Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Communiqué de presse -
Élections régionales 2010 : des États Généraux de l'Emsav, et vite
Au lendemain des élections dites 'régionales', quel bilan peut-on dresser du résultat en Bretagne ? Comparés aux Corses qui ont propulsé le vote nationaliste en deuxième position, les Bretons paraissent bien sages
Frederig Ar Bouder pour Kernog le 23/03/10 13:25

Au lendemain des élections dites "régionales", quel bilan peut-on dresser du résultat en Bretagne ?

Comparés aux Corses qui ont propulsé le vote nationaliste en deuxième position, les Bretons paraissent bien sages. La moitié de ceux, peu nombreux, qui se sont déplacés ont prudemment choisi de reconduire leur président de région. Qu'il s'agisse d'un « girondin » connu pour sa fibre bretonne, comme M. Le Drian, ou d'un « jacobin », adversaire notoire de l'idée bretonne comme M. Auxiette.

Une élection qui, dans le jeu de pouvoir hexagonal aura ses bons côtés : en confirmant sa préférence pour le Parti Socialiste, la sensibilité chrétienne-sociale, socle du vote breton, évite le piège qui aurait consisté à se tourner vers les candidats aux ordres du président des Français. À défaut d'autonomie administrative et culturelle, la Bretagne pourra au moins maintenir un peu de quant-à-soi vis-à-vis du pouvoir. Bien entendu l'État-major parisien du Parti Socialiste se chargera à sa façon de contrer les projets décidément trop bretons pour être acceptables, à commencer par la « réunification » de la Bretagne dans ses limites historiques.


Pour l'indépendantiste breton, l'événement important de ce scrutin est ailleurs. Il est dans ce paradoxe : nous avons assisté à l'émergence d'un vote breton décomplexé au premier tour dans un contexte d'écroulement des partis bretons que le second tour est venu confirmer. Le 14 mars, M. Troadec a réalisé sur son nom des scores importants.

Avec des pointes de 40 % au cœur de la Bretagne intérieure, dans sa région d'origine, M. Troadec a ainsi prouvé que, lorsqu'il est porté par une personnalité politique enracinée, un projet d'intérêt breton défendu sans les ambiguïtés et les pincettes habituelles a toutes ses chances.

C'est un fait avec lequel il faudra à l'avenir compter, malgré la débretonnisation à outrance qui frappe notre pays. En revanche, le principal « appareil » sur lequel M. Troadec s'appuyait, le Parti Breton, ne s'est pas transformé en machine électorale. Dans la circonscription phare de Redon, la liste Nous Te Ferons Bretagne récolte environ 3 % de suffrages. En fait, cette faiblesse des partis bretons est généralisée. L'incapacité des indépendantistes de droite et de gauche à former des listes fut flagrante. La déconfiture des régionalistes de l'UDB ne le fut pas moins. De partenaire de coalition, ce parti de 40 ans d'âge s'enfonce dans la marginalité. Il confirme sa position de périphérie des Verts français, eux-mêmes exclus du pouvoir par leurs anciens amis socialistes.

Dans ces conditions on est en droit de se poser la question : Que reste-t-il de l'Emsav ? Un champs de ruine ? Pas du tout ! Plus que jamais, il reste la volonté de nombreux Bretons qui, malgré toutes les déceptions et les errements, malgré les enfantillages et les pitreries de politiciens aux petits pieds, gardent au cœur l'amour du pays. Il existe au fond de notre peuple une sorte de bienveillance extraordinaire pour ceux qui défendent la Bretagne. Dans le contexte actuel les partis bretons tels qu'ils existent me semblent constituer un handicap plutôt qu'un espoir. Ils sont des machines à diviser et perdre. Il est temps que les personnalités les plus enracinées et les plus respectées de Bretagne prennent leur courage à deux mains. Il est temps qu'elles prennent l'initiative d'organiser des États Généraux de l'Emsav pour donner un nouveau souffle au combat breton.

Frederig ar Bouder est un analyste politique
Voir tous les articles de Kernog
Vos 3 commentaires
le baler Le Mardi 31 août 2010 23:27
En premier lieu;l'emsav;que veut dire encore ce qualificatif?plus rien;car les fondamentaux se sont désséminés dans une approximation de la lutte.Aussi je suis tout a fait pour des états généraux;et par cette initiative une refondation totale de ce qui prétend etre l'emsav.
(0) 

Laurent Jutel Le Mardi 31 août 2010 23:27
Frederig Ar Bouder nous offre une analyse intéressante et très diplomatique. Libre à chacun d'en apprécier la teneur. Je me permets d'apporter mon petit grain de sel qui n'engage que moi. Les commentaires et les critiques que je formule sont valables également pour moi car je suis partie prenante d'une petite nébuleuse appelée Emsav. Donc, j'ai ma part de responsabilité.
Pourquoi, je n'ai pas été voter pour la liste menée par Christian Troadec ? Parce qu'il est DVG et moi pas ? Non. Pas assez indépendantiste à mon goût ? Non. ... Les 3 conditions essentielles n'étaient réunies avant le premier tour. Moins de 5 %: pas d'appel à voter pour X ou Y. Entre 5 et 10 %: retrait de la liste et pas de consignes de vote. Plus de 10 %: bien évidemment maintien de la liste.
Sur le vote lui-même, Christian Troadec assure quasiment à lui tout seul presque 5%. Il ne franchit pas cette barre mythique à cause du résultat désastreux da sa liste en Ille-et-Vilaine. Le nombre de voix cumulée sur les Côtes d'Armor, le Finistère, le Morbihan lui fait passer ces fameux 5% avec un solde positif de 504 voix. Même avec ces dernières: il manque encore 7851 voix en Ille-et-Vilaine... La faute sans doute à un partenaire largement surévalué. Et, qui est donc dans la moyenne éternelle des scores électoraux de l'Emsav. Ce partenaire fait ses meilleurs scores, en Loire-Atlantique, à l'Ouest d'une ligne Châteaubriant-Cordemais. Ce qui reste un classique du vote dit breton dans ce secteur. C'est très bien d'avoir monter une liste sur les Pays de la Loire. Cette circonscription électorale ne nous convient pas aux uns et aux autres. Quelle image donne une organisation qui ne met pas de bulletins de vote dans les 4/5ème de la circonscription ? Quelle crédibilité ? Les bulletins de vote sont le minimum vital pour une élection...
Et maintenant ?
Aujourd'hui, je me demande s'il y a réellement un Mouvement breton en Bretagne ? Voir pire, y-a t'il eu un Emsav dans le passé ? Si oui!? Cela se saurait-il et cela se verrait-il pas...!? Le pouvoir parisien et ses relais en Bretagne ne se posent pas la question des répercutions de leurs décisions chez nous, non!? C'est un fait établi tous les jours. A titre de comparaison: c'est très clair qu'il se posent la question avant d'agir en Corse ou dans les DOM-TOM... Pourquoi? Et demain...??? Emsav et Mouvement breton sont des termes génériques qui recouvrent des réalités, des définitions qui sont souvent antagonistes. D'ailleurs, quelles réalités et quelles définitions? A titre d'exemple, 1000 militants politiques bretons, 10000 pour les esprits chagrins, font 10 partis divisés en 100 corants eux-mêmes traversés par 100 tendances... Cela ne date pas d'aujourd'hui, je dirais même des origines de l'Emsav. Je suis intimement persuadé que tout le monde est conscient de cet état de fait.
Je rejoins Frederig Ar Bouder, malgré les déclarations des uns et des autres, nous sommes le dos au mur et encore plus qu'hier, vu à la vitesse où le monde évolue, et à force de jouer aux cons, moi le premier, le résultat sera qu'après le dernier des Mohicans, nous allons vivre en direct live les derniers des Bretons... !!!
(0) 

herve leray Le Mardi 31 août 2010 23:27
Oui à des états généraux mais même des états généraux cela va être problématique car on connait trés bien les forts antagonismes entre les partis, surtout entre l'aile gauche et adsav.
Il faut trouver des personnalités proche de l'actuel PSB Breizhistance et d'Adsav pret à sieger ensemble !
quant à l'UDB ils se considerent en dehors de l'emsav , donc je présume que les ténors de ce parti n'y seraient pas conviées ....? De toute façon ils n'y viendraient pas. (Mona Braz, guyonvarc'h, etc...)
il est temps que la base de l'emsav (ses électeurs) décide de son avenir ...commun : un front breton sur des points que nous défendons tous.(territoire, langue(s) etc...)
et ces etats generaux doivent etre ouverts à tous !
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 3 multiplié par 6) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons