Disparition de Bill Millin
Dépêche de Philippe Argouarch

Publié le 28/08/10 19:07 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Bill Millin, l'Écossais joueur de Cornemuse, qui avait débarqué avec les Bretons du commando Kieffer ( voir l'article ) et les autres commandos de la brigade commandée par Lord Lovat (un autre Écossais), sur la plage de Ouistreham, le 6 juin 1944, est décédé le 17 août à l'âge de 88 ans.

Parmi les airs qu'il a joués en ce jour historique, "Hielan Laddie" (Le gars des Highlands, en scot), "The road to the Isles", "Rowan tree", "Marche des hommes de Cameron" , "The nut brown maidden" et "Blue Bonnet over the border".

Des soldats allemands, faits prisonniers pendant la bataille du canal de Caen et du pont Pégase, auraient déclaré qu'ils avaient évité de lui tirer dessus alors qu'il arpentait la plage en sonnant The Road to the Isles. Sa cornemuse, qu'il avait débarquée à bout de bras pour ne pas la mouiller, a eu moins de chance. Endommagée par des éclats d'obus, elle est toutefois conservée au musée du Pont Pégase.

Bill Millin laisse aussi un livre épuisé Invasion aux éditions Heimdal, que les bouquinistes britanniques vendent à plus de 300 euros en format poche.

A noter que l'hebdomadaire britannique The Economist lui consacre une page entière cette semaine dans sa section nécrologie. Les médias français sont passés à côté de ce devoir de mémoire, tandis que Millin faisait le buzz de la presse anglophone, la Une du New York Times, du Herald Tribune, du Times etc. En tout, une quarantaine de titres au Royaume Uni, aux USA, Canada, Australie, Nouvelle-Zélande, mais aussi Allemagne, Hollande, Pologne, Tchéquie, Slovaquie, Espagne, Italie, Mexique, Malte, Vietnam, Argentine, Belgique, Afrique du Sud..... ! En France seul Ouest France et ABP en ont parlé, un petit reportage France 3 Basse Normandie et c'est quasiment tout !


(voir le site) de l'association qui travaille depuis deux ans à un mémorial. Elle nous signale qu'alors que des Chefs de gouvernement et d'État ont souhaité assister à l'inauguration du monument, l'État français et les collectivités locales brillent par leur silence pour le moment. L'association fait appel à vos dons pour financer la statue de Bill : Un bronze de deux mètres dont le coût est de 76.000 euros.

P. Argouarch

(voir le site) pour sa biographie sur le Telegraph, en anglais, avec photos.

Philippe Argouarch

Philippe Argouarch

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 2213 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 3 commentaires
Jean-Pierre HIBERTY
2010-08-31 23:27:40
A noter et diffuser aussi largement que possible,
Le Mary Queen Of Scot Pipe Band (MQSPB) et son Président Serge ATHENOUR, organise, avec la Municipalité de Colleville-Montgomery - Calvados, une cérémonie d'hommage à Bill MILLIN le samedi 11 septembre à 14:00 sur Sword Beach, devant l'Office de tourisme, Avenue de Bruxelles, à l'emplacement du futur mémorial.*
Déroulé prévisionnel:
- Interprétation par le MQSPB: Green Hills of Tyrol / When battle is over
- Discours par Catherine NICOLLE, représentant Guy LEGRAND, Maire de la commune
- Interprétation par le MQSPB: Scotland the brave/Rowan tree
- Point par Gaëtan ADER, Sculpteur, de l'avancement de la statue *
- Interprétation par le MQSPB: Flower of Scotland
- Discours par Serge ATHENOUR, Président du MQSPB
- Interprétation par le MQSPB: When the pipers play
- Minute de silence
- Dépôt de fleurs à l'endroit du futur mémorial avec interprétation de Amazing grace par le MQSPB
ou, si le temps le permet (grandes marées-météo):
- Marche avec jet de fleurs à la mer, le MQSPB interprétant Amazing grace.
- Interprétation par le MQSPB: Auld lang syne
- Fin de la cérémonie
- A voir également, exposition sur les Commandos & spéciale Bill MILLIN à l'Office de Tourisme.
* si vous souhaitez faire un don et soutenir le projet de réalisation de la statue en hommage à Bill MILLIN,je vous invite à visiter le site de l'association D-day Piper Bill Millin à l'adresse suivante:
(voir le site)
(0) 
Renée Mazé
2010-08-31 23:27:40
On lira « Histoire de l'anglophobie en France, de Jeanne d'Arc à la vache folle » par Jean Guiffan, historien breton (Terre de Brume, 2004). Dans sa conclusion, cette petite phrase : L'anglophobie n'ayant plus tellement sa raison d'être.... Si la presse nationale française s'est à cette occasion encore montrée anglophobe, je dirais que Ouest France – qui publie en Bretagne ET en Normandie – s'est pour une fois démarqué de son côté français et a penché pour la celtophilie. Car il ne faut pas confondre anglophobie et celtophobie. On a trop tendance en France y compris dès l'enseignement secondaire, à cataloguer « anglais » tout ce qui est ou nous vient d'Outre Manche au lieu de nous enseigner le mot « britannique ». Quelle erreur ! Outre Manche il y a l'Angleterre ET les Pays celtiques : Irlande, Cornouailles, Pays de Galles et Écosse, et si certains Bretons sont encore anglophobes, ils sont celtophiles, la meilleure preuve le FIL, Festival Interceltique de Lorient, ainsi que de nombreux jumelages. Au débarquement l'équipe de Lord Lovat et de Bill Millin, avec le commando Kieffer comprenait sûrement plus de Bretons et d'Écossais que d'Anglais...
(0) 
Alain Guillou
2010-08-31 23:27:40

Tout simplement extraordinaire
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 8 multiplié par 5 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.