De l'honneur dû à l'hymne national
Communiqué de presse de Parlement de Bretagne - Dael Breizh

Publié le 6/06/22 0:01 -- mis à jour le 06/06/22 08:33
55190_1.jpg

D'aucuns auront pu observer que les occasions d'entendre le « Bro Gozh Ma Zadou Du » se multiplient. Lors de nombreuses manifestations culturelles et sportives, les Bretons du monde entier se réjouissent de l'entonner... L'hymne breton est ainsi chanté aux débuts de chaque rencontre des équipes de football et de rugby et dépasse souvent la sphère sportive : en juillet 2018, ce fut le Bro Gozh que joua le bagad de Lann Bihoue à Hafnarfjörður (Islande) pour inaugurer Le Lapérouse, navire de croisière de luxe de la compagnie Ponant.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous !

Cependant, si depuis 1898 le Bro Gozh Ma Zadou est devenu de plus en plus courant au point que la grande majorité des Bretons s'accordent pour le reconnaître en tant qu'hymne national, ne devrait-il pas recevoir les honneurs attendus par un tel symbole ?

A ce titre, en qualité d'hymne national, il serait attendu que tout Breton lui rende hommage dès l'écoute des premières mesures, en se levant, et en l'entonnant pour ceux qui connaissent les paroles. Nonobstant les décennies de débretonnisation à l'origine de sa méconnaissance, il reste vital que les paroles du « Vieux pays de mes pères » soient connues de tous. Cette exigence répond logiquement à ce devoir que doit intégrer le Peuple breton envers cette Nation qu'est la Bretagne.

Quelque soit le statut que la communauté internationale (y compris la France) accordé à la Bretagne, et notamment la reconnaissance de sa souveraineté attestée en droit international public, le respect de notre hymne national devrait être de mise pour chacun.

Dael Breizh, Parlement général de Bretagne, invite donc tous les défenseurs de la Bretagne, à démontrer leur appartenance en rendant les honneurs dûs au « Bro Gozh Ma Zadou » en pratiquant le salut civil tel que le définit l'article 14 du Règlement protocolaire du 1er décembre 2021 : « Le salut civil consiste à placer le poing droit serré horizontalement au niveau de la base du sternum, le pouce et l’index au contact du corps. Il s’effectue en position debout et pieds joints pour une position statique, en marchant et en regardant le symbole pour un individu en mouvement. »

Adopter tous la même attitude et le même respect envers les symboles bretons, constitue l'affirmation de l'appartenance à une même Nation ; de notre comportement autrui ne pourra que sortir la fierté qui nous anime, celle d'être Breton !

Dael Breizh

Voir aussi :

2  1  
mailbox
imprimer
Le Parlement de Bretagne est une initiative citoyenne de Bretons qui ont décidé de ne pas attendre la réunification et l'indépendance de la Bretagne pour constituer un corps législatif breton sur toute la Bretagne historique et sa diaspora, capable un jour de passer des lois, de formuler une constitution et des résolutions concrètes face aux problèmes bretons. Ce parlement n'a pour le moment aucune base institutionnelle, ni aucun pouvoir de légiférer. Il peut voter des lois mais il n'existe pas encore d'éxécutif pour les promulguer. Les premières élections furent organisées en décembre 2016 par l'association KAD,Kelc'h An Dael ( (voir le site) ). Cette structure siège tous les mois depuis janvier 2017, à raison d'une séance parlementaire mensuelle et nomade. L
Vos 1 commentaires
Michel bernard
2022-06-11 10:38:50
Il faut le faire apprendre et chanter dans nos ecoles c est la solution .
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 1 multiplié par 9 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.