles improbables.
"C'est bien parce que le PNB n'avait pas un minimum d'ancrage que les Nazis l'ont passé par pertes et profits et cantonné à un rôle de roquet mordant les mollets de Pétain."
Oui, mais cela n'est pas la faute du PNB, ni du PAB qui depuis 20 ans - avant 1939 - agissaient sur le terrain. Ni aucune autre organisation : l'immense masse des Bretons étaient paysanne, très sommairement alphabétisée, politisée par simple réflexe, certains bassins étant plus remuants que d'autres, essentiellement ceux se déchristianisant et basculant dans l'orbite communiste. Les lectures étaient rares. Le profil des membres du PNB est révélateur : c'est une élite. Ingénieurs, professeurs, architectes, chef d'entreprise, autant de professions qui à cette époque dénotent une forte position sociale qui n'est pas celle du commun des Bretons. Élite urbaine, de classe moyenne ou moyenne supérieure. Il y a de fait une forte barrière sociale entre de tels milieux.
"Prendre le PNB pour un symptôme politique, oui, en faire un début de marche vers la liberté avortée à cause des méchants Français, non. "
De fait si, car le PNB est l'organisation s'étant donné le plus de moyens et ayant approché le plus des objectifs d'émancipation, effort brisé par des contingences extérieures de même nature que celles qui avaient rendu possible une évolution. Ce pari a raté, mais il avait pris corps et c'est l'effort le plus concret allant en ce sens depuis très longtemps.
"Pas de reproches judiciaires à Debauvais et Mordrelle : c'était impossible, car, l'un était mort et l'autre enfui."
Mordrel a été condamné par contumace, mais pas pour crime de sang. Pour "haute trahison et intelligence avec l'ennemi", ce qui pour un séparatiste breton recherchant une alliance avec l'Allemagne est un non sens naturellement. Mordrel ne trahissant pas un pays contre lequel se bat...
Plus généralement, les assauts contre Mordrel, Debeauvais ou d'autres me semblent toujours aisées surtout car le plus souvent, elles consistent en des règlements de comptes partisans de gens de gauche, parfois ouvertement communiste - et Dieu sait qu'en Bretagne, le PCF a du sang sur les mains.
Il y a beaucoup de fantasmes, une démonisation qui empêche la compréhension des engagements de cette époque.
J'apprécie notre échange quoiqu'il en soit,
Bien à vous, HLD.
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 5 multiplié par 8 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.