Des frères Grimm à Brecht : un théâtre inventif et enraciné
Communiqué de presse de Taol Kurun

Publié le 21/07/14 17:00 -- mis à jour le 00/00/00 00:00
:

Ton und Kirschen est un habitué du théâtre de Kerhervy, cette troupe s'est produite plusieurs fois devant le cimetière de bateaux.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

À chaque pièce, un enchantement. Des musiciens complets, musiciens, danseurs, décorateurs, plurilingues, marionnettistes, machinistes se succèdent dans une ronde effrénée, celle du manège de Hans et de sa deuxième femme d'infortune.

Cette pièce ne figure pas dans le répertoire de Brest : esquisse que Brecht rangea au fond d'un tiroir en 1919 en la qualifiant de "Jena la Chance, oeuf à moitié pourri".

Spectacle léger et poétique qui entraîne le spectateur dans une "folle histoire mélancolique", Jean la Chance est l'histoire d'un homme un peu naïf qui voit son lingot d'or offert par son patron après sept ans de bons et loyaux services devenir un cheval, puis une vache, puis un cochon, puis une oie, puis ... plus rien du tout.

Brecht a repris la trame, mais il y a rajouté une femme, une ferme à la place du lingot. Puis le cheval, la caravane, le manège, l'oie, et pour finir, avec la mort d'Ana dans la rivière noire, une veste, et la mort qui l'attend. Fable poétique et désespérée d'un homme qui malgré tout et contre toute adversité, toute traîtrise, regarde toujours le ciel et les étoiles, la neige et la couleur des blés...

Pour en savoir plus sur la troupe :

(voir le site)

Voir aussi :
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 8 multiplié par 2 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.