Décentralisation : C'est officiel, la région Bretagne va gérer sa politique de l'eau

Le bassin breton source :  http://www.eau-loire-bretagne.fr/
Le bassin breton source : http://www.eau-loire-bretagne.fr/
Un trop rare transfert de compétences : la gestion de l'eau. Le décret qui confie l'animation des politiques de l'eau à la Région Bretagne vient de paraître au Journal officiel du 6 mai. C'est durant le "Carrefour des gestions locales de l'eau" à Rennes en janvier 2017, que le ministère de l'Environnement avait confirmé l'attribution à la région Bretagne de la compétence d'animation et de coordination des politiques de l'eau.

.
mailboxEnvoyer par courriel imprimerImprimer

Auteur de l'article :

La rédaction

la rédaction de l'ABP

Vos commentaires :

Jacques
Vendredi 12 mai 2017

Ok,...

De l'économie, aux services de santé, à l'enseignement scolaire, à l'agriculture, à la recherche, à la culture, à la langue,... il reste plus à obtenir que le contraire!

N'oublions pas que la Bretagne c'est 16 fois moins de compétences dans les mains des élus que le Pays de Galles, 8 fois moins qu'un Lander!

Une question : Le transfert, avec l'intégralité du budget de financement?

spered dieub
Vendredi 12 mai 2017

Est ce un hasard ?? Bien que ce domaine est important ,c'est un sujet qui suscite des divisions en Bretagne ..Entre les agriculteurs qui en ont par dessus la tête des normes parfois stupides et contre productives ,d'autre part les à priori des organisations écologistes vis à vis de l'agriculture ,sans nier la part de responsabilité de cette activité .

Léon-Paul Creton
Samedi 13 mai 2017

Les politiciens savent bien ce que les fluides, dans leurs particularités et propriétés mécaniques, peuvent créer comme problèmes, dysfonctionnement, fuites…!

Ils savent de quoi ils parlent ou pas ! D’autant mieux à mon avis là, que la politique devenant politicienne, par un mauvais usage, relève depuis quasiment toujours, de la "mécanique des fluides", et donc surtout de ses inconvénients devenus "naturels" au fil du temps et des pratiques.

Comme tous les fluides, la politique est soumise aux viscosités des différents "courant", aux températures et pressions qui leurs sont imposées qui nécessitent des installations et systèmes correctement montés, soudés, et étanchéifiés. Mais comme ce n’est souvent pas le cas dans des ateliers, et usines(rares), même de maçons surtout quand ils s’occupent de tuyauterie, et qu’ils ne savent pas à quoi les raccordées ! Je ne dirai rien sur les projets et dessins industriels erronés et incompréhensibles…

Bref ! Que les politiciens parisiens se débarrassent des soucis de l’hydraulique (encore une fuite !) rien de plus normal, car ils savent mieux que personnes que les fluides coulent là où ils le veulent, et choisissent toujours de s’échapper par tous les points faibles de l’installation, ou par les dérivations établies par les uns et/ou les autres engendrant des guerres de l’eau quand elle se fait plus rare… Donc en plus le petit château d’eau breton serait peut-être plus accessible à nos « amis » des PdeL. Unification En Marche ??? La Loire a souvent le débit paresseux !

Il faut dire aussi à la différence de la "fluidité politicienne", que jusqu’à présent nous n’avons pas repéré pour les fluides de matière _élément apolitique par essence_ qu’elles avaient d’intérêts à le faire pour nous emm…

J’écrivais il y a deux ans peut-être, que l’autonomie des régions pourrait bien se développe, et accordée, au fur et à mesure que ces territoires s’appauvrissent au point que la somme des inconvénients et charges qu’elles génèrent pour Paris, deviennent supérieures aux bénéfices de leur exploitation séculaire! Libéralisation et mondialisation obligent !!!

De toute façon comme des pauvres chercheurs d’or s’acharnent à trouver un peu d’or dans les boyaux défoncés des mines d’or des Incas, il y aura toujours chez nous des locaux, qui seront disponibles et volontaires pour qui, à défaut de riches paillettes, voudront et se contenteront encore de nous prendre la paille sur laquelle nous dormons !

Paul Chérel
Samedi 13 mai 2017

Encore une défausse de responsabilités que l'on appelle Compétence. Que devient dans l"histoire l'agence de l'eau Loire-Bretagne et surtout son budget dépensé en fariboles et cocoricos de communication. Et en plus, parions évidemment qu'il ne s'agit que de la B4, son Blavet, son Ille et peut-être sa Vilaine, son Scorff et non de son estuaire de la Loire et son Erdre. Encore une fois une REGION découpée n'importe comment et son Conseil qui se regarde dans un miroir aux alouettes. Paul Chérel

Paul Chérel
Dimanche 14 mai 2017

Je rajoute. Cette "compétence" eau, c'était le grand "dada" du président du CR B4 réélu par les Bretons malgré le cumul des mandats. En fait, il est probable que cela ne concerne QUE la qualité de l'eau et non la gestion quantitative des cours d'eau. Et qui sont les responsables tout désignés de leur pollution constatée, des algues vertes, des boues rouges, etc. Ne cherchez pas ! En premier lieu, l'activité agricole et en second les activités industrielles surtout alimentaires . Une responsable particulièrement visée, ... la Bretagne. D'où cette admirable défausse de responsabilité que le CR breton a prise comme du bon pain en appelant cela une "COMPETENCE". Derrière tout cela, évidemment les écologistes mais pas que ! Il ne faut surtout pas que la Bretagne se réveille. Laissons-là dans sa léthargie et son refus du progrès ! Paul Chérel

Écrire un commentaire :

Combien font 4 multiplié par 1 ?

Publicités et partenariat