Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Dépêche -
Écosse : la campagne pour l’indépendance est lancée
Petit coup de tonnerre ce dimanche dans le paysage politique écossais : un nouveau sondage place le soutien à l'indépendance à 34 %, soit 6 points de plus depuis le dernier sondage sur cette question, en mai dernier, à la veille des élections qui virent le succès historique du Scottish National Party et l'avènement d'une majorité absolue nationaliste au Parlement écossais.
Jacques-Yves Le Touze pour ABP le 30/10/11 15:57

Petit coup de tonnerre ce dimanche dans le paysage politique écossais : un nouveau sondage place le soutien à l'indépendance à 34 %, soit 6 points de plus depuis le dernier sondage sur cette question, en mai dernier, à la veille des élections qui virent le succès historique du Scottish National Party (SNP) et l'avènement d'une majorité absolue nationaliste au Parlement écossais.

Certes, 34 % ne représente qu'un gros tiers de l'électorat écossais mais la tendance sur plusieurs années est clairement vers une augmentation du soutien à l'option indépendantiste, lentement mais gagnant chaque année, depuis 2008, un ou deux points par an. Alors que certains observateurs pensaient que l'élection d'un gouvernement SNP suffirait à certains secteurs de l'opinion, cette augmentation de 6 % depuis le mois de mai dernier semble au contraire conforter la stratégie d'Alex Salmond de mettre en place une politique pédagogique sur plusieurs années qui serait suivie par l'organisation d'un référendum.

En marge de la Convention du SNP organisée à Inverness du 20 au 23 octobre dernier, les journalistes présents ont pu assister à une présentation par le député Angus Robertson de la campagne que va lancer le SNP pour obtenir une majorité pour l'indépendance au prochain référendum. Considéré comme l'un des meilleurs stratèges politiques de tout le Royaume-Uni (1), Angus Robertson a véritablement « bluffé » son auditoire et les commentaires qui ont suivi dans la presse britannique étaient tout à fait éloquents jusqu'à lire dans The Guardian : « Dans 5 ans, il n'y aura plus d'union » (entre l'Angleterre et l'Écosse).

C'est lors de cette présentation que les observateurs ont constaté que le SNP était prêt à lancer cette grosse machine politique qui devrait aboutir à l'indépendance écossaise : tout est prévu, le financement, le quadrillage des circonscriptions, les slogans, etc. Angus Robertson a résumé cela en quatre phases : galvaniser et motiver les adhérents en organisant des réunions locales ouvertes aux sympathisants ; aller vers les partisans de l'indépendance qui ne sont dans aucun parti politique et vers ceux qui sont membres d'autres mouvements politiques, pour développer une collaboration au niveau local et national ; rencontrer les acteurs de la société écossaise pour les convaincre du bien-fondé de l'indépendance pour l'ensemble des secteurs sociaux, économiques, culturels, etc. ; enfin, un porte à porte généralisé dans toutes les villes, tous les villages dans chaque région pour convaincre un par un les électeurs.

Angus Robertson a, par ailleurs, présenté le document de campagne « Your Scotland, Your Future » qui s'appuie sur un site internet (voir le site)

Cette préparation du SNP est d'autant plus remarquable que les partis unionistes se trouvent dans des situations difficiles sans leaders, sans stratégies et obligés de « courir après » le SNP, entrant ainsi dans le jeu indépendantiste.

Il n'en reste pas moins que le soutien pour l'indépendance n'est qu'à un niveau de 34 % et qu'il reste au minimum 17 % de l'électorat à encore convaincre. Alex Salmond et Angus Robertson semblent persuadés de pouvoir y arriver dans les deux années à venir.


(1) Le SNP est le seul parti politique du Royaume-Uni à disposer de puissants logiciels pointus et efficaces, Activate lui permettant des analyses extrêmement fines de l'électorat.

À lire une analyse intéressante The Twilight of the British State (Le crépuscule de l'État britannique) (voir le site)

Document PDF 23696_2.pdf Your Scotland Your Future.. Source : Scottish National Party
Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1893 lectures.
logo
Démocrate, Lorientais, Breton, Européen, curieux du monde, de ses cultures, engagé pour la démocratie , la construction d'une Europe fédérale, l'émancipation de la Bretagne pour lui redonner toute sa place au sein des nations européennes..... Voilà, n'hésitez pas à commenter, à critiquer, à applaudir, à suggérer ! Voir aussi mon blog (voir le site)
Voir tous les articles de de Jacques-Yves Le Touze
Vos 26 commentaires
Frankly Le Dimanche 30 octobre 2011 15:47
http://rueclementmarot.blogspot.com/
(0) 

SPERED DIEUB Le Dimanche 30 octobre 2011 17:06
Merci Frankly pour le site il est clair que c\'est le pétrole puis la mise en avant des problèmes économiques et sociaux d\'actualité qui ont contribué à propulser le SNP plus que des questions liées à la culture, aux langues minoritaires thèmes légitimes mais auxquels la grande majorité de l\'opinion publique n\'est pas très sensible du fait qu\'ils ne sont pas concrets surtout dans le monde matérialiste dans lequel nous vivons ce constat sans appel devrait être un élément de réflexion pour les promoteurs de l\'émancipation de la Bretagne qu\'ils soient de droite ou de gauche d\'autant que le mouvement culturel culturel fait du bon travail pour la promotion du breton
(0) 

Alwenn Le Dimanche 30 octobre 2011 17:24
Nos partis politiques bretons devaient aller apprendre auprès des Ecossais comment on fait de la politique !
(0) 

Justin Malec Le Dimanche 30 octobre 2011 17:27
Avec la crise économique les anti-européens de toute sorte prospèrent. Le SNP veut sortir du RU et de l'UE, c'est son choix mais qu'ils annoncent la couleur clairement au peuple écossais...
(0) 

PHILIPPE BRILLANT Le Dimanche 30 octobre 2011 19:40
L 'INDÉPENDANCE , C'EST AUSSI LA VOIE QUE DEVRA CHOISIR LA BRETAGNE SI LE PEUPLE BRETON VEUT SUBSISTER CAR DANS UNE SOCIETER DE PLUS EN PLUS MONDIALISER OU LES NATIONS, LES IDENTITEES N'EXISTERONT PLUS....???? AVEC L'EFFACEMENT DES FRONTIÈRES ET LE MÉLANGE DES CIVILISATIONS QUI CONDUIT AU GÉNOCIDE DES PEUPLES EUROPÉENS DONC SI LES EUROPÉENS NE SE RÉVEILLENT PAS L'EUROPE DEVIENDRAS UN GÉANT KOSOVO !!!!?
(0) 

JY Le Touze Le Dimanche 30 octobre 2011 21:37
@ Justin Malec Le SNP souhaite que l’Écosse devienne un membre à part entière de l'Union Européenne...C'est clair et net depuis des années . Leur position par rapport à l'Union Européenne est bien plus claire que celle du Parti Conservateur anglais de David Cameron ....
(0) 

Frankly Le Dimanche 30 octobre 2011 22:04
@ Jacques-Yves Le Touze. Vous avez tout à fait raison.
(0) 

Justin Malec Le Lundi 31 octobre 2011 07:46
@ Jacques-Yves Le Touze
L'indépendance de l'écosse signifie la sortie de l'UE. Ce n'est pas parce que le SNP ment en disant que l'écosse sera indépendante dans l'UE que ceci est vrai. en devenant indépendante l'Algérie n'est pas devenue membre du conseil de sécurité, de l'OTAN, de l'UE sous prétexte que la France l'était. Le droit international est clair à ce sujet. L'écosse indépendante sera indépendante de l'Europe.
(0) 

JY Le Touze Le Lundi 31 octobre 2011 08:40
@ Justin Malec : vous disiez précédemment "Le SNP veut sortir de l'UE" , c'est faux puisque le SNP souhaite que l'Ecosse soit membre à part entière de l'UE. Quant à votre seconde remarque, en fait vous n'en savez pas plus que moi car il s'agit d'un cas qui n'est encore jamais arrivé au sein de l'Union Européenne. C'est ce qui le rend d'autant plus intéressant. Mais vu la souplesse diplomatique de l'Europe, il m'étonnerait fort qu'il y ait un problème véritable . D'ailleurs votre argument était celui des unionistes dans les années 2000-2005 et il n'est plus guère utilisé actuellement vu son inacuité.
(0) 

Louis Le Bras Le Lundi 31 octobre 2011 13:10
Le SNP a longtemps tenu un discours très européiste, avec notamment l'objectif d'intégrer l'euro, à l'inverse de l'Angleterre qui n'en veut pas.
La crise actuelle change la donne, le discours du SNP est beaucoup moins européiste.
Il faut bien voir que l'UE relève quand même en grande partie de la réthorique anti-anglaise, c'est bien naturel, puisque l'on sait que les anglais sont pas des fans de construction européenne. Une Ecosse indépendante raisonnera de façon pragmatique en fonction de ses intérêts.
Seule l'Angleterre pourrait être défavorable à l'entrée de l'Ecosse dans l'UE pour des raisons de "vengeance", mais en même temps je vois pas bien l'intérêt de l'Angleterre en fait de se priver d'un pays qui partagera surement pas mal de choses avec elle au sein de l'UE (ça fera 1 voix de +).
Ce qui se passe en Ecosse est très important, puisqu'il s'agit d'un processus qui se fait sans violence, qu'il s'agit d'un pays celtique ayant un nombre d'habitants pas si différent de la Bretagne, qu'il s'agit d'une péninsule comme la Bretagne, et que le devenir de l'Ecosse aura des répercussions directes sur l'Irlande du Nord (je vois mal l'Irlande du Nord rester avec l'Angleterre si l'Ecosse devient indépendante), et éventuellement sur le Pays de Galles.
L'Ecosse se tourne également vers ses voisins islandais et norvégiens, deux pays qui ne sont pas dans l'UE. Les îles Féroés (couronne danoise) ne sont également pas dans l'UE.
En réalité l'Ecosse est au centre d'une Europe insulaire-péninsulaire du Nord-Ouest qui participe trés peu voire pas du tout à la construction européenne.
Je pense que la passion du SNP pour l'Europe est un leurre, que le SNP est obligé de se démarquer de l'Angleterre idéologiquement, mais qu'une fois l'indépendance acquise, les écossais défendront leurs intérêts dans le contexte des nations de l'extrême Nord-Ouest européen.
Aprés l'indépendance, les écossais auront le choix de l'UE. Il y adhéreront peut-être, mais je doute qu'ils y adhèrent entièrement en fait, notamment au niveau monétaire.
L'indépendance est peut-être une double chance pour eux, car il s pourront en plus négocier les conditions de leur éventuelle adhésion, ce sera toujours plus intéressant pour l'UE d'inclure l'Ecosse (même sous conditions écossaises) que la Macédoine ou le Kosovo...
Personnellement je trouve que les bretons sont beaucoup trop euro-béats, on voit bien que nombre de pays s'en sortent très bien sans être directement dans l'UE en Europe (Norvège, Islande etc).
Ces pays signent des Traités, acceptent des règles communes, mais ne veulent pas du Diktat institutionnel européen, car il faut bien parler de Diktat sur de nombreux dossiers où ce n'est pas la Démocratie qui prévaut. La Démocratie n'est pas négociable.
On parle d'Europe pour peser dans la mondialisation, mais la crise de la dette de l'UE entraine pour conséquence une dépendance vis à vis de la Chine que nombre de petits pays européens n'ont pas en étant en dehors de l'UE !!
Par contre aucun projet de Défense commune, de grands projets industriels ou technologiques, alors que c'est peut-être là-dessus que le besoin d'Europe se fait le plus sentir. Rappelons-nous du projet de Défense commune qui aurait du être la première pierre de la construction européenne...
L'armée européenne actuellement, c'est l'OTAN avec la France et l'Angleterre, je sais pas si c'est bien positif tout cela, car la puissance militaire a un impact sur toutes les politiques économiques et culturelles. Actuellement l'Europe fonctionne sur la vache laitière allemande et les canons américano-franco-anglais.
Il serait bon que tout le monde (tous les européens) prenne part et ait son mot à dire sur la politique de défense européenne, sans passer systématiquement par Washington.
(0) 

Yann Le Bleiz Le Lundi 31 octobre 2011 15:58
@Louis le Bras,
Il est vrai que l'Europe butte sur certaines grands projets, mais est-ce uniquement l'Europe?
La locomotive européenne est souvent présentée par le célèbre couple franco-allemand.
Malgrè le cocorico retentissant des médias, sur la France qui sauve tout et tout le monde... On s'aperçoit que c'est l'Allemagne qui cadre l'Europe afin d'éviter les dérives financières des PIGS (F), comme par exemple faire en sorte que les budgets des états collent à la réalité économique.
En creusant un peu plus, nous pouvons nous poser la question à qui bénéficiera une plus grande intégration de l'Europe?
L'Allemagne est une entité stable et forte par son unité culturelle et son organisation fédérale favorable à l'économie, la France est un pays artificiellement uni par une pression culturelle et une centralisation à la limite de la démocratie.
De plus l'Allemagne fait très attention à respecter les petits pays, notamment les anciens pays de l'Est qui sont une vraie source de croissance. La population de ces pays ne s'y trompent pas, ils regardent tous vers le modèle allemand.
En parrallèle, la France pert de son éclat, les européens la considère comme prétentieuse et peu respectieuse, voir potentiellement agressive. (Sarkosy lui-même regarde maintenant et officiellement vers l'Allemagne, tout en recentralisant... ?!!! Le grand écart de la République républicaine!)
Il serait naïf de penser que les élites françaises ne comprennent pas la situation, et les risques qu'apporterait plus d'intégration européenne à la REPUBLIQUE et à son INDIVISIBILITE théorique.
Croire que dans ce contexte, la France jacobine est un défenseur de l'intégration européenne, c'est croire qu'elle souhaite son suicide idéologique.
Il m'est difficile d'imaginer plus d'intégration européenne, avec une France jacobine en son sein.
(0) 

SPERED DIEUB Le Lundi 31 octobre 2011 17:15
Louis Le Bras bien que je sois partisan de l\'Europe car au moins elle a permit d\'atténuer les tensions voir éviter les guerres qui ont saignées et ruinées le continent je partage en partie votre point de vue au point que je me demande que si l\'on voudrait mettre les citoyens à devenir hostile à la construction européenne on ne s\'y prendrait pas autrement du coup le pouvoir parisien centralisateur a le beau jeu en faisant de l\'Europe le bouc émissaire de tous les problèmes de la vie quotidienne politiquement cela contribue fortement en faire monter en puissance le front national ainsi que les jacobins de gauche Yann en ce qui concerne l\'Allemagne c\'est vrai que du fait de sa structure fédérale les landers ont beaucoup d\'autonomie c\'est sans doute pour cette raison que le mouvement national bavarois s\'est peu à peu éteint ??? N\'oublions pas que c\'était encore récemment un pays indépendant qui a été annexé et si les bretons étaient mis en première ligne lors de la guerre de 14 18 les bavarois l\'étaient également coté allemand .Par ailleurs la Prusse à également voulu annexer le Danemark lors de la guerre des duchés comme quoi malgré tout .... il faut faire la part des choses
(0) 

Yann le bleiz Le Lundi 31 octobre 2011 21:51
@ Spered Dieub
Je ne suis pas d'accord avec vous, l'Allemagne moderne a surtout pour origine la Prusse et la Bavière, les 2 plus puissants états allemands du 19ème siècle.
Les Bavarois sont avant tout des Allemands, donc rien de comparable à la Bretagne et au Danemark qui l'un celtique et l'autre scandinave (même si les scandinaves font partis de la grande famille germanique).
Un bavarois n'est freiné en rien dans sa culture, dans sa politique, ou dans son économie. Là encore une grande différence avec la Bretagne.
La Bavière possède même sa constitution, mais c'est plutôt un monument de fièreté car chaque bavarois se sent bien dans la constitution allemande, là encore une différence de taille avec la Bretagne.
Tous les peuples ne souhaitent pas l'indépendance, voir les Allemands de Belgique. Cela dépend de sa volonté propre et de la liberté qui vous est accordée.
La liberté de la Bretagne est une non existance au nom de la République Française et de sa vision personnelle et solitaire des droits de l'homme.
Mais il est vrai qu'au 19ème siècle, le Danemark aurait pu être une deuxième Bretagne!
Reste à savoir, si les Allemands du 21ème siècle auraient continué le délire de leurs anciens, comme le font les Français! J'en suis pas sûr!
(0) 

SPERED DIEUB Le Lundi 31 octobre 2011 22:54
Noz vat Yann mais hélas les faits historiques sont têtus
Le roi Guillaume promit le 5 août par écrit de veiller à l’intégrité et à l’indépendance de la Bavière.
Les espoirs d’un renforcement du pouvoir de la Bavière échouèrent donc. Ce fut justement le contraire qui se produisit, ce qui n’augmenta pas pour Louis l’intérêt de la politique.
Peut-être que certains d’entre vous se posent la question de savoir si cette lutte autour de l’indépendance bavaroise n’est pas un peu exagérée. L’auteur déjà cité, Bernhard Ücker, pose cette question : Pourquoi la Bavière aurait dû agir autrement ? Et il répond comme suit :
« La Bavière était un Etat avec une histoire ininterrompue de plus de mille ans, elle avait obtenu toujours plus de signification en Europe, vivait en paix sans désir d’expansion, était plus grande ou en tout cas pas plus petite que de nombreux Etats qui existaient de manière indépendante, et ceci jusqu’à cette heure, incontestée, dans une excellente disposition. Au cours des siècles, la Bavière s’est illustrée dans les méandres de la grande politique, et a toujours su ce qui était le mieux pour elle, et, lorsque cela était nécessaire, toujours défendre le Reich, mais systématiquement en tant qu’Etat singulier. »
Il est souvent reproché au roi de Bavière d’avoir été introuvable durant ces heures décisives, et d’avoir fui ses responsabilités. De récentes études prouvent à contrario que Louis II s’en tenait à un planning établi et connu à l’avance. Le 14 juillet, il arrivait au château de Berg. La présence du roi Louis II dans ces jours critiques est clairement établie.
Puisque les rois de Prusse et de Württemberg étaient à ce moment-là également partis, on ne peut pas reprocher au roi de Bavière de n’avoir pas été à Munich.
(0) 

SPERED DIEUB Le Lundi 31 octobre 2011 23:13
Compléments linguistiques
Langues germaniques septentrionales
Occidentales Féroïen • Islandais • Norvégien nynorsk
Orientales Danois • Norvégien bokmål • Suédois
Langues germaniques occidentales
Anglo-frison Anglais • Frison (occidental, oriental, septentrional) • Scots
Bas francique Afrikaans • Flamand • Limbourgeois • Néerlandais • Zélandais
Bas allemand Achterhooks • Bas saxon • Bas saxon des Pays-Bas • Drents • Bas saxon de Frise orientale (en) • Groningois • Plautdietsch • Sallaands • Tweants • Veluws • Westphalien
Haut allemand
Moyen allemand Allemand • Francique mosellan • Francique rhénan • Francique rhénan de Lorraine • Palatin • Francique ripuaire • Haut saxon • Kölsch • Luxembourgeois • Allemand de Pennsylvanie • Silésien • Wilamowicien
Allemand supérieur Alemán coloniero • Alsacien • Bavarois • Cimbre • Mochène • Souabe • Suisse allemand
Yiddish Yiddish
* Portail des langues germaniques Portail des langues germ
(0) 

Yann le Bleiz Le Mardi 1 novembre 2011 11:59
@ SPERED DIEUB
Je suis à nouveau pas d'accord.
La Bavière est un land possèdant son propre gouvernement, son ministère de l'éducation, son ministère de l'économie, etc...
Ils ont la totale liberté de leurs décisions propres..!!!
Elle possède même sa propre version du CDU (Chrétiens démocrates) qui est le CSU.
De plus, c'est le land le plus puissant économiquement.
Si les bavarois n'étaient pas à l'aise dans l'Allemagne moderne, ils ont toutes les cartes en mains pour s'organiser et demander une évolution de leur statut, ce qu'ils ne font pas!
Même réflexion, comme je vous le disais pour les Allemands de Belgique!
La situation bavaroise est donc à 100% à l'inverse de situation de la Bretagne (même si elle fut un Etat Libre mais faisant tout de même parti du Saint-Empire).
Les dialectes allemands font leur réapparition sur les télévisions régionales, ils n'y a aucun tabou.
Le droit à l'autodetermination des peuples, c'est aussi le droit de faire parti d'un ensemble.
Les Bavarois possèdent la possibilité de quitter l'Allemange, ils font leur choix de rester!
C'est aussi ça le droit à l'autodetermination!
(0) 

SPERED DIEUB Le Mardi 1 novembre 2011 17:27
Yann je crois qu'il y a un peu de mal entendu car la Bavière est en effet toujours un état libre et lisez mon dernier commentaire il n'est pas très différent de que vous dites toutefois ce n'est pas pour rien qu'il existe un parti bavarois !!! Et avant guerre il y en avait un autre très populaire qui s'est opposé à la prise de pouvoir des nazis allant jusqu'à créer une milice .Je ne fait que relater des faits historiques C'est vrai que par ailleurs dans beaucoup de pays unité linguistique ne veut pas dire uniformisation linguistique comme dans le pays qui s'appelle la France et quelque part au niveau du breton nous les avons plus ou moins copiés
(0) 

Yann le Bleiz Le Mardi 1 novembre 2011 19:35
@ Spered Dieub
Frei Staat (état libre) ne se comprend pas dans le sens que chacun aime l'entendre, mais veut dire "pays n'ayant plus de roi". D'ailleurs, la Saxe est également un Frei Staat.
Qu'il y ait un parti bavaroi, bien sûr, peut-être qu'un jour les Bavarois changeront de position! C'est leur droit, et je crois l'Allemagne assez démocratique pour l'accepter sans grand problème.
Mais pour l'instant, un bavarois possède des libertés qu'un breton ne peut même pas rêver! Et si le bavarois en voulait plus, il pourrait les avoir...
Si le breton voulait simplement avoir les libertés du bavarois, il serait crucifié sur l'hotel de l'anti-France bien avant! C'est là toute la différence!
Idem pour les Ecossais, les Anglais sont actuellement des vrais démocrates, rien à voir avec le "Pays auto-proclamé des droits de l'homme"!
Bon, sur le fond, je pense que nous sommes bien d'accord, evel just!
(0) 

SPERED DIEUB Le Mardi 1 novembre 2011 21:21
C'est vrai qu'à ce niveau les anglais ont pris un virage à 180 degrés mais je partage votre point de vue l'Allemagne actuelle est une république fédérale par contre je vous conseille de rechercher sur google ou wilkipédia en ce qui concerne la Bavière et les mouvements politiques bavarois vous vous ferez une idée par vous mêmes car il y a tout même un problème du fait que les bavarois sont complexés à tort ou à raison par rapport aux allemands du nord d
cordialement
(0) 

Yann le Bleiz Le Mardi 1 novembre 2011 22:14
Complexé?
Je vais souvent en Allemagne, j'aurai dit le contraire.
Mais bon, là n'est pas l'important.
Si la Bretagne avait le statut de la Bavière, Paris ne pourrait plus se méler de notre éducation, de notre langue, de nos radio et TV, de notre terrictoire, de notre économie, nous aurions une délégation à Bruxelle (une vraie) et la Bretagne gérait les aides de la PAC de ses paysans.
Ca serait déjà bien!
A galon
(0) 

SPERED DIEUB Le Mardi 1 novembre 2011 23:22
Yann pour information !!!
Un parti séparatiste appelle à bouter les Bavarois hors d'Allemagne
*
*
*
* Des Bavarois portant des habits traditionnels le 10 septembre 2206 lors d'une messe.
Des Bavarois portant des habits traditionnels le 10 septembre 2206 lors d'une messe.
* Précédent
* 1 / 1
* 1 / 1
* Suivant
ADVERTISING - ne pas effacer
Jouant des préjugés des Allemands du nord vis-à-vis de ceux du sud, un petit parti séparatiste bavarois appelle tous les Allemands à le soutenir lors de l'élection européenne.
Les affiches de campagne du Bayern Partei (Parti Bavarois), qui foisonnent à Berlin à l'approche de l'élection au parlement européen dimanche, appellent, non sans ironie, "à une Allemagne sans Bavière" et sans Bavarois, dont même la "langue" est "un affront aux Allemands cultivés".
"Voulez-vous vraiment vous débarrasser de la Bavière? Alors votez Parti Bavarois", affirment les affiches qui montrent un couple vêtu des traditionnels costumes bavarois s'éloignant en faisant au revoir de la main.
"Le Bayern ne nous énerve-t-il pas tous? Je ne parle pas de l'arrogant club de football aux millions de supporters, mais de l'Etat libre du sud tout aussi arrogant", affirme sur son site internet le parti, qui tente de rallier l'ensemble des Allemands à son objectif, l'indépendance de la Bavière.
"Ils se croient meilleurs que tout le monde simplement parce qu'ils ont de stupides montagnes et des lacs ennuyeux, et quelques chômeurs de moins que les autres", ajoute sur un ton moqueur le parti fondé en 1946.
"Son économie rutilante a été construite grâce aux milliards investis par les Allemands du nord" car avant cela l'économie de la Bavière c'était seulement l'industrie du lait, la production de culottes en peau, et celle du tabac à priser, ajoute le parti qui tente de ravir des voix aux chrétiens-sociaux (CSU), parti au pouvoir en Bavière depuis la fin de la guerre.
Le Parti Bavarois, qui n'a réussi à siéger au parlement fédéral que de 1953 à 1957, et qui lors de l'élection européenne de 2004 avait remporté 1% des voix, partage largement les thèses conservatrices de la CSU -- mais y ajoute le séparatisme.
*
*
(0) 

Yann Le Bleiz Le Mercredi 2 novembre 2011 10:18
@ Spered Dieub
Je n'ai jamais dit qu'il n'y avait pas de pas de volonté, mais c'est vraiment peanuts et ce n'est pas sans raison.
Et puis, que d'autres allemands raccomptent des bêtisses sur les bavarois, chaque pays à le droit d'avoir ses imbéciles. Mais, il ne faut en faire une généralité, ni des bavarois un peuple opprimé! (Cela ferait rire, et les bavarois en premier)
En Europe, le problème n'est pas l'Allemand, mais le Français qui lui a gardé son idéologie jacobine et colonialiste! L'un a su évoluer, comme l'Anglais ou même le Castillan, mais l'autre absolument pas!
(0) 

Olivier Le Jeudi 3 novembre 2011 09:45
Ce qui est bien avec M. Yann Le Bleiz c'est que l'on a droit à toutes les caricatures sur la France. L'Allemagne n'a pas évoluée, on lui a imposé un exécutif faible après la guerre. Cela ne signifie pas que les Allemand s'en satisfont. Pour avoir souvent été outre-rhin, je peux vous assurer que les Allemand ont bien des critiques concernant leur système politique et beaucoup souhaiteraient un état plus centralisé et puissant.
(0) 

SPERED DIEUB Le Jeudi 3 novembre 2011 11:01
Un état plus centralisé et plus puissant c'est ce qu'avait réalisé les nazis en mettant au pas les landers et en mettant en avant la devise un peuple une nation une langue .Oui c'est sur la base de concept inspirés en partie du jacobinisme que le plus grand drame du vingtième siècle a été possible et paradoxalement ces principes jacobins ont provoqué des dégâts jusque dans le mouvement breton durant la guerre ce qui expliques les égarements de certains .Pourtant au départ ces personnages tous comme des allemands ou des français n'étaient pas initialement pires ou meilleurs que d'autres seulement ils ont été fascinés et fanatisés par cette idéologie morbide Dans cette sinistre aventure la banalité du mal avait même pris le pas sur le racisme de part l'industrie de la mort
Mais revenons au sujet il est établit que une des raisons de la réussite économique de l'Allemagne est bien due au système fédéral qui au niveau de la démocratie n' a pas de leçons a recevoir de pays que je ne citerais pas .....Maintenant nul système n'est parfait ..
(0) 

Alan Carmichael Le Mardi 16 octobre 2012 01:23
Wow, quelle discussion. Je suis un Ecossais et j\\\'ai pensé qu\\\'il serait intéressant de voir ce que les grandes nations européennes comme la France et l\\\'Allemagne pense que l\\\'Ecosse se séparer du Royaume-Uni. Bien que le SNP veut faire Ecosse indépendante du Royaume-Uni, ils veulent continuer à utiliser la monnaie £ GBP et être membre de la Communauté européenne. Serait-il juste de comparer l\\\'Ecosse à la région flamande de la Belgique?
(0) 

Yann LeBleiz Le Mardi 16 octobre 2012 19:01
@ Alan Garmichael
Vous poser la question aux mauvaises personnes, si vous voulez la poser à la nation française.
ABP est un média breton, donc votre question va à la nation bretonne même si des français lisent certainement ce média!
Par contre, êtes vous sur que le SNP est si opposé que cela à l'Euro?
Le mot "indépendance" est actuellement mal utilisé, car le SNP souhaite être membre de l'Union-Européenne à part égale avec les autres pays!
Cela va dans le sens de l'histoire de l'Europe.
Les bretons n'en veulent pas moins!
Du moins, le jour ou la notion de démocratie sera la même pour les français! Car finalement, c'est une belle leçon de démocratie que les anglais donnent actuellement aux français!
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 3 multiplié par 0) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons