Des partisans de l'aéroport de Nantes snobés par les autorités au profit des opposants ?

-- Economie --

Dépêche
Par Christian Rogel

Publié le 15/02/13 15:05 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Par communiqué de presse, l'Association citoyenne pour la réalisation de l'aéroport de Nantes (ACIPRAN), qui prétend avoir 1 000 adhérents et 3 000 sympathisants, déclare qu'elle ne comprend pas qu'à l'occasion des rencontres nationales des élu(e)s municipaux écologistes (16 -17 février) qu'elle ne sera pas reçue par les autorités de Nantes, le 15 février, à 14 h 30, en même temps que les opposants.

Elle estime que le débat ne se devrait pas se dérouler qu'en vase clos et ne concerner que les opposants à l'aéroport.

L'ACIPRAN qui s'était mise en sommeil en 2005 a été réactivée en novembre 2012 lors de l'établissement du camp retranché à Notre-Dame-des-Landes.

Le président de l'ACIPRAN est Alain Mustière, ancien président du Conseil économique, social et environnemental de la Région Pays-de-la-Loire, propriétaire de plusieurs concessions automobiles.

Il préside aussi l'association pour l'interconnexion TGV Sud (création d'une gare TGV à Orly), laquelle est parfois présentée comme une alternative au développement des plateformes aériennes de l'Ouest.

Les scénarios étudiés sont chiffrés de 1,4 à 3,3 milliards ¤

Il a affronté, autrefois, Jean-Marc Ayrault, lors des élections à Saint-Herblain.

Voir aussi :
mailbox imprimer