Des partisans de l'aéroport de Nantes snobés par les autorités au profit des opposants ?
Dépêche de Christian Rogel

Publié le 15/02/13 15:05 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Par communiqué de presse, l'Association citoyenne pour la réalisation de l'aéroport de Nantes (ACIPRAN), qui prétend avoir 1 000 adhérents et 3 000 sympathisants, déclare qu'elle ne comprend pas qu'à l'occasion des rencontres nationales des élu(e)s municipaux écologistes (16 -17 février) qu'elle ne sera pas reçue par les autorités de Nantes, le 15 février, à 14 h 30, en même temps que les opposants.

Elle estime que le débat ne se devrait pas se dérouler qu'en vase clos et ne concerner que les opposants à l'aéroport.

L'ACIPRAN qui s'était mise en sommeil en 2005 a été réactivée en novembre 2012 lors de l'établissement du camp retranché à Notre-Dame-des-Landes.

Le président de l'ACIPRAN est Alain Mustière, ancien président du Conseil économique, social et environnemental de la Région Pays-de-la-Loire, propriétaire de plusieurs concessions automobiles.

Il préside aussi l'association pour l'interconnexion TGV Sud (création d'une gare TGV à Orly), laquelle est parfois présentée comme une alternative au développement des plateformes aériennes de l'Ouest.

Les scénarios étudiés sont chiffrés de 1,4 à 3,3 milliards ¤

Il a affronté, autrefois, Jean-Marc Ayrault, lors des élections à Saint-Herblain.

Christian Rogel

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Christian Rogel est spécialiste du livre, de la documentation et de la culture bretonne.
Vos 1 commentaires
Paul Chérel
2013-02-16 18:47:28
C'est quoi les autorités de Nantes ? Il est bien évident que les écologistes n'aiment pas les contradicteurs. Paul Chérel
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 8 multiplié par 0 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.