Denez Prigent hier à Quimper : un voyage concert au coeur de l'âme bretonne
Reportage de Philippe Argouarch

Publié le 28/07/18 19:02 -- mis à jour le 30/07/18 08:07

Une atmosphère bretonne exceptionnelle hier soir dans une salle comble au Parc des expositions de Quimper (1500 personnes) dans le cadre du festival de Cornouaille. Entouré de dix des meilleurs musiciens bretons dont Yann Tiersen au piano, Ronan le Bars au uilleann pipe, Jean-Charles Guichen à la guitare, Maëlle Vallet (Qanun et harpe), Cyrille Bonneau (duduk, saxophone, bombarde et cornemuse), un percussionniste de talent et deux violonistes, Denez Prigent a su faire à partir de simples gwerzioù, des créations musicales hors pair et envoûtantes.

Presque tout fut breton, les textes, les mots de l'artiste au public, les thèmes, les légendes et les mélodies. Vous voulez de la Bretagne ? Et bien en voici ! Denez Prigent a répondu présent hier avec les morceaux de son nouvel album Mil Hent enchaînés après sa version magnifique a capella de An hini a garan. Une soirée magique pour un public déjà acquis qu'il a su réenchanter. Yann Tiersen confirme chaque fois la fameuse phrase de de Musset "Les plus désespérés sont les chants les plus beaux", car oui l'Ankou fut aussi l'invité hier, comme d'ailleurs pour l'excellent groupe en première partie Koar avec leur spectacle "Affaire à suif", mettant en musique des contes en gallo, breton, et vieux français.

Philippe Argouarch

Voir aussi :

mailbox
imprimer
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 5 multiplié par 0 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.