Écologie 2014 en France. L'hebdomadaire La Vie classe les 5 départements bretons en tête

-- Environnement --

Chronique de OMEB
Porte-parole: Gilles Delahaye

Publié le 8/11/14 2:09 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Même en écologie la Bretagne fonctionnerait réunifiée, si l'on en croit les études pour 2014 de La Vie en partenariat avec France Bleu et France 3.

(voir le site) titré Le Palmarès 2014 de l'écologie en France.

La palme d'honneur revient à

1 - Hérault ;

2 - Pyrénées Orientales ;

3 - Finistère.

La griffe d'Ouest France

Au delà des huit critères environnementaux sélectionnés et notés, exposés dans l'article : agenda 21 (implication des collectivités), gestion des déchets, agriculture biologique, qualité de l'air, consommation durable, qualité de l'eau, protection de la biodiversité et énergies renouvelables, l'Omeb vous entretient d'une réaction de Ouest France décryptée.

Difficile pour Ouest France de lutter contre une si belle carte de la Bretagne réunifiée (voir le site) titré Écologie. Tous les départements bretons dans le top dix.

Dans l'idée d'Ouest France, il s'agit bien, pour son titre, de tous les départements (oui), mais ceux de la Bretagne amputée. À la première lecture, ça échappe au lecteur qui se dit « Tiens Ouest France, pour une fois, accueille sans tiquer la Bretagne réunifiée ? »

Que nenni, Ouest France ne peut pas digérer une belle carte de la Bretagne entière sans aller y mettre ses poux ou un coup de griffe, et, dès la première phrase, rectifie le tir.

Pour se sortir de ce cruel dilemme il y va d'un bon vieux « ...les départements bretons, ainsi que la Loire-Atlantique ! » comme du temps où le tour de France cycliste quittait la Bretagne pour entrer en Loire-Atlantique, que l'OMEB avait sûrement épinglé...

Et prolonge par l'inévitable «En Pays de la Loire, la Loire-Atlantique fait figure d'exception en arrivant en 7e position du classement général» (ailleurs dans l'Ouest bien évidemment)...

Mais ces répétitives querelles de forme, usées avant de commencer, ne sont rien à côté d'un petit exemple qui met en avant les trucages possibles d'une telle étude...

La qualité de l'eau ?

Après la réaction d'Ouest France, un hors d'oeuvre, allons plus au fond des choses.

Oubliés les phosphates, les nitrates et les algues vertes ?

Même si nous n'entendons pas refaire toute l'étude avec nos pauvres moyens, nous avons quand même nous aussi des critères et des souvenirs.

C'est vrai, l'Omeb n'a pas spécialement cherché à se documenter sur la question cet été. Il ne s'est pas non plus déplacé sur la côte pour constater de visu comme en 2011 à Concarneau et au Cap Coz (voir notre article) et (voir notre article) (pour la contre manifestation des agriculteurs)... l'envahissement ou la disparition des algues vertes...

C'est vrai que depuis 3 ans les infos ont été abondantes sur d'autres thèmes, dramatiques ou pas.

On aurait pu croire le problème des algues vertes réglé, les gentils pollueurs d'eau phréatique et des rivières ayant peut-être pu enfin se mettre à élever leurs porcs proprement ?

Bref cet été jamais à la une des gazettes, les algues, et puis ce n'était pas la canicule, alors la gêne des touristes... bof, pourquoi en ajouter une couche en leur parlant d'algues vertes ?

Le critère 6 des études écolo est décrit ainsi : Notre calcul s'appuie sur la qualité de l'eau de consommation vis-à-vis des pesticides, sur celles des eaux de baignade et du milieu naturel : concentration moyenne en nitrates des eaux souterraines en 2011, teneur moyenne des cours d'eau en phosphates en 2012, moyenne des notes de l'indice poisson-rivière en 2011. (Sources : ministères de la Santé et de l'Écologie, Agences de l'eau et Office national de l'eau et des milieux aquatiques).

Oubliées officiellement les saletés, et sur ordre, oui, il semble.

Car voilà que la lettre d'information d'Eau et Rivières de Bretagne du 14 octobre arrive

(voir le site) qui titre Marées vertes, une année exceptionnelle... et commence ainsi :

« Le comité de suivi du Plan algues vertes ne s'était pas réuni depuis septembre 2013. Il a fait le 7 octobre, sous la double conduite de Patrick Strzoda, le Préfet de Région et de Thierry Burlot, le vice-président de la Région, un rapide tour de l'état d'avancement des 8 Chartes de territoire ».

« Les deux co-pilotes se sont attachés à dire (surtout dans la presse) que les choses évoluent positivement, même si la Bretagne revivra d'autres moments difficiles. La menace européenne de poursuite du contentieux Nitrates n'étant pas écartée, on aura tous compris qu'il n'est pas question officiellement de dire le contraire ».

C'est nous qui soulignons...

Un beau bémol pour la fiabilité des résultats de cette étude, n'est-il pas ?

Quant à l'élevage, le dernier paragraphe de la lettre, même d'une rédaction touffue et pas claire, est alarmant.

Voir aussi :
mailbox imprimer