De la Bretagne au monde, minorités et impérialismes

-- Cultures --

Interview
Par Hubert Chémereau

Publié le 13/06/13 19:42 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Un colloque exceptionnel à Brest le 28 juin 2013

Jean-Jacques Monnier, co-organisateur du colloque « autour d'Yves Person » à Brest, répond à l'ABP pour nous présenter le personnage et l'intérêt d'une telle rencontre

Qui était Yves Person ?

Un grand intellectuel breton ! Il est un peu oublié aujourd'hui, du fait de sa mort en 1982, à 57 ans. C'était un Breton de l'émigration, viscéralement attaché à la Bretagne. D'abord fonctionnaire de la France d'Outre-mer, il se met au service des pays d'Afrique noire à l'aube de leur indépendance. Il se fait historien de l'Afrique au XIXe siècle et soutient une thèse magistrale de 3000 pages sur l'empire de Samory. Professeur d'université à Dakar puis au Québec, il est le premier titulaire de la nouvelle chaire d'histoire de l'Afrique à la Sorbonne.

Il va diriger les travaux de beaucoup d'historiens de l'Afrique et montrer que l'on ne peut faire l'histoire du continent sans s'appuyer sur la tradition orale, sur les griots.

Et la Bretagne, dans cette carrière ?

Tous les étés, Person revient, notamment dans sa maison de Plestin les grèves qu'il baptise Ingal eo (ça m'est égal).. Il s'engage très tôt dans la défense de la culture bretonne. Il a appris le breton, le parle et l'écrit. Il défend aussi toutes les cultures minorisées d'Europe. Comme son ami Robert Lafont, il dévoile dans la revue Ar Falz et ailleurs les falsifications de l'histoire qui conduisent au culte de l'état nation. Il dénonce la politique d'assimilation de l'État français au procès du FLB de 1972. C'est un intellectuel brillant et convaincu.

Comment se manifeste son rayonnement intellectuel ?

En 1973, il coordonne un numéro spécial des Temps modernes, la revue dirigée par Sartre, sur les minorités nationales en France. En 550 pages, nous disposons toujours des analyses, du bilan et des propositions faites par une vingtaine d'intellectuels.

Person a tenté de faire passer ses idées démocratiques à tous les niveaux. Lors d'un stage de langue bretonne dans le Trégor, il annonce qu'il a décidé d'entrer au Parti socialiste. De 1974 à 1981, il joue un rôle important dans les positions de plus en plus bretonnes du parti et de son candidat Mitterrand. Il ne renie rien de ses convictions, ce qui fait que Wikipedia le classe aujourd'hui comme membre de l'UDB, ce qu'il n'était pas. Il a par contre été président d'Ar Falz.

Pourquoi un colloque à Brest autour d'Yves Person ?

C'était un intellectuel de très haut niveau et d'une érudition fantastique. Questionné à brûle pourpoint, il pouvait parler des heures de n'importe quelle minorité du monde. Henri Giordan est en train de préparer une compilation où l'on pourra découvrir plus de 600 pages d'écrits qui ont généralement gardé tout leur intérêt.

D'anciens amis et collègues universitaires d'Yves Person, souvent âgés, ont décidé d'organiser un grand colloque international à Paris les 20 et 21 juin, avec la participation des meilleurs historiens d'Afrique noire. S'ils connaissaient bien le volet africain de l'½uvre d'Yves Person, ils en savaient peu sur son action en faveur des droits des minorités en Europe et sur son engagement breton. Oubli réparé, plusieurs interventions parleront de ces sujets, grâce à une rencontre en Bretagne avec Claude Hélène Perrot, qui a succédé à Yves Person comme historienne de l'Afrique à la Sorbonne.

Comment se concrétisera cette convergence Bretagne-Europe Afrique ?

Il se trouve que le mouvement culturel Ar Falz fête ses 80 ans et organise à Brest une journée d'études. Après une évocation de l'ouverture au monde du fondateur du mouvement, l'instituteur Yann Sohier (mort en 1935), l'occasion était idéale pour centrer cette journée sur Yves Person , ancien membre actif du mouvement, la Bretagne et l'Afrique. Plusieurs universitaires africains viendront à Brest. Un film sur la vie et l'oeuvre d'Yves Person sera projeté en avant première. Des militants bretons témoigneront aussi de l'engagement breton d'Yves Person. Henri Giordan et Yves Plasseraud viendront témoigner de ses engagements pour un vrai respect des minorités dans l'État français et en Europe.

La politique française de déni des réalités sera-t-elle évoquée ?

Elle sera au coeur du débat. Ainsi Henri Giordan nous parlera de l'impérialisme linguistique et Béatrice Durand de la nouvelle idéologie française.

La trajectoire d'Yves Person est-elle isolée ?

Non, nous avons fait la connaissance de Roland Colin, de Guipavas. Les deux hommes étaient ensemble en classe préparatoire à Louis Le Grand, puis à l'école de la France d'Outre mer, puis ils sont devenus administrateurs en Afrique, ont soutenu les jeunes états en formation et ont rayonné dans l'enseignement supérieur. Bretonnant d'origine très modeste, devenu président d'Économie et Humanisme, Roland Colin sera aussi présent à Brest. La veille à 18 heures, il présentera son livre Mémoire de mon enfance bretonne à la librairie Dialogue. L'ouverture des Bretons au monde n'a pas été un vain mot !

Donc, beaucoup de raisons d'être à Brest le vendredi 28 juin à la faculté Ségalen !

Comment faire pour y participer ?

L’entrée est gratuite. Il n'est pas nécessaire de s'inscrire. Débuts à 9h30 précises.

Le repas de midi peut être pris avec le groupe du colloque sur inscription préalable. On peut contacter Ar Falz à Morlaix pour le repas de midi. L'événement aura une suite : le colloque sera filmé en vidéo.

Pratique Rencontres d'Ar Falz, vendredi 28 juin, faculté Victor-Segalen, à Brest. Entrée libre, inscription pour le repas : 22 ¤, avant samedi. Ar Falz, 41, quai de Léon, 29600 Morlaix. Tél. 02.98.62.17.20.  arfalz [at] yahoo.fr

(voir le site)

Voir aussi :
mailbox imprimer