Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Communiqué de presse -
DIWAN : le développement freiné par le manque de moyens financiers - DIWAN : an diouer a arc'hant o virout ouzh an diorren
Un collège Diwan à Nantes En octobre 2007, le Conseil d'Administration de Diwan votait le principe d'un collège à Nantes en septembre 2008. Cette décision s'appuyait sur le travail d'une équipe solide et efficace et Diwan mesurait bien la portée symbolique d'une telle ouverture. Dans ce département où
Dominique Jacq pour Diwan le 22/11/07 10:07

Un collège Diwan à Nantes

En octobre 2007, le Conseil d'Administration de Diwan votait le principe d'un collège à Nantes en septembre 2008. Cette décision s'appuyait sur le travail d'une équipe solide et efficace et Diwan mesurait bien la portée symbolique d'une telle ouverture. Dans ce département où les projets sont depuis plusieurs années systématiquement voués à l'échec tant dans les réseaux des écoles publiques que catholiques, l'ouverture d'un collège accueillant les élèves dans un établissement pratiquant l'enseignement du breton par immersion était important. En un an, le projet a pris corps, les structures ont été mises en place, le travail avec le conseil général a été positif. Certes, tout n'est pas encore réglé et les locaux n'ont pas encore été trouvés, mais tout porte à croire qu'une solution d'abord provisoire, puis définitive pour la rentrée de septembre 2008 sera trouvée.

Un projet bloqué pour des raisons financières

Et pourtant, ce projet pourrait ne pas aboutir ! En effet, Diwan n'a pas aujourd'hui les moyens financiers d'ouvrir un nouveau collège, fût-il en Loire-Atlantique. Un collège, en effet coûte très cher, à cause de la loi Debré qui exige un minimum de cinq ans d'existence pour que l'établissement soit contractualisé et que l'Education nationale prennent les enseignants en charge. Devant un tel enjeu financier, ouvrir un collège mettrait l'ensemble du réseau en danger.

Cet exemple montre bien la portée des difficultés financières de Diwan. Après plusieurs années sans nouveau projet, des écoles ont été ouvertes à Paris (2004), à Louannec et à la Chapelle Neuve (2006), à Châteaulin (2007). Pour septembre 2008, ce sont 4 projets qui pourraient ouvrir. Tout cela montre qu'une nouvelle dynamique s'est mise en place et c'est l'ensemble de l'enseignement en breton qui peut s'en féliciter. A Châteaulin, il n'y avait aucun enseignement bilingue avant que Diwan ne réussisse à ouvrir une école, dans la difficulté il est vrai.

Après 30 ans d'existence, Diwan n'a toujours pas les moyens de sa croissance. Une fois encore, Diwan est dans l'obligation de faire appel à la générosité des Bretons pour équilibrer son budget. A la fin octobre, il manquait 87 000 euros. Cela représente moins de 3% du budget global, c'est peu, mais c'est assez pour mettre Diwan en difficulté. Diwan ne risque certes pas de disparaître, mais cette dynamique de croissance peut être totalement cassée et il sera difficile d'accueillir de nouveaux élèves.

Des difficultés qui pèsent sur l'ensemble de l'enseignement bilingue

L'année prochaine, l'Education nationale va faire des coupes sombres dans le corps des enseignants : Selon la FSU, de 300 à 400 postes d'enseignants pourraient être fermés dans l'Académie (4 départements seulement). Quel sera le sort de l'enseignement bilingue, toutes filières confondues ? Peut-on espérer qu'il échappe à cette politique drastique ? Il est déjà de plus en plus difficile pour les associations Dihun et Div Yezh d'obtenir l'ouverture de nouveaux sites. Pour faire pression et pour que l'enseignement bilingue dans son entier continue à se développer, il est absolument nécessaire que Diwan soit fort.

Bien entendu, la région et les Conseils généraux soutiennent Diwan, mais cela ne suffit pas : il faut que Diwan augmente ses capacités d'autofinancement. Pour toutes ces raisons, nous appelons les Bretons et ceux qui défendent la langue bretonne à nous aider à nouveau, ponctuellement ou par des virements automatiques.

Pour un don de 100 € à Diwan il y a possibilité de retirer 66 € de vos impôts. Vous pouvez vous procurer l'imprimé de soutien à Diwan sur le site Diwan en cliquant à gauche en bas de la rubrique Skoazell Diwan sur : “votre aide est essentielle pour poursuivre cette belle aventure“. www.diwanbreizh.org Le lien direct pour l'imprimé de soutien est : (voir le site)

Ur skolaj Diwan e Bro Naoned ?

E miz here 2007 e oa bet votet gant Kuzul Merañ Diwan digeriñ ur skolaj en Naoned e miz gwengolo 2008. Diazezet e oa an diviz-se war labour ur skipailh kerent efedus hag ivez war un arouez : abaoe meur a vloaz e oa deut da vezañ dibosubl krouiñ skolioù divyezhek e LigerAtlantel, koulz en Deskadurezh Stad hag en deskadurezeh Katolik. Kinnig digeriñ ur skolaj a oa diskouez youl Diwan da stagañ Bro-Naoned ouzh Breizh ha youl ar vrezhonegerien da zifenn o yezh e Liger Atlantel. Abaoe ez eo aet ar raktres war raok, savet eo bet ar frammoù ret gant meur a gevredigezh sevenadurel eus an Naoned, labouret eo bet gant Kuzul meur an Departamant. Kudennoù a chom da ziluziañ c'hoazh, hini an ti, met chansoù zo e vo kavet un diskoulm da c'hortoz evit adkrog-skol gwengolo 2008, hag unan da vat da c'houde.

Ur raktres stanket abalamour d'an arc'hant

Ar raktres-mañ avat, forzh pegen solut e vefe, ne yelo ket betek penn, kazi-sur. Hiriv, ne c'hell ket Diwan paeañ ur skolaj nevez, hag e Bro-Naoned e vefe ! Ker ruz e koust ur skolaj, rak, abalamour da lezenn Debré, ez eo ret da zDiwan paeañ an holl gelennerien e-pad pemp bloaz d'an nebeutañ, araok ma vefent kemeret e karg gant ar Stad. Digeriñ ur skolaj a lakfe eta Diwan a-bezh en arvar.

Ar skouer-se a ziskouez splann kudennoù arc'hant Diwan. Goude meur a vloavezh hep raktres skol nevez, ez eo bet digoret skolioù e Pariz (2004), e Louaneg hag er Chapel-Nevez (2006) hag e Kastellin (2007). Evit gwengolo 2008, ez eus 4 raktres da zont. Diskouez a ra ar sifroù-se ez eus ul lusk nevez gant Diwan ha gwell-a-se, rak pouezus eo evit dazont ar brezhoneg : e Kastellin, ne oa klas ebet o kinnig un deskadurezh e brezhoneg araok Diwan. Ha krouet e oa bet Diwan 30 vloaz zo ! koulskoude, ne c'hell ket Diwan derc'hel da geñver an arc'hant ma vez krouet skolioù nevez. Ur wech ouzhpenn e rank Diwan goulenn skoazell ar Vretoned evit kempouezañ he budjed. E fin miz here e vanke 87 000 euro evit klozañ budjed 2007. N'eo ket kalz da geñver budjed hollek Diwan : nebeutoc'h eget 3%. A-walc'h eo koulskoude evit lakaat Diwan diaes. Ne vo ket Diwan en arvar war eeun abalamour d'an toullig-se, met bez e c'hell al lañs nevez bezañ torret ha diaes e vo degemer ar skolidi nevez.

Diaesterioù ar c'helenn divyezhek

Ar bloaz a zeu e vo serret postoù e-leizh gant an Deskadurezh Stad. Hervez an FSU e c'hellfe bezañ serret etre 300 ha 400 post kelenner en Akademiezh (4 departamant). E peseurt stad e vo eta ar c'helenn divyezhek ? ha tu zo krediñ ne vo ket gwallgaset gant seurt politikerezh ? Diaesoc'h diaes eo dija digeriñ skolioù nevez gant Div Yezh ha Dihun. Evit ma kreskfe ar c'helenn brezhoneg, ez eo ret e vefe kreñv Diwan.

Evel-just e vez sikouret Diwan gant ar Rannvro ha gant an Departamantoù, met n'eo ket a-walc'h : bez e rank Diwan kaout muioc'h a arc'hant drezi hec'h-unan. Evit an holl abegoù-se, e c'halvomp ar Vretoned da skoazellañ ac'hanomp en-dro, o kas chekennoù pe oc'h ober treuzvankadennoù.

Evit 100 € roet de zDiwan ez eus tu deoc'h lemel 66 € diwar ho tailhoù. Bec'h dezhi eta ! Tu zo da voulañ ar baperenn skoazell Diwan war lec'hienn Diwan o klikañ a-gleiz e traoñ karrezenn Skoazell Diwan war “prizius eo ho sikour evit kenderc'hel gant an hent“. www.diwanbreizh.org Evit mont war-eeun war ar baperenn skoazell : (voir le site)

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1703 lectures.
Vos 0 commentaires
Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 2 multiplié par 4) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons