Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Dépêche -
Des enseignants refusent un projet d’enseignement bilingue français-gascon dans une Maternelle des Landes
ABP a reçu par courriel la copie de cette lettre ouverte envoyée à l'Inspecteur de l'Académie des Landes par des enseignants pour qui « ...la seule langue d'enseignement de l'école publique, laïque et républicaine, est la langue française, issue de la révolution de 1789 »
Maryvonne Cadiou pour ABP le 12/06/11 15:02


ABP a reçu par courriel la copie de cette lettre envoyée à l'Inspecteur de l'Académie des Landes par des enseignants FO pour qui « ...la seule langue d'enseignement de l'école publique, laïque et républicaine, est la langue française, issue de la révolution de 1789 ».

Suit un texte de Gérard Thomas dans (voir le site) , page 2, annonçant le même projet dans une école maternelle de Laroque-Timbault – qui ne semble pas faire de remous – ainsi qu'une conférence de Gilbert Dalgalian dans la région. C'est l'association OCBI Aquitaine qui est à l'initiative du développement de l'enseignement du gascon, une des langues occitanes.

Lettre ouverte à Monsieur l'Inspecteur d'Académie


Monsieur l'Inspecteur d'Académie

Les enseignants des écoles, réunis ce jour, mercredi 25 mai 2011, par le SNUDI-Force Ouvrière ont été informés par celui-ci d'une nouvelle implantation d'un site bilingue français-gascon, dans le département (1), à savoir l'école Émile Cros de Saint-Martin de Seignanx.

Si nous pouvons accepter dans les écoles publiques du département l'enseignement du gascon comme toute autre langue (anglais, espagnol, allemand...) à savoir 2 séances hebdomadaires de 45 minutes, pour autant nous refusons l'enseignement bilingue français/gascon par immersion (24 heures d'enseignement en gascon), ce qui, concrètement, signifie des heures d'enseignement de matières fondamentales, comme les mathématiques, en gascon.

Pour nous la seule langue d'enseignement de l'école publique, laïque et républicaine, est la langue française, issue de la révolution de 1789 (revendication exprimée par le Peuple dans les cahiers de doléances) et aucune autre.

C'est pourquoi nous nous félicitons de l'avis négatif du Conseil de l'école de la Maternelle Émile Cros de Saint-Martin de Seignanx sur ce projet d'implantation d'une classe bilingue français/gascon.

Par contre, nous condamnons le véritable « coup de force » de l'Administration, suite au « lobbying » d'une minorité de parents d'élèves appuyés par l'Association OCBI Aquitaine, qui est passée outre cet avis du C.E. En fléchant un poste gascon sur un poste vacant dans cette école pour le mouvement 2011, sans demander l'avis de la CAPD (2).

Ainsi, avec cette « mesure d'urgence » dans cette école maternelle, une classe bilingue PS/MS/GS doit être créée avec 16 élèves, alors que les classes “ordinaires” de cette même école fonctionneront avec une moyenne de 28, voire 29 élèves. C'est inacceptable !

Comment acquiescer ce dispositif alors que tant de classes d'écoles maternelles landaises connaissent des effectifs pléthoriques !

De plus, dans les prochaines années qu'adviendrait-il des enseignants titulaires non habilités en gascon ?Un poste serait-il fermé pour être fléché gascon ou ½ poste gascon serait-il créé en supplément des postes « ordinaires » ?

C'est pourquoi, Monsieur l'Inspecteur d'Académie, nous vous demandons de revenir sur cette décision, commande du Recteur suite à une convention avec le Conseil général, et de redéfinir cette classe en poste « ordinaire », avec un enseignement du gascon suivant les mêmes modalités que l'enseignement d'une L.V. (3)

Vous sachant soucieux de la défense de l'École publique, laïque et républicaine, veuillez recevoir, Monsieur l'Inspecteur d'Académie, l'expression de toute notre considération.

Les enseignants

Copie :

M. le Recteur

M. le Préfet des Landes

M. les présidents des Conseils régional et général

Mmes et M. les responsables de l'Association OCBI-Aquitaine

(1) Le département des Landes (40)

(2) CAPD : Commission Administrative Paritaire Départementale

(3) L.V. : Une langue vivante


[Source] : la newsletter du blog de Jacme Delmas en occitan : « Lo meu blòg en lenga occitana es Democràcia Occitània » (voir le site)


À Laroque-Timbaut le même projet ne semble pas faire de vagues

Car on note, sous la plume de Gérard Thomas, dans le Supplément du bulletin municipal de Laroque-Timbaut, n° 81 de mars-avril 2011, p. 2, l'annonce d'un projet similaire. Et d'une prochaine conférence de Gilbert Dalgalian, psycholinguiste que l'on connaît bien en Bretagne, organisée par l'association OCBI Aquitaine.

L'occitan à la maternelle. Une classe bilingue français-occitan pourrait être créée à la maternelle dès la rentrée prochaine. Zoom sur un projet éducatif innovant.

En accord avec l'association de parents d'élèves, les enseignantes et le maire, un questionnaire a été distribué aux familles des enfants de petite et moyenne sections, ainsi qu'à celles dont l'enfant sera inscrit l'an prochain. Par ailleurs, une deuxième réunion d'information s'est tenue le 8 février à l'initiative de l'association OCBI Aquitaine qui milite pour l'enseignement de l'occitan.

Ces différentes informations aux familles ont dû faire leur chemin depuis les premiers contacts pris l'an dernier puisque plus d'une vingtaine de parents ont déjà souhaité inscrire leur enfant.

Qu'es aquó ?

Une classe bilingue est une classe où les enseignants font cours 12 heures en français et 12 heures dans la langue régionale : occitan, breton, corse, alsacien ou basque… A Laroque, ce serait bien sûr l'occitan. Arts plastiques, développement de la motricité, mathématiques et découverte du monde, les enfants vivent toutes les activités dans un véritable bain de langue régionale. Ne va-t-on pas désavantager l'apprentissage du français au profit de l'occitan.

C'est la question que l'on est en droit de se poser. La réponse est que cette manière d'enseigner donne en moyenne des résultats meilleurs aux évaluations nationales en mathématiques mais aussi en français.

Cette ouverture d'une nouvelle classe, si l'inspectrice d'académie la décide, nécessitera la mise à disposition d'une salle. Les équipes éducatives vont devoir réfléchir à une nouvelle organisation, car l'accueil périscolaire est actuellement assuré dans les locaux de l'école maternelle. Chacun doit pouvoir trouver sa place…

L'association OCBI Aquitaine va organiser prochainement une conférence au cours de laquelle M. Dalgalian, psycholinguiste, pourra éclairer le public sur l'intérêt de l'apprentissage précoce des langues, notamment régionales. Martine Ralu, directrice de l'école maternelle est chargée de porter ce projet. La municipalité lui apporte son soutien. Signé Gérard Thomas


Le gascon, composante de l'occitan

L'occitan est une langue romane aux racines latines. Elle est parlée dans 32 départements du Sud de la France, ainsi que dans le Val d'Aran espagnol et dans douze vallées alpines italiennes. La langue occitane se compose de plusieurs variantes : le limousin, l'auvergnat, le vivaro-alpin, le provençal, le languedocien, le gascon. Le béarnais ne correspond ni à une “langue” ni à une variante différenciée, mais renvoie à l'histoire de Béarn-Foix et de la Navarre, état souverain jusqu'à son annexion par le Royaume de France. Linguistiquement parlant, il s'agit du gascon parlé en Béarn qui fut pendant sept siècles une langue administrative, notariale et littéraire et cela dès le XIIe siècle.

À la fin du XIXe, avec la renaissance félibréenne, elle deviendra, avec l'Escòla Gaston Fèbus et sa revue Reclams, une grande langue littéraire et elle continue de l'être aujourd'hui.


Maryvonne Cadiou

Document PDF 22350_2.pdf Lettre ouverte à Monsieur l’Inspecteur d’Académie. Projet d’enseignement bilingue français-gascon dans les Landes.. Source : Enseignants de Saint-Martin de Seignanx
Document PDF 22350_3.pdf Bulletin municipal de Laroque-Timbaut (40) n° 81 de mars-avril 2011. (Supplément). Source : Mairie de Laroque-Timbaut
Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1866 lectures.
Correspondante ABP depuis février 2007.
Voir tous les articles de de Maryvonne Cadiou
Vos 4 commentaires
bernard guyader Le Lundi 13 juin 2011 09:24
Bon dia ..... Que les enseignants et les laïques de gascogne refusent la démocratie linguistiques ( ce qui ne fait plus problème dans les deux tiers des états de la planète ... Korée du nord.... et france exclues) est une bonne chose ..... Au moins on n'est plus trompé sur le discours préchi-précha des moralistes républicains ...B.G.
(0) 

Kevin Le Lundi 13 juin 2011 10:18
@bernard guyader "ce qui ne fait plus problème dans les deux tiers des états de la planète"
Avez-vous des références sur cela?
(0) 

JM BENDER Le Lundi 13 juin 2011 18:03
Dès 1992, suite à une lettre de sensibilisation à l'importance et de l'utilité de notre héritage culturel, le MINISTERE DE l'Education nationale et de la Culture, réf N°132 a reconnu que la parfaite maîtrise de l'allemand et du français est un DROIT qui ne saurait être dénié aux enfants de l'Alsace, notamment en prenant en compte les enjeux européens!
Cette réponse est dans le principe d'égalité aussi VALABLE pour nos autres régions de France.
La France représente des Valeurs que la république française empêche à travers les administrations de son ETAT!
La mission de l'enseignement est de transmettre tout savoir nécessaire et utile localement, ne serait-ce que pour ancrer la population et la région concernée dans leur contexte euro-régional.
La liberté c'est ce qui correspond au mot respect : aux enseignants d'être en phase avec déjà leur devoir de respect de l'avenir des héritiers qui leur sont confiés, dans le cadre de ce principe élémentaire.
Il serait bien que notre république soit finalement et enfin hissée au même niveau démocratique qui est chez nos pays partenaires.
(0) 

Patrick Nouguier Le Lundi 20 juin 2011 18:42
Quelle misère... ça me console presque de ne pas avoir d'enfant.
Pendant combien de temps encore allons nous devoir supporter
ces talibans d'un autre age.
Il y aurait donc des langues supérieure destinées à l'enseignement des matières fondamentales, et des langues inférieures pour parler de la pluie et du beau temps. C'est tout simplement l'apologie du racisme.
Que lo diable vos rastèla l'esquina cada còp que lo cul me prus.
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 2 multiplié par 3) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons