Disparition de Youenn Gwernig
Dépêche de Philippe Argouarch

Publié le 30/08/06 22:58 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Youenn Gwernig est né à Scaër en 1925. Il est décédé mardi dernier, 29 août, à Douarnenez. Jeune sonneur, il compte parmi les membres fondateurs du bagad Kemper. Il fut aussi sculpteur accompli, un poéte et un musicien de talent.

IL PART Á NEW_YORK EN 1957.

Ne trouvant pas ses marques dans ces années cinquante "où tout le monde se moque de la culture bretonne", il part pour l'Amerique, comme d'ailleurs beaucoup d'autres de ce coin de Bretagne.

A New-York, il exerça le métier de sculpteur sur bois. Un jour d'avril 1961, il y rencontra le fameux poète beatnik Jack Kerouac. Un canadien descendant d'un émigré parti vers 1720 du Huelgoat: Urbain Le Bihan, fils du sieur de Kervoac. Une solide amitié va les lier avec la perspective de revenir ensemble en Bretagne et fouiller les archives. Tous les deux étaient des voyageurs sur le sentier des anciens bardes celtes. Kerouac est l'auteur mythique de "On the road", un hymne à la poésie, à la liberté et à l'ecriture spontanée sur la base de sentiments authentiques et du vécu. Youenn Gwernig a fait parti de ce mouvement.

RETOUR AU PAYS EN PLEIN RENOUVEAU

Youenn l'Américain revient au Pays en 1969. Il débarque dans un moment de vives mutations culturelles bretonnes et sociales. Ses chansons le portent sur cette Bretagne qui se lève et revit ; ses poèmes trilingues aussi - breton, anglais, français -. C'est un artiste complet - musicien, poète et sculpteur -. IL entre de plein pied dans la mouvance des Glenmor,Stivell, Servat et se laisse porter sur la vague. Ses compagnons seront aussi Patrick Ewen, Gérard Delahaye, Christian Desbordes et tant d'autres. C'est l'époque où il sort son premier vinyl puis des 33 tours. Plus tard, il enregistrera plusieurs CD, dont le dernier en 1995.

Avec bonheur, il s'essaie au roman , ce sera "La grande tribu" (chez Grasset). Ses écrits en langue bretonne ont été principalement édités chez Al Liamm. Il a reçu le Prix Xavier de Langlais en 1996 pour l'ensemble de sa production poétique. Certaines de ces chansons ont été adaptées par Graeme Allwright et Pascal Lamour.

ET PUIS LA Télé à FR3

Youenn était un grand défenseur de la langue bretonne. Il a 58 ans lorsqu'en 1983 - dans une Bretagne pleine d'espérance en la vague rose - il est appelé à prendre en charge les émissions en langue bretonne pour leur donner une autre impulsion : il en gardera un goût de trop peu dans un cadre qu'il avait rêvé plus large à la mesure des promesses…

Son dernier ouvrage, écrit à l'encre de sa mélancolie "Appelez-moi Ange" paraît en 2002 chez Blanc Silex.

Discographie:

* Distro ar Gelted, LP, 1974

* E-kreiz an noz, LP, 1975

* Private people

* Eman ar bed va iliz (CD 1990)

* Just a traveller (CD)

Publications:

* An toull en nor (bilingue breton-français), 1972

* An diri dir (trilingue breton-français-anglais), 1976

* La grande tribu (roman, français), Grasset, 1982

* Un dornad plu (bilingue breton-anglais), Al Liamm, 1997

Il figurait aussi dans le documentaire "Chemin des Brumes" (2003) de Xavier Liebard, qui fut aussi un de ses amis.

Youenn a été enterré à Douarnenez vendredi à 10 h 30.

©ABP/PFA/AJ

Philippe Argouarch

Philippe Argouarch


mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 2305 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 3 multiplié par 0 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.