Des autocollants 44Breizh sur une camionnette de l'Office du tourisme de Saint-Nazaire
Depeche de Maryvonne Cadiou

Publié le 31/08/16 2:15 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

On sait que dans les Pays de Loire, c'est le logo de la région - avec les parenthèses pour symboliser leur devise "L'esprit grand ouvert" (! !) - qui a été imposé sur les plaques d'immatriculation des voitures, à côté du numéro, mais ne faisant pas partie de l'immatriculation.

Depuis plusieurs années l'association Bretagne Réunie a décidé de faire faire ces autocollants, pour contrer cela en Loire-Atlantique. Elle les distribue aux stands qu'elle tient dans tous les festivals de l'été, et chacun met la somme qu'il veut dans la boîte !

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

Le lecteur, qui a pris ces photos dimanche matin dernier au marché, suppose que tout l'été la camionnette de l'Office du tourisme de la Ville de Saint-Nazaire a stationné sur les places et marchés de la Ville, à la rencontre des touristes, avec ses plaques agrémentées de l'autocollant "44Breizh" - avec le drapeau breton - collé sur le logo des Pays de Loire, comme le font tant de Bretons en Loire-Atlantique pour bien montrer que le département est en Bretagne. Dans la semaine, la camionnette stationnait sur le front de mer.

Il se demande si c'est une initiative personnelle du maire adjoint chargé du "rayonnement de la ville" et du tourisme, Patrice Builting ?

Car, ajoute-t-il, c'est lui qui a fait mettre les panneaux "Sant-Nazer" à différentes entrées de la ville ainsi que le gwenn ha du sur la base sous marine.

Il nous raconte aussi "Une amie de Nantes, qui prend souvent des taxis, distribue volontiers des autocollants-plaque". Elle ajouta : "Un jour, m'ayant reconnue, un chauffeur m'en demanda d'autres, pour des collègues ! Heureusement, j'en ai toujours une réserve, dans mon étui à lunettes !"

Autres marques bretonnes - récentes - à Saint-Nazaire

En complément mais pas hors-sujet, pour montrer les réalisations de Patrice Builting - adjoint au tourisme et ancien directeur des Escales - marquant que Saint-Nazaire est en Bretagne.

Mise à jour avec quelques photos que Fulup Bonnet est allé prendre ce jour pour ABP : le gwenn ha du sur la base sous marine, en compagnie de celui de la Loire-Atlantique, de celui de la Carène et de celui de la ville (?). Non il n'y a pas celui des Pays de Loire. Il est devant la mairie qui n'a pas le drapeau breton...

Nous pouvons certifier que quand nous sommes montée sur la base sous marine le 4 septembre 2008 à l'occasion du congrès de la SHAB, il n'y avait pas de gwenn ha du sinon nous l'aurions en photo.

Fulup Bonnet a aussi photographié les panneaux de ville, bilingues ou doubles... Remarquez que ce sont exactement les mêmes caractères, la même dimension, ce qui n'est pas toujours le cas pour d'autres villes et a été critiqué. On remarquera aussi que la faute d'orthographe aux plaques françaises (manque le tiret) a été rectifiée sur celles en breton !

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1335 lectures.
Correspondante ABP depuis février 2007.
Vos 1 commentaires
  Fulup Bonnet Sant Nazer
  le Jeudi 1 septembre 2016 07:50
Il y a surement des gens au ps f qui sont sincères sur la réunification , même dans les élus , ils sont ultra minoritaires certes.Personne n'obligeait la nouvelle équipe municipale , pour le Gwenn Ha Du ni pour des pancartes bilingues , c'est en fait une reconnaissance indirecte des" comme ils disent" origines bretonnes de notre cité.
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 3 multiplié par 9 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.