Des milliers de personnes manifestent à Guingamp pour le breton

-- Langues de Bretagne --

Reportage photos
Par Philippe Argouarch

Publié le 29/05/21 23:40 -- mis à jour le 31/05/21 09:39

Environ 10 000 personnes selon les organisateurs ont manifesté à Guingamp à l’occasion de l’arrivée de Ar Redadeg. Deux douzaines de manifestations avaient aussi lieu au même moment d’en d’autres villes en France pour protester contre la censure par le Conseil constitutionnel d’une partie de la loi Molac en faveur du développement de l’enseignement des langues régionales, en particulier par des méthodes immersives.

L’école Diwan, les écoles bilingues Div yezh Breizh, l’association des écoles privées bilingues Divaskell, avaient mobilisé leurs élèves. Toute cette jeunesse bretonnante bien consciente du danger que court la langue de leurs ancêtres a défilé sous bannières, gwenn-ha-du et pancartes en scandant Brezhoneg yezh ofisiel, avec force et conviction. Ce rassemblement à Guingamp a été une vraie démonstration de force, quelque chose qu’on n'avait pas vu depuis des années. Le moins que l’on puisse dire est que l’acharnement contre la loi Molac de Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Education nationale, de la jeunesse, et des sports, a rassemblé non seulement tous les Bretons mais tous les défenseurs des langues minoritaires parlées en France. Il y a eu samedi une mobilisation sans précédent et pour une fois très largement rapportée par la presse.

Les associations culturelles et les partis politiques bretons comme l’UDB et le Parti breton avaient aussi mobilisé leurs troupes. Des candidats aux élections régionales avaient fait le déplacement comme Daniel Cueff, Loïg Chesnais-Girard, entouré de son colistier Paul Molac et d’artistes comme Gilles Servat ou Gwennyn. La candidate Isabelle Le Callennec (Les Républicains) avait aussi fait le déplacement avec ses colistiers et Marc Le Fur.

Dans un communiqué envoyé à la presse ce soir, le président du Conseil régional sortant, Loïg Chesnais-Girard, demande une révision constitutionnelle.

Voir aussi :
mailbox imprimer
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 2 commentaires
sparfell
Dimanche 30 mai 2021

Bonjour,
"Loïc Chesnais-Girard avait fait le déplacement" Ma Doue benniget! Etait-ce bien la peine de citer la présence de ce valet aux ordres de ses instances jacobines à Paris? Bien sûr, les élections régionales approchent, cet apparatchik du PS n'est pas au mieux dans les sondages, et grappiller quelques voix de plus vaut bien une petite virée à Guingamp, via la 4 voies. Surtout quand on prend bien soin (cf: son compte twitter) de s'afficher avec Paul Molac, dont d'ailleurs on se demande quel jeu joue ce député un peu girouette (UDB? LREM? Et maintenant PS?) Et ce monsieur LCG qui demande une révision constitutionnelle, pour modifier l'article 2, sachant qu'une telle demande prend des années à se mettre en place? Belle manœuvre politicienne, pitoyable à mes yeux, mais tout juste bonne à séduire quelques gogos politiquement un peu retardés..

Anne Merrien
Dimanche 30 mai 2021

Ces gens du conseil constitutionnel, plusieurs sont énarques, d'autres sont né(e)s dans les beaux quartiers parisiens... Ar perag hag ar penaoz.

ANTI-SPAM : Combien font 4 multiplié par 3 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.