Dédicace à Penn da Benn de Bugaled Breizh, 37 secondes et Bugaled Breizh, 37 eilenn, samedi 5 novembre
Agenda de Maryvonne Cadiou

Publié le 30/10/16 23:20 -- mis à jour le 00/00/00 00:00
Date de l'évènement : le 05/11/2016 à à Quimperlé/Kemperle

Communiqué de presse

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

La Librairie Penn da Benn de Kemperle recevra le Brestois Erwan Le Saëc, illustrateur, pour ses dédicaces de la bande dessinée dans sa version française ainsi que dans sa version en langue bretonne, samedi 5 novembre de 10 h à 12 h 30.

La version en breton est publiée en 1.000 exemplaires. On la doit au jeune Jérémy Costiou (1).

Librairie Penn da Benn

37 place Saint Michel

29300 Kemperle

02 98 39 13 04 et penndabenn [at] wanadoo.fr

Bugaled Breizh, 37 secondes

Ce roman graphique de 140 planches, sorti le vendredi 7 octobre 2016, retrace la tragique affaire du Bugaled Breizh (« Enfants de Bretagne »), tristement célèbre chalutier du Sud-Finistère...

15 janvier 2004, 12 h 25. Manche Ouest, au large du Cap Lizard en Cornouailles britannique. Le chalutier Bugaled Breizh coule. En 37 secondes.

Douze ans après le naufrage, les circonstances et les émotions autour de ce drame subsistent. Cette histoire est encore inachevée...

Le scénario a été écrit par Pascal Bresson ( voir l'article )

Lire l’interview de Pascal Bresson sur le site internet du Pays Malouin :

(voir le site)

Lire l’interview de Pascal Bresson sur le site de bigouden.tv :

(voir le site) du 6 juin 2016.

Extrait :

Cette parution est un événement littéraire à venir tant il fait revivre, avec un réalisme saisissant et un ton percutant, les premiers mois de cette tragédie qui a touché de plein fouet des familles, le monde maritime et le pays bigouden.

C'est l'occasion d'un entretien avec le scénariste, un homme passionné par son sujet, Pascal Bresson, un Breton d'adoption qui vit depuis plusieurs années à Saint-Malo, moult fois primé pour ses oeuvres (albums BD ou livres pour la jeunesse).

Une exposition des planches de Bugaled Breizh, 37 secondes a eu lieu à Saint-Malo durant le 36e Festival Quai des Bulles : Cunningham's Bar, La Droguerie de Marine, La Droguerie d'en face et Thélem Assurances, ce week-end : (voir le site) du festival de bd.

Et : (voir le site) de Bretagne actuelle.

Bugaled Breizh sur ABP : à taper dans le moteur de recherche, 117 réponses dont plus de la moitié en anglais, émanant de la Celtic League et ( voir l'article ) du 29 juillet 2011 à Nantes.

Les deux versions de la bd

Bugaled Breizh, 37 secondes, éd. Locus Solus.

Scénario : Pascal Bresson.

Illustrations : Erwan Le Saëc.

Préface de Michel Douce, armateur du Bugaled Breizh. 144 p.

Bugaled Breizh, 37 eilenn, éd. Nadoz Vor embannadurioù.

Traduction en breton de Jérémy Costiou

Scénario : Paskal Bresson.

Illustrations : Erwan Ar Saëg.

Préface de Michel Douce, armateur du Bugaled Breizh. 144 p.

Note

(1) Jérémy Costiou, de Plabennec (29), a fondé à 21 ans sa propre maison d'édition, Nadoz Vor embannadurioù : (voir le site) des éditions.

Et : (voir le site) des éditions, page du livre en breton : Bugaled Breizh, 37 eilenn.

Et (voir le site) de la librairie Dialogues de Brest, page Jérémy Costiou.

Le site en point.bzh annoncé sur Patrimoines Brestois n° 25 du printemps 2015, avec un entretien de André Hascoët avec Jérémy : (voir le site) , avec les www et .nve et .bzh est introuvable.

(voir le site) de docplayer.fr.

Pour mieux connaître les nouvelles éditions Nadoz Vor embannadurioù :

Transcription de l'entretien, qui a eu lieu avant la publication de Bugaled Breizh, 37 eilenn :

Page 6.

Jérémi Kostioù est responsable d'une jeune maison d'édition généraliste en breton et en français : Nadoz-Vor Embannaduriou. La ligne éditoriale se veut "originale, exigeante et militante". L'action du nouvel album : Avel reter (Vent d'Est), sorti le 29 mars 2015 à l'occasion du Festival BD Loperhet en ébullition, se déroule gare de Brest.

Pouvez-vous présenter votre prochain album : Avel reter ?

Cet album, publié en breton, est l'oeuvre de Briac [Briac Queillé, pseudo : Briac ( voir l'article )... , qui a dernièrement dessiné La nuit Mac Orlan aux éditions Sixto.

C'est l'histoire d'Henri Fautras, universitaire à Paris, qui profite d’une conférence en 1966 pour revoir la ville de Brest, où il n’était pas revenu depuis l’enterrement de ses grands-parents tués durant un bombardement pendant la Seconde guerre mondiale. En se retrouvant devant cette gare si différente de celle qu’il avait connue, il se souvient de ce jour de mars 1935...

L'histoire s'accompagne d'un dossier historique composé de deux parties.

La première, que j’ai écrite, évoque la "période brestoise" de l'un des personnages principaux, qui a beaucoup fait parler de lui dans le Brest des années 1930...

Quant à la seconde, écrite par Fabien Lostec, doctorant en histoire contemporaine à l'Université de Rennes2, elle évoque l'historique de la gare de Brest des origines aux années 1960.

Pourquoi avoir placé la gare au coeur de cette histoire ?

À vrai dire, c'est un peu le fruit du hasard. Briac cherchait de quoi s'inspirer afin d'écrire une histoire en lien avec le train en Bretagne. Dans le cadre de ses recherches, il est tombé sur une affaire "politico-médiatique" qui défraya la chronique dans les années 30 et dont le principal protagoniste devient un des personnages centraux de la bande dessinée. Le scénario se déroule entièrement dans la gare de Brest, le Brest des années 1930 et 1960.

Cette gare présente-t-elle un intérêt romanesque ou symbolique particulier ?

Oui, car selon Pierre Mac Orlan : "Si l'on débarque un matin, au petit jour, dans la gare de Brest, on constate que c'est bien une gare de fin de terre européenne, une gare d'extrémité un peu mortifiée, une gare qui donne accès à toutes les choses qui n'ont plus rien à voir avec la terre...".

Quant à moi, en tant qu'amoureux de l'architecture Art déco, je ne peux que me réjouir qu'on ait pu conserver ce bâtiment malgré les dégâts occasionnés par la guerre.

Quel est le lien de votre société d'édition avec Brest ?

Que ce soit Brest la blanche, Brest la grise ou Brest rouge, Brest a une belle histoire qui mérite d'être mieux mise en valeur. Éditer des livres ayant pour cadre cette ville est un moyen pour moi de lui rendre hommage et surtout de lui rendre la place qu'elle mérite. C’est ce qu'ont réussi à faire Briac avec Avel Reter (Vent d'est) ou encore Kris et Davodeau avec Un den zo marvet (Un homme est mort), une de nos publications en breton.

André Hascoët et Jérémi Kostioù.

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Correspondante ABP depuis février 2007.
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 3 multiplié par 2 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.