Des partis bretons, un parti breton, quel(s) parti(s) breton(s) ? (2ème partie)

-- Politique --

Point de vue de Christian Rogel

Publié le 17/04/15 19:32 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Après un survol des partis politiques de Bretagne qui ont porté l'idée de son émancipation totale ou partielle, voici une seconde partie concernant les faiblesses des formations politiques actuelles.

Les formations politiques bretonnes de 2000 à nos jours

Les formations bretonne souffrent de deux carences : l'incapacité à élaborer un programme politique détaillé sous le prétexte de ne pas mélanger les affaires françaises et bretonnes et organisation interne lâche pour masquer les divergences au lieu de les canaliser.

D'un pseudo-centralisme démocratique, l'UDB est passé à un localisme qui ne permet pas plus d'enrichir son programme : on met en avant des "luttes" qui évoquent, de loin, le gauchisme spontanéiste des années 70, c'est un trait qu'elle partage avec la gauche mélenchoniste et l'aile gauche des Verts.

Principale formation de la droite bretonne, malgré des alliances avec Christian Troadec, le Parti Breton, tolère que son président puisse se présenter aux élections "à titre personnel" (!?) passant des accords avec l'UDI ou l'UMP à Rennes. Placé sous le signe de l'humanisme, son programme est le plus détaillé, mais, n'a pas été mis à jour depuis 2007, et, on serait bien en peine d'en citer deux mesures qui disent quelque chose au citoyen lambda. Lequel s'inquiétera plus de propositions pour les retraites ou la Sécurité sociale.

L'indépendance n'y est pas explicitement revendiquée (mais, mise en vedette à Vannes, en 2015), mais, l'horizon est celui d'un "Etat démocratique breton" en invoquant "le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes". Ce flou peut satisfaire les militants, mais, moins les électeurs.

"Breizh Europa" prône l'autonomie de la Bretagne et une citoyenneté bretonne dans une Europe fédérale, mais comme "chaque région se bat de son côté pour définir au mieux le statut qui lui convient auprès de son État de tutelle", il n'est pas répondu à l'interrogation légitime sur ce qu'on fait en attendant que l'Etat français jacobin se soit fait hara-kiri. BE semble plus enclin à se saisir de questions d'actualité françaises.

L'élaboration des programmes : une faiblesse structurelle

Fransez Favereau, professeur d'Université honoraire, remarquait dans son livre Bretagne contemporaine (Skol Vreizh, 2004) que, bien qu'elles se voient comme parti, les formations bretonnes ne sont, finalement, que des clubs politiques et il ne faut pas s'étonner que les "vrais" partis leur empruntent quelques idées pour ratisser plus large. Cela serait plus difficile si les propositions étaient chiffrées et mises à jour, mais, il faudrait alors disposer des travaux de recherche d'un ou plusieurs "think tanks" ( voir l'article ).

Autre handicap : l'absence d'un leader identifié, qui, étant donné la personnalisation des débats dans les médias, implique du charisme et des talents de débatteur, mais, cela est lié, soit à des principes (UDB), soit de l'absence de vrais synthèses partagées en amont, pour que les militants reconnaissent leur principal porte-parole, même s'ils ont des divergences secondaires.

On ne connaît pas de leader politique breton qui se soit soucié d'apprendre la technique du débat audiovisuel devenue incontournable (C. Troadec est le meilleur, mais, c'est parce qu'il vient du monde des médias).

Des alliances avec des partis français ?

Une partie du mouvement breton a toujours proposé "l'union de tous les Bretons", mais, est-ce complètement réaliste face à la fragmentation politique, au poids de l'unitarisme prêché, nuit et jour, et, fait moins récent qu'on peut croire, à l'accroissement de l'immigration de toutes les régions de France ?

Un néo-Fouesnantais disait sa perplexité : il se sentait des affinités avec la profession de foi de l'UDB, mais, disait ne pas pouvoir voter pour elle, puisqu'il n'était pas breton.

Autre paradoxe de l'UDB : elle se réclame si bruyamment de la Gauche qu'elle révulse ceux qui ne s'y reconnaissent pas, qu'ils soient dans le mouvement breton ou en-dehors. Comme la social-démocratie a un sérieux coup de mou en Europe et que le PS a pris une forte option anti-décentralisation, un nouveau réglage du programme et des alliances semble nécessaire ( voir l'article ), mais, les partenaires potentiels, que ce soit les décentralisateurs ou les fédéralistes français ou la gauche non jacobine, sont très minoritaires dans l'Hexagone.

Prêcher l'union est, peut-être, mettre la charrue devant les boeufs, car, c'est, au mieux, ne pas pouvoir s'allier avec les partis hexagonaux, au pire, postuler une conscience nationale largement hypothétique. Les alliances ne font qu'avec des contorsions ou omissions, dont l'électeur perçoit le caractère opportuniste.

Des actions avec les autres régions françaises et européennes ?

Le chercheur en sciences politiques, Tudi Kernalegenn, a consacré une étude à Régions et peuples solidaires qui coordonne plusieurs partis au niveau européen, d'abord de gauche, car il a été construit avec l'aide des Verts européens. Il est montré qu'au fil des arrivées et départs, l'équilibre politique a été modifié, puisque Unser Land-Mouvement alsacien qui n'a rien en commun avec la gauche y a été admis, alors que le Parti Breton s'est vu fermer la porte pour ne pas froisser l'UDB.

Quoiqu'il en soit, il n'existe aucune unité d'action et, encore moins électorale, au niveau de l'Hexagone. Rien d'étonnant donc que Christian Troadec propose d'être le représentant des "régionalistes" à la prochaine présidentielle. Personne ne peut s'y opposer, ni produire une alternative crédible. Tout bonnement parce qu'il est "bankable" au regard des médias.

Intégrer les nouvelles formes d'engagement politique

Si on regarde qui s'est engagé avec le mouvement des Bonnets rouges (qui reste actif, même si c'est sur un mode mineur), il apparaît qu'il est composé de deux grands groupes : ceux, souvent jeunes, qui ne sont jamais engagés politiquement et les anciens membres des formations bretonnes qui sont déçus par l'offre actuelle. Par nature, les Bonnets rouges sont anti-partis.

Les uns et les autres ne veulent plus du parti paroisse où la seule valeur est le temps qui lui est consacré par la petite phalange militante, l'adhérent de base restant passif. Ils souhaitent aussi des actions concrètes et/ou décalées par rapport aux partis classiques. Ils pensent aussi qu'il y a beaucoup à gagner en exploitant la nouvelle sociabilité numérique : réseaux sociaux, sites Internet mis à jour, et, pourquoi pas les méthodes de campagne basées sur la constitution de bases de données.

Autant dire qu'ils se sont pas en phase avec les partis bretons traditionnels, dont aucun n'a fait sa conversion numérique. Connaissez-vous une chaîne sur YouTube ou Dailymotion consacrée à l'expression politique bretonne ?

Parti national ou parti positionné à gauche ?

Que des partis "nationalitaires" se réclamant de la gauche se trouvent en concurrence avec d'autres plus à droite est fréquent, mais, c'est le plus souvent le parti centriste qui est majoritaire.

En Bretagne, la situation inverse prévaut depuis 50 ans, mais rien ne dit qu'elle soit stable, le sachant que le corps électoral incline de plus en plus vers la droite. Un parti positionné au centre gauche, comme l'est de facto l'UDB, semblerait adapté, mais, à condition de faire une révolution dans les mots, c'est-à-dire, d'abandonner la rhétorique pseudo-révolutionnaire, qu'une grande partie du PS continue d'agiter pour contrer le ressentiment vis-à-vis d'un Etat jacobin qui se fait aimer pour les services qu'il rend et détester pour son autoritarisme infantilisant. Mais, l'UDB, qui n'est autonomiste que depuis 10 ans, peut-elle devenir inclusive en évoluant vers un Parti national écossais à la bretonne ?

En guise de conclusion

On entrevoit ce qui ne marche pas : les leaders non entraînés au débat, des candidats non préparés et sans connaissances politiques, des objectifs à court terme et à moyen terme non clairement définis (indépendance, statut propre ou état fédéral), des alliances à géométrie variable, des programmes qui parlent d'institutions au lieu de la vie des gens, une inadaptation à la vie numérique, etc.

Mais, surtout, il manque un véritable parti, avec une communication moderne et avec des statuts qui organisent la rédaction du programme à 5 ans et contraignent les opposants minoritaires à une collaboration constructive.

Il ne pourrait exister sans une cellule méthodologique qui étudie toutes les organisations modernes et performantes. Une question se poserait : faut-il être inclusif, comme le SNP écossais ou les indépendantistes catalans qui cherchent à convaincre les immigrés, de quelque région du monde qu'ils soient ? Proclamer sa solidarité revient, au fond, à botter en touche.

Avouer son impuissance ou entamer une mue salvatrice, voilà le dilemme posé

La première partie de cet article examine les formes organisationnelles des formations politiques bretonnes avant 2000 ( voir l'article )

Christian Rogel

Licence pour reproduction intégrale, sous condition de mention de l'auteur et l'Agence Bretagne Presse

Voir aussi :

0  0  
mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1759 lectures.
Christian Rogel est spécialiste du livre, de la documentation et de la culture bretonne.
Vos 139 commentaires
J-J PAGE
Mercredi 26 janvier 2022
Le paysage politique breton est bien insuffisant. Figé à gauche depuis longtemps par l'UDB, relancé à droite par le parti breton, seuls les bonnets rouges et K. Troadec ont émergé et donné un peu de "frissons" et d'espoir en 2014. Il reste, désormais K. Troadec, personnage médiatique. Mais, en effet, prêcher l'union sans avoir de fondamentaux bien établis est illusoire. La conscience "nationale" des Bretons est également à prouver, même si la dimension identitaire est indéniable...
En 2015, le seul enjeu sera de savoir si le plantage volontaire de la réunification par le PS lui fera perdre la région administrative. Dans le cas contraire, il aura beau jeu de conforter tous les "grands élus" de Bretagne qui ont pour projet de noyer la Bretagne dans une fusion ouestienne... Commençons par résister aux adversaires d'une Bretagne identifiée et forte, sinon demain, nous n'aurons même plus le cadre pour exister.
(0) 
Alwenn
Mercredi 26 janvier 2022
Ce que j'ai du mal à comprendre, c'est qu'on se focalise sur des partis dont on a peu à attendre comme si ils devaient tout nous apporter, et qu'à côté, il n'y a que très peu de "mouvement" de la part de la société civile. C'est pas tout à fait vrai, puisqu'il y a par exemple... les Bonnêts Rouges, qui continuent de travailler dans l'ombre (après la lumière) et sur le long terme (j'espère que ça ne sera pas trop long !), il y a Breizh Impact, qui n'a pas autant d'impact qu'on l'aurait souhaité et qu'il le mériterait, et peut-être autre chose.
Faut-il être dans un parti pour proposer un projet global pour la Bretagne ? Il y a aussi quelques penseurs, des géographes, par exemple, qui militent pour la réunification, un groupement d'entreprises, au logo avec le phare (le nom m'échappe, Made in Breizh ?), des inovations, comme le prix Dugesclin, ...
Bref, il y a beaucoup de choses éparpillées, avec des revendications communes, comme la réunification ou l'enseignement des langues, et plus de décentralisation, peut-être une télé bretonne, ...
Et, résultat, RIEN !! Pas la plus petite avancée !!
C'est consternant, quand on y pense, mieux vaut ne pas trop y penser, mais faut quand même y penser un peu, et dès qu'on y pense, même un peu, le mot qui vient à l'esprit est : consternant, c'est CONSTERNANT.
Ceci dit, on ne va pas rester consterné, on ne va pas se laisser faire, on va faire quelque chose, on va faire ... quoi ? Qu'est-ce qu'on va faire ?
Certains nous propose déjà de ... voter ... ps ... aux régionales ! Mais c'est par dérision, c'est pour rire, c'est une blague, c'est pas sérieux.
Bon, laissons les partis, et cherchons des solutions en dehors des partis. Un cierge à l'église ? Quelqu'un a djà essayé ?
(0) 
Paul Chérel
Mercredi 26 janvier 2022
Comme il fallait s'y attendre, pardon; comme je m'y attendais, cette deuxième partie est tout aussi politique et exclusivement politique, que la première. Des discours, des idées 100 % copier/coller de partis français hors du monde réel et de son évolution. Le mouvement breton progressera, ou plutôt, commencera à naître, lorsqu'il proposera un nouveau souffle aux Bretons et ce ne peut être à mon avis que sur des bases économiques,techniques,scientifiques, commerciales... d'un avenir à réorienter totalement. Sinon, restons Français et mourons Français. Un fédéralisme serait évidemment la solution mais surtout l s'inspirant de ce que font ou ont fait les autres, en instruisant nos Bretons du constat et en démontrant que c'est la seule voie à suivre. Paul Chérel
(0) 
Sebgi35
Mercredi 26 janvier 2022
Pour répondre à Mr Rogel.Le Parti Breton refond son programme politique. Il est en cours de correction mais la France étant constamment en élection nous devons bâtir des programmes. C'est le cas pour les élections régionales de 2015. Pour ce qui est des bonnets rouges le Parti Breton animé très fortement ce mouvement. Pour ce qui est de Troadec il n'a aucune organisation derrière lui pour mener des élections et a besoin du Parti Breton sur le plan logistique. Maintenant si nous voulions faire plus de travail il faudrait plus d'argents et de militants
(0) 
Alwenn
Mercredi 26 janvier 2022
En fait, les partis bretons sont à l'image du mouvement breton, faible, divisé, et partant dans tous les sens, sans que personne n'ait suffisamment d'autorité pour montrer la voie à suivre et la méthode pour arriver là où on veut arriver.
Il suffit de lire l'ABP, les contributions des contributeurs, les communiqués des communicateurs, les commentaires des comentateurs, tout cela ressemble à une immense cacophonie où tout et son contraire se dit, se redit et se reredit perpétuellement et sans fin.
En somme, tant qu'il n'y aura pas un "chef" pour montrer la voie, nous ferons du sur place et continuerons de déblaterer.
C'est vrai pour un parti comme pour l'ensemble du mouvement breton.
(0) 
Christian Rogel
Mercredi 26 janvier 2022
@Alwenn @Paul Chérel
L'article concerne des partis et c'est ma liberté d'auteur de choisir les sujets que je crois importants. C'est un peu ironique de dire que je parle pas des Bonnets rouges, alors que j'en parle et que cela m'étonnerait que quelqu'un ait écrit autant que moi à leur sujet.
Bien sûr que je parle de politique française, puisque l'axe de l'article est l'adéquation des partis bretons à la lutte électorale et ce ne sont pas les Martiens qui en fixent les règles !
(0) 
SPERED DIEUB
Mercredi 26 janvier 2022
Je viens d'écrire ce commentaire sur la chronique de Michel Bouvier mais il est une des explications historique ,de la situation consternante actuelle ,je vous le propose
J'ai appris quelque chose que j'ignorais ,à savoir que Martray avait tenté de créer un parti breton ,vu que c'était une personnalité consensuelle ,qu'il était ancien résistant ,et que la période était proche de la fin de la guerre ,cela aurait du être un atout supplémentaire ,pourquoi n'a t-il pas réussi? Mais le MOB est apparu tout de même par la suite ,ce mouvement fédérateur n'aurait jamais du cesser d'exister Le fantôme de sa division plane toujours sur la mouvance bretonne
(0) 
Christian Rogel
Mercredi 26 janvier 2022
@SebGirard35
Tant mieux que le PB travaille à mettre à jour son programme, mais, il doit bien distinguer programe d'orientation et programme à court terme et chiffré pour chaquue élection.
Ce n'est pas à moi d'approuver ou non le maintien de l'alliance avec Troadec, mais, cela semble logique.
J'espère que le PBB ne sera pas le seul à le soutenir.
(0) 
Nolwenn FLOC'H
Mercredi 26 janvier 2022
@Christian Rogel.
Monsieur Rogel , ce que vous affirmez concernant le Parti Breton est erroné. Ce parti regroupe des gens de toute tendance politique , à l'exclusion des extrêmes.Nous partageons des valeurs et nous connaissons des points de divergence, ce qui fait de notre parti un parti démocrate.
Notre programme a été revu, voyez-vous! Nous sommes tous issus de la société civile, nous travaillons , nous sommes engagés ,bénévoles, pour défendre les intérêts de la Bretagne.
De plus ,il ne faut pas oublier que nous ne sommes affiliés à aucun parti français .
Merci donc de vérifier ce que vous avancez .
A wir galon .
(0) 
Christian Rogel
Mercredi 26 janvier 2022
@Nolwenn Floc'h
Je ne parle que de la nécessité pour un parti d'être cohérent, de savoir canaliser la diversité de points de vue, donc d'avoir une plateforme claire, partagée et une roadmap publique.
Cela ne met pas en cause les militants. Ceux-ci doivent quand même proposer de moderniser les méthodes, en particulier de donner une existence numérique : réseaux sociaux, chaînes vidéos, etc.
(0) 
Alwenn
Mercredi 26 janvier 2022
@ Christian Rogel
Je ne parlais pas de votre article spécialement, même s'il y contribue, je parlais de manière plus général.
Pour que les partis bretons puissent progresser en voix, il faut que la manière de penser des Bretons changent. Est-ce que les partis bretons peuvent seuls faire cette révolution des esprits ? NON.
Les manières de pensées s'imposent par les partis, par les medias (journaux, radios, télés, internet), par les institutions, par les syndicats, par l'école, par l'université, ...
Les partis bretons sont une goutte d'eau là dedans, sans moyens financiers, sans beaucoup de figures charismathiques. Que peuvent-ils donc ? RIEN, s'ils sont seuls et ont le reste (media, syndicats, institutions, partis "officiels") contre eux.
Autrement dit, votre article n'est pas réaliste en laissant croire que les partis bretons pourraient seuls faire des miracles en ayant un bon programme, une meilleure organisation et des idées plus claires. C'est complètement IRREALISTE.
(0) 
Alain MUZELLEC
Mercredi 26 janvier 2022
L'évaporation.
Ce qui nous guette à court terme, c'est l'évaporation de la Bretagne et de ce qui reste du peuple breton, comme, à marée basse, les flaques résiduelles sèchent au soleil.
L'avenir de ces flaques d'eau est plus dans la marée suivante que dans leur hypothétique conservation.
S'efforcer qu'existe la Bretagne et le peuple breton ne peut être qu'un projet d'avenir et en aucun cas, la renaissance d'un passé mythique et en réalité plutôt minable.
Comme le dit Cherel, c'est sur l'économie, l'industrie et les réussites bretonnes qu'il faut miser.
Le mouvement politique breton, et parfois aussi le mouvement culturel se voient comme des minorités assiégées, défendant un héritages dont ils se croient propriétaire. Ce ghetto breton, ce sont des flaques d'eau qui s'évaporent avec les années, alors qu'existent 4 à 5 millions de personnes, bretonnes d'origine et d'adoption, qui ne demandent qu'à adhérer aux succès d'une Bretagne non muséifiée, et ne se reconnaissent pas dans les purismes conservateurs.
Ces bretons très divers, se retrouvent dans une valorisation de la Bretagne, quelque soit le concept que recouvre ce terme flou, qu'on l'envisage décentralisé ou davantage.
Par surcroit, ils représentent la démocratie.
En un mot, il faut considérer que l'hermine qui se laisse tuer de peur de trainer ses pattes dans la boue est une bête bien stupide, et bien peu courageuse, dont le destin n'est pas de nature à attirer grand monde.
Breizh da zont!
(0) 
J-J PAGE
Mercredi 26 janvier 2022
@Paul Cherel Totalement d'accord avec vous, le "fédéralisme" est la voie à suivre. Le fédéralisme permet de concilier les principes de subsidiarité, de liberté et de participation. Ce concept est innovant au regard de la "République jacobine", il permet de dépasser les clivages et les niches partisanes. Le fédéralisme peut d'ailleurs se combiner à plusieurs niveaux (Européen, hexagonal et régional), il peut aussi tout simplement permettre de fédérer dans l'optique d'une élection des sensibilités et des organisations différentes... Pragmatisme et refus des idéologies. Désormais pour gagner, il faudra accepter de faire autrement, avec ceux qui veulent faire gagner la Bretagne. Les adversaires sont désormais bien connus...
@Alwenn d'accord sur le travail de fond remarquable assuré par les bonnets rouges et Breizh ImPacte.
(0) 
Alwenn
Mercredi 26 janvier 2022
"S'efforcer qu'existe la Bretagne et le peuple breton ne peut être qu'un projet d'avenir et en aucun cas, la renaissance d'un passé mythique et en réalité plutôt minable."
Un passé "mythique" et "plutôt minable" ?? Que dire du présent alors ? Minable au carré ? au cube ?
(0) 
SPERED DIEUB
Mercredi 26 janvier 2022
En ce qui concerne Troadec ,et ce n'est pas pour le critiquer le moins du monde .Mais comme tout commun des mortels ,il est vulnérable ,il peut malheureusement lui arriver un accident .. ou une autre défaillance J'en conclue que s'appuyer trop exclusivement sur lui peut s'avérer risqué à l'instar de mettre tous ses oeufs dans le même panier
Par contre en ce qui concerne les organisations politique bretonnes je pense que son mouvement le MBP va prendre de l'ampleur
(0) 
Paul Kerguelen
Mercredi 26 janvier 2022
20% de la population Bretonne est plus ou moins favorable à l'indépendance si l'on en croit les sondages.
Or, ces 20% ne se reflètent pas dans les résultats électoraux.
Il doit bien y avoir une raison non?
Nous avons vu dans la première partie une des raisons: la divisions des mouvements Bretons.
Je suis indépendantiste, mais, qu'ai-je en face de moi et qui réponde vraiment à mes attentes?
Non pas un parti clairement autonomiste dont le but proclamer et de nous conduire à l'autonomie, mais une myriade de partis qui espèrent que la population les rejoignent, non pas sur la base de l'autonomie, mais sur la base d'un programme de gouvernement, si jamais la Bretagne devient autonome!
Autrement dit, en tant qu'indépendantiste, je dois non pas choisir pour l'autonomie de la Bretagne, mais choisir si elle soit être de gauche ou de droite, choisir sa ligne politique avant de choisir si elle doit être ou non autonome!
Or, ce n'est nullement ce qui m'intéresse! Ce qui m'intéresse avant tout, c'est qu'elle redevienne au minima autonome!
Ce qui m'intéresse, c'est d'avoir en face de moi un parti qui me dis "oui, nous pouvons être autonome, parce que voilà la situation de la France, voilà la situation de la Bretagne, voilà où en est son économie, voilà en quoi la Bretagne peut prendre son destin en main"
Tant que nous ne serons capable d'offrir cette vision au 20% de la population Bretonne, rien en changera! Et nous en serons toujours à blablater!...
Désespérant, exaspérant! A ce demander si nous la voulons vraiment cette autonomie!
(0) 
SPERED DIEUB
Mercredi 26 janvier 2022
Tugdual
20% de la population Bretonne est plus ou moins favorable à l'indépendance si l'on en croit les sondages.
Seulement lors d'un scrutin environ 15% des indépendantistes potentiels ne feront pas de cette idée la première priorité lors de l'élection ,tout le problème il est là .L'équation n'est pas facile à résoudre malgré que sur le reste vous avez raison dans le sens ou on met la charrue avant les boeufs .
Ce qui veut dire aussi que malgré les supposés 20 % la conviction émancipatrice reste timide comparée aux catalans ou aux écossais ,c'est le résultat de l'exception jacobine française ,qui fait que dans le subconscient breton les indépendantistes et autres sont encore perçus comme des dissidents ,quelque part les gens ont peur ,et malgré que la Bretagne décline , risque de disparaitre politiquement, les gens se disent et je les comprends un peu :ici nous sommes encore ,malgré tous les problèmes préservés, quand on voit tout la misère du monde On ne veut pas prendre le risque de l'aventure indépendantiste car elle pourrait aggraver la situation
Excusez moi de m'être fait l'avocat du diable !!!
(0) 
Yannig Baron
Mercredi 26 janvier 2022
Je remercie Alwenn de faire mention de Breizh ImPacte. Pour ce qui est de son audience je souligne que nous n'avons pas pour objectif de tenir la une des médias mais que notre travail de base est semble-t-il assez positif. Ainsi, tout le monde se souvient des états généraux de Morlaix, mais peu du fait que 90 % des doléances était le fruit de notre action. idem par exemple sur le fait que nous avons créé l'université de philosophie bretonne et autres actions. En ce moment avec les Bonnets rouges et Bretagne Réunie nous organisons les "Breujoù Breizh" le samedi 25 avril à Saint Avé en Morbihan pour une nouvelle politique et culturelle en Bretagne (Qui en a bien besoin...) ce n'est pas rien. Bonne semaine à tous... Yannig Baron
(0) 
Alwenn
Mercredi 26 janvier 2022
@ Yannig Baron
Ce n'est pas rien, mais les "élites" politiques, qui ont les cordons de la bourse et la main sur les institutions comme l'éducation nationale, s'en moquent.
Or, l'ImPacte, il faudrait qu'elles le reçoivent en pleine figure, en plein dans la gueule. Autrement elles ne bougeront pas d'un pouce, à peine d'un demi, reprendront d'une main ce qu'elle donne de l'autre.
(0) 
Paul Kerguelen
Mercredi 26 janvier 2022
@ SPERED DIEUB
Je ne suis nullement un "intellectuel"
Je suis juste un indépendantiste, de "base"...
En tant que tel, j'aime les "avocats du diable". Ils me permettent de voir des points de vues que je n'ai pas pris en compte.
En tant qu'indépendantiste de base, j'apprecie ce site (dont j'apprends beaucoup) et j'espère que mes commentaires font avancer le "smilblick" et que nos "élites", non seulement lisent les commentaires, mais aussi en prennent compte!
Alors, permettez un simple "indépendantiste de base" de vous répondre...
Comme je l'ai souvent écris, je n'aspire qu'une chose: que les différents partis n'en forment qu'un seul.
L'UMP est un conglomérat de partis.
Pourquoi n'avons nous pas un parti de ce style, faisant passer l'autonomie avant tout?
Personnellement, je rêve d'un parti breton, rassemblant tous les partis...
Je rêve d'un parti qui fasse passer la Bretagne avant tout...
Je ne suis qu'un militant de base, un doux rêveur...
Mais je rêve d'un parti qui lors de mon inscription me laisse le choix.
Soit le choix de rester un militant de base, soit celui de rejoindre un sous-groupe de celui-ci, à savoir, Adsav, le PB, MPB ou encore BE et qui me dise:
"Nous ne sommes pas d'accord sur la politique à suivre, mais nous sommes d'accord sur un point: la Bretagne se doit d'être autonome. Nous en avons les possibilités, voilà en quoi. Une fois arriver au pouvoir, une fois l'autonomie atteinte, nous laisserons les Bretons choisir!... Mais , en attendant, voilà la situation de la Bretagne, voilà en quoi elle peux être autonome"
Je rêve de ce parti qui ne fasse passer que l'intérêt de la Bretagne avant de faire passer son idéologie avant tout, et qui, pour mieux se faire comprendre et faire passer son message, utilise les sciences sociales, utilise les nouveaux médias afin de mieux faire passer son message....
Je sais!
simple rêve d'un doux rêveur!
mais, qu'ai-je en face de moi???
qu'ai-je en face de moi qui réponde franchement à mes attentes?????
Rien!!!!
Désespérant rien!!!!!!!!!!!!!!
Hormis des pseudos partis dont la réponse est:
Nous reconnaissons qu'untel est bien placé pour y arriver, mais sans nous, il n'y arrivera pas!
désespérant???
exaspérant???
A chacun de choisir ses termes et de savoir ce qui lui importe le plus!
La Bretagne??? Ou son idéologie????
(0) 
Christian Rogel
Mercredi 26 janvier 2022
@Tugdual Radiguet
Vous rêvez d'un parti qui propose une Bretagne autonome en disant de quelle manière, mais, c'est là où je diffère avec cette approche trop répandue. Je crois qu'un tel programme est terrifiant pour les Bretons. Non pas par nature, mais, parce qu'il est purement institutionnel.
Le porter sans prendre parti sur les sujets de la vie quotidienne (économie, social) est interprété comme une marque d'idéologie ou d'une recherche du pouvoir non désintéressée.
C'est parce qu'ils n'enracinent pas leur propos dans un constat du quotidien que les partis bretons ne sont même pas écoutés.
(0) 
SPERED DIEUB
Mercredi 26 janvier 2022
Il me semble ou la seule fois que les partis bretons avaient fait liste commune le succès n'avait pas été au rendez vous L'union qui est cohérente et logique pour un militant sincère ,peut réunir dans l'état actuel des chose 4 à 5% de l'électorat ,alors que deux listes bretonnes distinctes pourraient totaliser 7 à 8%
Je pense que la méthode Troadec a fait ses preuves ,il faudrait qu'elle fasse tâche d'huile ,et que d'autres politiques s'en inspirent ,bien entendu c'est une démarche étapiste de bon sens ,à contrario d'une rupture séparatiste brutale ,qui de toute façon n'est pas souhaitable ,sauf peut être en cas de séisme mondial
(0) 
Paul Kerguelen
Mercredi 26 janvier 2022
@ Christian Rogel
S'il vous plaît, relisez mes propos sans les travestir!:
"Oui, nous pouvons être autonome, parce que voilà la situation de la France, voilà la situation de la Bretagne, voilà où en est son économie, voilà en quoi la Bretagne peut prendre son destin en main" (16ème message)...."Nous en avons les possibilités, voilà en quoi"...(20ème message)"
Autrement dit, c'est justement en prenant en compte les sujets de la vie quotidienne, en démontrant que la Bretagne à tout à gagner à être autonome, tant du point de vue économique, sociale, culturelle, que nous y arriverons.
Ce en quoi, les messages tels que celui d'Yves Brun - (voir le site) - sont important!
Ces messages nous aident à nous décomplexer et font prendre conscience de la fumisterie du "
sans la France, vous êtes perdus". En les développant, nous ferons donc en sorte qu'ils ne soient plus "terrifiant" pour les Bretons...
Ces messages sont donc primordiaux! et, de ce fait, doivent être au c½ur des débats, je vous l'accorde.
Mais, au-delà?
Qu'est-ce qu'un simple autonomiste/indépendantiste de base, tel que moi, trouve-t-il en face de lui, qui réponde à ses attentes???
Que trouve-t-il sinon des partis faisant passer une proposition gouvernementale avant une Bretagne autonome??
Que trouve-t-il sinon certains partis qui font passer leurs idéologies avant la Bretagne, et ce, jusqu'à aller s'allier avec des partis détruisant la Bretagne??? (ex: l'UDB qui préfère s'allier avec le PS plutôt que de s'allier avec des partis bretons)
Trouve-t-il un parti lui proposant réellement de l'emmener vers une autonomie à défaut d'une indépendance? et se donnant les moyens d'y arriver???
Reconnaissons cependant un embryon de réponse... mais juste un embryon....
Et mon prénom reste TUGdual et non TIGdual....
"
Vous utilisez trop de pseudonymes (5), merci de vous en tenir à Tigdual Radiguet
Le moderateur"
Je me suis toujours fais connaître sous mon prénom qui est TUGdual et non TIGdual. Merci donc de faire en sorte que je revienne sous mon prénom...
(0) 
Christian Rogel
Mercredi 26 janvier 2022
@Tugdual Radiguet
Votre prénom sera réenregistré. Cela peut durer un peu de temps.
Vous répétez qu'il faut tenir un discours sur les avantages de l'autonomie : c'est cela qui est terrifiant pour les gens lambdas.
Ce qu'ils attendent : des idées pour les retraites, le maintien des services publics, le coût de l'énergie, etc.
(0) 
SPERED DIEUB
Mercredi 26 janvier 2022
Je pense que des messages tels que ceux de Yves Brun vont dans le bon sens ,en ce qui me concerne je l'ai diffuser un maximum ,sans hésitation en direction d'élus y compris
Par contre la thématique revivaliste a beaucoup moins d'impact et n'intéresse en général que des passionnés d'histoire( dont je suis ), ou des militants déjà convaincus ,et le pire c'est que ceux ci se réfugient bien excessivement sur la légitimité historique de l'indépendance bretonne ,au détriment des concepts actuels et des prospectives à venir , qui ont la capacité de leur faire prendre conscience à nos compatriotes de prendre leur avenir en main
(0) 
Jean Albert
Mercredi 26 janvier 2022
@Tugdual Radiguet le Samedi 18 avril 2015 vous dîtes : "20% de la population Bretonne est plus ou moins favorable à l'indépendance si l'on en croit les sondages" . Est-ce une galéjade ? sinon donnez nous l'accès à ces sondages que l'on puisse juger du sérieux de votre affirmation et du sérieux de ces sondages sur le sujet "indépendance". D'ailleurs croyez vous, vous même, aux sondages que vous invoquez ?
(0) 
Alwenn
Mercredi 26 janvier 2022
Je comprends ce que dit Tugdual, si l'on songe à un parti comme l'UDB, qui est officiellement autonomiste, mais qui est surtout fortement idéologique et coupé de la réalité. Et qui cherche avant tout à grappiller quelques strapontins auprès du ps.
Un parti autonomiste ou indépendantiste doit être avant tout pragmatique, ensuite pragmatique, et enfin pragmatique.
Il doit être, tout le monde est d'accord, concret, d'abord, concret, ensuite, et enfin concret.
Il ne doit pas être idéologiquement de gauche (ou de droite). Mais il doit se situer au centre gauche ou au centre droit, là où se trouve la grande majorité des électeurs. Et sans être sectaire par raport aux autres partis, du moment qu'ils ne sont pas racistes.
Il doit avoir l'autonomie ou l'indépendance comme but, non par idéologie, coûte que coûte, à n'importe quel prix et n'importe comment, mais parce que c'est l'intérêt de la Bretagne et des Bretons.
Il doit se concentrer en particulier sur les problèmes économiques, qui sont la base du bien être social. Sans oublier les questions écologiques.
Mais il doit aussi parler du rayonnement de la Bretagne, de la nécessité que la Bretagne soit reconnue en Europe et dans le Monde, qu'elle ait son mis à dire dans la marche des affaires humaines.
Les Bretons doivent parler au monde en leur nom propre.
Ils doivent être maîtres de leur destin.
(0) 
Alwenn
Mercredi 26 janvier 2022
@ Jean Albert
Le sondage est paru dans le magazine Bretons. Il faisait la couverture du magazine, ce qui a déplu au diffuseur Ouest-france qui a fait retirer tous les exemplaires des marchands de journaux.
Ce n'est pas un galéjade, ou plutôt si ,c'en est une : Ouest-france a fait retirer un magazine des marchands de journaux parce qu'il titrait que 20% des Bretons étaient pour l'indépendance !!
Savez-vous combien a coûté cette "galéjade" (et cette censure) à Ouest-France ? Devinez !
@ Christian Rogel
"Vous répétez qu'il faut tenir un discours sur les avantages de l'autonomie : c'est cela qui est terrifiant pour les gens lambdas."
"terrifiant" ?
Est-ce que c'est terrifiant pour les Catalans et les Basques du Sud, les Ecossais et les Gallois, les habitants des Länders allemands, les habitants des 50 ou plus Etats des Etats-Unis d'Amérique, de vivre dans des territoires plus ou moins autonomes ?
Qui fabrique et entretient cette idée qu'être autonome c'est TERRIFIANT ?
C'est l'idéologie républicaine française (jacobine)
C'est cette idéologie que l'on doit détruire. Et les partis n'y parviendront pas seuls. C'est pourquoi il faut que toute la société bretonne travaille à détruire cette idéologie anti-démocratique et mortifère. Or, nous n'avons pas encore commencer à le faire, ou si peu. Cette idéologie continue de régner en maître.
(0) 
Christian Rogel
Mercredi 26 janvier 2022
@Jean Albert
Le second sondage sur l'ndépendantisme en Bretagne a été fait par l'IFOP en 2012. Il indique que 18% des habitants de la Bretagne y sont favorables.
Voir les commentaires du directeur de l'Agence Bretagne Presse (voir ABP 28960) .
(0) 
Brocèlbreizh
Mercredi 26 janvier 2022
On ne construit pas un programme politique sur la simple idée d'autonomie à moins de vouloir se tirer une balle dans le pied et de prendre les électeurs-citoyens BZH pour des veaux.Pour ce qui est d'un parti unique,il faut aller en chine.En revanche une cohésion politique, économique et culturelle d'ensemble est envisageable: C'est l'union et non pas la réunion. Cette idée est déjà mise en ½uvre depuis 2012.Bretagne et Progrès a fait un excellent travail et entraine dans son sillage les partis bretons non extrémistes.
La stratégie politique individuelle de Mr Pelle à Rennes est relativement facile à comprendre et cela ne pose pas de problème au parti breton,ni aux 2 autres mouvements.Les politiciens Français conservateurs en appel davantage aux loges:le résultat est pathétique et l'on peut y voir la fin d'un cycle dans la division intellectuelle.
(0) 
Christian Rogel
Mercredi 26 janvier 2022
@Alwenn
La peur de l'inconnu est généralement terrifiante et ce sentiment basique (ce n'est pas une idéologie) est entretenu par tous les détenteurs du pouvoir, même le Lénine post-Révolution.
On a bien vu cela à l'oeuvre lors du référendum écossais, alors que l'Ecosse se définit comme une nation et qu'elle a un droit et une religion différentes.
C'estle sens de la fin de la 1ère partie : une belle idée comme l'autogouvernement sera rejetée uniquement parce qu'elle modifierait trop l'avenir.
(0) 
Paul Chérel
Mercredi 26 janvier 2022
Et si nous abordions enfin le concret, celui des sous. Prochaines élections, des régionales. Objectif principal, virer tous ceux qui y sont et mettre en place des gens qui sont Bretons, qui vivent breton, qui pensent breton et veulent affirmer avec force que la France est bien gentille mais on l'a assez vue, surtout dans ses manières de gouverner et de s"administrer. Cela demande des sous que l'on n'a pas dit un commentaire. Eh bien, trouvons-les mais d"abord combien ? Quelqu'un parmi tous les commetateurs et l'auteur de l'article lui-même est-il capable de donner une réponse ? Nous ne connaissons même pas le mode de scrutin retenu au final ni le nombre de listes à établir, par département, par région ? Et cette fois-ci, si nous arrivions à une unité sur un SEUL nom, u-un seul mot même, celui de "BRETAGNE' par exemple, il faudrait couvrir TOUS les Bretons aussi bien ceux qui vivent en Bretagne que ceux, et ils sont nombreux, qui vivent dans le 44, le 49, le 37 et le 53. Ne pas répèter l'erreur/omission de C. Troadec précédemment. Si quelqu'un peut fournir un chiffre sérieux des dépenses ( imprimeries, frais d'organisation, déplacements, ... ) nous pourrons alors commencer à voir comment recueillir les fonds (j'ai des idées) , établir un "programme commun" (l'expression a déjà été utilisée mais tant pis) surtout économique et pas du tout politique à la mode adoptée jusqu'alors par les partis et mouvemenys évouiée par C. Rogel. Un des commentateurs cite une élection régionale déjà ancienne. Je l'ai vécue et ai bien vu pourquoi elle a fait 'flop" : les "egos" d'une part, mais sutout le fait d'un pratiquement seul contributeur financier, l'UDB pour ne pas le citer, les autres étant des "fauchés" chroniques. Paul Chérel
(0) 
Jean Albert
Mercredi 26 janvier 2022
Merci à Christian Rogel et Alwenn: j'avais oublié... Toutefois la question à Tugdual demeure et s'adresse aussi à vous : "D'ailleurs croyez vous, vous même, aux sondages que vous invoquez ?" Quel sens peut avoir un sondage sur un sujet purement politique qui n'est pas d'actualité et ne le sera pas avant bien longtemps (s'il est un jour, i.e soumis à vote) ? Autant sonder sur "êtes vous partisan de la suppression totales des impôts" (LOL !) ...
(0) 
Alwenn
Mercredi 26 janvier 2022
@ Christian Rogel
"La peur de l'inconnu est généralement terrifiante"
Ce n'est donc pas de l'autonomie que les Bretons on peur, c'est de l'inconnu ! Ce n'est pas la même chose.
Ils n'ont pas peur de l'autonomie en elle-même mais ils ont peur de ce qu'ils ne connaissent pas, et ils ne savent pas ce que c'est que l'autonomie, ils n'ont aucune culture politique, ne savent pas ce qu'est un pays fédéral, un länder allemand, une autonomie catalane ou basque, ou écossaise, ou galloise.
Mais pourquoi les Bretons, qui ont passé des années et des années sur les bancs de l'école républicaine, sont-ils à ce point ignorants, ignares, aussi dénués de culture politiques et de connaissances des systèmes politiques des pays non pas à l'autre bout de la planètes, mais des pays les plus voisins qui soient, au nord, au sud, à l'est. Je n'ai pas mentionné la Suisse.
On ne peut pas faire plus voisins, comme pays, que l'Allemagne, la Suisse, l'Espagne et la Grande-Bretagne, tous pays fédérales ou donnant de fortes autonomies à certaines communautés.
Et pourtant le fédéralisme fait peur, l'autonomie fait peur !
D'où cela vient-il ?
La Suisse et l'Allemagne sont-ils à feu et à sang pour être fédéraux ?
En fait, si l'autonomie et le fédéralisme font peur, une peur tout à fait irrattionnelle et stupide, ce n'est pas tant qu'ils sont inconnus que le fait que l'idéologie française qui règne à l'école, à l'université, dans les medias, entretient cette peur.
L'oligarchie française veut garder tout le pouvoir pour elle et combat donc l'idée de fédéralisme et d'autonomie, en fait des épouventails, et les Bretons se laissent manipuler comme des moutons, irrationnels et stupides !
(0) 
Alwenn
Mercredi 26 janvier 2022
@ Jean Albert
"j'avais oublié... Toutefois la question à Tugdual demeure et s'adresse aussi à vous : «D'ailleurs croyez vous, vous même, aux sondages que vous invoquez ?»
J'ai l'impression que la possibilité que 20% de Bretons soient en faveur de l'indépendance vous inquiète et vous perturbe.
Je ne sais pas ce que ça veut dire "
croire à un sondage".
Est-ce que 20% des Bretons voteraient pour l'indépendance si on leur posait la question ? Ben, posons leur la question !! C'est le seul moyen de le savoir !!!
Les opinions ne sont pas figées dans le marbre, et un jour ils seront 51% pour l'indépendance, et avant qu'il soit longtemps.
(0) 
Paul Kerguelen
Mercredi 26 janvier 2022
@ Jean Albert
Les sondages ont toujours une marge d'erreur. Mais, pour répondre à votre question, oui j'y crois dans la mesure ou cela reflète bien le sentiment que je perçois.
A noter que les plus de 65 ans sont le moins pour une Bretagne indépendante (seulement 7% d'entre eux) et que les jeunes de moins de 35 ans le sont le plus, avec 53%.
D'où ma perplexité sur l'incapacité du mouvement Breton
d'en profiter.
(0) 
Paul Kerguelen
Mercredi 26 janvier 2022
@ Paul Chérel
Effectivement il nous faut aussi garder en mémoire que les régionales avancent à grands pas.
Mais il n'y a pas uniquement le problème du coût de la campagne. Bien entendu, l'argent étant le n½ud de la guerre, cela reste un point crucial.
Mais il nous faut aussi savoir comment optimiser la campagne à venir. Non seulement financièrement, mais aussi du point de vue communication.
Nous avons un gros travail à faire dessus. Christian Rogel déplorait dans son point de vue la non-connaissance des technique de débat audiovisuel ou l'utilisation des nouveaux médias.
A ceux-ci, je rajouterai la non-connaissance des sciences sociales qui nous permettraient de mieux faire passer notre message...
(0) 
Paul Kerguelen
Mercredi 26 janvier 2022
@ Christian Rogel
Effectivement, le mot autonomie peux faire peur à certains et que ceux-ci attendent plus des idées pour les retraites, le maintien des services publics, le coût de l'énergie, etc.
Mais, c'est justement en démontrant, chiffre à l'appui, comme le fais Yves Brun, que nous pourrons démontrer qu'il n'y a pas à avoir peur d'une autonomie.
Prenons l'exemple des hôpitaux. Sur une radio, une chroniqueuse répondait à un indépendantiste que si on profitait des hôpitaux en Bretagne, c'est grâce aux impôts français.
Soit!
Mais nous savons aussi qu'une grande part de nos impôts partent direction Paris pour ne pas revenir en Bretagne.
Les-dits impôts, revenant en Bretagne, permettraient d'éviter la fermeture de certains services dans les hôpitaux, fermetures obligeant les administrés d'aller toujours plus loin pour se faire soigner.
Cela n'est qu'un exemple, mais répondant aux peurs de certains à devenir autonome.
Mais, ne pas proposer une vision claire de l'autonomie pour éviter de faire peurs à certains n'est pas mettre à profit les 20% de la populations favorables à l'indépendance.
(0) 
Léon-Paul Creton
Mercredi 26 janvier 2022
Alwenn l'Inconnu tel que discuté ici, n'est qu'un "CONTENANT" fabriqué des constats traumatisants et vécus stériles du présent et du passé.
Ce qu'il "contient" par héritage, c'est l'Avenir, bricolage ou non du présent;un héritage du passé fructifié ou saboté!
Ce qu'il contient se sont les expériences passées, les incertitudes, les trahisons, les mensonges les incompétences, les ambitions égoïstes...
Ce qu'il contient ce sont des utopies sans jambes ni bras, qui ne sont que fumées intellectuelles et manipulatrices...Anesthésies fatales ou rêveries des peuples encore sous la perfusion de l'Espérance toujours suscitée...
Ce qu'il contient ce n'est pas la peur de l'autonomie , de l'indépendance ou de la libération "par" les cloportes qui nous gouvernent ( et ces locaux pères Noël) qui promettent monts et merveilles, mais une profonde méfiance, de plus en plus viscérale des conteurs , des bonimenteurs. Et c'est bien que la plus grande méfiance s'installe! Un rejet de plus en plus fort qui, je le souhaite, amènera la masse de notre jeunesse à se dire: C'est à nous de prendre en main notre destin, d'empoigner les cornes du MAOUT!
Mais à l'instar de Xavier Graal, l'Inconnu en moi me dévore (An dianav a rog ac'hanoun!)...et je suis curieux du "non-connu", et de ce que les Breton d'à venir réservent... Au vieux pays.
(0) 
Pôtr ar skluj
Mercredi 26 janvier 2022
Tugdual Radiguet:
"A noter que les plus de 65 ans sont le moins pour une Bretagne indépendante (seulement 7% d'entre eux) et que les jeunes de moins de 35 ans le sont le plus, avec 53%. "
Le constat que fait cette étude de la corrélation inverse entre l'âge et l'attachement à l'indépendantisme me semble de bon sens, puisqu'aux de nos aînés le séparatisme est toujours souillé de la tache de la Collaboration. Cependant le chiffre de 53% d'indépendantistes chez les moins de 35 ans me semble jeter le discrédit sur ce sondage. C'est bien simple, je ne compte aucun indépendantiste parmi mes connaissance de cet âge, il y a donc un problème quelque part...
(0) 
SPERED DIEUB
Mercredi 26 janvier 2022
Franchement j'ai du mal à croire qu'il y aurait 53% des jeunes en faveur de l'indépendance ,par contre le chiffre global de 20 % est peut être plus proche de la vérité
Mais au vu de la situation il faudrait 75% d'opinions favorables à l'indépendance pour que l'on puisse espérer qu'elle soit validée
51% imaginez vous avez la moitié de la population contre vous,le moindre faux pas d'un pouvoir breton manquant d'expérience serait exploité à merveille par les néo ratachistes ! soutenus évidemment par le pouvoir parisien en position de force pour torpiller en permanence le jeune état breton ,une proportion non négligeable de la population de la péninsule sans attaches bretonnes le conforterait dans sa tâche ,à l'image de ce qui se passe actuellement en Ukraine et surtout dans les pays baltes avec la forte minorité russe .Solution palliative et d'une certaine efficacité mais que je refuse imposer un régime breton du genre de celui de la Corée du nord
(0) 
Philippe Guilloux
Mercredi 26 janvier 2022
j'ai l'impression qu'avant de débattre, il serait bon de savoir de quoi on parle.
Autonomie ne veut pas dire séparatisme. Si vous interrogez les Bretons sur l'autonomie en leur posant la question de savoir s'ils souhaitent avoir une organisation permettant une prise de décision en région, une répartition plus équitable de l'impôt avec une part gérée en région, vous aurez une nette majorité qui y sera favorable. Elle sera très largement au dessus de 20 % Ils sont rares ceux qui sont contre ce concept. Si vous leur demandez s'il veulent une indépendance, bref, un séparatisme, vous n'aurez pas du tout le même chiffre.
Si le français moyen, et donc le breton tout autant que le basque, l'alsacien..n'a pas l'esprit fédéraliste, c'est simplement parce que le gros problème de la France c'est qu'elle est basée sur une conception, assez unique au monde qui consiste à confondre Etat et Nation. Un état est un système d'organisation qui devrait, et c'est ce qui se fait dans d'autre pays, être en mesure de fédérer plusieurs nations. Or en France, on mélange allègrement les deux. D'où le fait que se revendiquer breton est vécu comme une agression contre une nation française qui n'existe pas. L'Etat français étant normalement un ensemble composé de différentes nations.
Il est assez vraisemblable que la révolution n'est pas étrangère à ce mélange des genres puisqu'il s'agissait de faire disparaitre les anciennes provinces vues comme une organisation monarchique
(0) 
Alwenn
Mercredi 26 janvier 2022
"Mais au vu de la situation il faudrait 75% d'opinions favorables à l'indépendance pour que l'on puisse espérer qu'elle soit validée"
En démocratie, c'est 50% + 1 voix. Si le oui avait obtenu ce score en Ecosse, elle aurait été indépendante.
Après, chacun est libre de développer ses fantasmes de peur ...
(0) 
SPERED DIEUB
Mercredi 26 janvier 2022
Le problème c'est que l'Angleterre n'est pas la France et la Bretagne encore moins l'Ecosse
Je ne vois d'alternative réaliste ,que par l'évolution vers une république fédérale en France , ensuite itron varia an amzer fera ou ne fera pas le reste
Pour Philippe Guilloux à la limite la connotation autonomiste vu les cabales qu'elle a subit fait encore plus peur que l'idée indépendantisme ,jacobinisme oblige aussi Il n'empêche que sur le fond vous avez sans doute raison
(0) 
Alwenn
Mercredi 26 janvier 2022
"le gros problème de la France c'est qu'elle est basée sur une conception, assez unique au monde qui consiste à confondre Etat et Nation."
Une "conception" ? C'est une idéologie, comme le communisme est une idéologie. "Unique au Monde" ? C'est aussi la conception turque, d'où non reconnaissance des Kurdes et génocide arménien. Et de qui se sont inspirés les Turques ? Ben, de la france.
C'est précisément cette idéologie mortifère qu'il faut défaire. L'idéologie communiste est bien tombée, il n'y a aucune raison que l'idéologie républicaine française (jacobine) ne tombe pas un jour. Encore faut-il se mettre à la tâche !
La Bretagne est une nation historique, colonisée par l'Etat français, puis vouée à la disparition par ce même Etat français autoproclamé "universel", en réalité de nature génocidaire.
Car pour faire correspondre un ensemble de nations à un Etat qui a décidé royalement, ou plutôt "républicainement", qu'il ne devait plus exister qu'UNE seule nation, forcément INDIVISIBLE, il faut bien choisir l'une de ces nations pour être LA nation et détruire toutes les autres, leurs institutions, leurs langues, leurs cultures.
On en est là. Mais on résiste et on va l'abattre, cette idéologie !
(0) 
Alwenn
Mercredi 26 janvier 2022
"Le problème c'est que l'Angleterre n'est pas la France et la Bretagne encore moins l'Ecosse"
Le problème est que les "élites" bretonnes, soit colaborent avec l'oligarchie française à la disparition de la Bretagne, mais aussi de l'Alsace, au nom de l'Universel ....
soit, lorsqu'elles veulent bien essayer de sauver quelque chose de la Bretagne, le font avec un profil bas, et n'osent pas dire la réalité des choses et la réalité de ce qu'il faut bien appeler le fascisme français et son entreprise génocidaire.
Poster le mot génocide sur un blog d'un député socialiste, il va le censurer !
Combien de livres pour expliquer l'entreprise génocidaire française ? Aucun !
Parler de l'entreprise génocidaire française à des ... français, c'est comme parler du goulag à des communistes. DENI total.
Mais il n'est pas dit que tous les Bretons resteront éternellement poltrons et inhibés !
(0) 
Christian Rogel
Mercredi 26 janvier 2022
@Alwenn
"Mais, on résiste et on va l'abattre cette idéologie ! ".
Depuis Alain Bouchard et Pierre d'Argentré, de nombreux Bretons, les Bonnets rouges, Armand de la Rouërie et les Emsavioù ont cherché à contrer cette idéologie, mais, cela n'a eu que valeur de témoignage.
Les armes théoriques existent, mais, sont peu cohérentes , et, en outre, les formes d'opposition mal réfléchies.
Comment affûter les unes et les autres ?
(0) 
Alwenn
Mercredi 26 janvier 2022
@ Christian Rogel
"Les armes théoriques existent, mais, sont peu cohérentes , et, en outre, les formes d'opposition mal réfléchies.
Comment affûter les unes et les autres ?"

L'idéologie jacobine repose sur du vide, un simple diktat : la République est une et indivisible. Point. C'est tout !
Démonter l'idéologie jacobine demande infiniment moins de temps et d'efforts que démonter l'idéologie communiste ! L'idéologie communiste a des textes théoriques, ceux de Marx, pour commencer.
L'idéologie jacobine ? Rien, aucun texte théorique, juste un diktat.
L'idéologie jacobine s'impose parce que l'oligarchie française l'impose, par ses lois et ses instituions, sa constitution, alors qu'elle est en contradiction totale avec les textes sur les droits de l'homme depuis 1945.
Il suffirait d'appliquer les textes internationaux sur les droits humains pour que le système jacobin s'effondre.
(0) 
Philippe Guilloux
Mercredi 26 janvier 2022
Je ne sais pas ce que ca veut dire ce genre de phrase : Parler de l'entreprise génocidaire française à des ... français, c'est comme parler du goulag à des communistes. DENI total.
Je suis Breton et Français, tout comme les Corses, les Bssques, les Alsaciens, les Normands. Je n'ai pas de problème avec les français et pas de comptes à régler. J'ai un soucis avec la conception d'un Etat centralisateur et des élites qui le dirigent.
La démarche de Christian Troadec a ceci d'intéressante qu'il cherche à fédérer ceux qui, dans les différentes régions, en ont assez de ce mode de gouvernance.
Il ne s'agit de faire une révolution et de rêver au grand soir d'une Bretagne indépendante en traitant tous les autres de "français". C'est un combat perdu d'avance d'autant qu'il n'y a pas d'un côté les gentils bretons et de l'autre les méchants français. Les choses sont plus compliquées que cela et elles le sont depuis des siècles.
(0) 
Alwenn
Mercredi 26 janvier 2022
"Je ne sais pas ce que ca veut dire ce genre de phrase : Parler de l'entreprise génocidaire française à des ... français, c'est comme parler du goulag à des communistes. DENI total."
Ca me paraît pourtant on ne peut plus clair.
L'entreprise génocidaire entreprise par la république française, c'est à dire l'Etat français, c'est à dire les élites françaises (laissons les "français" et la "france" de côté, ce sont des mots trop abstraits) est DENIE par les ... "français" (zut!), disons par ceux qui se reconnaissent comme ... "français" (mince!), bon tout le monde a compris.
Le "jacobinisme" est trop souvent réduit au centralisme, dans un opposition où l'autre versant est le "girondisme".
Mais le centralisme est le moindre mal du jacobinisme.
Le coeur de l'idéologie française républicaine, c'est l'affirmation d'UNE nation UNE et INDIVISIBLE, et par contrecoup la négation des autres NATIONS, et même des MINORITES. C'est cette idéologie qui justifie et entraine l'entreprise génocidaire.
On ne peut pas sérieusement PENSER la BRETAGNE sans PENSER cette entreprise GENOCIDAIRE.
Or, non seulement on ne la pense pas, mais on la dénie. On ne la pense pas parce qu'on la dénie.
Prétendre avoir un projet politique pour la Bretagne sans PENSER le fait GENOCIDAIRE est une plaisenterie, une galéjade !
Comment l'Alsace peut-elle avoir un projet politique pour elle-même alors qu'on vient de la supprimer de la carte, pour qu'elle n'ait pas justement de projet politique pour elle-même ?
Le coeur de l'idéologie jacobine se manifeste là : dans la suppression de la région Alsace. Et cette suppression fait partie de l'entreprise génocidaire.
(0) 
Alwenn
Mercredi 26 janvier 2022
L'entreprise COLONIALE et l'entreprise GENOCIDAIRE de l'Etat républicain français en Bretagne doivent être pensées, doivent être au coeur de la pensée.
Celui qui dit cela se heurte à un déni, comme le montre la réaction de Philippe Guilloux : "Je ne sais pas ce que ca veut dire", "Les choses sont plus compliquées que cela".
Pourtant Philippe Guilloux sait des choses que la plupart des Bretons ignorent, des choses qui ne sont pas enseignées à l'école, l'école : le temple du déni !
Il y a évidemment une lâcheté à ne pas vouloir regarder la vérité en face et à ne pas vouloir nommer les choses.
L'entreprise génocidaire est pourtant facile à montrer : Abbé Grégoire, Barrère, etc.
Evidemment, ça ne peut pas être le sujet d'une campagne électorale, à l'heure actuelle, ce n'est pas aux partis politiques bretons de s'emparer de cette question explosive.
(0) 
Christian Rogel
Mercredi 26 janvier 2022
@Alwenn
Je partage l'opposition de Philippe Guilloux au fait de détourne le mot génocide de son sens réel, c'est-à-dire massacrer des humains à raison de leur histioire commune.
Employer ce mot dans un sens figuré, "déculturer", priver du droit de se gérer, obscurcit la démonstration.
Je redis que le SNP ne critiquepas les Anglais, ni le régime, il ménage la susceptibilité de ses adversaires potentiels en proclamant que "Westminster is broken". Il y a tout intérêt à ne pas laisser sa plume vagabonder pour se faire plaisir.
(0) 
Alwenn
Mercredi 26 janvier 2022
@ Christian Rogel
Le mot "génocide" a dès sa création été utilisé pour désigner tant le génocide dit culturel que le génocide dit physique et par la force des choses aussi culturel, car ce qu'on vise ce n'est pas le corps, mais l'esprit, ce n'est pas le "corps" juif, qui ne se distingue pas d'un corps allemand, c'est l' "esprit" juif .
Le mot a même été créé avant la WWII par un Juif polonais pour désigner le génocide "culturel" des polonais sous domination russe, si je ne dis pas de bétise.
Donc son sens premier est celui de génocide "culturel", ce n'est qu'ensuite qu'il a aussi désigné un génocide physique.
Il s'agit toujours de faire disparaître une "nation" de la surface de la terre.
Je n'emploie pas le mot au sens figuré, mais au sens propre: l'éradication d'une nation.
"Employer ce mot dans un sens figuré, «déculturer», priver du droit de se gérer, obscurcit la démonstration."
Là, vous employez des euphémismes qui ne correspondent pas à la réalité du projet républicain français, donc c'est vous qui obscurcissez la réalité, comme Philippe Guilloux qui dit «Les choses sont plus compliquées que cela», histoire qu'on n'en dise pas plus, comme c'est compliqué, n'en parlons pas.
Et de fait, personne n'en parle. Car personne ne veut en entendre parler. Aucun livre, aucun article, aucune émission de radio ou de télé. Le vide complet !
(0) 
Alwenn
Mercredi 26 janvier 2022
"Il y a tout intérêt à ne pas laisser sa plume vagabonder pour se faire plaisir."
??
Je n'avais pas lu la dernière phrase. Les bras m'en tombent !!
(0) 
Pôtr ar skluj
Mercredi 26 janvier 2022
"L'entreprise génocidaire est pourtant facile à montrer : Abbé Grégoire, Barrère, etc."
Barrère était un gascon gasconnant qui avait conservé l'accent de sa province. Il ne s'en ai pas pris aux langues régionales en tant que telles mais à l'ignorance du français. Il avait raison de dire que cette méconnaissance permettait aux nobles et aux prêtres de manipuler les paysans.
Tout ce qu'a pu dire l'Abbé Grégoire contre les langues régionales est mille fois racheté par son combat en faveur de l'abolition de l'esclavage et de l'émancipation des Juifs.
(0) 
Alwenn
Mercredi 26 janvier 2022
A la suite d'un autre post où je disais qu'il faillait penser ce qu'était la Bretagne, et par contrecoup ce qu'était la france (ce dont je me serais passé, pour cette dernière) Philippe Guilloux a commenté en disant que lui, non, penser la Bretagne et penser la france, ça ne l'interessait pas, quelque chose dans le genre.
Comme dirait l'autre, voilà une défaite volontaire de la pensée !
C'est curieux tous ces dénis de la réalité, ces volontés de ne pas penser, ces tabous, c'est "c'est trop compliqué".
La Bretagne ne se distingue pas par ses penseurs mondialement reconnus ! Pas étonnant avec toutes ces inhibitions et ces tabous.
La "france" est intouchable. On peut à la rigueur critiquer un centralisme légèrement excessif, mais c'est tout. Au-delà, on ferme les portes et les volets.
L'inhibition est le symptôme d'esprits soumis. Les "français", eux, ne sont pas inhibés et nous écrasent de leur suffisance !
(0) 
Christian Rogel
Mercredi 26 janvier 2022
@Alwenn
On ne joue pas sur le sens d'un mot comme génocide qui fait l'objet d'une définition juridique précise.
Vouloir le faire est le symptôme d'un esprit un peu compliqué et d'une propension à refaire la réalité à son goût.
Que l'idéologie républicaine française soit déculturante, culturicide, négationniste des modes de pensées allogènes, c'est certain, mais, les grands mots mal employés n'agrandissent pas la pensée.
(0) 
Alwenn
Mercredi 26 janvier 2022
Christian Rogel le Dimanche 19 avril 2015 :
«déculturer», priver du droit de se gérer
Christian Rogel le Dimanche 19 avril 2015 (un peu plus tard)
Que l'idéologie républicaine française soit déculturante, culturicide, négationniste des modes de pensées allogènes, c'est certain
Vous progressez, on dirait !
"culturicide" : l'idéologie républicaine française est "culturicide", du latin -cide : tuer
C'est très intéressant, ça !
(0) 
Donbzh
Mercredi 26 janvier 2022
Pourquoi devrions nous faire le choix entre être autonomistes, indépendantistes d'un côté et régionalistes de l'autre ?
Les plus radicaux ferons peur à certains, mais le but est, il me semble, de faire évoluer les institutions.On ne pourra donc pas plaire à tous, par contre un certains nombres d'électeurs cherchent à bousculer l'ordre établi et ,il me semble ont besoin d'un discours affirmé...
Les régionalistes et ceux qui ne veulent pas employer certains mots de peur de choquer, pourront rallier d'autres voix plus modérées...et créer plus facilement certaines alliances...
Nous avons besoin des 2 formes de discours et non d'une guerre fratricide qui, immanquablement, discréditera l'ensemble en faisant beaucoup de déçus après les espoirs suscités par le mouvement des bonnets rouges...
Nous devons trouver comment articuler la cohabitation de ces de formes de discours en affichant nos différences tout en étant solidaire...
L'exclusion des uns ou des autres , serait suicidaire face au génocide programmé de la Bretagne.Ne nous trompons pas d'ennemis...
BEVET BREIZH
(0) 
Damien Kern
Mercredi 26 janvier 2022
Je reviens sur le sujet initial. Pourquoi aucun parti breton n'a jamais émergé ?
Je commence par les 2 postulats que je lis partout : il faut un parti d'union et le refus des extrêmes. Nous sommes tous d'accord ! Tout les partis nationaux répètent ces 2 postulats. "nous gagnerons que si nous sommes unis". Ca semble tellement évident que j'ai l'impression qu'il faut penser exactement l'inverse.
En politique il y a le discours : la façade et la stratégie derrière. Je consulte le plus grand stratège politique de l'après-guerre : M. François Mitterrand ( je mesure sa réussite en nombre de voix ).
Je réfléchis sur ses disciples actuels. Le discours actuel de M. Valls vise plusieurs objectifs :
- énerver la partie droite UMP pour qu'elle parte vers le FN.
- mobiliser les électeurs FN.
- mobiliser le PS par peur de la montée du FN.
M. Valls est trop bien conseillé pour imaginer qu'il changera la réalité humaine par nature hétéroclite et par conséquent composée d'extrêmes. Il ne changera pas la réalité et les opinions des gens, il fait simplement son boulot.
En France ( et ailleurs ), les partie politiques ne rallient jamais plus de 25%-30% nationalement, au delà il y a des scissions. Pour gouverner il faut des alliances. Le parti unique, c'est dans les régimes totalitaires. Idem pour la pensée unique, l'homme nouveau.
Pour attirer un maximum de clients dans un restaurant, il faut 4 à 5 plats. En politique c'est pareil.
Est-il réaliste d'aller voir un électeur UMP et et lui dire tu voteras une liste unique. Puis un électeurs FN, Front de Gauche, etc ...
La réalité est qu'il faut proposer des transfuges réalistes à la composition de la pensée humaine, la lutte des classes... Comme dans le monde démocratique, il faut en Bretagne proposer une palette complète.
Un Front de Gauche pourra aller vers Breizhistance, un FN vers Adsav, un PS vers UDB, un UMP vers le parti Breton, EELV vers Bretagne Ecologie.
Un article sur ce site est lu par moins de 3000 personnes. Les intervenants sont une trentaine. Aucune chance d'influer sur les élections. Néammoins il semble que les partis locaux reprennent des idées sur les forums.
(0) 
Philippe Guilloux
Mercredi 26 janvier 2022
Alwenn : comme je vous l'ai déjà dit dans un autre poste, le fait que je ne partage pas votre point de vue sur un certain nombre de choses ne vous autorise pas à faire mon procès, ni sur mes intentions, ni sur mes actes et encore moins sur ma façon de pensée. Vous utilisez là le procédé des idéologies que vous prétendez combattre. Pour vous, tout est binaire. On est pour ou contre, on se bat contre ou on est un valet du jacobinisme. Si le drapeau de la Bretagne est le gwen ha du, les choses sont pourtant plus subtiles et il y a des nuances.
Ainsi, pour vous, tout vient du vilain Etat français, cause de tout nos maux, seul et unique coupable. Encore une fois, je ne n'exonère pas cet Etat de ses responsabilités mais il me semble que regarder le passé et le présent par ce seul prisme déformant est une erreur. Tout d'abord, c'est une erreur historique. Il suffit de lire certains récits pour comprendre par exemple que, sur le plan économique, les élites dirigeantes bretonnes ont elles aussi leur rt de responsabilités. Cette théorie de l'agression extérieure est d'autant plus facile qu'on essaye de nous faire croire qu'il y eu une Bretagne tellement riche et prospère que le moindre Breton en profitait. Lire La chasse aux loups en Centre-Bretagne ou les mémoires d'un paysan bas-breton Ppermet pourtant de constater que cette Bretagne là est un pays qui n'a jamais réellement existé. La pauvreté et la misère a été le lot quotidien d'une large part de la population. Ceux qui étudient un peu l'histoire, savent que la grande bourgeoisie et la noblesse bretonne ont maintenu pendant des décennies, avec la complicité de l'église catholique, les Bretons dans un état de pauvreté et de dépendance. Ils étaient à la solde de l'Etat français ? Non, ils voulaient juste conserver leur pouvoir et leur richesses. Ceci perdura jusqu'à la fin du XIX ème, début XX ème. Les conséquences furent nombreuses, tant sur le plan économique (une Bretagne qui n'a pas pris le train de la révolution industrielle) que sur le plan culturel : l'école de la République n'est pas la seule responsable de l'éradication de la langue. Il y avait, dans la population le sentiment très profond que leur avenir se jouerait ailleurs et que cet ailleurs nécessitait de parler une autre langue. L'abandon du breton dans la sphère privé ne s'explique pas uniquement par les punitions dans la cour de l'école.
Ce prisme déformant a aussi pour conséquence de ne pas tirer les enseignements du passé pour regarder le présent et surtout l'avenir. Rendre responsable de tous les maux l'état français permet ainsi de ne pas se poser la question, même si certains se la posent (notamment sur ce site), de l'incapacité des bretons à s'unir au sein du force politique qui aurait pour objectif principal de défendre les intérêts de la Bretagne. Une sorte de coalition à l'allemande avec un socle commun d'objectifs à atteindre. Mais c'est sûr, c'est plus facile d'accuser l'Etat français que de se regarder dans un miroir et se dire que les querelles et les luttes de pouvoir, les divisions, ne sont en rien responsables de nos maux. Ce que j'appelle le syndrome du "village d'Astérix" : on se querelle, on s'écharpe, on se fait des coups en douce pour récupérer dans sa ville une infrastructure, bien content que ca ne soit pas la ville voisine, l'éternelle rivale qui l'ait eu. Comme Christian Troadec, je suis Centre-Breton et croyez moi, ici plus qu'ailleurs, nous sommes assez bien placé pour mesurer la réalité de la "solidarité bretonne". Le jour ou je verrai les brestois, les quimpérois, les briochins, les vannetais, élus en tête, manifester pour qu'on abandonne les investissements visant réduire le temps de trajet de leur ville vers Paris au profit d'un véritable schéma ferroviaire desservant le Centre-Bretagne avec des possibilités de liaisons Nord-Sud, j'y croirais.
En attendant, il est beaucoup plus simple en effet de désigner comme responsable un "ennemi extérieur", tout le monde se retrouve derrière la même bannière le temps d'un combat et d'une fête, avant de reprendre les querelles de clochers.
Est-ce être un valet du jacobinisme ou du PS que de dire celà ? Je ne le crois pas.
(0) 
Momo
Mercredi 26 janvier 2022
Que d'attention portée à l'UDB, une formation qui compte 100 adhérents à jour de cotisation et qui n'a pas plus de poids que n'importe quel autre groupuscule.
On sent que M. Rogel a les yeux de Chimène pour ce groupe socialiste, espérant soudainement qu'il va se lier à Troadec.
Bref.
(0) 
Christian Rogel
Mercredi 26 janvier 2022
@Momo
Votre décompte est arbitraire et n'est pas en ligne avec l'évidente capacité à présenter des candidats dans de nombreux endroits, ce qu'elle est seule à pouvoir faire.
Peut-être qu'elle finira par se mettre derrière Troadec, mais, aux prix de déchirements et contrainte et forcée, parce que le PS est dans une très mauvaise passe. Tant qu'elle croira dans la capacité de son allié préféré à se redresser, elle lui collera aux basques.
Elle aura du mal à rompre avec une stratégie électorale de 50 ans.
(0) 
Alwenn
Mercredi 26 janvier 2022
@ Philippe Guilloux
Il y a un immense gouffre (culturel, politique, "métaphysique", "ontologique", ....) entre un indépendantiste breton, qui est Breton, point barre, et un "régionaliste" breton, qui fait passer sa "bretonnitude" bien après le fait d'être français (dans un rapport hiérarchique d'infériorité : le régional-local, d'un côté, le national-universel, de l'autre) et qui accepte la domination française en Bretagne, avec tout ce que cela implique et qu'il ne cherche surtout pas à expliciter, laissant cela dans le flou du "c'est trop compliqué", et qui revendique un peu plus ... d'égalité ou un peu moins ... d'inégalité, et cela, en vain, car là haut, ils n'entendent pas se défaire de leurs privilèges, au nom de ... l'égalité !!
L'idéologie républicaine française est, elle, tout sauf compliquée ! Elle vise rien de moins que notre ... éradication (au nom de ... l'égalité) !
(0) 
Christian Rogl
Mercredi 26 janvier 2022
@Damien Kern
Il me semble que vous proposez de garder 5 micro-groupes qui resteront impuissants à faire mieux que des soins palliiatifs.
Vous postulez qu'ils feront des alliances électorales, mais, additionner les impuissances et surfer sur la cacophonie ne fait pas un acteur qui pèse. Et les hors-partis le resteront.
Ce qui n'a pas été tenté, c'est un parti inclusif, tolérant des approches un peu divergentes, mais, uni par une plateforme minimale. Il doit, me-semble-t'il, proposer un statut fédéral ou, dans un premier temps, des compétences particulières pour toutes les régions de France.
Les indépendantistes pourraient ou non s'y associer.
L'écologie ne peut rester à part et doit être incluse.
(0) 
Paul Chérel
Mercredi 26 janvier 2022
Merci à Tugdual pour avoir fait écho à mon message publié le 19. (il est le seul à l'avoir fait, tous les autres sont retombés illico dans la petite politique politicienne) Bien sûr qu'il faut définir le contenu et la stratégie à adopter mais il ne faut pas mettre la charrue avant les b½ufs. Si l'on n'arrive pas à réunir les fonds nécessaires (et suffisants) - et j'ai dit que j'avais mes idées - il est inutile d'élucubrer quoi que ce soit auparavant. La question de la communication et de son savoir-faire est effectivement importante et, financièrement, elle pose peut-être le problème le plus difficile à résoudre. On aura moins de difficultés à trouver les bons acteurs. Là, les partis et mouvements bretons existants, serviront peut-être à quelque chose. Paul Chérel
(0) 
An Floc'h
Mercredi 26 janvier 2022
@Alain MUZELLEC
Pourquoi opposer économie et culturel ?
La marque BZH (au sens large) se porte bien. Certainement mieux que la culture bretonne. Sauf que c'est la culture qui a porté l'autre (au sens large, la valeur bretonne pour le travail par exemple n'est pas typique à cette population mais est réelle). Est-ce que ça marche autant dans l'autre sens dans une économie quasi totalement libérale ? Sans conspuer le libéralisme qui a tout de même permis de faire exister la Bretagne, alors qu'elle serait morte depuis longtemps dans une France communiste.
Mais nous arrivons à un degré de libéralisme (économique et sociétale, l'un n'allant pas sans l'autre) inédit qui prend le pas sur les cultures et valeurs.
Nous vivons une époque où nombre de compagnies sont plus puissantes juridiquement que les Etats (sans besoin de l'aide de services secrets d'autres Etats comme il fut un temps).
Nous allons vivre une époque où des Google et Facebook vont monter des structures, des territoires, des armées. Vont accumuler des données personnelles plus qu'aucun Etat n'a été et n'est en mesure de le faire.
Le jour où la Bretagne ne se concentrera que sur le marché, elle et ses agents économiques se feront tout simplement bouffer.
La culture sera morte et les agents économiques aliénés.
Donc non, les deux s'entraident l'une l'autre. En tout cas, le culturel n'est en aucun cas un ennemi de l'économique. C'est moins sûr dans l'autre sens.
Alors encourageons l'économie bretonne sans avoir besoin de critiquer les agents culturels mais plutôt en investissant dessus. Le passé a prouvé qu'ils offrent un retour conséquent.
(0) 
An Floc'h
Mercredi 26 janvier 2022
@Alwenn
Il n'y a de gouffre que chez ceux qui s'imaginent devant et prennent la posture en conséquence.
Un indépendantiste ultra-libéral sera plus proche de la France qu'un indépendantiste fasciste autarcique.
Un indépendantiste pro-UE, c'est quoi ? Parce qu'être membre de l'UE, c'est déjà ne plus être totalement souverain. Alors, il y a bien des degrés d'indépendantisme.
On peut se sentir plus breton que français mais se dire qu'avoir la même armée n'est pas totalement idiot.
On peut détester la France mais penser que la Bretagne est justement assez grande pour la changer et la rendre aimable.
On en trouvera quelques-uns des royalistes français. Aiment-ils la France d'aujourd'hui ? J'en doute. Se revendiquent-ils d'être autre chose que français . J'en doute aussi.
On peut aussi se demander à quel point l'Irlande est indépendante de l'Angleterre, des US et des multinationales.
Maintenant, il faut être réaliste et ne pas s'accrocher à un sondage. L'indépendance arrivera à la suite de nombreuses années d'un processus lent de fédéralisation, puis d'autonomie, puis d'indépendance dans un monde qui aura découvert la sagesse.
Ou en cas de guerre civile type Yougoslavie à l'échelle de la majorité de l'Europe (et encore, se rappeler comment les indépendantistes bretons ont complètement raté le coche en 40).
Je pense que la 2e option est la plus probable mais je préfère ne pas y penser (et honnêtement, la Bretagne serait certainement le cadet de mes soucis).
Le monde est effectivement complexe et l'idée d'indépendance est extrêmement riche et intéressante (si la France finissait par devenir le R-U, je voterais certainement "oui" à un référendum comme en Ecosse, mais la réalité est autre) mais elle ne l'est ni plus, ni moins que d'autres options. Et surtout, elle ne fait pas de son porteur un être plus brillant, original ou courageux que les autres.
Le mouvement breton souffre déjà assez de ses membres qui considèrent avoir vue la lumière et tombent facilement dans le dogmatisme. Ce n'est donc pas une remarque personnelle mais un constat qui ira très bien à l'ABP, rédacteurs et commentateurs et moi compris.
Pour une fois qu'il va peut-être se passer quelque chose avec un candidat régionaliste (ce terme est faute de mieux, mais on ne pourra pas résumer ceux qui suivront Troadec, même un indépendantiste corse est quelque part régionaliste), il va falloir être subtile.
Qu'on le veuille ou non, l'argument d'indépendantisme n'a pas de valeur ici et maintenant. Il ne sert qu'à ridiculiser dans l'esprit de la majorité (qui n'est certes pas maline mais il faut justement l'éduquer) ceux qui le portent . Il faudra d'abord changer les mentalités avant de s'en revendiquer (par autre chose qu'égoïsme ou narcissisme). Et il faudra d'abord que le fédéralisme soit lui-même pris au sérieux.
L'indépendantiste (pacifiste bien sûr) n'a pas d'autres choix qu'être patient, très patient et soutenir chaque étape.
Faire le portrait du régionaliste comme je le lis dans votre commentaire ne me semble pas vraiment une marque de soutien.
(0) 
An Floc'h
Mercredi 26 janvier 2022
@Christian Rogl
"L'écologie ne peut rester à part et doit être incluse."
La démarche EELV est certes ridicule mais il ne faut pas oublier que c'est le social, l'économique, l'institutionnel qui sont inclus dans l'écologie, ou l'environnement, ou la nature ou ce qu'on veut. Pas l'inverse.
A l'allure où vont les choses, tant que l'Homme continuera à se voir à part, élu par je ne sais quoi, la première dictature verte ne devrait pas tarder.
Je précise que ce n'est pas du catastrophisme révolutionnaire ou apocalyptique, simplement que, appelons ça comme ça, les "normes" ne peuvent devenir que de plus en plus sévères. D'autant que moi ou mon entourage très large ne souffriront finalement pas plus de ça que de l'ultralibéralisme ou de l'obscurantisme religieux qui rendent nos jours si doux.
(0) 
Philippe Guilloux
Mercredi 26 janvier 2022
Alwenn : il y un immense gouffre culturel peut-être (bien que pour moi, être indépendantiste ne soit pas synonyme de culture, voir même le contraire quand on pratique l'enfermement, le repli sur soit, le rejet de "l'autre" sous prétexte qu'il ne fait pas parti de son groupe). Il existe surtout un immense gouffre en terme de nombre de personnes. Lorsque vous aurez compris et accepté que l'immense majorité des Bretons, et depuis des siècles, ne sont pas indépendantistes (les Bretons ne l'ont d'ailleurs jamais étés), alors,vous regarderez les choses différemment. Alors, vous ne verrez pas tout ce qui n'est pas breton comme une chose sans intérêt. Vous comprendrez aussi pourquoi, ceux qui ont comme seul et unique letimotiv l'indépendance, n'ont jamais réussi à constituer une force politique, économique suffisante pour changer les choses et pour mobiliser une majorité. Vous considérez que ceux qui ne sont pas de votre avis n'ont ni culture, ni éducation et encore moins de libre arbitre, lobotomisés par la doctrine jacobine.
Ceux que vous appelez, non sans un certain dédain, les régionalistes sont les plus nombreux et l'ont toujours été. Ils imaginent une Bretagne forte de son histoire, de son passé, de sa culture, mais tournée vers l'autre, vers l'avenir, envisageant avec l'autre des relations sereines, respectueuses, qu'elles soient économiques, sociales ou culturelles.
Mais ces concepts sont trop éloignés de votre esprit sectaire digne de l'inquisition. Donc, je ne répondrai plus à vos attaques qui n'ont de toute façon aucun intérêt à mon sens dans la mesure ou vous n'apportez aucun éclairage, aucuns arguments, trop occupé que vous êtes à distribuer vos bons points de bretonnitude dont personnellement, je n'ai que faire, me contentant d'apporter une petite pierre à l'édifice. J'aime débattre, apprendre, être à l'écoute. Avec vous, rien de tout celà car tout est balayé d'un revers de main. Quand votre interlocuteur n'est pas régionaliste, il est à la solde de l'Etat français, du PS ou de je ne sais quel autre.
J'attends maintenant de voir vos actions, comment et avec qui vous allez trainer devant la cour de justice internationale l'Etat français, comment vous allez mener une révolution, venger ce génocide culturel (je suis de ce point de vue de l'avis de Christian Rogel, il y a des mots qu'on n'utilise pas à la légère).
Et moi, au moins, j'ai le courage de signer mes écrits autrement que par un prénom.
(0) 
Ar Vran
Mercredi 26 janvier 2022
@An Floc'h@Alwenn@Philippe Guilloux
Je vais vous réconcilier en utilisant le terme de "dévolutionniste".
Ce terme est moderne, fait immédiatement penser aux processus de dévolution enclenché en Ecosse et au Pays de Galle et en plus il n'est pas connoté historiquement.
Donc soyons dévolutionniste et votons dès les prochaines échéances électorales pour la liste du candidat dévolutionniste qui s'est imposé jusqu'à maintenant, à savoir Troadec. Ensuite on verra au moment des résultats. Tout autre considération politicienne ne sert à rien, avançons!
Quant à mon pseudo (clin d'½il), je le revendique car je n'ai pas envie d'être em. tous les quatre matins par des écrits anonymes sur ma boîte e-mail. Pour votre info, ce n'est même pas un soucis de confidentialité car je suppose depuis longtemps que les RG m'ont depuis longtemps identifié).
(0) 
Paul Kerguelen
Mercredi 26 janvier 2022
Comme déjà dis, je ne suis nullement un intellectuel, croyant avoir le savoir universel.
Étant indépendantiste, j'espère juste... j'espère et me désespère en même temps.
Je regarde juste le mouvement Breton et me dit que l'illustration des commentaires est l'exemple typique du mouvement Breton.
A une question posée: "Des partis bretons, un parti breton, quel(s) parti(s) breton(s) ?", on arrive à se demander si oui ou non, le mot "génocide" doit -être utilisé pour la culture Bretonne, ou si l'on doit opposer culture et économie
Je ne nie pas que la question Culturelle est importante ou que le débat est intéressant.
Mais, dans une réponse que j'avais écrite a SPERED DIEUB, je lui écrivais ceci: Nous devons faire feu de tout bois, or, non seulement nous n'utilisons qu'une seule espèce de bois, mais, en plus, nous nous disputons de savoir la dimension du bois à utiliser.
Cependant, des questions demeurent:
Et maintenant? Que faisons nous? voulons nous réellement une dévolution (pour reprendre un mot consensus) et que faire pour y arriver?
Paul Chérel parlait du problème économique du mouvement Breton. C'en est un.
Lié, en soit à celui de la communication. Si l'on ne sait communiquer vers la population à convaincre, nous ne grossirons pas, donc, nos moyens resterons limiter.
Je ne prends pas les sondages comme paroles d'évangiles. Mais, il démontrent tous que vers 20% de la population est plus ou moins pour l'indépendance.
Mais, savons nous en profiter?
la réponse est non! milles fois non!
(0) 
Alwenn
Mercredi 26 janvier 2022
"Je vais vous réconcilier en utilisant le terme de «dévolutionniste»."
Précisément, voilà une notion intéressante, et pédagogique : la dévolution.
Le principe en est que chaque niveau fait ce qui est en son pouvoir et délègue au niveau supérieur ce qu'il est trop petit pour faire seul. Et on part de la communauté la plus petite, la famille, puis le village, puis la commune, etc. jusqu'à la communauté ... européene, pour nous, Bretons !
Il est facile de voir (pour ceux qui n'ont pas l'esprit figé) que la Bretagne, qui a été par le passé un Etat indépendant, a toutes les capacités pour exercer à nouveau les prérogatives d'un Etat indépendant, et donc redevenir indépendante.
Elle peut déléguer cependant, dans le cadre de l'Union Européenne, ce que délèguent à cette communauté les autres Etats Européens, c'est ma position, étant pro-européen, et donc conserver l'euro comme monnaie et participer à une armée européenne.
Dans le mille-feuille administratif inbuvable, je suis pour la disparition du département, et de la ... france !
Le concept de "dévolution" est un outil intellectuel puissant, et implacable.
Vive la dévolution, et la Bretagne libre !
(0) 
Momo
Mercredi 26 janvier 2022
"Votre décompte est arbitraire et n'est pas en ligne avec l'évidente capacité à présenter des candidats dans de nombreux endroits, ce qu'elle est seule à pouvoir faire. "
Mon décompte vient de ma source au Bureau de ce parti. Je ne parle jamais dans le vide.
(0) 
Christian Rogel
Mercredi 26 janvier 2022
@Momo
Je suis prêt, alors, à vous croire, mais, il serait intéressant d'avoir une confirmation.
(0) 
SPERED DIEUB
Mercredi 26 janvier 2022
Le mouvement breton ,combien de divisions !!! c'est vrai que un bilan des forces en présence serait utile .Heureusement qu'il y a un nombre plus important de militants non encartés qui agissent personnellement ,et de manière au moins aussi efficace que les partis ,pour faire avancer l'idée bretonne ,sans oublier une partie du militantisme culturel ,qui fait que malgré tout la Bretagne continue à exister ,sans oublier des acteurs économiques ,à travers produit en Bretagne
(0) 
Yann LeBleiz
Mercredi 26 janvier 2022
"..Lorsque vous aurez compris et accepté que l'immense majorité des Bretons, et depuis des siècles, ne sont pas indépendantistes (les Bretons ne l'ont d'ailleurs jamais étés)..."
@ Philippe Guilloux
Le jour où les militants bretons arrêterons de raconter des bêtises pour justifier, ou rendre acceptable, le fait que la Bretagne n'a plus d'existence... oui, ce jour un grand pas sera fait!
Oser dire cela pour pratiquement l'unique pays qui à garder des institutions du 6ème siècle au 18ème, et qui à résisté à Charlemagne...
Breton qui, il n'y a que 70 ans retraversaient la mer pour défendre leur pays... (ce que n'ont pas fait les Français, champion européen de la collaboration pensant ainsi redonner des couleurs à leur République déjà décadente)
Le dénigrement de soit est la pire menace faite à l'encontre d'un peuple! C'est ça qui le tue, pas les colonialistes...!
C'est ça que nous acceptons depuis justement 70 ans...!
Notamment au travers d'une UDB qui a repris la pratique française à son compte, pour faire du politiquement correct caché derrière de l'idéologie socialiste avec pour résultat un zéro pointé!
(0) 
Yann LeBleiz
Mercredi 26 janvier 2022
Ce qui me choque dans toutes ces discutions, c'est que personnes me semble imaginer que la Bretagne devaient comme tout pays européen proposer à sa population une offre politique cohérente de l'extrême gauche à l'extrême droite, sachant que les Bretons sont culturellement des personnes modérées.
Et justement, ce qui est le mieux structuré politiquement, ce sont les extrêmes, surtout à gauche avec l'UDB (l'UDB n'a rien de modéré, vu le manque de respect le plus élémentaire pour ceux quelles considère comme "fascistes" : toutes personnes bretonnes ne votant pas Extrême gauche, UDB, PS français)...!
Une telle approche ne peut pas avoir sa place dans un pays doté d'une démocratie fonctionnant!
Depuis 60 ans, l'UDB n'a donc fait que décrédibiliser le paysage politique breton aux yeux des Bretons. Il suffit de parler dans la rue pour s'en rendre compte!
Comme si en Bretagne, ils n'existaient pas de :
1) Social-Démocates (je doute qu'un SD puisse être Jacobin comme peut l'être un socialiste),
2) Sociaux-Libéraux
3) Conservateur.
Le Parti Breton affirme regrouper ces 3 familles, mais il faut faire le constat que ce regroupement visiblement ne parle ni aux Bretons, ni même aux militants bretons... Etudier la raison pourrait être utile...!
Malheureusement, je pense que ce manque d'offre politique est due principalement au manque de pouvoir politique en Bretagne... En Jacobinie, le pouvoir réel n'existe QUE à Paris!
(0) 
Philippe Guilloux
Mercredi 26 janvier 2022
@Yann Le Bleiz : attention, je ne dis pas que la Bretagne n'a pas eu d'existence ni son indépendance. Je dis que, depuis son intégration dans la nation française, il n'y a pas eu, que je sache, une majorité séparatiste. Ca n'est pas la même chose !
Le mouvement breton au sens ou nous l'entendons dans notre vocabulaire est un mouvement assez récent, il a à peine plus de 100 ans. Avant la guerre de 14, l'idée d'une Bretagne retrouvant son indépendance est à peine évoquée. D'ailleurs le principal mouvement de l'époque porte bien le nom d'Union Régionaliste Bretonne. A lendemain de la guerre, pour diverses raisons, on assiste à la naissance d'un mouvement plus radical qui parle d'indépendance. Force est de constater que ce mouvement n'a pas une forte audience dans la population et qu'il n'en aura jamais.
Aujourd'hui, je crois que le socle qui pourrait réunir le plus grand nombre d'électeurs (et donc pour revenir en effet à la question de départ), c'est une autonomie décisionnelle d'une collectivité qui pourrait être une assemblée de Bretagne avec la possibilité de gérer une part des sommes collectées par les diverses impôts et taxes en Bretagne. Pour cela, il me semble qu'il ne faudrait plus parler de gauche ni de droite mais imaginer une coalition régionale qui se mettrait d'accord sur certaines revendications et objectifs à atteindre. Le soucis étant que la plus part des femmes et hommes politiques sont dans des partis qui les menacent dès lors qu'ils suivent pas la ligne.
(0) 
Christian Rogel
Mercredi 26 janvier 2022
@Yann Le Bleiz
D'accord sur le point que le fait de refuser de parler avec les formations immédiatement voisines est anti-démocratique.
Si le PB regroupe des familles proches, l'efficacité implique d'organiser fortement leur coexistence, sinon, on confond démocratie et fais ce qu'il te plait.
Il faut donc des motions de congrès sur des options claires et publiques, mais un regroupement obligatoire sur la plateforme commune sous peine d'exclusion. Certains se contentent de la politique du chien crevé au fil de l'eau, autrement dit le paysage décrit dans mon article.
Evidemment, il faut définir l'objectif à moyen terme (compétences propres ou autogouvernement) et décider ou non de sortir de Bretagne.
(0) 
Alwenn
Mercredi 26 janvier 2022
Lorsqu'un processus "dévolutionniste" sera applqué en Bretagne il aboutira logiquement à l'indépendance, comme en Ecosse. C'est une question de temps.
Le processus "dévolutionniste" est le seul qui correspond à une démocratie réelle, et non une démocratie de façade, comme en france actuellement.
Si l'oligarchie française refuse la démocratie réelle et la dévolution c'est bien parce qu'elle a peur de l'indépendance de la Bretagne !
Les Bretons n'ont pas oublié qu'ils étaient Bretons à défaut d'avoir oublié ce que cela voulait dire que d'être Bretons. Mais c'est une chose qui se réapprend vite, surtout quand on est jeune !
La question qui se pose, c'est :
comment instaurer une démocratie réelle et une processus "dévolutionnaire".
En Grande-Bretagne, qui est une démocratie réelle, elle, au moins dans ses relations avec l'Ecosse et le Pays de Galles, les Anglais ont accepté d'instaurer ce processus dévolutionnaire. En Espagne, après la chute de Franco, même chose.
En Bretagne, nous nous trouvons devant un blocage total de l'Etat français, et à une trahison (séculaire) du personnel politique à la solde de l'Etat, malgré quelques perspectives, comme l'Assemblée de Bretagne avancée par Urvoas.
Notre faiblesse n'est pas seulement dans nos partis bretons, elle est aussi dans nos media, ceci malgré internet, avec ABP et quelques autres.
Nous sommes incapables de faire avancer nos idées, et le concept de "dévolution", par exemple, est entièrement inconnu des Bretons, alors qu'il est le concept majeur à notre disposition et en application en Grande-Bretagne et en Espagne depuis longtemps.
Des media bretons, un media breton, quel(s) media(s) breton(s) ?
Aussi importants que les partis, les medias bretons sont à leur image : faibles, sans argent, impuissants, invisibles, inaudibles, inconnus.
Or, pour imposer nos idées, il faut être capable de les diffuser, de les faire connaître. Pour l'instant, nous en sommes incapables.
A media impuissants et inaudibles, partis impuissants et inaudibles.
(0) 
Alwenn
Mercredi 26 janvier 2022
"Les moins de 24 ans encore plus (33 %)"
(voir le site)
Dans un sondage fait par l'Ifop, en 2013, 33% des sondés bretons de moins de 24 ans sont pour l'indépendance de la Bretagne, et après, certains, du haut de leur arrogance, vont nous dire qu'il n'y a aucun sentiment indépendantiste en Bretagne !
Lançons la campagne indépendantiste aujourd'hui, dans 10 ans 40% des Bretons seront pour, et dans 20 ans, 53 % !
(0) 
Paul Kerguelen
Mercredi 26 janvier 2022
@ Yann LeBleiz
Pour ma part, je voudrais apporter une petite précision.
Il me semble, en effet, que certains de mes messages soient mal perçus.
Il est pour moi évident qu'une Bretagne arrivé à l'autonomie se doit de proposer un panel politique.
Je suis indépendantiste et ne m'en cache pas.
En tant que tel, je suis un peu "basique". je regarde à droite et à gauche avant de traverser, et regarde ce qui peut répondre à mes attentes.
Je regarde donc les offres des partis, en Bretagne, qui puissent répondre à mes attentes. Ou du moins, qui s'en approche le plus, étant conscient qu'aucun d'eux ne répondra à 100% à mes attentes.
Or que vois-je?
Des partis qui me proposent plus des programmes politiques qu'une offre pour emmener la Bretagne à l'autonomie.
Si j'ai envie d'un programme politique, je peux très bien en trouver dans les partis français!
Ils ne sont pas pour la Bretagne spécifiquement?
Il existe, pour cela les régionales!
Non. En tant qu'indépendantiste, je veux un parti qui me parle des possibilités d'une Bretagne à être au minimum autonome, qui me dise en quoi ce n'est pas un rêve, qu'elle en a les moyens, et me trace une route pour y arriver.
Je ne souhaite pas d'un parti unique du style FLN algérien: un parti, un pouvoir.
Oui, j'appelle à ce que les partis Bretons se rassemble en un parti. Mais j'ai bien préciser un parti qui me donne une vision pour l'avenir et qui, en le rejoignant, me laisse le choix de rester un militant de base, ou de rejoindre un sous parti: le PB, MBP, Breizh Europa, l'UDB, Adsav, etc...
Autrement dit, qui, avant de me proposer un programme politique, me propose une vision de la Bretagne
au minima autonome.
Je sais simple rêve d'un doux rêveur!
Mais reste à savoir si nous voulons une dévolution pour la Bretagne, et si oui, si nous voulons nous en donner les moyens ou pas.
(0) 
Paul Kerguelen
Mercredi 26 janvier 2022
Il se trouve, qu'actuellement, le seul qui réponde plus ou moins à mes attentes, c'est Christian Troadec.
Répond-t-il à mes attentes d'indépendantiste?
La réponse est clairement non.
Mais visant les présidentielles, peut il en être autrement?
Cependant, son approche est la seule qui réponde au mieux à mes aspiration de Français, et non à mes aspiration de Breton, à savoir, une possibilité de décision locale.
En tant que Français, ou du moins, ayant des papiers français,c'est ce que je souhaite.
En tant que Breton, c'est le seul qui agisse en me proposant réellement une vision pour la Bretagne, même française.
Je préfère donc choisir une Bretagne française, mais ayant un pouvoir locale, qu'un programme politique pour savoir si la Bretagne se doit d'être de gauche ou de droite.
Or, il se trouve, qu'actuellement, les différents partis Bretons ne me proposent pas de choisir si la Bretagne doit être oui ou non indépendante, mais me proposent de choisir la ligne politique futur de la Bretagne, à supposer que celle-ci devienne autonome!...
(0) 
konan Lasceau
Mercredi 26 janvier 2022
@Philippe Guilloux
"Avant la guerre de 14, l'idée d'une Bretagne retrouvant son indépendance est à peine évoquée."
Normal, vous êtes français et donc vous ne connaissez pas les nombreux soulèvements d'avant 1914, jamais enseignés par les Jacobins.
Les Bretons ont toujours réclamés leurs Droits de Nation et ont leur à toujours répondu par le sabre, la Baïonnette, la noyade, les pendaisons, les écartelements et tortures ou la guillotine depuis 1532.
Le peu de Bretons qui connaissent vraiment leur Histoire à permis quand même de faire qu'aujourd'hui la Bretagne existe toujours en tant que Nation, par sa Culture, ses langues (moribondes,)et son peuple ! tant qu'il y aura quelques Bretons à Lutter, nos droits persisteront, car ce sont les droits des Nations.
(0) 
Alwenn
Mercredi 26 janvier 2022
Tout le système politique, étatique, institutionnel, éducatif, médiatique, idéologique français a été bâti pour que la Bretagne (ou la Corse, ...) ne puisse pas redevenir indépendante un jour.
La peur absolue d'un système fédéral vient de la peur absolu que la Bretagne redevienne indépendante.
Autant dire que tout sera fait par les élites françaises pour maintenir le système actuel (jacobin) en place, et si possible, le renforcer !
(0) 
Alwenn
Mercredi 26 janvier 2022
On peut quand même se poser la question : pourquoi un media comme ABP reste aussi confidentiel ?
- Est-ce les commentateurs qui sont mauvais ?
- Les articles proposés, qui ne sont pas intéressants, ou trop militants ?
- Est-ce l'esthétique du site, qu'est pas sexie ?
- Le site est-il trop politiquement correct, trop craintif des procès éventuels ?
Sinon et par ailleurs, quand je lis du Philippe Guilloux j'ai à peu de chose près l'impression de lire du Françoise Morvan.
(0) 
Philippe Guilloux
Mercredi 26 janvier 2022
@Yann Le Bleiz : attention, je ne dis pas que la Bretagne n'a pas eu d'existence ni son indépendance. Je dis que, depuis son intégration dans la nation française, il n'y a pas eu, que je sache, une majorité séparatiste. Ca n'est pas la même chose !
Le mouvement breton au sens ou nous l'entendons dans notre vocabulaire est un mouvement assez récent, il a à peine plus de 100 ans. Avant la guerre de 14, l'idée d'une Bretagne retrouvant son indépendance est à peine évoquée. D'ailleurs le principal mouvement de l'époque porte bien le nom d'Union Régionaliste Bretonne. A lendemain de la guerre, pour diverses raisons, on assiste à la naissance d'un mouvement plus radical qui parle d'indépendance. Force est de constater que ce mouvement n'a pas une forte audience dans la population et qu'il n'en aura jamais.
Aujourd'hui, je crois que le socle qui pourrait réunir le plus grand nombre d'électeurs (et donc pour revenir en effet à la question de départ), c'est une autonomie décisionnelle d'une collectivité qui pourrait être une assemblée de Bretagne avec la possibilité de gérer une part des sommes collectées par les diverses impôts et taxes en Bretagne. Pour cela, il me semble qu'il ne faudrait plus parler de gauche ni de droite mais imaginer une coalition régionale qui se mettrait d'accord sur certaines revendications et objectifs à atteindre. Le soucis étant que la plus part des femmes et hommes politiques sont dans des partis qui les menacent dès lors qu'ils suivent pas la ligne.
(0) 
Philippe Guilloux
Mercredi 26 janvier 2022
@konan Lasceau : dites moi juste une chose : sur votre carte d'identité, il est marqué quoi comme nationalité. Je suis prêt à parier que, comme sur la mienne, il y est marqué française. Et pourtant, vous semblez faire comme si çà n'était pas le cas.
Je crois connaitre aussi bien que vous l'histoire de la Bretagne. La différence entre votre version et la mienne, c'est que la votre est mythifiée, tronquée d'une partie de la réalité, celle que vous ne voulez pas voir parce qu'elle dérange votre démonstration.
Les Bretons se sont toujours battus pour leur indépendance dites vous et depuis 1532. Dites moi pour qui et pour quoi se sont portés volontaires ceux de Conlie ? Pour quel drapeau se sont battus les soldats de 14 ? a quel appel ont répondu ceux qui partirent en 40 ? J'ai tout de même bien l'impression, en tous les cas assez de respect pour eux, pour admettre qu'ils se sont battus pour défendre la France. Vous allez me dire qu'ils ont été endoctrinés ?
Citez moi les mouvements bretons séparatistes de la fin du XIXème et du début XXème ? Ils n'étaient guère nombreux ceux qui fondèrent Breizh Atao en 1911. Donc oui, je le persiste et je signe, avant 14 il n'y a pas de mouvement séparatiste. Il y a tout au plus quelques personnalités qui commencent à défendre cette idée.
Encore une fois, il ne s'agit pas au départ de faire l'histoire pour faire l'histoire. Il s'agit de savoir si aujourd'hui, une majorité de la population bretonne souhaite la séparation et je pense que c'est non. Sont-ils pour autant moins bretons que vous et moi ? Enfin que vous car moi, vous m'avez déja exclu semble-t-il. Moi je dis que non. Sont-ils pour plus d'autonomie au sens décisionnel ? Je crois que oui.
Enfin, pour ce qui est de lutter pour défendre la Bretagne, chacun là encore fait ce qu'il juge utile, à sa façon et tout engagement est respectable. Je considère que le mien l'est tout autant que le votre que je ne connais d'ailleurs pas.
(0) 
Paul Kerguelen
Mercredi 26 janvier 2022
@ Alwenn
Je ne peux dire que je suis d'accord avec vous sur tout à 100%.
Mais pour ce qui est des deux derniers messages que je peux lire à l'heure où j'écris ces messages, alors oui, je peux le dire.
Non seulement je peux le dire, mais, en plus, je les applaudis...
J'ajouterai que c'est aussi un "message" que j'entends et lis souvent. Qui plus est, souvent de la part de jeune de moins de 35 ans...
D'où aussi mon "énervement" face au mouvement Breton.
J'espère juste que mes commentaires font avancer le "schilmblick" quand bien même je sais q'ABP n'est pas un "gros tirage" et que ses articles sont lus à une moyenne de 2000 personnes.
J'espère juste que ses articles et commentaires sont lus par "nos élites" et qu'ils en prennent compte....
(0) 
Paul Kerguelen
Mercredi 26 janvier 2022
Juste pour les "fondus" d 'authographe...Non.. d'orthaugrafe...
enfin de ce machin!
je sais que "mes aspiration" ne prennent qu'un "S" ou que je fais des fautes d'orthographes.
Je demande juste votre indulgence. Je ne peux corriger celles-ci une fois le message envoyé. Mais le plus important, n'est-il pas le message?
(0) 
Donbzh
Mercredi 26 janvier 2022
J'ai fait parti d'un comité local de bonnets rouges , ou le principal référent était clairement anti-indépendantiste, anti ciré jaune etc...Pour pouvoir se présenter aux cantonales, il a fait le ménage.
Résultats: faible score aux cantonales et le comité très actifs au départ car riche de sa diversité n'existe pratiquement plus...
C e n'est qu'une petite expérience mais nous ne sommes pas à l'abri de désillusions pour les régionales si nous appliquons ce genre de stratégie...
Nous avons en face une machine à broyer les démocrates au profit des seules jacobins. Même Troadec aux cantonales apparaissait , dans les médias, la plupart du temps comme divers gauche...
On a besoin de Leader, d'une équipe autour, de moyens ,d'une machine politique (parti ou groupe électorale), de communiquant mais aussi de militant convaincu...
A-t'on les moyens de faire un tel tri sélectif parmi les gens convaincus ?
(0) 
Christian Rogel
Mercredi 26 janvier 2022
@Alwenn
Je ne vois pas ce qui vous autorise à rapprocher les opinions d'une trotskoïde avec celle de Philippe Guilloux qui connaît l'Histoire et rappelle avec justesse que l'indépendantisme a toujours été minoritaire en Bretagne.
J'ajouterai que le groupe Taldir-Le Berre a plus influencé la population que le PNB, car, il était en accord avec l'Eglise bretonne sur la grande et la petite patrie. Comme je l'ai déjà souligné, nous n'avons pas besoin de lire Walt Disney pour refaire notre Histoire.
(0) 
Paul Kerguelen
Mercredi 26 janvier 2022
@ Christian Rogel
Je ne suis nullement Alwenn. Je ne vais donc pas répondre à sa place.
Cependant, je suis d'accord avec ses dires, surtout quand je lis:
"La peur absolue d'un système fédéral vient de la peur absolu que la Bretagne redevienne indépendante. "
Mais encore, "Or, pour imposer nos idées, il faut être capable de les diffuser, de les faire connaître. Pour l'instant, nous en sommes incapables."
Ou encore: "Lançons la campagne indépendantiste aujourd'hui, dans 10 ans 40% des Bretons seront pour, et dans 20 ans, 53 % !"
En bref, je suis d'accord sur tous ses derniers commentaires.
Cela fait il de moi un "trotskiste"???
Peut-être. Je ne le crois pas, mais pourquoi pas?
Cependant, je suis aussi d'accord avec Philippe Guilloux.
Tout comme chaque français, j'ai une carte nationale qui m'est imposée par l'état français, sur laquelle il y a écrit: "nationalité française"
Non par choix, mais parce que celle-ci m'est imposée.
Oui, en effet, les Bretons se sont battus, comme le rappelle si bien Philippe Guilloux pour la France.
Mais se sont-ils + battus pour une idée de la liberté? ou pour une patrie imposée? (et non, ce n'est pas leurs faire insultes que de poser la questions!)
Et où a été jusqu'à présent le remerciement de la France?
1870? les premiers camps de concentrations. (Je précise, non pas dans l'idée d'exterminer -quoique!- mais dans l'idée de concentrer ce qui est supposé être les ennemis de la nation -même si ceux-ci se sont former afin de la sauver-)
1918? Le maréchal Foch avait un temps proposé une autonomie pour la Bretagne afin de la remercier pour son sacrifice...Nous en connaissons le résultat!
1945? Reprenons les mêmes et recommençons!
N'est-il pas temps d'arrêter d'avoir un complexe vis à vis de la France??? De rentrer pleinement dans le bain plutôt que de le tâter afin de connaître sa température??
Comme je l'ai écris, je suis indépendantiste. Choix que j'assume.
Mais j'ai aussi des papiers français.
En tant que tel, je regarde les offres qui me sont faites. Et la seule que je prends (par défaut!) c'est celle de Christian Troadec:
Une Bretagne française avec une décision locale et non une proposition claire et net d'une Bretagne indépendante, ou, à minima autonome...
(0) 
Brocèlbreizh
Mercredi 26 janvier 2022
Ne vous en faites pas Alwenn:
Pour les fédéralistes,la patience est une vertu.
Dans l'Histoire,le centralisme d'état est comparable à un fruit trop mur:celui-ci tombe tout seul de l'arbre démocrate.Plus la police moralisatrice voltairienne s'immiscera dans tous les domaines et plus sa puissance sera faible et diluée.Comparez notre puissance économique avec celle de la RFA ou du RU et vous constaterez que la République Démocratique Française s'achèvera in fine au niveau de la RDA: Droit dans le mur et ingérer d'office.Les sujets régaliens concernent de plus en plus l'Europe et de moins en moins la France.Ce n'est que le début.
Le meilleur reste à venir.Mutation d'office ou lente disparition.Laissons humblement ces "presqu'rois" anciennement édentés réfléchir devant leurs beaux miroirs et qu'ils instaurent maladroitement un vote obligatoire.Ils gouteront ainsi aux fruits de leur non-travail.Je vous invite simplement à réinterpréter le terme "indépendance" par la notion "autonomie politique"Concrètement les Démocraties sont toutes inter-dépendantes.
(0) 
Brocèlbreizh
Mercredi 26 janvier 2022
Bonjour Tugdual,je me permet humblement de vous signaler ma difficulté à vous comprendre,je m'explique:
Vous ne voulez pas d'un parti breton qui propose un "programme politique" mais "un parti qui me donne une vision pour l'avenir".On appelle cela un "projet" ou programme politique.Cela tombe bien car avant meme de parler d'autonomie ou d'indépendance les mouvements bretons ont la responsabilité d'anticiper l'accession au pouvoir.Gouverner c'est prévoir.Vous devriez ainsi vous interrogez sur le pourcentage de jeunes qui font le "souhait d'indépendance"(20%,30,55 ou meme 80 peu m'importe) et le résultat électoral concret des partis nationalistes indépendantistes BZH:
Entres 0,58 et 1% selon les circonscriptions.Pour moi la réponse est évidente.Je vous laisse le soin d'y songer.Je partage cependant votre avis suivant:
Mr Troadec fait parti des bons chevaux bretons sur lesquelles ont peu raisonnablement miser dans la course politique.
(0) 
Konan Lasceau
Mercredi 26 janvier 2022
@Philippe Guilloux
Bien sur que ceux de Conlie, ceux de 14 et de 39/45 étaient français, comme tous les tirailleurs sénégalais qui venaient défendre LA PATRIE en danger, comme ceux de Sétif en algérie, qui brandissant leurs drapeaux Algériens se sont vus massacrés (20.000 a 40.000).Ah, ces braves gaulois !
vous dites "Je dis que, depuis son intégration dans la nation française..."
moi, je dis : Annexion de la Bretagne par la France (la France n'étant pas une nation, mais un état-Nations).
Quant à la carte d'identité, Voyez ce que la jurisprudence Le Goarnig en fait "la Cour européenne de justice qui donnera raison aux époux Le Goarnig. Les enfants non reconnus par l'État français recevront la « Citoyenneté Européenne de Nationalité Bretonne « Un passeport Breton me suffit, la France n'ayant aucune légitimité en Bretagne. (voir l'arret sur les Minquiers)"se comporter en souverain, ne fait pas de vous un souverain".
Pour ce qui est des "
Partis", je ne voit que des entités françaises. Les Bretons sont dans la rue et sur internet.
(0) 
An Floc'h
Mercredi 26 janvier 2022
@Ar Vran
Merci pour l'effort de réconciliation ! D'autant que vous avez raison, je pense que c'est le terme qui réconciliera la grande majorité des sympathisants ou activistes du mouvement breton.
Un bémol (discussion politique quand même !): est-ce un terme efficace pour parler aux électeurs d'une présidentielle ?
Toujours dans cette optique. Et toujours dans le discours, pas le côté technique.
D'une, c'est un processus, pas une fin. Il faut vendre une fin.
Outre le fait qu'il ramène, autant que je sache, seulement au modèle britannique, à la fois similaire et si différent de la France, il parle surtout aux "initiés". Un Troadec gueulant dans une salle "nous voulons la dévolution !", je suis pas sûr...
"Régionalisme" a l'avantage d'être évocateur et de passionner les débats mais il manque vraiment d'ambition. Je comprends que Troadec parle à présent d'une candidature régionaliste mais conserver cette étiquette durant la campagne, c'est se placer soi-même au niveau du petit candidat, de celui dans le témoignage qui n'a pas grand chose à proposer. Ca serait une grosse erreur.
"Fédéralisme" a pour moi l'avantage de l'ambition symbolique. Le fédéralisme ce sont les US, l'Allemagne, des pays que la France jalousent, l'Australie, le Canada pays qui comptent de plus en plus, et consensuels.
Et puis, surtout, selon moi, il permet de récupérer la Révolution française (je n'en suis pas pourtant fan, mais il faut savoir l'utiliser parce que les plus féroces opposants seront les laudateurs de la RF, pour qui l'Histoire commence un 14/07). Imaginons Troadec face à un Mélenchon. Mélenchon a assez dit qu'il se revendiquant de la Terreur. Un Troadec maîtrisant et mythifiant 89 à 92 ne pourra que sortir vainqueur.
Je le rappelle: le 14 juillet est d'abord la fête de la Fédération, avant d'être celle de la Bastille, qui glorifie Paris.
Rappeler le Club des Bretons aussi. Avant qu'ils ne deviennent Jacobins. Le Girondisme. Etc.
Bref, à chaque fois qu'on demandera "vous êtes indépendantistes, vous voulez l'éclatement de la France", répondre "non, nous voulons finir la RF qui a été spoliée par le centralisme jacobin".
Dire que la RévF devait à la base donner une République Fédéraliste (ce n'est certainement pas aussi simple mais peu importe) plutôt que les boucheries de la Terreur et Napoléon, il y a de quoi désarçonner les opposants et mettre en confiance les citoyens les plus réticents.
(0) 
Konan Lasceau
Mercredi 26 janvier 2022
Régions malades ? Suivons les CONSEILS du Bon Docteur :
"Je répète, depuis des années, que le salut des nations bafouées par le pays des non-droits de l'homme, par cet Etat qui viole au quotidien leurs droits sacré à l'intégrité de leur territoire, à leur culture, à leur langue, à la transmission de leurs valeurs à leurs enfants, à leur droit de se gouverner elles-mêmes, d'enseigner leur langue et leur histoire, consiste en la prise de conscience que leur situation est identique, et qu'elles doivent agir d'une manière concertée et déterminée. Il faut aussi accréditer l'idée que ceux qui, élus par un scrutin qui en fait les esclaves du pouvoir qui les fait élire et les paye, sont complices, et seront un jour jugés pour crimes de lèse-nation.
Les Bretons sont un exemple rare d'incapacité à se réunir autour d'une table pour mettre au point, sur les données principales du problème, un programme commun. C'est pire : ils s'injurient (au nom de quoi ? Ils ne le savent même pas), faisant tout échouer par leur faute. Il ne faut pas recommencer dans les contacts avec la Corse, la Savoie, la Flandre, le Pays basque, Nice, l'Alsace … Leur sort a été le même dans l'histoire; ils ont été envahis, conquis, humiliés; leurs droits sont bafoués. La solution est dans l'Union sacrée, pour contraindre le pays des non-droits de l'homme à s'incliner, enfin, devant le droit international, et de cesser cette bouffissure permanente, cette boursouflure avec laquelle ils prétend, lui qui a tant envahi les autres, tant détruit, donner des leçons au monde."

(voir le site)
Si Christian Troadec, le Régionaliste, pouvait lire se message et s'en inspirer, il prendrai une autre importance, ET MONTRERAI QU'IL EN A (des party) le BUT n'est-il pas d'avoir un pourcentage au plus Haut car il est bien connu que les promesses n'engagent que ceux qui les reçoivent dans cette République !
(0) 
Ar Vran
Mercredi 26 janvier 2022
@An Floc'h
Effectivement vous l'avez compris l'une des premières taches des partis bretons est la communication (Pour cela il n'y a pas forcement besoin d'argent au tout début). Or cette communication doit pouvoir se faire en connaissant parfaitement le langage (le "code") de notre ennemi.
Dans ce cas, le terme de "régionaliste" est trop connoté péjorativement pour un citoyen français (car il renvoie à des notions de passéistes, de replis sur soi et donc pour les partis qui osent utiliser ce mot à la sempiternelle justification. Or une notion bien connue en management et en politique est que lorsque quelqu'un reste dans la justification, il n'est pas dans l'action et par conséquent il se castre de lui-même (cela ne vous rappelle rien????)
Je ne parle même pas des termes d'"autonomiste" ou d'"indépendantiste" car c'est la fuite assurée des potentiels électeurs.
A côté de "dévolutionniste", le terme de "fédéraliste" me va bien également car il n'est pas (encore) connoté péjorativement et (en dehors des bons arguments que vous évoquez) va peut-être pouvoir s'opposer au mot de "Républicain" (que va nous lancer prochainement un grand parti) qui lui devient de plus en plus synonyme de blocage, de chimère voir même de mensonge.
Cependant sa signification renvoie clairement enfin à une vrai réforme du pays France sans penser à une future scission de la Bretagne de la France. (D'ailleurs peut-on considérer la fédéralisation de la France comme une étape nécessaire avant de passer à l'étape ultime de l'indépendance, vaste sujet dans le cadre où on est indépendantiste; ce n'est pas à moi d'y répondre....)
C'est pour cela que j'ai utilisé le terme de dévolution car ce terme est neutre et on peut y mettre beaucoup de concepts. Reste évidemment à la faire accepter plus globalement.
(0) 
Ar Vran
Mercredi 26 janvier 2022
Pour compléter mon précédent propos
Je serai pour choisir le mot de "Fédéralisme" au niveau hexagonal et de "dévolutionnisme" au niveau régional.
(0) 
Alwenn
Mercredi 26 janvier 2022
@ Brocèlbreizh
"Je vous invite simplement à réinterpréter le terme «indépendance» par la notion «autonomie politique»Concrètement les Démocraties sont toutes inter-dépendantes."
Je ne dis pas autre chose, j'ai parlé de l'intégration de la Bretagne dans la Communauté Européenne, partage de la monnaie (euro), participation à une armé européenne, etc.
Au sens propre, "autonomie" et "indépendance" désignent la même chose. Seulement on utilise aussi "autonomie" pour des "autonomies partielles".
J'entends aussi le terme "indépendance" dans le sens d'une "inter-dépendance librement choisie".
"Mr Troadec fait parti des bons chevaux bretons sur lesquelles ont peu raisonnablement miser dans la course politique."
C'est même le seul cheval que nous ayons en stabulation !
@ Christian Rogel
"Je ne vois pas ce qui vous autorise à rapprocher les opinions d'une trotskoïde avec celle de Philippe Guilloux qui connaît l'Histoire ..."
Françoise Morvan aussi connaît l'Histoire, l'ancien maire de Quimper, Poignant, un aggrégé d'histoire, ou peu s'en faut, aussi, connaît l'Histoire, les Jacobins connaissent l'Histoire, ...
Françoise Morvan est une "régionaliste" : elle aime le folklore breton, les fées bretonnes, Luzel,... Son compagnon, traducteur du russe, aime la gwerz bretonne (et peut vous faire un cours la dessus), ... Tous deux ont une vision régionaliste de la Bretagne.
Un vrai jacobin, pure et dur, déteste tout ce qui est breton, tout ce qui rappelle la Bretagne, et veut sa disparition, c'est un éradicateur à 100% comme le sont les révolutionnaires français : Grégoire, Barrère, ...
Sinon Philippe Guilloux semble assez à même de se défendre tout seul, si tant est qu'il est attaqué !
@ Ar Vran
"le terme de «fédéraliste» me va bien également car il n'est pas (encore) connoté péjorativement"
J'ai bien peur que si, tous les mots qui vont contre le centralisme et l'union sacrée sont connotés péjorativement, car synonyme de "divisions".
Les jacobins auront vite fait de faire l'équivalent : fédéralisme = éclatement du pays. Ils le font déjà !
Les "régions" existent, chacun est attaché, plus ou moins à sa régions, et est plus ou moins prêts à la défendre. "Régionalisme" n'est donc pas forcément un si mauvais terme.
De toute façon, il faut expérimenter, voire comment les gens réagissent, et si un mot ne marche pas, en essayer un autre.
(0) 
Paul Kerguelen
Mercredi 26 janvier 2022
@ Brocèlbreizh
S'il vous plaît, relisez mes propos, vous y trouverez toutes les réponses.
Je n'ai jamais dis qu'il ne fallait pas prévoir une éventuelle sortie et donc ne pas préparer un programme politique car effectivement gouverner c'est prévoir.
Il peux très bien y avoir un parti unique regroupant tous les partis, ceux-ci ne disparaissant pas, mais devenant des "sous partis", continuant à réfléchir à une ligne politique, mais mettant en commun les moyens financiers, et la capacité à devenir autonome.
L'UMP est l'exemple d'un parti de ce style.
Le danger démocratique n'est pas un parti comme je propose, qui une fois l'autonomie arrivé éclate pour que les sous-partis offrent un panel politique, mais bel et bien un parti de programme qui arrive à arracher l'autonomie.
L'histoire de la décolonisation nous l'apprend.
Mais en relisant ce que j'ai écris vous aurez toutes les réponses.
(0) 
Christian Rogel
Mercredi 26 janvier 2022
@Alwenn
C'est bien ce que j'avais entrevu : vous êtes la figure inversée de FM, car, pour vous, il n'y a qu'une seule façon d'appréhender la Bretagne. Il est tellement confortable de rejeter ceux qui ne pensent pas exactement comme vous dans le ténèbres extérieures.
La politique ne marche plus comme à l'époque de Staline et Hitler et elle est faite de compromis et d'alliances.
Les régionalistes que vous dénoncez comme des suppôts de Satan ne sont plus férocement antinationalistes comme Taldir et Le Berre.
Allez voir la CDC et Unio qui gagnent les élections catalanes et apprenez de leurs divergences.
(0) 
Ar Vran
Mercredi 26 janvier 2022
@Alwenn
justement l'emploi du terme de "Fédéralisme" au niveau hexagonal permet de s'opposer directement au mythe de la république de France.
Même si les jacobins auront vite fait de faire l'équivalent entre Fédéralisme et éclatement du pays, la définition même du mot "Fédéralisme" s'oppose à tout éclatement, donc encore une fois permet de mettre en évidence le mensonge du discours des jacobins.
C'est pour cela que je réitère ce que j'ai écris plus haut "Je serai pour choisir le mot de «Fédéralisme» au niveau hexagonal et de «dévolutionnisme» au niveau régional.
L'avantage de l'acceptation de ce terme pour le niveau local permet de bloquer les contre-attaques des média locaux et pseudo bien-pensants élus. Cela permet même de faire sortir les officines brittojacobines de leur bois car qui peut être contre plus de pouvoir pour la Bretagne? Personne en Bretagne n'irait pondre un programme politique s'opposant clairement à tout processus de décentralisation! et en plus cela pourra (enfin!) permettre de sortir de l'éternelle justification de l'emsav et donc pousser nos adversaires dans leur retranchement. Qui a dit que la meilleure stratégie était l'attaque? Je ne suis pas loin de le penser.
Il est fini le temps où la Bretagne demandait quelque chose, place au temps de l'exigence
Bigre le syndrome du "
Vous utilisez trop de pseudonymes (5), merci de vous en tenir à Ar Vran
Le moderateur" a encore frappé
(0) 
Konan Lasceau
Mercredi 26 janvier 2022
En 1972 : La France refusait toujours les prénoms bretons, la cour européenne (CEDH ?)reconnaissait la citoyenneté européenne de nationalité bretonne, grâce à la famille Le Goarnig.
-
y aurait -il possibilité d'avoir les références exactes de l'Arrêt ???
Qui donne lieu à la Jurisprudence? tout le monde en parle, même les journaux, mais PERSONNE NE DONNE LES REFERENCES EXACTES .
(0) 
Alwenn
Mercredi 26 janvier 2022
@ Christian Rogel
"Hitler" ?!? "Staline" ?!? (et ça sur ABP !!!)
Vous avez gagné un point Godwin, et même deux d'un coup !! Bravo !!! Félicitations !!!
Vous n'êtes pas un modèle d'objectivité ni d'honnêteté intellectuelle (je l'ai constaté depuis longtemps), ni de "modérateur d'un site internet", et je m'arrête là vous concernant.
D'autant plus que vous avez le bouton de la censure à porté de la main.
@ Ar Vran
"Qui a dit que la meilleure stratégie était l'attaque? Je ne suis pas loin de le penser."
Je le pense aussi , mais il faut beaucoup d'habileté. Troadec a montré qu'il était habile et savait attaquer.
"Il est fini le temps où la Bretagne demandait quelque chose, place au temps de l'exigence"
Idem,
il faut exiger, mais en fondant les exigences sur des principes théoriques.
"Le "moderateur" a encore frappé"
Idem !
Il a même frappé sacrément fort. Il perd son sang-froid !
(0) 
Christian Rogel
Mercredi 26 janvier 2022
@Alwenn
D'où sortez-vous que je suis "modérateur" ? Je vérifie uniquement que les commentaires ne contreviennent pas à la loi.
Le texte est un "point de vue" et j'ai le devoir d'exprimer mes opinions; Ceux qui excommunient et font des amalgames s'exposent à ce que je les critique.
Pour revenir au sujet, vous voulez imposer comme vérité d'évangile votre conception de l'avenir de la Bretagne et exclure d'autres opinions qui voit son évolution par étapes.
C'est cette intolérance qui appelle un parti unique (on connaît) que je vous reproche sans animosité et en espérant que vous verrez ce qu'il y a de déviant dans votre manière de débattre.
(0) 
Ar Vran
Mercredi 26 janvier 2022
@Konan Lasceau
Peut être que cette référence peut vous aider
"Bretagne Libre Saga des 3 génocides intermédiaires L'aventure Gauguin L'aventure Le Goarnig L'aventure du peuple breton Broché – 2006 de Le Goarnig Kozh "
ou sinon rapprocher vous de la famille Le Goarnic ou de Nolwenn Le Gac qui a écrit dessus.
Enfin la cour internationale de la Haye...
(0) 
Yann LeBleiz
Mercredi 26 janvier 2022
@ Philippe Guilloux
Je vous imaginais à l'UDB, mais j'ai un doute si vous n'êtes pas franchement PS dans la ligne Jules Ferry.
"sur votre carte d'identité, il est marqué quoi comme nationalité. Je suis prêt à parier que, comme sur la mienne, il y est marqué française. Et pourtant, vous semblez faire comme si çà n'était pas le cas."
Avant 1960 sur la carte d'Identité des Algériens, il était indiqué "Français"! Combien de morts pour avoir le droit d'y voir le mot "Algérien"...
Votre propos est tout simplement monstrueux d'autant que je suis persuadé que vous n'ignorez pas qu'il l'est!
Un raciste : Celui qui déteste ceux qui ne sont pas comme lui!
Un socialiste : Celui qui n'a de respect que pour ceux qui sont comme lui ou décide de devenir comme lui! (Ne pas chercher plus loin la raison de l'attitude de l'UDB, ou la négation faite par vous sur la résistance bretonne à assimilation forcée)
Un être humain : Celui qui respecte les différences qui constituent le genre humain!
(0) 
Yann LeBleiz
Mercredi 26 janvier 2022
Suite mon commentaire à P.Guilloux
La République a beaucoup de valeurs commune avec le Socialisme...!
Voilà pourquoi, on ne trouve pas de Sociaux-Démocrates ni en France ni en Bretagne, voilà pourquoi il n'y a pas de Libéraux ni de Conservateurs ni en France ni en Bretagne...!
L'UDB est en échec, car ils sont socialistes donc proche idéologiquement des Républicains (Républicain à la mode de France Evel Just).
Le Parti Breton fonctionnent mal, car ses 3 racines (Sociales-Démocrate, Libérale et Conservatrice) sont étouffées au nom d'un principe sacré d'union qui est en fait le cache misère d'un manque courage à s'opposer au socialisme! Il avance donc en 2ème ligne derrière TROADEC, le flatteur des Socialistes façon le Corbeau et le Renard...!
Le citoyen breton, lui sait que le pouvoir n'est PAS en Bretagne (tout se décide à PARIS)... sans compter le triste constat qu'entre Socialisme et Ventre Mou, il n'existe pas d'offre bretonne qui lui correspond!
(0) 
Philippe Guilloux
Mercredi 26 janvier 2022
L'inquisition est de retour : a peine écrivez vous une phrase que certains cherchent à vous classifier à vous cataloguer. En quelques jours, j'aurai été socialiste, UDB, français, jumeau de François Morvan, Jacobin, j'en passe et des meilleurs...
Quel voyage !!! Et c'est surement cette extraordinaire voyage qui m'aura fatigué.
Je ne viens pas sur un site comme celui-ci pour des procès d'intentions, pour des que certains me donne mon certificat de "bon Breton" (dont je me demande d'ailleurs à quel titre ils le donnent). Je viens pour débattre, échanger des idées, voir les arguments des autres qui peuvent parfois changer ma façon de voir et d'appréhender les choses. Là nous sommes dans un dialogue de sourd et désolé, mais il y a des milliers d'autres choses à faire..
(0) 
Christian Rogel
Mercredi 26 janvier 2022
@Yann Le Bleiz
Votre intempérance de plume égale celle d'Alwenn : j'ai failli bloquer votre remarque inadmissible sur des "propos monstrueux".
Merci de cesser de jouer avec les limites d'un débat serein : on aurait dit, cette fois-ci, une mauvaise imitation de FM. Tenez-le vous pour dit.
Je rappelle à nos deux indépendantistes énervés que la majorité des Bretons rejette cette manière de s'autoproclamer dans la catégorie supérieure, une sorte de peuple élu, par leur intelligence exceptionnelle, sans doute..
(0) 
SPERED DIEUB
Mercredi 26 janvier 2022
Je ne suis pas toujours d'accord avec Philippe Guilloux ,disons que sur l'analyse historique je suis entre la position indépendantiste et régionaliste militl'étapisme me parait donc une évidence .Cependant au nom de la démocratie qu'il reçoive tous mon soutien face à l'inquisition bretonne, qui est malgré tout, une conséquence d'une obstination jacobine actuelle du pouvoir parisien (,la non réunification de la Bretagne et l'épée de Damoclès sur sa tête en sont les exemples les plus récents) Si le climat était apaisé et le mouvement breton n'étant pas réduit à une dissidence qui l'entraine dans la marginalité et l'intolérance ,le dialogue serait facilité
(0) 
Yann LeBleiz
Mercredi 26 janvier 2022
@ Christian Rogel
Je trouve justement d'une manière générale l'ensemble des propos d'Alwenn parfaitement mesurés et réfléchis.
Et pour votre "le tenez vous pour dit", apprenez que :
J'ai un ami très cher qui a rendu son tablier de Professeur de l'Education National, car il ne supportait plus de devoir affirmer aux enfants algériens qu'ils étaient des Français et que la France les aimaient, quand ces derniers lui affirmaient leur identité algérienne!
(Lui, en tant que Breton, ne voulait pas reproduire une démarche similaire à celle faites à ses parents, sous prétexte que le mot "Français" était écrit sur la prétendue carte d'identité de ses jeunes élèves...)
Les uns, les autres...!
Donc, MARRE de lire des inepties au nom d'une prétendue modération!
Inepties qui passeraient très mal dans de nombreux territoires européens.... probablement plein de vilains senseurs...!
Le problème, c'est que le militant breton pour avoir son "certificat de modéré" doit maintenir un certain conservatisme envers l'idéologie jacobine ou du moins socialiste branche Jules Ferry.
(Pour mémoire: le premier personnage salué par l'actuel Président Français Normal, ce qui est loin d'être anodin)...!
Je vous remercie pour cet article sur les "partis politiques bretons", mais quel en est le résultat?
Régionalistes et indépendantistes pèsent mouillés moins de 10%!
En face, 18% de Bretons favorables à l'indépendance (Etude française, qui a surpris plus en Bretagne Politiquement Modérée qu'en France...)!!!
Pour répondre à ces citoyens :
AUCUNE OFFRE POLITIQUE (ni française ni bretonne) qui soit "clairement identifiable comme sociale-Démocrate, sociale-Libérale, Chrétienne-démocrate/conservatrice...! "
"C'est à dire qu'en BRETAGNE POLITIQUEMENT MODEREE sont absent les 3 grands courants politiques européens centristes!"
Ce qui ne choque personne! Evel just...!
Et qui n'empêche pas les affirmations pompeuses du milieu politique breton sur : l'adhésion aux valeurs de la Démocratie...!
L'envie de dire : mais de qui se moque t'on?
"La Bretagne doit en effet être le seul pays au monde, ou les partis politiques font moins de score que les idées des électeurs!!!"
A cela, il n'est pas difficile de comprendre pourquoi!
En plus de la contrainte du "certificat de modéré", le milieu politique breton est en retard sur la pensée de leur électorat car il reste bloqué à l'égal de la France entre le 19ème et le 20ème siècle alors que nous vivons depuis 15 ans au 21ème!
Soit plus de 100 ans de retard...! (Pour mémoire, les premiers Sociaux-Démocrates ont divergés du Socialisme à la fin du 19ème siècle...)
Possible que cela viennent un jour en Bretagne, pas sûr si on veut rester modéré...!
Quand à évoquer les Libéraux ou les Chrétiens Démocrates...
(Mon Dieu, du libéralisme et des chrétiens en Bretagne? Quelle blague...! C'est irréaliste dans un territoire sans église et qui n'a connu le développement économique et culturel que grâce à la bien vaillance de la République...)
L'autre étant évidement :
la spécificité jacobine, c'est à dire l'absence de pouvoir politique véritable hors de Paris, qui va de paire avec le financement des candidats aux élections et le centralisme des médias...!
Alors Monsieur ROGEL, bloquez si tel est votre souhait mes commentaires...! Cela fera, je n'en doute pas, modéré (serein)... à la mode de Bretagne...!
(0) 
Christian Rogel
Mercredi 26 janvier 2022
@Yann ar Bleiz
Qu'il soit bien clair que je bloquerai tout commentaire qui prend à partie un autre commentateur sur la base d'amalgames, de contrevérités et d'àpeuprès sémantiques, comme il a été fait par les 2 personnes sur la base des conditions rappelées à tous ceux qui préparent un message.
Cela n'a rien à voir avec une censure des idées, pour lesquelles il n'y a que la loi qui s'applique (entre autres, non-discrimination).
(0) 
Yann LeBleiz
Mercredi 26 janvier 2022
@ Christian Rogel
Mais SVP, précisez dans ce cas ce qui vous chagrine.
Je reconnais que l'on peut partir vite, mais faut pas oublier qu'il y a des blessures à la base... et la mauvaise formulation est vite arrivée!
En tout cas, je n'apprécierai jamais comme vérité les principes de la République contraire aux Droits de l'Homme, ni les dénigrements sur la Bretagne et son histoire juste pour faire un équilibre avec le voisin et se donner une conscience de modération à bon marché!
Maintenant, à quand un échange sur le pourquoi de l'absence de partis politiques offrant clairement et ouvertement le choix aux 3 grands courants européens centristes... dans une Bretagne de tradition centriste!
Ou à mon sens, comment expliquer l'extraordinaire breton du 10% de vote pour 18% d'indépendantistes...!
(0) 
SPERED DIEUB
Mercredi 26 janvier 2022
Ou à mon sens, comment expliquer l'extraordinaire breton du 10% de vote pour 18% d'indépendantistes...!
Cette explication est très facile ,à la limite il pourrait y avoir 40% de favorables dans un sondage et un parti indépendantiste quel que soit son positionnement ne recueillerait que 5% pourquoi ,d'une part parce que la majorité des électeurs ne feront pas une priorité de cette opinion indépendantiste au moment de mettre leur bulletin dans l'urne ,et cette conviction est encore trop superficielle chez les concernés .Il n'y a que l'équipe Troadec qui réussit à démentir avec éclat mon constat ,il s'est positionné divers gauche ,très habile ...il passe un peu partout ,il est bien connecté à la population ,et finalement il a ajouté l'étiquette régionaliste ,et point très positif ,çà passe Tout un symbole ,la commune de Scrignac ou il fait son meilleur score ,de part aussi son binome qui est une syndicaliste CGT .......
Il y en a qui doivent se retourner dans leurs tombes ....
(0) 
Pôtr ar skluj
Mercredi 26 janvier 2022
"J'ai un ami très cher qui a rendu son tablier de Professeur de l'Education National, car il ne supportait plus de devoir affirmer aux enfants algériens qu'ils étaient des Français et que la France les aimaient, quand ces derniers lui affirmaient leur identité algérienne! "
Votre ami a réellement compromis son gagne pain pour si peu ? C'est invraisemblable.
Je fais clairement la distinction entre nous autres, les autochtones de la France qui avons le droit à l'affirmation totale de notre identité (tant que nous n'allons pas jusqu'à la sécession) et les immigrés qui n'ont le choix qu'entre se conformer à l'identité française et retourner au pays.
(0) 
Paul Kerguelen
Mercredi 26 janvier 2022
"Ou à mon sens, comment expliquer l'extraordinaire breton du 10% de vote pour 18% d'indépendantistes...!"
Et si c'était par manque de courage pour se positionner clairement pour, allier à une mauvaise communication mais aussi à l'image que nous renvoyons?
Comment être pris au sérieux quand des partis qui manifestent pour la réunification, s'allient avec ceux là même qui refusent cette réunification??? (Ce n'est qu'un exemple.)
En bref, il y a beaucoup de travail à faire!
travail sur nous, pour éviter de continuer les erreurs du passé, apprendre à communiquer etc.
Le potentiel est là. C'est à nous de savoir en tirer partie. Les sciences sociales peuvent nous y aider...
(0) 
Brocèlbreizh
Mercredi 26 janvier 2022
Mr Radiguet
Ne doutez pas une seconde que lorsque je réponds à un commentaire,c'est que je l'ai lu et relu au préalable.
Pour le parti unique:La Breizh est un pays.
Un pays avec un parti unique est un pays totalitaire.
Concernant l'UMP en particulier:C'est un parti français qui se fera dévorer/diviser à terme par le front national.Leur énième changement de nom en dit long sur leur stratégie ubuesque:bonapartistes,pseudo-libéraux,conservateurs,orléanais,le néo-tea-party et les rares fédéralistes,on constate qu'il s'agit d'un parti "hétéroclite".
Quelles sont leurs principales faiblesses? L'organisation ménageant la chèvre et le chou qui découle de leur grand écart et l'incapacité à mettre en pratique leurs idées hétéroclites dans l'exercice du pouvoir.
"La création de sous-ensembles a toujours existé, mais le phénomène prend aujourd'hui des proportions qui confinent au ridicule".Thomas Guénolé, politologue.
(0) 
Brocèlbreizh
Mercredi 26 janvier 2022
Ou à mon sens, comment expliquer l'extraordinaire breton du 10% de vote pour 18% d'indépendantistes...
Voir Dieub,la réponse est évidente non??
Le seul parti breton qui s'allie concrètement à ceux qui refuse la réunification c'est l'UDB. Conséquence:ils vont devoir se réveiller.Je rappelle (au cas ou) que Pelle fait 38% et fut classé en DVD et non UMP.Explicite.
Quand a Troadec il n'est pas Psf car il est allié à l'ensemble NTFB...(BP,BE,PB)limpide.
Bientôt les régionales:a priori les 3 partis ne vont pas réviser les sciences sociales,mais plutôt développez des axes,travailler et discuter ensemble pour cette élection à venir.
Pragmatisme et stratégie politique oblige.
(0) 
Christian Rogel
Mercredi 26 janvier 2022
Pas de contradiction entre les 18% d'indépendantistes déclarés et les votes, car on n'additionne pas les carottes et les lapins.
Ce n'est pas un sondage d'intentions de vote et il inclut les abstentionnistes et les nombreuses personnes qui peuvent faire la distinction entre leurs aspirations et leur vote concret.
Il faut rappeler que les sentiments indépendantistes sont affichés par les plus jeunes et les précaires qui sont, aussi, nombreux parmi les abstentionnistes et les non-inscrits sur les listes.
(0) 
Yann LeBleiz
Mercredi 26 janvier 2022
@ Pôtr ar skluj
"Votre ami a réellement compromis son gagne pain pour si peu ? C'est invraisemblable. "
"Si peu", c'est en fait l'application de l'Article I alinéa 2 de la Charte des Nations unies...
(voir le site)
La vision du "peu" est donc toute relative suivant les valeurs des uns et des autres...
Et c'est pour ce "si peu" que 1 millions de locuteurs bretons à disparu en 60 ans avec un taux de suicide record chez les femmes qui est par modération est cachée, que les Bretons sont soit-disant des Français, que les Nantais n'ont plus droit à l'appellation de Breton, que l'Alsace est mise à la poubelle de l'histoire!
Mais on sait que la République se refuse de ratifier nombre de textes en application avec cet article!
Donc, "si peu", OUI, pour les Républicains!
Vous savez, pendant la guerre, et concernant les juifs, cette même phrase à du être prononcée par quelques milliers voir millions de gens très bien qui ont su garder les mains propres....! C'était à ne pas en douter, là aussi des gens modérés!!!
Je ne vous dirai pas le nom du pays occupé (qualificatif pas forcément conforme à l'avis des alliés à l'époque) ou le "si peu" a été le plus mis en application...!
En Algérie, certes mon ami à démissionné, mais également un certain général breton qui trouvait choquant d'avoir été résistant pour se trouver lui aussi à devoir appliquer la règle du "si peu"...!
C'est donc pas sans raison que depuis le "si peu" figure en bonne place de cette charte...!
@ Tugdual Radiguet
Oui, dans un certain sens, mais regardez le paysage politique breton, pour qui avez vous envie de voter?
Quand j'avais 22-23 ans avec des amis, nous souhaitions nous renseigner sur les partis politiques bretons et le gros de l'offre était: Emgann, UDB et ADSAV...
Soit :
l'extrème gauche révolutionnaire,
les larbins du PS français (et c'était avant la gauche triomphante de ces 10 dernières années),
et l'extrême droite (certes pro-européenne)...
Charmant!
Depuis, il y a le Parti Breton, Breizh Europa, et TROADEC...
Un parti rassembleur (SD, SL et CD) mais totalement invisible auprès de ses valeurs bien cachées et du fait il ne parvient à avancer que derrière TROADEC,
Un parti très urbain au positionnement (SD mais non affiché),
et TROADEC une équipe (SD, là aussi non affiché) qui ne tient qu'au caractère d'un seul homme.
Le manque de courage serait la bonne réponse s'il existait comme en Europe :
un "parti Social-Démocrate breton",
un "parti libéral breton",
un "parti conservateur breton".
Et que ces 3 partis représentent 60 à 70% de l'électorat indépendantiste (indépendantiste, car la souveraineté est retirée au peuple breton)!
Je regrette, on ne peut pas dire que l'EMSAV est "modéré" et jouer aux Démocrates à 2 Euro, quand les 3 grands courants européens centristes sont absents de ses rangs!
A moins que nos valeurs soient celles de la République, et de fait en opposition des valeurs des Européens...
(dans ce cas, l'EMSAV ne serait que l'expression puérile de notre envie d'avoir notre "petite République Jacobine rien qu'à nous..." (ce qui est justement un reproche récurant), or je doute que ce soit là le souhait des Bretons...!)
(0) 
An Floc'h
Mercredi 26 janvier 2022
"Je serai pour choisir le mot de «Fédéralisme» au niveau hexagonal et de «dévolutionnisme» au niveau régional."
Oui, voilà. Au "si vous êtes élu, quel sera le principal objectif de votre mandat ?" Réponse "5 ans d'un processus de dévolution visant à fonder la République Fédérale Française" plus "libérer les énergies permettra la croissance".
Un projet de nouvelle constit ne devrait pas être trop difficile à définir (enfin, il ne faut pas lire la foire d'empoigne ici). Si cela a l'avantage d'un changement concret, contrairement aux autres promis, ce n'est pas la préoccupation principale de la plupart des gens.
Même si la situation économique était plus clémente pour le RU à l'époque que pour la France d'aujourd'hui (en France, on attend que ça casse pour s'intéresser à un gripage), dans quelles mesures la dévolution britannique a pu stimuler les économies des différentes nations de l'archipel ?
Y a-t-il d'autres exemples ? Là, je ne pense qu'à l'Espagne mais c'était il y a encore plus longtemps...
PS: (voir le site)
La démarche présidentielle n'est pas notée, dommage...
(0) 
SPERED DIEUB
Mercredi 26 janvier 2022
Il faut rappeler que les sentiments indépendantistes sont affichés par les plus jeunes et les précaires qui sont, aussi, nombreux parmi les abstentionnistes et les non-inscrits sur les listes.
C'est peut être aussi une explication partielle ,mais beaucoup de ces jeunes et précaires ,font souvent preuve d'une inculture ,et sont aussi désabusés par l'évolution de notre monde ,ou le consumérisme et le matérialisme ont pris une place trop importante
Je ne sais pas si dans les abstentionnistes d'outre Manche il y a beaucoup d'indépendantistes écossais !!
(voir le site)
(0) 
Tugdual Rdiguet
Mercredi 26 janvier 2022
En faisant des commentaires, qui n'ont pas été publiés, j'ai fait une erreur.
En effet, j'ai mal orthographié mon nom. depuis, j'ai à nouveau un
"Vous utilisez trop de pseudonymes (5), merci de vous en tenir à Tugdual Rdiguet
Le moderateur"

Merci donc de corriger à nouveau ce problème.
Au delà de cela, j'avoue ne pas comprendre pourquoi mes commentaires n'ont pas été publié. En effet, je n'ai attaqué personne personnellement sur la base d'amalgames, de contrevérités et d'à peu près sémantiques.
je n'ai fait que répondre à une question posé sur des sentiments... qui n'engage donc que moi.
Merci donc de
1) corriger de nouveau mon nom et prénom.
2) de m'expliquer en quoi mes commentaires ont été offensant pour quoi que ce soit, ou plus généralement, en quoi il n'était pas approprier...
(0) 
Brocèlbreizh
Mercredi 26 janvier 2022
"libérer les énergies permettra la croissance"
et contribuera à pacifier davantage le pays de la révolution(de Rennes vers Paris) qui assimile désormais volontiers la citoyenneté au processus d'infantilisation...
Mon voisin fait ce qu'il veut chez lui pourvu qu'il ne me demande pas de faire la même chose.Ainsi les vaches bretonnes sont bien gardées-comme nos impôts du reste.
"Inch Allah" disent régulièrement les chrétiens du Moyen-Orient.
"Nous vivrons et ferons selon notre desideratum".
Breizh de Lorient.Tout simplement.
(0) 
Christian Rogel
Mercredi 26 janvier 2022
@Tugdual Radiguet
Je vais signaler la question des pseudos en trop.
Je n'ai réagi que par rapport à ceux qui ont été gravement discourtois vis-à-vis d'un commentateur, mais, vous n'étiez pas concerné.
(0) 
yanneutch
Mercredi 26 janvier 2022
Salud deoc'h.
A lire la tonne de commentaires, je vous fais cette proposition:
Ne plus écrire de commentaires avant d'avoir fait quelque chose de concret concernant ces élections régionales. Jakez l'Héritier s'y est engagé sur Saint-Nazaire.
Un contact, une réu informelle, un repas entre camarades, débloquer des fonds, faire une proposition thématique...
L'union, ça ne se décrète pas. Ca se travaille. Et parfois (souvent), ça échoue.
Donc bossez dans votre coin, dans votre quartier, votre commune, que vous soyez centre-britonniste ou barbudébiste, mais bossez.
(0) 
Christian Rogel
Mercredi 26 janvier 2022
@yanneutch
C'est une recommandation bien peu enthousiasmante que vous faites : renoncer à toute volonté de compromis et de synthèse.
C'est la confirmation de ce que je subodore : trop peu de gens, en Bretagne, ont une tête politique, mais, préfèrent les postures, l'énergie individuelle gaspillée dans des micro-actions sans lendemain, plutôt que de s'asseoir autour de la même table.
(0) 
Tugdual Rdiguet
Mercredi 26 janvier 2022
@ Yann LeBleiz
Le problème est là.
Pour qui voter?
L'UDB? Sous parti du PS. On se demande s'il ne joue pas plutôt contre la Bretagne.
Adsav? Trop extrémiste, et préférant critiquer ceux qui ne pensent pas de la même façon.
A noter que le mouvement Breton le lui rend bien. Une idée même bonne venant d'eux est automatiquement mauvaise...
BE? personnellement, je n'ai pas compris l'utilité de sa création.
Me reste plus que le PB, ou MBP.
Sauf que je dois choisir si je vote à droite ou à gauche, quand mon souhait est de voter pour la Bretagne.
Le PB, MBP et BE sont très proche. Pourquoi ne pas former un seul et même parti? question d'égos?
Ils forment à eux trois NTFB. Mais quand je vote pour NTFB, je vote pour qui? MPB? le PB? ou pour BE?
(0) 
Tugdual Rdiguet
Mercredi 26 janvier 2022
@ Brocèlbreizh
"a priori les 3 partis ne vont pas réviser les sciences sociales,mais plutôt développez des axes,travailler et discuter ensemble pour cette élection à venir."
Effectivement c'est bien de discuter des axes. Mais sans une bonne communication...
Quand je parle des sciences sociales, c'est surtout la psychologie appliquée.
Un exemple concret:
l'affiche du PB sur Vannes.
Dans un premier temps je l'ai applaudie ici même sur ABP. Cependant, avec du recul, une grosse erreur:
La paire d'yeux, même faisant écho au slogan "ouvrons les yeux" .
Or sur une affiche prime le visuel avant tout, et c'est ce que l'on retient avant tout de celle-ci.
La paire d'yeux renvoie dans l'inconscient à "l'½il de Caïn", à un regard de jugement sur soit.
Une paire d'yeux devant un hangar à vélo et les vols diminuent de plus de la moitié. Dans un self service, et les gens ramènent leurs plateaux...
Un autre exemple? les expériences démontrent qu'un cerveau mets 7 secondes pour se décider si une personne est "capable" ou non. Et que souvent l'attitude d'un candidat, son comportement influence plus que son discours en lui même.
Voilà en quoi celles-ci peuvent être utile... allier le sens du discours et comment se comporter, comment faire en sorte d'être repérer....
(0) 
Tugdual Rdiguet
Mercredi 26 janvier 2022
@ Christian Rogel
Merci pour le problème de pseudos...
Pour ma part, je veillerai à faire plus attention que cette erreur ne se reproduisent pas...
Mais il est vrai qu'une erreur et impossible de revenir dessus..
(0) 
Christian Rogel
Mercredi 26 janvier 2022
@Paul Chérel
Vous avez mentionné la question du financement des partis et surtout de leurs campagnes électorales. Je n'ai pas abordé ce point, car, il suppose un début de machine électorale, dont la bonne réputation peut attirer les financements (dons, ventes d'objets et de services, repas payants, crowdfunding...).
Si des espoirs de gain électoral se lèvent, la pompe sera amorcée.
Mais, il n'y a pas d'embryon de machine électorale.
(0) 
Tugdual Rdiguet
Mercredi 26 janvier 2022
@ Christian Rogel
En premier lieu, ne devrions nous pas arrêter d'offrir un spectacle affligeant?
En effet, présentant "une telle unité" (voir : (voir le site) on aura beau se démener, faire ce que l'on voudra, nous ne réussirons à lever des fonds...
Personnellement me donne plutôt envie de me faire une raison: rien ne changera....
Ce n'est pas mon souhait, j'y crois encore, mais... de moins en moins...
Aucune cohésion, aucune stratégie, sinon de se battre pour son clocher plutôt que pour la Bretagne...
Et le pire, je ne suis pas le seul!
(0) 
Brocèlbreizh
Mercredi 26 janvier 2022
Bonjour Tugdual,si vous le permettez,je reprend votre dernier commentaire:"Ils forment à eux trois NTFB. Mais quand je vote pour NTFB,je vote pour qui? MPB? le PB?ou pour BE?"La réponse est dans votre question. Quand vous votez NTFB,vous votez pour les 3.Cela permet de ne pas votez systématiquement pour un centre droit modéré ou un centre gauche modéré mais pour la Bretagne.D'autres préfèrent ne pas rentrer dans ce cadre et mettre en avant telle ou telle idéologie.
Chacun est libre.Comme vous l'avez justement fait remarqué,ils sont très proche effectivement.
Cordialement.
(0) 
Tugdual Rdiguet
Mercredi 26 janvier 2022
@ Brocèlbreizh
Comprenez moi bien...
Je ne reprends pas vos commentaires afin de vous attaquer (ici où là), mais bel et bien dans l'espoir de faire avancer les choses...
Nous savons que nous ne sommes pas d'accord sur certains points....Dont celui des partis....
"Quand vous votez NTFB,vous votez pour les 3.Cela permet de ne pas votez systématiquement pour un centre droit modéré ou un centre gauche modéré mais pour la Bretagne."
Sur le principe, tout à fait d'accord!!! non seulement je suis d'accord, mais c'est ce que je souhaite!!!!
Mes commentaires, je penses, sont là pour appuyer mes dires....
Cependant, le problème que j'ai est celui-ci:
Imaginons que je sois de Gauche... voter pour le PB peux alors me poser problème (le PB ayant une dérive droitière, aussi modérée soit-elle)....
Imaginons que je sois de Droite... voter alors pour MBP (se réclamant de la gauche) peux me poser problème. Pourquoi voterai-je à gauche quand je suis de droite?
Bien entendu, je parle là d'un "JE" général...
Ils sont très proche... vous même en convenez... mais ce qui me fait bondir, est: pourquoi ne pas se regrouper en un seul parti??? pourquoi ce flou??? aussi artistique soit-il???
Pourquoi une fois se présenter tantôt sous NTFB, et là sous PB, ici encore sous BE, et là encore sous MBP???
Les trois se réclamant de la Bretagne, pourquoi ne pas la mettre en avant???
C'est ce que je "combats".... c'est ce qui me "choque"...:
Au lieu de donner une ligne claire, les partis bretons préfèrent jouer pour leur clochers et la division...
Cordialement.
(0) 
Brocèlbreizh
Mercredi 26 janvier 2022
Les choses avancent;comme vous le savez les bonnets rouges ont déclaré l'ouverture des États Généraux de Bretagne à Morlaix.Le leader principal actuel est Mr Troadec.Je suis d'accord avec vous sur divers sujets bien sur.Parfois,il m'arrive d'avoir un style un peu "sportif" aussi j'espère sincèrement que vous ne m'en voulez pas trop pour une petite divergence d'opinion.
Cordialement Tugdual.
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 3 multiplié par 3 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.