Dumping dans les transports routiers et cabotage illégal : la fièvre monte

-- Economie --

Dépêche
Par Christian Rogel

Publié le 10/06/15 15:28 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

En apparence, le transport routier breton va mieux et les participants à la fronde contre l'écotaxe en 2013 (mouvement des Bonnets rouges) vaquent tranquillement à leurs affaires. En réalité, l'utilisation légale ou non de chauffeurs roumains permet aux entreprises du Sud de l'Europe, déjà avantagées par des contraintes légales et fiscales légères, de concurrencer encore plus les transporteurs bretons et les producteurs en Bretagne. En retour, certains transporteurs bretons font de même.

Pourtant, certains mènent une guérilla contre les camions étrangers, dont quelques échos filtrent dans les médias qui, disciplinés, ne relatent pas tout ce dont ils ont connaissance.

Il est plus facile de rendre compte des « opérations commandos » des agriculteurs, car il y a une forme d'habitude et de résignation à leur égard.

Un grand quotidien a relaté que, dimanche 7 juin, vers 23 heures 30, un chauffeur roumain, conduisant un camion espagnol et venant d'Espagne, a été victime d'une embuscade, à Saint-Évarzec (près de Quimper), montée « par une trentaine d'agriculteurs ». La cargaison de jambons, destinée à une filiale d'Intermarché, a été incendiée. Le chauffeur a été extrait de force de la cabine et malmené au point de devoir être envoyé à l'hôpital (interruption de travail de 3 jours). Au petit jour, quatre tracteurs iront déverser des gravats et des produits agricoles pour bloquer l'entrée de l'hypermarché Leclerc le plus proche, accusé aussi de vendre « la viande de nulle part ».

Mais les convois étrangers subissent une autre forme de « violence », celle qui évite de détruire du matériel et de toucher aux hommes. L'arme, très probablement maniée par des transporteurs et/ou leurs salariés, est la bombe de peinture noire pour obscurcir les pare-brises et les vitres latérales et couvrir d'inscriptions la bâche de couverture.

Le 4 juin, Ouest-France a relaté l'arrestation de deux personnes qui ont avoué avoir peinturluré 17 camions sur l'aire de repos de Saint-Guyomard (NO de Vannes), et mentionne 70 camions, venant surtout de l'Europe de l'Est, « décorés » en 3 mois depuis une première action le 8 mars.

Les observateurs extérieurs au transport mentionnent des actions beaucoup plus nombreuses en Bretagne, loin d'être toutes rapportées. La même chose était arrivée au début de 2014, quand des portiques et des bornes radar ou non brûlaient un peu partout en France.

Le mécontentement des professionnels est renforcé par le contournement de la loi qui interdit aux camions non français de pratiquer le « cabotage » (ramassage de plusieurs petites cargaisons).

Il suffit d'avoir un petit camion, dont le chauffeur reste une semaine en Bretagne, y dormant et se nourrissant à bas coût. Il collecte des petits chargements et un gros convoi vient ensuite ramasser en douce l'ensemble des chargements, qui, en apparence, ne viennent pas des producteurs. Le système peut être inversé, le gros camion ravitaillant plusieurs petits.

On dissimule le thermomètre, mais s'il survient un autre épisode impliquant agriculteurs et transporteurs, dira-t-on, l'air faussement surpris, « mais, pourquoi protestent-ils sans prévenir ? ».

Note 1 : Le président du collectif des transporteurs bretons, Claude Rault, a déclaré à l'AFP qu'il condamnait ces actions

Note 2 : La présence de nombreuses entreprises de transport routier liée à la multiplicité des chargements agricoles est un trait distinctif de la Bretagne et explique la fréquence particulière des actions professionnelles spectaculaires

Christian Rogel

Licence pour reproduction intégrale, sous condition de mention de l'auteur et de l'Agence Bretagne Presse

Voir aussi :
mailbox imprimer
Christian Rogel est spécialiste du livre, de la documentation et de la culture bretonne.

Vos commentaires :

Emmanuel
Jeudi 11 juin 2015

ATTENTION : "Le mécontentement des professionnels est renforcé par le contournement de la loi qui interdit aux camions non français de pratiquer le « cabotage » (ramassage de plusieurs petites cargaisons)."

Le cabotage c'est l'action de réaliser un transport dans un pays qui n'est pas le sien. Exemple : un Roumain charge en Roumanie pour livrer à Rennes, puis exécute un transport de Rennes à Pontivy. Le deuxième transport sera du cabotage.

Le transporteur étranger à le droit (comme les Français à l'étranger) à 3 opérations de cabotage en 7 jours. Mais, faute de contrôle les conducteurs de l'Est (3 fois moins cher que nous) n'appliquent pas cette règle et sont sur le territoire parfois pendant 3 semaine durant.

C'est cette triche, qui exaspère encore plus les conducteurs qui voient toutes les liaisons nationales s'en aller

fuckl'est
Samedi 13 juin 2015

je dit bravo a ceux qui on fait sa enfin des transporteur boue pour dire stop a cette concurrence de l'est et sud de l'Europe

ANTI-SPAM : Combien font 2 multiplié par 7 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.