La Décision du Conseil constitutionnel

-- Politique --

Communiqué de presse de Bretagne ma vie
Porte-parole: Daniel Cueff

Publié le 22/05/21 23:08 -- mis à jour le 23/05/21 18:57

C’est avec effarement et une profonde stupéfaction que j’ai appris la décision du Conseil constitutionnel de ce jour. L’immersion devient inconstitutionnelle jusqu’aux écoles sous contrat avec l’Education nationale. En clair, cela veut dire la fin du système d’enseignement Diwan qui repose, on le sait, sur les bienfaits de l’immersion pour l’apprentissage d’une langue. Comment les enseignants de Diwan seront-ils payés désormais ? L’Etat mettra-t-il brutalement fin à tous les contrats d’association ? Comment l’Etat accepterait-il de nouvelles contractualisations avec Diwan ? Alors que l’immersion était jusqu’ici mise en œuvre, expérimentée dans le système public d’enseignement avec l’aval de l’éducation nationale, c’est un recul considérable pour l’enseignement du breton. Le risque d’inconstitutionnalité a été manifestement sous-évalué. La liste Bretagne ma vie déplore aussi ce recul sur les signes diacritiques afférents à la langue bretonne, désormais exclus de l’Etat civil. Mon soutien total au petit Fañch qui perd à nouveau son vrai prénom, notre admiration pour ses parents et notamment sa maman Lydia candidate de Bretagne ma vie pour les régionales désormais, la question devient politique. La liste Bretagne ma vie appelle tous les Bretonnes et les Bretons au sursaut collectif pour répondre à cette attaque qui nous montre, une fois de plus, le décalage sidérant entre le peuple et les élites parisiennes. Pour que l’unité ait un sens, et que nos langues aient un avenir, il faut désormais changer l’article 2 de la Constitution. La liste Bretagne ma vie prend l’engagement solennel de soutenir le réseau Diwan qui ne peut pas disparaître, mais doit au contraire se développer. Plus que jamais, l’avenir de nos langues repose sur notre volonté politique. Le plan Marshall que nous proposons lors des élections régionales pour sauver nos langues, s’impose plus que jamais. Nous l’appliquerons dans toutes ses dispositions et nous sauverons nos langues.

Daniel Cueff

Voir aussi :

0  0  
mailbox
imprimer
« Bretagne ma vie » est la seule liste de Bretagne qui affiche son ambition de porter un projet politique a-partisan et, donc, libre de toute tutelle, uniquement vouée au développement de la Bretagne
Vos 2 commentaires
Jean Louis Le Corre
Jeudi 27 janvier 2022
TOUS A LA MANIF DE SOUTIEN A LA LANGUE BRETONNE SAMEDI 29 A 14H GARE DE GUINGAMP !!! Avant l'arrivée de la REDADEG !
(0) 
Boned ruz
Jeudi 27 janvier 2022
Cela fait longtemps que je pense que Diwan à tord de s'entêter avec l'éducation nationale et avec l'état français...Ne servij da netra da c'hwitellañ ma 'n deus ket c'hoant ar marc'h da staotañ.
Dans les années 80, l'enseignement catholique a pu sauvé sa "peau" (qu'elle a perdue depuis par cooptation dans une logique étatiste... faut bien vivre!) par soutien des catholiques de 1984 avec 1 Million et demi de personnes dans les rues... Recul définitif de l'état français; la trouille est mère de prudence. L'assimilation s'est faite par la suite et a remplacé la disparition de l'enseignement catholique, moins violent mais tout aussi efficace... et il n'y a plus grand chose de différent entre l'enseignement dit privé et l'enseignement public, aujourd'hui... C'est dommage, il y avait au moins un contre pouvoir qui n'est plus!
Dans le cas de Diwan c'est un peu la même chose puisqu'elle à besoin des sous de l'état pour payer ses enseignants d'où son besoin de rejoindre l'éducation nationale ; c'était aussi le même problème majeur de l'enseignement catholique à l'époque.... sauf qu'il n'y aura jamais un Million et demi de personnes derrière Diwan. Il est donc facile de recourir à sa disparition, c'est plus pratique pour l'état et sa coûte moins cher en plus. Je sens les libres penseurs jubilés hum! plijadur zo! Sauf que.... ( et c'est le "mais Breton" ainsi que celui de toutes les personnes qui ont une réflexion un peu sérieuse sur le fonctionnement d'une société moderne). Derrière Diwan, mais aussi derrière Divaskell, Diyezh, derrière les autres organisations de défense des langues, il y a la légitimité absolue et indiscutable de leur combat compte tenu de la parole qui est une fonction humaine élaborée et qui ne peut être retirée à l'être humain. Retirer une langue, c'est retirer une façon de pensée et c'est donc retirer la parole aux êtres humains qui parlent cette langue, ça s'appelle du totalitarisme...On y est! l'état s'engage sans vergogne dans une logique totalitaire.
Les gens sont aujourd'hui témoins de ce fait et ils sont responsables de leurs choix; ils ne peuvent plus ignorer ce qu'est la république française... je crois aussi, qu'ils n'ont plus le droit de confondre république ( qui ne vaut que d'après son contrat "sociale"; ar pezh kaer!!... ) et démocratie dont la valeur échappe à toute institution puisque justement la démocratie n'est pas un contrat: elle se vit dans sa plus haute espérance humaine...et ne peut admettre ce que le conseil constitutionnel à fait.
Donc Diwan ne peut compter sur l'état; Diwan ne peut pas non plus compter sur les entreprises Bretonnes,alors que bon nombre d'entre-elles construisent leurs affaires sur l'identité bretonne; quand verra on un politique breton les interpeller dans les médias au risque de fâcher; il est peut être temps de taper du poing sur la table: quand il s'agit de la langue bretonne Produit en Bretagne dit " on ne fait pas de politique"... c'est bien le problème: la langue bretonne ça rapporte mais surtout on ne l'aide pas... Il va peut-être falloir leur demander des comptes sur leurs labelles, leur communication leur "bretonitude " d'affairistes etc etc... Désolé pour les chefs d'entre prises honnêtes; car il y en a mais on ne les entend pas...Il est peut-être temps de vous faire connaître...
Que reste t-il? NOUS les parents, les militants, les "espérants de la démocratie", les amoureux de la liberté pas celle que l'on associe à la mort... Liberté Fraternité.... où la mort! Non Non la vraie démocratie quoi!
J'insiste donc auprès de la liste de Mr Cuef pour faire la promotion d'une gestion nouvelle des décisions relatives à l'utilisation de l'impôt: la marge de manoeuvre est sans doute mince. Mais il faut construire les conditions qui permettront à chacun de décider sur le plan régionale de l'utilisation d'une partie de ses impôts. Il y a beaucoup d'avantage à cela dont, à terme, la possible indépendance financière de Diwan..en ce qui me concerne, une partie de mes impôts seraient dédiés à la langue Bretonne evel just!
Globalement:
- Cela permettrait de responsabiliser davantage les imposés en leur donnant le pouvoir de décider le devenir d’une partie de leurs impôts.( 50% restant gérer par les élus)
- De transformer les rapports entre les élus et la population dans cette idée de partenariat décisionnel. Avec pour conséquence de porter ensemble l’avenir de la Bretagne et de donner une image moderne de la Bretagne.
-D’éliminer définitivement le système jacobin qui est à l’inverse de cette proposition.
-D’interpeller les autres systèmes dit démocratiques en région mais je crois aussi à l’étranger.
-De créer une confiance accrue en la politique.
Cela permettrait aussi un ajustement naturel et en temps quasi réel des orientations politiques.
vis-à-vis des réalités : il y aurait une sorte d’anticipation sur les problèmes de la société.
Les gens ont leurs points de vue et cette participation aux devenir de l’impôt serait un moyen d’expression de plus...
Alors?? que fait-on!
" Bep a dammig e teu an neiz gant ar big a lare" ma zad
me'lâr": bep a dammig e teu dieubidigezh al lavar gant an dud o klask sevel ar gwir zemokratelezh
Mon papa disat: Chaque fois un petit peu il vient le nid avec la pie
moi je dis; chaque fois un petit peu il vient la libération de la parole avec les gens qui cherche à établir la véritable démocratie...
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 2 multiplié par 4 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.