Emile Granville, maire-adjoint à Redon, (Parti Breton - Strollad Breizh), apporte son soutien aux militants bretons face à l'acharnement judiciaire du Parquet de Paris.
Communiqué de presse de Parti breton

Publié le 17/11/08 3:14 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

L'attentat de Quévert qui a causé la mort d'une personne, le 19 avril 2000, est un acte lourd de conséquence car il a touché la vie humaine. Et sur ce point, tous les défenseurs de la Bretagne sont clairs: aucune cause au monde ne justifie la mort d'une personne. La police française n'a pas fait la lumière sur les circonstances de ce drame. Eclaircissement pourtant indispensable, pour la famille, pour la connaissance de la réalité historique, et aussi pour éviter tout amalgame. Ce manque d'éclaircissement a permis durant les années 2000 à 2004 de faire largement l'amalgame entre revendications bretonnes, activisme et criminalité. Ce qui n'honore pas les courants politiques et les médias qui ont utilisé cet amalgame pour salir l'ensemble du mouvement breton. Au point même que, par autocensure, le mouvement breton lors de la manifestation d'indignation et de réprobation de l'attentat de Quévert - à laquelle j'ai aussi participé avec beaucoup d'émotion - s'interdisait l'utilisation du drapeau breton, comme si la Bretagne en soi devait se sentir coupable d'un acte répréhensible et isolé. L'opération médiatique de désinformation avait alors atteint son but: déstabiliser moralement le mouvement breton.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

Les sept magistrats de la cours spéciale acquittèrent, le 26 mars 2004, Gaël Roblin, Christian Georgeault et Pascal Laizé pour toute responsabilité dans l'attentat de Quévert. Verdict d'autant plus explicite que le contexte général de ces quatre années de médiatisation portait à vouloir trouver des coupables coûte que coûte. Plus de 4 ans après, le nouveau jugement, suite à l'appel du parquet général de Paris, devant une cours spéciale de neuf magistrats, apparaît être comme l'expression d'un désir de revanche judiciaire. Cette fois, la population bretonne, le mouvement breton - et nous pouvons l'espérer, les médias - seront beaucoup plus circonspects concernant le traitement du procès.

En dépit des nombreuses démarches démocratiques des élus et de la population, aucune des grandes revendications des Bretons n'a reçu le moindre avis favorable du gouvernement. Chaque jour des nouvelles réformes, sans concertation, touchent les Bretons et remettent en cause la cohésion sociale de notre société. Dans ce contexte, la plainte portée par le Conseil Général des Côtes d'Armor, contre des tags de soutien aux militants bretons sur des ponts, semble bien maladroite et dérisoire. La belle affaire, il suffisait tout simplement de les nettoyer sans en faire autant d'histoire. Cette plainte apparaît comme une manœuvre de division alors que nous avons besoin au contraire de toute notre solidarité bretonne. Car ce ne sont pas les idées des prévenus qui posent question ici, que l'on partage leurs idées ou non, mais bien le caractère politique d'un nouveau procès quatre ans après leur acquittement. Ce nouveau procès est un procès de trop, totalement décalé par rapport au contexte économique et social de la Bretagne d'aujourd'hui.

Emile Granville, Adjoint au Maire de Redon membre du bureau national du PB-SB

(voir le site)

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1138 lectures.
Le Parti Breton a pour but de rassembler, d'unir et d'organiser tous les bretons et amis de la Bretagne décidés à réveiller la conscience nationale du Peuple Breton afin que celui-ci se dote enfin des structures politiques, économiques, sociales et culturelles lui permettant d'assurer en tant qu'entité internationalement reconnue, son avenir et son épanouissement dans le cadre d'une Europe des Peuples et de la Solidarité
Vos 1 commentaires
PRIGENT Michel
2010-08-31 23:27:40
La décision "dérisoire" du CG des Cotes d'Armor de porter plainte contre les tags des défenseurs des 3 accusés ne va certainement pas contribuer à améliorer l'image du Parti Socialiste plus préoccupé par la "lutte des Places" que de "la Lutte des Classes" lors du (mas)sacre de Reims. Drole de breton que ce Mr Claudy Lebreton, Pt du CG ds Cotes d'Armor, natif de Conlie en Sarthe (curieux hasard) lieu de sinistre mémoire pour les 70 000 bretons qui y laissèrent leur peau lors de la guerre 1870. Voici son curriculum vitae, tel qu'on peut le trouver sur Wikipédia: "Claudy Lebreton est en outre président de la Fédération nationale des élus socialistes et républicains (FNESR) depuis 2003, et président de l'Assemblée des départements de France depuis 2004.
Claudy Lebreton, en tant que président du Conseil Général des Côtes d'Armor, est aussi membre du bureau du CGLU : Cités et Gouvernements Locaux Unis est une organisation qui défend les intérêts des collectivités, quelle que soit leur taille. Elle s'inscrit dans la logique mondiale de décentralisation, d'affirmation des pouvoirs locaux et de coopération entre ces entités.
A noter que Claudy Lebreton ainsi que Charles Josselin et d'autres élus socialistes du département, ont été jugés en janvier 2008 par le Tribunal correctionnel de Paris (où le procès avait été délocalisé après une instruction menée en Bretagne), pour prise illégale d'intérêt. Il leur était notamment reproché d'avoir utilisé à des fins personnelles des voitures avec chauffeur et des logements de fonction mis à leur disposition par le Conseil général des Côtes-d'Armor. Dans son jugement rendu le 4 avril 2008, ils ont été reconnus coupables mais dispensés de peine.
Les magistrats ont justifié les dispenses de peine en soulignant que les infractions, de prise illégale d'intérêts pour Claudy Lebreton et d'abus de confiance pour les six autres prévenus, étaient constituées mais que le dommage avait été "
réparé", les sommes en cause remboursées et qu'en outre les faits étaient "anciens" et "isolés".
Cette dispense de peine a permis à Claudy Lebreton, d'échapper à une inéligibilité automatique."
Sauf erreur, l'entrefilet relatant la conclusion du procès paru dans Ouest France, mentionnait une condamnation de Mrs Lebreton et Josselin à 5 000 € d'amende. Ce qui n'empécha pas Mr Lebreton, toujours aussi "sur de lui et dominateur" de venir converser 3 jours plus tard à l'émission C'dans l'air de Calvi sur la 5.
Cette plainte, c'est vraiment petit, mesquin, minable bref tous les attributs définissant le PS actuel.
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 9 multiplié par 5 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.