Des géographes de renom pour la réunification de la Bretagne

-- Politique --

Chronique de Jean-Jacques Monnier
Porte-parole: Jean-Jacques Monnier

Publié le 11/05/14 20:34 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Au moment où la question des limites des régions est posée par le gouvernement et le chef de l'Etat, au moment aussi où certains élus essaient d'esquiver le vrai débat en fonction de leurs intérêts à court terme, la position d'un groupe de géographes réputés doit contribuer à éclairer les responsables comme les citoyens.Il est donc important de prendre connaissance de leur réflexion et de leurs arguments, dans la droite ligne des travaux engagés sous la IVe République par Michel Phlipponneau.

La référence abusive à un soit disant axe économique «ligérien» est également à situer au degré zéro de la géographie : contrairement à la Seine, au Rhône, au Rhin ou même à la Garonne, la Loire n'est en aucun cas un axe économique et encore moins un axe de transports au XXIe siècle, sauf en ce qui concerne l'estuaire, situé en Bretagne historique.

Intitulé «Les Géographes pour une Bretagne forte», l'appel se poursuit ainsi :

Engagés dans les réflexions sur l'aménagement régional dès l'époque du Celib, les géographes ont en Bretagne contribué par leurs apports à des orientations majeures pour valoriser l'organisation de ses territoires. Ils constatent aujourd'hui que certains égoïsmes et des intérêts strictement marchands prennent trop souvent le pas sur le bien régional commun et conduisent à des déséquilibres problématiques qui mettent en péril l'unité du pays (effets de la villégiature littorale, métropolisation et périurbanisation excessives, destruction des activités primaires).

Les récentes déclarations du Premier Ministre initient trois chantiers majeurs : la réunification tant attendue, la refonte institutionnelle en projetant l'Assemblée de Bretagne, la relance de l'économie productive. Ces trois défis sont liés et indissociables. Au-delà de la réparation historique évidente, les enjeux de la réunification de la Bretagne notamment nous semblent cruciaux. Le pôle portuaire de Nantes-Saint-Nazaire est la clé d'un grand projet s'appuyant sur toutes les facettes d'une économie maritime retrouvée. Ainsi la région serait en mesure d'accomplir la mutation économique nécessaire, de rétablir les équilibres entre ses territoires. Car la Bretagne n'a jamais été aussi riche et vivante que lorsqu'elle vivait en lien avec la mer. Il s'agit de s'appuyer sur les potentialités des milieux naturels, de promouvoir les activités halieutiques, les énergies marines renouvelables, de s'insérer avec audace et dynamisme dans les jeux de la mondialisation. L'économie bretonne, y compris agricole, l'organisation territoriale (Région, Villes/Pays) doivent avec ambition offrir à la région un nouveau souffle, solidaire et commun.

Face à la situation économique et un contexte difficile, les géographes bretons souhaitent donc un réel projet mobilisateur nécessairement calé sur l'identité d'une péninsule considérée dans son intégrité. Une vision globale des enjeux est indispensable pour construire une Bretagne cohérente, équilibrée, originale et économiquement forte.

Yves LEBAHY, Université de Lorient, Pdt de l'association « Géographes de Bretagne »

Jean OLLIVRO, Université de Rennes et Sciences-po Rennes

Pierre Yves LE RHUN, Université de Nantes

Jean Michel LE BOULANGER, Université de Lorient, Vice-Président Conseil Régional

Jacques LESCOAT, ancien Directeur de la Conférence des Villes de Bretagne

Alain LE SANN, Secrétaire de « Pêche et développement », Président du festival «Pêcheurs du Monde » - Lorient

Gaël BRIAND, Rédacteur en chef de presse régionale

Bruno JULLIEN, ancien Directeur Prospective à l'Agence d'Urbanisme de Nantes

Corentin CANEVET, Université de Rennes

Cet article a fait l'objet de 1571 lectures.
mailbox imprimer
Jean-Jacques Monnier est historien et écrivain.
Voir son mur