Dialogue paisible avec un maire réticent à la création d'une école Diwan à Pont-Croix

-- Langues de Bretagne --

Reportage de Christian Rogel

Publié le 21/01/15 15:47 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

L'Agence Bretagne Presse a rapporté les propos du maire de Plouhinec ( voir l'article ) qui, ne se contentant pas d'exprimer des réserves sur le projet de création d'une école Diwan à Pont-Croix s'était permis de refuser une salle pour une réunion d'information dans sa commune.

Cette réunion s'est tenue le 20 janvier, au bourg de Plouhinec dans la salle trop petite d'un ancien restaurant et elle a attiré une cinquantaine de personnes venue écouter les promoteurs du projet.

Le délégué de l'Office public de la langue bretonne a mis l'accent sur la nécessité que l'offre d'enseignement bilingue soit répartie sur l'ensemble du territoire breton, parce que cet enseignement « répond à un besoin »

La carte établie par l'Office public fait apparaître un manque d'offre criant sur le territoire de trois communauté de communes en Finistère, les Monts d'Arrée, Pleyben et le Cap-Sizun. C'est la logique du besoin exprimé et de la demande sociale qui fait naître ce projet dans la capitale de ce dernier petit pays.

Erwan Le Coadic rappelle ensuite les bénéfices, reconnus par des études universitaires nombreuses, du bilinguisme précoce pour l'apprentissage des manières scientifiques et la maîtrise de plusieurs langues.

Cependant, le maire de Plouhinec, Bruno Le Port, avait fait en sorte d'être présent, malgré une obligation dans le reste de la soirée.

Il a dit avoir voulu alerter sur le devenir de 2 écoles du Cap, où « le départ d'un élève pourrait amener la fermeture d'une classe ». Il a présenté ses excuses par rapport au fait que ses propos ont pu être interprétés comme des attaques, en particulier, vis-à-vis du breton. Il a affirmé haut et fort qu'il est Breton et indiqué que la Fête de Saint-Yves (Fête de la Bretagne) sera fêtée, en mai prochain, à Plouhinec, pour la première fois.

Il a aussi signalé qu'il lui tenait à coeur de réduire les temps de route pour désenclaver le Cap par la création de créneaux de dépassement.

Anna-Vari Chapalain, directrice de Diwan et d'autres personnes ont pris la parole et témoigné, la première indiquant que Diwan est bien dans la République et qu'un dialogue républicain est possible.

Une des idées importantes est que l'école Diwan est susceptible de faire venir ou revenir des enfants scolarisés hors du canton.

« Je vous comprends très bien » et pour moi aussi, « les langues, c'est important », précisé Bruno Le Port, qui a souhaité bonne chance au projet de Pont-Croix.

Naig Le Gars, Vice-présidente du Conseil régional, a tenu à souligner le soutien qu'apportait la Région Bretagne à la poursuite du dynamisme engendré par les filières bilingues.

Au cours de la réunion, ont été présentés certains aspects du fonctionnement des écoles Diwan, des collèges et du lycée de Carhaix, dont il a été rappelé qu'il est "le premier de France pour les résultats devant Henri IV et Louis-le-Grand" (97 à 99% de réussite au bac). C'est aussi l'un de ceux qui accompagnent le mieux les élèves (taux d'élèves de seconde allant au bac). Une habitante de Plouhinec, dont 4 enfants ont été scolarisés à Diwan a indiqué que chacun avait trouvé sa voie et accédé aux études supérieures et elle a mis en lumière la capacité d'accompagnement individuel pour un de ses garçons qui, malgré des petits handicaps a fait une scolarité sans redoublement et des études de haut niveau.

Un petit film disait l'étonnement d'un maître d'école qui continuait de s'émerveiller devant l'incroyable capacité des enfants de 2 à 3 ans à se saisir du breton et à l'utiliser très rapidement.

Le président du comité de soutien, Michel Guillou, un Plogoffite installé à Pont-Croix, a indiqué que sur la vingtaine d'enfants, dont les parents ont marqué un intérêt pour l'école, il n'y avait que 10 à retenir comme quasi-sûrs, sachant qu'il faudra 14 avérés pour que Diwan Breizh décide en mars ou en juillet de l'ouverture à la rentrée.

A Diwan, les enfants peuvent ensuite intégrer l'école tout au long de l'année. Pour les enfants en niveau CP, il a été indiqué qu'il vaut mieux qu'ils rentrent en grande section, quitte à leur faire sauter une classe plus tard.

La municipalité de Pont-Croix a réservé des locaux pour l'école et il semble que la majorité des maires soient favorables au projet. Les propos du maire de Plouhinec, tels que rapportés par la presse et les sites Internet (l'Agence Bretagne Presse, principalement), ont soulevé quelques réfutations qui ont, parfois, été répercutées par mail à Bruno Le Port.

Ce qui est remarquable c'est que le comité de soutien comprend, non seulement des parents potentiels, mais des retraités, dont un ancien instituteur ayant exercé 18 ans dans le Cap. Plusieurs sont brittophones et pourront aider les enfants à la maîtrise de la forme locale du breton, qui n'est pas aussi éloignée du standard que plus au Sud et plus à l'Est.

Parmi les autres bonnes nouvelles, il y a le raccourcissement de délai de mise sous contrat des écoles, allégeant d'autant la charge des comités de soutien et la signature d'une convention entre l'Éducation nationale et Diwan Breizh, dans le préambule de laquelle est reconnue, pour la première fois, la méthode de l'immersion linguistique.

Christian Rogel

Licence autorisant la reproduction intégrale avec mention de l'auteur et de l'Agence Bretagne Presse

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 2090 lectures.
Christian Rogel est spécialiste du livre, de la documentation et de la culture bretonne.
Vos 21 commentaires
Alwenn
2015-01-21 16:18:52
"Il a affirmé haut et fort qu'il est Breton"
"Ce qui est remarquable c'est que le comité de soutien comprend, non seulement des parents potentiels, mais des retraités, dont un ancien instituteur ayant exercé 18 ans dans le Cap. Plusieurs sont brittophones et pourront aider les enfants à la maîtrise de la forme locale du breton"
Des retraités, il y en a dans tous les territoires brittophones. Il faut donc créer dans toutes les communes brittophones un enseignement bilingue, qui doit être la norme et non l'exception.
Si l'enseignement bilingue est bénéfique d'un simple point de vue intellectuel aux enfants qui le recoivent, il faut le généraliser !
La "Région" peut toujours clamer qu'elle fait des efforts, mais nous n'avons pas encore une politique linguistique digne de ce nom. On progresse à la vitesse des limaces.
Cela est dû en particulier au double langage des politiciens, qui font le minimum syndical pour pouvoir dire qu'ils ne font pas rien, mais ne font rien pour lever les obstacles français qui empêche un vrai développement du breton.
Le maire incriminé a "affirmé haut et fort qu'il est breton". Bonne nouvelle !
(0) 
Job LE GAC
2015-01-21 18:16:40
Si la "norme" en Bretagne n'est pas d'enseigner la langue bretonne, où cela le sera t-il?? . .
M. Le Goff revient donc sur ses dires, on progresse . . ! !
(0) 
Ar Vran
2015-01-21 18:33:10
Bravo enfin une bonne nouvelle! et merci à tout le monde pour avoir su comprendre ce besoin en langue bretonne.
Maintenant reste à suivre la concrétisation de ce dossier.... car une promesse se doit toujours d'être concrétisée.
et bien sûr comme l'écrit Alwenn "Des retraités, il y en a dans tous les territoires brittophones. Il faut donc créer dans toutes les communes brittophones un enseignement bilingue, qui doit être la norme et non l'exception."
Parallèlement il faut s'attaquer aux cas des 2 dernières communautés de communes du Finistère qui n'ont toujours pas compris cela, à savoir les Monts d'Arrée et Pleyben.
D'ailleurs et plus généralement il serait intéressant de faire une enquête sur les points noirs restants en Basse-Bretagne (d'abord) pour recenser ces communes (et pas seulement en Finistère) et comprendre pourquoi pour chacune de ces communes, le train du (ré)enseignement de la langue bretonne n'a pas réussi à passer.
La reconnaissance de la langue bretonne et son utilisation sont des combats permanents qu'il faut mener tous les jours. On voit donc que la ténacité paye face à l'hypocrisie.
(0) 
Patrick Yves GIRARD
2015-01-21 21:26:02
Enfin une bonne nouvelle malgré les propos défavorables émis précédemment par Mr Bruno LE PORT.
(0) 
Hubert Jestin
2015-01-22 11:54:43
"indiquant que Diwan est bien dans la République et qu'un dialogue républicain est possible." Ca veut dire quoi exactement ? On doit encore se justifier et dire amen aux dogmes de l'état ? Il aurait suffi de se référer à la démocratie.
(0) 
Christian Rogel
2015-01-22 13:10:18
@Hubert Jestin
L'auteur des propos me disait juste après la réunion que n'être pas d'accord avec ce qu'est actuellement la République française n'est pas une bonne raison pour abandonner l'idée qu'on doit vivre en république.
En effet, pourquoi laisser le monopole du mot aux idéologues républicanistes et faire croire qu'il n'y aurait qu'une sorte de république possible ?
(0) 
Alan meur
2015-01-22 20:21:13
Et pourquoi la condamnation du média 7Seizh pour avoir évoqué certains problèmes à diwan n'est pas ouvert aux commentaires ?
(0) 
Christian Rogel
2015-01-22 21:42:28
@Alan meur
Pour ne pas ouvrir la porte à un tribunal fantôme et incompétent par nature.
(0) 
PIERRE CAMARET
2015-01-23 01:48:06
Hubert JESTIN . Je partage votre point de vue ...... que veut dire un "dialogue Republicain "n'importe quoi ?
Quand a notre premier Ministre : sa connaissance du francais , semble se resumer a 3 mots : Republique - Valeurs Republicaines --- ?????
Franchement je prefere le discours d'OBAMA sur l'Etat de l'Union. Je l'ai tres bien percu . Ceux du Ministre Francais ... pas dutout .
(0) 
Yvon Bordiec
2015-01-23 11:07:38
Tout à fait d'accord avec Ar Vran : il n'y a pas que dans le Finistère où il y a des zones sans enseignement bilingue (22 Plouaret, Saint Nicolas du Pelem, Lanvollon etc..)
(0) 
Hubert Jestin
2015-01-23 11:54:07
@Christian Rogel Désolé mais je continue à ne pas comprendre. En quoi est-ce le rôle de la direction de Diwan de prôner telle ou telle forme d'institution ?? La seule question qui vaille est celle de la démocratie. Et jusqu'à preuve du contraire la république française dénie toute véritable démocratie à la langue bretonne alors que la monarchie britannique reconnaît officiellement les langues galloise, gaélique écossaise, etc... Donc je ne comprends pas cette affirmation mais je subodore encore un vieux réflexe de certains qui ont un mal fou à se sortir des vieux schémas et qui par ailleurs veulent à tout prix montrer leur "bonne volonté" à leurs maîtres .....
(0) 
Ar Vran
2015-01-23 12:51:00
Pour continuer sur mon constat
Il est intéressant de recenser les zones ou territoires où la langue bretonne n'a pas encore le droit de cité. Pour cela il suffit d'aller sur le site de l'office de la langue bretonne et voir les cartes correspondant aux communautés de communes et/ou communes qui ont une ou plusieurs écoles proposant le Breton et/ou ayant adhéré à la charte Ya d'ar brezhoneg.
Et là stupeur ! on s'aperçoit que les zones blanches correspondent à des territoires qui ne sont pas perçus comme dynamique d'un point de vue economique, (centre bretagne, le coin d'Auray-Carnac, Lanvollon...).
J'irais même jusqu'à faire une interprétation :le fait de ne pas s'engager pour la réappropriation du Breton n'est-il pas lié à des communes dont les administrés et élus ont tendance à se refermer sur eux-même , vivre sur un passé magnifié par la IIIème republique. Petite opinion.
(0) 
Christian Rogel
2015-01-23 14:29:00
@Hubert Jestin
Toujours pour éclairer les déclarations d'AV Chapalain, directrice et co-fondatrice de Diwan: la forme républicaine de l'Etat ne doit pas être le monopole des républicanistes jacobins et, donc, communautaristes. On peut donc faire référence à la République sans endosser les monstruosités juridiques, et autres, françaises.
La majorité des Etats ont la forme républicaine pour autant qu'on se souvienne que les USA sont composés de 50 républiques fédérées. Voir aussi l'Inde, le Nigéria (36 Etats), etc.
Toutes les républiques ne sont pas démocratiques, mais, cela peut exister.
Si Diwan n'était pas pragmatique, il aurait disparu depuis longtemps.
(0) 
Hubert Jestin
2015-01-23 16:35:24
@ChristianRogel . Je ne vois toujours pas le rapport avec la situation actuelle des écoles Diwan. Certes, nous devons faire avec les règles de l'Etat français ( qui se trouve être une république mais ça n'a strictement aucune importance par rapport au sujet), mais aussi souligner les retards démocratiques de cet état. Je ne vois absolument pas ce que viennent faire là des considérations quasi philosophiques sur le meilleur régime institutionnel éventuel .... Ce n'est guère pragmatique .... Pour le reste, ce qui compte, ce n'est pas le nom donné au système institutionnel de tel ou tel état qui importe mais le niveau des libertés démocratiques dont jouissent les citoyens.
Je continue à ne pas comprendre les allusions prêtées à la directrice de Diwan .
Pour mémoire, c'est au nom des "valeurs républicaines" à la française que la langue bretonne a été détruite et aussi dernièrement que la réunification de la Bretagne ne s'est pas faite si l'on s'en tient aux propos de certains notables anti-réunification. Alors à moins d'être masochiste, laissons de côté ces mots république et républicain et revenons en aux principes de la démocratie telle que vécue au quotidien dans la majorité des pays européens.
(0) 
Yann Maneguen
2015-01-23 17:40:34
Si on applique la charte de Diwan, la direction de Diwan ne devrait pas prendre parti dans aucun domaine.
Je reste choqué et toujours sas réponse à un courrier envoyé à Diwan Breizh suite à la prise de position pour scolariser une petite fille non européenne d'origine présente illégalement sur le territoire.
Il ne faut pas se leurrer : Diwan est vendu depuis longtemps aux socialistes (Lincoln ne cachait pas en être membre) et proche de certains franc-maçons dont certains sont même aux tous débuts de Diwan.
Donc quand AVC fait allégeance à la République c'est bien à la République actuelle et surtout ses soit-disantes "valeurs" : égalité (mais pas trop pour les Bretons), liberté (d'expression mais pas sur certains sujets que je ne nommerais pas risquant alors un procès), fraternité (des frères trois points), et enfin la gageure du moment : la laicité ! Ce dernier mot est d'ailleurs intraduisible dans les autres langues, c'est un concept franco-français qui est en réalité une vraie religion avec son catéchisme que vient NVBelkacem d'imposer dans les écoles à raison d'un lavage de cerveau de 900 h tout au long de la scolarité !!! 900 heures rien que pour "expliquer" (lire imposer) un cache sexe pour éradiquer définitivement le sentiment religieux de la tête de nos enfants.
Heureusement il y en a qui résistent à Diwan: le KT au collège de Kemper se porte très bien avec une vingtaine d'inscrits.
(0) 
Christian Rogel
2015-01-23 19:16:00
@Hubert Jestin
AV Chapalain ne s'est pas référé aux valeurs républicaines, mais, au fait, qu'une république, même boiteuse, ne peut pas refuser le dialogue.
La République est un régime avec une organisation concrète et la démocratie une manière de fonctionner à l'intérieur d'un régime.
Qu'y-a-t'il d'extraordinaire à vouloir fonctionner dans le cadre du régime politique, si celui-ci n'est pas totalitaire ?
Cela ne veut pas dire faire allégeance aux "valeurs" douteuses qu'il prône. Voyez-vous une autre solution ? Se constituer en organisation subversive ?
Diwan est une organisation laïque au sens strict : aucun enfant ne sera détourné de la pratique de la religion des parents.
(0) 
Alwenn
2015-01-24 14:08:07
"Anna-Vari Chapalain, directrice de Diwan et d'autres personnes ont pris la parole et témoigné, la première indiquant que Diwan est bien dans la République et qu'un dialogue républicain est possible."
Un "dialogue républicain" en général, je ne sais pas ce que cela veut dire (Le Loire était un fleuve "républicain" du temps où on y noyait des prêtres !)
Un "dialogue républicain" dans une république qui affirme que la langue de la république est le français est par définition impossible pour Diwan.
Nous ne sommes pas dans un "dialogue" mais dans un rapport de force. Nous ne gagnerons pas par le dialogue mais par le rapport de force.
Accepter la rhétorique "républicaine" c'est admettre que le rapport de force n'est pas en notre faveur. Contre l'oppression républicaine nous avons cependant le patriotisme breton : «Il a affirmé haut et fort qu'il est Breton»
(0) 
Bernez Jestin
2015-02-02 16:08:15
Entièrement d'accord avec les pertinentes remarques de mon homonyme Hubert Jestin. Je milite depuis longtemps pour substituer systématiquement "démocratique" à "républicain", adjectif extrêmement connoté c'est le moins qu'on puisse dire. De même pour "citoyen", vocable auquel il ne manque qu'un bonnet phrygien : préférons-lui donc "civique", sans équivoque, lui. Christian, tu dis que la majorité des Etats a la forme républicaine : oui sans doute mais c'est aussi le cas des plus totalitaires. L'URSS était une république, comme tous les Etats communistes existants. Les Etats les plus avancés au plan des libertés, des droits économiques politiques ou sociaux sont par contre en Europe, pour ce qui nous concerne donc de près, des monarchies (dites en l'occurrence "constitutionnelles". Je pense en particulier aux pays du Nord, des Pays-Bas à la Suède en passant par le Luxembourg et le Danemark. J'avais eu l'outrecuidance de m'exprimer ainsi il y a longtemps devant le maire (PS) de Konkerne. Cela ne lui avait pas plu du tout.
(0) 
Naon-e-dad
2015-02-04 14:06:10
@christian Rogel
« La République est un régime avec une organisation concrète et la démocratie une manière de fonctionner à l'intérieur d'un régime. »
Il me semble que c'est exactement l'inverse. La Démocratie est une notion conceptuelle : aspiration aux libertés humaines, au niveau individuel et collectif, aspiration à une certaine justice, etc…
La mise en ½uvre de cette notion s'opère selon au moins deux familles de régimes: les régimes monarchiques, les régimes républicains. La République « à la française », assez bruyante et turbulente – nous en sommes à la version 5 en attendant, cela semble de plus en plus inévitable, la version 6 - , est une variantes des régime républicains.
Pour des raisons historiques, mais pas seulement, la République « à la française » est porteuse d'idéologie qui n'a rien à voir avec la Démocratie. Elle est, par exemple, imperméable à la notion de diversité linguistique, de sous-ensembles territoriaux appelés « régions ». Elle ne conçoit qu'un seul mode de rapport à l'Etat principal, le mode individuel. Tout groupe fonctionnel intermédiaire (quelle qu'en soit la base : géographique, historique, culturelle…) est non seulement proscrit, car considéré comme mettant en danger, l'existence du système (on se demande pourquoi), mais intellectuellement impensable. C'est comme çà !
Bien sûr les lecteurs de l'ABP, et bien d'autres publics, connaissent parfaitement cela. Si je rappelle un peu ces réalités, c'est aussi à destination des lecteurs étrangers, qui ne sont pas en situation de les percevoir.
Que faire ? Nous avons besoin d'air, d'oxygène. Comment ? Je ne sais. Mais l'Histoire continue sa marche. Si le Politique coince – comme il le fait depuis des décennies, au moins - , on peut s'attendre à ce que l'Economique ne pousse aux ajustements. Dans l'urgence, et le désarroi.
Quand Manuel Valls, premier ministre en exercice, s'écrie récemment au terme d'un discours de soutien politique (élection partielle locale) : « Vive la République, vive la Nation, vive la France ! », il y a de quoi sursauter. Ce « Vive la Nation » est en trop. On peut comprendre qu'il traduise son énervement après l'affaire Charlie. Mais ce « Vive la Nation », tout à fait incongru et asynchronique, est une des phrases les plus inquiétantes que j'aie jamais entendues dans la bouche d'un politicien. La période des « sans-culottes » est terminée, et j'espère définitivement.
Car cette notion de « Nation », spécificité bien française, est précisément au c½ur du problème. Il ne s'agit pas d'éructer, ni de cacher sa soif impériale derrière un vocabulaire inexportable, mais de repenser les choses. Dans une perspective de Démocratie modernisée, et apaisée.
La survie de la Bretagne, de la langue bretonne, sont des éléments et seront des signaux forts de la réussite ou non de la Démocratie en France. Hep Breizh, Demokratelezh ebet. Sans Bretagne, pas de Démocratie.
Bien sûr, c'est toute l'Europe qui est concernée par l'avancée des réalités démocratiques sur ses territoires constitutifs.
(0) 
Christian Rogel
2015-02-05 22:40:50
@Naon-e-dad
Ce qui est certain, c'est que,démocratie et république ne se confondent pas (sauf, en Grèce, où "demokratia" est le mot employé pour république, laquelle est plutôt oligarchique), ils ne se placent pas au même.niveau.
Partout, on distingue trois régimes politiques : république, monarchie et autocratie, et on peut leur adjoindre des adjectifs comme dictatoriale, autoritaire, oligarchique, théocratique, fédérale, etc. La démocratie un concept philosophique qui n'a de valeur que s'il est mis en actes.
(0) 
Ker itron al lann
2015-02-16 18:11:23
Merci Christian Rogel pour cet excellent article qui prouve bien qu'un dialogue serein est la base du "vivre ensemble".
Vous précisez: "La directrice de Diwan et d'autres personnes indiquent que Diwan est bien dans la République et qu'un dialogue républicain est possible."
En tant qu'ancien parent d'élève de l'école Diwan (eh oui!!!) et républicain, je ne vois là rien d'incompatible ni de choquant.
Ce qui peut être triste, c'est qu'elle soit obligée de le dire...
Certaines attitudes nous font un tord considérable, il serait grand temps de l'admettre.
Les commentateurs de l'Abp ne sont pas en reste par ailleurs.
Mais qu'à cela ne tienne, le dialogue vaut toujours mieux que le "mut"isme. Merci de tolérer encore mes commentaires.
J'en finirai en rappelant la mort de Pierre Ernault vendredi dernier dans le finistère, à l'âge de 93 ans.
Je n'ai pas vu cette information apparaitre sur les présentes colonnes. Peut être ai-je mal vu!
P Ernault était l'un des derniers survivants du commando Kieffer.
Né au mans, il se maria avec une jeune bretonne. Il s'engagea parmi les FNFL. et participa au débarquement.
Un article pour saluer sa mémoire serait bienvenu. Merci par avance.
KIAL
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 0 multiplié par 6 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.